alexametrics
Sur les réseaux

Soumaya Ghannouchi : L’héritage intellectuel de Rached Ghannouchi restera vivant

Temps de lecture : 1 min
Soumaya Ghannouchi : L’héritage intellectuel de Rached Ghannouchi restera vivant

La fille de Rached Ghannouchi, Soumaya, a répondu, dans la soirée de jeudi 4, aux détracteurs de son père, le Grand maître du parti islamiste Ennahdha.

« Il a perturbé deux dictatures, on l’a assigné à résidence et condamné à la peine de mort… Mais le voici encore debout s’élevant jusqu’aux nuages. Son esprit vif, sa longue haleine et sa sérénité ont toujours été et resteront les armes avec lesquelles il triomphe de ses adversaires. Il les observe alors qu’ils se battent dans l’obscénité, les cris et les incitations à la haine… Les braillards passeront et Ghannouchi et son héritage intellectuel et politique resteront vivants face aux tyrans et aux clowns », a-t-elle écrit sur Facebook.

Habituée des attaques violentes et enflammées contre les adversaires politiques du parti islamiste,  Soumaya Ghannouchi est la rédactrice en chef de Meem Magazine. Un média dont elle n'hésite pas à se servir pour régler ses comptes politiques. 

 

Rached Ghannouchi a fait l’objet, mercredi 3 juin, d’une audition au Parlement. Le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a été descendu en flammes par quelques députés, en particulier la présidente du Parti destourien libre (PDL) Abir Moussi et l’élu du bloc Démocrate, Mongi Rahoui, pour ses « dépassements diplomatiques ».

 N.J.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (102)

Commenter

ourwa
| 08-06-2020 13:57
Le " DIxit", que vous placez au pied d'un extrait de mon texte, n'est pas le mot qui convient, celui, adéquat, est " Sic". Quant à moi, je ne me réfère jamais à un quelconque auteur, en le citant textuellement ( sic) ou indirectement (dixit), sans le nommer. Le 1er vers d'un poème d' K. Abou-CHEBBI, poème devenu notre hymne national, que je cite, en traduction, n'est destiné, dans mon texte, que pour signaler la probable mauvaise foi de K.S qui a détourné ce vers en le mettant au présent projeté dans le futur " acchâabou youriid", sa propre intention, puisqu'il s'identifie au peuple et identifie celui-ci à lui-même...Ne dit-il pas qu'il n'a pas de parti politique derrière lui et que son parti, c'est le peuple ? Une question toute simple, à propos de cette phrase présidentielle de K.S, " Le peuple veut !" : " QUE VEUT LE PEUPLE ?" A M. Le président de nous répondre...s'il le veut bien...Ne sommes-nous pas ce peuple de 9 millions de personnes, mais qui semblons ignorer ce que nous voulons...en supposant que nous ayons les mêmes idéaux, les mêmes objectifs, les mêmes rêves...? Allez, M. Le président, éclairez-nous encore de vos lumières !

Hatem
| 08-06-2020 04:48
Une majorité de tunisiens vous respectent. Ceux qui critiquent ou plutôt qui insultent n'ont jamais osé le faire dans des moments encore plus sombres.

Ghazi
| 07-06-2020 19:18
Merci pour ce tour à travers les faits, une logique historique, ce passage dan votre commentaire, résume toutes nos malheurs :
"Alors la majorité de la population, excédée par la pauvreté galopante et les injustices criantes, répètent ces vieilles phrases ( encore aujourd'hui...) : " allah ghalib !"; " al-oumour bi-yad illaâh !"; " rabbi i-farraj aliina !"...Et le voilà, ce bon peuple, courant vers les urnes électorales allahiques en 2011 etc.. " Dixit
Merci encore.

takilas
| 07-06-2020 15:25
Le jour où son père comparaîtra devant la justice, elle saura si c'est un intellectuel ou un gangster et un un malfrat. Celui qui achete les faux papiers et les faux passeports d'Indonésie avec son argent sale et l'argent du peuple tunisien volé.
Revenez parmi vos maîtres dresseurs à londres vous n'avez pas de place en Tunisie ni même à Hammet Gabes.
Ouste ! Va -t-en !
Comment elle ose ouvrir sa sale gueule et oser sortir dans la rue malgré les esthétiques ratées et le "blanchiement " d'argent de son père

Nadia
| 07-06-2020 12:36
Tout à fait "L'héritage intellectuel de Rached Ghannouchi restera vivant", comme dit sa fille.
L'esprit de sel le restera aussi, tout comme 2011 "akbala el badrou 3layna", sa promesse de ne plus faire de la politique, tout les biens et l'argent récolté par son entourage entre autre, l'affaire de l'hôtel Sheraton etc etc ....
Ho qu'il aimerait bien prendre la place de Bourguiba, son lit et son savoir faire.
Même dans sa tombe allah yarhmou, Feu BOURGUIBA fait peur à ces obscurantistes.

Gg
| 07-06-2020 11:24
Comme Abdelmalek Droukdel, qui vient d'être pulvérisé au Mali en même temps que ses sbires, Ghannouchi a eu Ben Laden comme professeur et mentor.
Belle référence intellectuelle!

Ahmed
| 07-06-2020 08:03
Freud, un iminent , medecin, psychiatre, psychanalyse, juif, autrichien doit rigoler dans sa tombe, d'une part sur sa theorie de l'oedipe et d'autre part sur sa vision sur le rôle de la religion.
A lire: Malaise dans la civilisation.

Zohra Credy
| 06-06-2020 20:28
Quel héritage intellectuel , il a quoi apporté en terme d'idées et de pensées, il a quel niveau pour être considéré comme intellectuel ou savant , ce n'est qu'un professeur de philosophie islamique qui n'a même pas eu son bac. Reproduire le discours d'Ibn Taymiya ou de Mawdoudi ne fait pas de Rached Ghannouchi un intellectuel, il n'est ni Mohammed Talbi, ni Cheikh al-Bouti , ni al-Jaberi. Par ailleurs , Ghannouchi n'a jamais été condamné à mort. Cette rumeur est comportée par les islamistes pour donner à leur chef de l'aura et du prestige . Que sa fille publiie la copie de la décision de la justice . L'histoire de la Tunisie n'en gardera que l'image d'un homme qui a instrumentalisé la religion par soif du Pouvoir, l'image d'un homme qui a conduit l'?tat à sa déliquescence, son économie à la ruine , son peuple à la division, sa jeunesse au terrorisme et à la mort, et son avenir vers des horizons bloqués et sombres. Si j'étais la fille de Ghannouchi je n'en serais pas fière...

ourwa
| 06-06-2020 16:15
La non "assimilation" par les islamo-fascistes des points que vous pointez est, soit que ces points étaient connus, étudiés, compris et à la fin ignorés, car politiquement dangereux pour eux, soit le contraire, c-à-d , ces points, portant sur l'Histoire récente, contemporaine de la Tunisie, de 1881 jusqu'à la révolution, ne les intéressaient pas; ce qui les intéresse et vous l'avez si bien vu, c'est l'instauration d'un régime théocratique, une " théocratie payante", payante tout de suite, immédiatement, marchande en quelque sorte. La prise en compte de l'Histoire de la Tunisie dans le conscience islamo-fasciste de nahdha et dans l'inconscient collectif, celui de leurs électeurs, sans aucune conscience politique réelle... cette Histoire, elle s'arrête en 1881. C'est ce qui précède 1881...en remontant jusqu'à l'aube de l'islam, qui constitue son véritable fonds de commerce, fonds et contenu moulés dans le chaudron islamo-fasciste des frères musulmans... C'est l'art de pervertir l'Histoire...tout en ignorant ou en semblant ignorer les spécificités sociales, culturelles et réellement historiques des Tunisiens. Est-ce alors une surprise que l'idéologie totalitaire et fasciste de nahdha, que ce " déni" nahdaoui, que vous relevez si justement, avec son cortège de malheurs signent, dès 2014, le début de la dégringolade politique de nahdha? (cf ses résultats électoraux...). L'Histoire totale, non oblitérée, objective , ignore le pardon, elle est cruelle... Encore plus cruelle quand il s'agit de l'Histoire des peuples, de chaque peuple, plus aisée à comprendre, à décortiquer et à analyser, objectivement. Tout régime totalitaire, liberticide, abject...semble naître de régimes aussi dictatoriaux et aussi totalitaires qui l'ont précédé, surtout quand " ce nouveau-né" axe ses idées, lois, méthodes, modes de gouvernance...sur une idéologie religieuse fondamentalement totalitaire, dans l'absolu... Or en Tunisie, l'islam, bien que malékite, a toujours été un islam pop, sans répression policière et prison pour les non-jeûneurs, ou les buveurs d'alcool, ou les couples d'amoureux non mariés prenant le frais le soir sur la voix publique... Plus aujourd'hui; tout citoyen ne fréquentant pas scrupuleusement la mosquée, ostensiblement,et tous les jours, est soupçonné d'être un mécréant en puissance, donc exposé à la " vindicte populaire" et parfois à celle de la flicaille, naguère police politique, aujourd'hui police politique et religieuse à la fois...

ourwa
| 06-06-2020 16:12
Une véritable démocratie ne s'installe pas dans la conscience d'un peuple du jour au lendemain, à la faveur d'une constitution dite " démocratique" et son cortège de discours "autorisés", officiels et/ou partisans, discours démocratisants...Les régimes bourguibiste et bénaliste, successifs, nullement démocratiques, ont fabriqué en 55 ans un peuple d'ignorants, soumis, résigné entre la carotte et le bâton, dans un pays où la notion même de démocratie n'existe pas, sauf chez quelques groupuscules d'opposition politique, qui ont fini tabassés et jetés en prison...Alors la majorité de la population, excédée par la pauvreté galopante et les injustices criantes, répètent ces vieilles phrases ( encore aujourd'hui...) : " allah ghalib !"; " al-oumour bi-yad illaâh !"; " rabbi i-farraj aliina !"...Et le voilà, ce bon peuple, courant vers les urnes électorales allahiques en 2011 etc...Ce peuple, il n'a pas voté pour nahdha précisément, il a voté pour allah, enfin au pouvoir. On connait la suite, en 2014, en 2019...la courbe descendante des résultats électoraux de nahdha et ses alliés baisse le nez et la tête. Elle finira par se mettre à genoux. "Le peuple l'aura voulu." Ce verdict imparable, de notoriété internationale, n'est pas une invention de KS, magnifique calligraphe et chef démagogue en titre, puisant certainement ses bons mots ailleurs, dans les livres...Notre plus grand poète A. Chebbi n'a-t-il pas écrit :
" Si le peuple voulait la Vie ( une vie digne)
" Force au Destin d'obtempérer !... ?
Enfin, " arguments" ou "insultes" ? La logique sociale, linguistique, discursive n'est pas maîtrisée par tout le monde, encore moins par notre peuple de + en+ analphabète, mais elle n'est pas complètement étrangère à celui-ci, car toute communication verbale, surtout orale, comporte en elle-même sa logique, argumentative, forte ou faible, persuasive, dissuasive, informative etc...chez n'importe quel locuteur/récepteur. Dans un contexte plus large, qui concerne toute une société à travers des thèmes socio-politiques qui concernent obligatoirement tout le monde, une véritable argumentation qui se tienne, calmement et patiemment, demande du temps; L'échelle historique d'un pays ou d'un peuple ( dans l'absolu) dépasse largement l'échelle historique, plus restreinte, d'un peuple à un moment donné de son Histoire...ou celle d'un parti politique, d'un régime etc... Toute insulte et agressivité dans un échange oral, ou écrit, rompent la communication en escamotant l'objet de celle-ci...Elles tuent le fond et déplacent l'échange sur une forme stérile.On ne hurle pas avec les loups, ni on aboie avec les chiens; on s'en éloigne.

A lire aussi

Lors du vote de la motion contre Ghannouchi

03/08/2020 19:50
2

Après avoir accusés les élus d'avoir voté contre la motion de censure contre Rached Ghannouchi.

03/08/2020 15:06
8

en dehors du Parlement je m’habille et je vis comme tous les jeunes de mon

01/08/2020 11:41
78

Cette initiative intervient après le massacre des

31/07/2020 21:37
18