alexametrics
BN TV

Sonia Ben Cheikh : une hotline opérationnelle dans les hôpitaux à partir du 8 septembre

Sonia Ben Cheikh : une hotline opérationnelle dans les hôpitaux à partir du 8 septembre

 

La ministre de la Santé par intérim, Sonia Ben Cheikh est intervenue, ce vendredi 16 août 2019, sur le plateau de Midi Show sur Mosaïque Fm, afin de revenir sur certaines problématiques du secteur, notamment, la violence dans les hôpitaux ainsi que les tarifications.

 

Sonia Ben Cheikh est revenue, dans un premier temps, sur la question de la violence dans les hôpitaux, indiquant qu’il faut, non seulement, lutter contre ce phénomène mais aussi le prévenir. La ministre a indiqué qu’une stratégie a été mise en place en étroite collaboration avec le ministère de l’Intérieur, établie sur la base d’un diagnostic précis de l’état des lieux. Elle a annoncé qu’une hotline sera opérationnelle le 8 septembre qui permettra aux professionnels de la santé d’appeler les forces de sécurité pour une intervention rapide en cas de violence.

Elle a ajouté que l’aspect préventif repose, entre autres, sur la formation des professionnels de santé en matière d’accueil puisqu’une grande partie des violences se déclenche lors de différends entre le personnel et les accompagnateurs des patients.

 

D’autre part, Sonia Ben Cheikh a indiqué que la convention révisée avec la Cnam n’aura aucun impact sur la tarification pour les patients. « Aucun frais supplémentaire ne sera facturé pour les patients », assure-t-elle, soulignant que si la Cnam rembourse ses dettes envers les hôpitaux et la pharmacie centrale, ils ne seront plus défaillants.

 

S.H

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

le provisoir qui persiste
| 16-08-2019 23:30
madame la ministre provisoire je constate que vous faite beucoup d'effort pour resoudre les problémes croyez moi si vous fates une visite inopiné et aussi déguisé à l'hopital de gafsa ou sfax (urgence) surtout le soir et mème à tunis charle nicole ou autre vous allez tout de suite constater que vous etes en train de gaspiller l'argent public et surtout comment votre commission a cloturer l'enquète des bébés c'est décevant et malheureux miskina tounes

lechef
| 16-08-2019 20:08
@ A-V
Cher résident à L'etranger,
Votre exemple constitue l'une des causes qui a perturbé davantage l'activité des sévices d'urgence.
Tout d'abord, ce n'est pas le médecin que tu le traité de "" clochard" qui demande à un patient ou un accompagnateur de payer puisque l'organisation est faite de nature à respecter la priorité d'arrivée des patients et de payer une cotisation. avant de passer à l'étape suivante.
En plus, ce qui étonnant , comment des petits travaux qui ont entraîné un doigt saignant vous amène à l'urgence ? Sachant que ceci nécessité le travail d'un infirmier .Les cabinets d'infirmiers sont implantés en Tunisie dans chaque rue et chaque "" Zinga"".
Est-ce que vous avez compris que le médecin n'a pas demandé de prestation ?
Tout simplement car C'était très simple à soigner !!! Encore une fois ça confirme que ce n'est pas une urgence.
Il est à remarquer que vos semblables qui sont nombreux envahissent les urgences au détriment des patients qui nécessitent réellement des soins parfois d'extrême urgence !!!!
Non Monsieur, cher résident à L'etranger, vous vous trompez d'adresse dans votre pays d'origine !!!!!

lechef
| 16-08-2019 19:52
A mon avis, il faut commencer par limiter le nombre d'acxompagnqteurs à UN seul.
Pourquoi les portiers permettent l'entrée de 10 personnes avec un seul patient.Ceci est de nature à perturber tout.Non seulement ça gêne l'activité médicale d'une façon générale mais cause des ennuis à toute la structure.
Comment permettre à une personne étrangère à l'hôpital d'accéder à la salle de soins ou bien être face à face avec un médecin ou un infirmier.
De quel droit, qu'elle que soit la nature de cet accompagnateur , comment et de quelle manière rencontrera les agents médicaux ?
N'est-il pas plus correct que seul le patient sera entre les mains du médecin ?
Commencer par éviter cette anarchie tout d'abord qui est simple d'application et déjà ces agressions vont disparaître.
Il suffit que les portiers appliquent ces consignes. Il ne s'agit d'aucune formation puisqu'il suffit de savoir dénombrer jusqu'à deux - un patient et un accompagnateur !!!!! Et C'est dans l'intérêt de tout le monde y compris la famille du patient.

A . V .
| 16-08-2019 18:17
Mme la ministre pas seulement les patients ou leurs familles qui provoquent certains incidents ou la violence, mas aussi certains personnels de santé sont des pourris pal polis et même agressif envers les patients.
Je vous raconte mon histoire , je suis résident à l'étranger et pendant mes vacances en Tunisie, ce jour là j'ai fais un petit travaux et j'ai été blessé au doigt du pied .
Ma femme elle m'a conduit dans l'hôpital de cette ville au urgence , mon doigt saigné et j'ai demandé pour me soigner ils m'ont demandé d'abord s'inscrire et payer avant de te soigner.
J'ai dis mon doigt saigne soignez moi ma femme elle va payer ils m'ont non .
Comment voulez vous les gens ne deviennent pas agressifs vu le comportement de certains voyous médecins.
Enfin de compte ma femme m'a conduit à une clinique, je remercie un médecin m'a soigné et je vous le jure il a pas voulu prendre aucun millime.

A lire aussi

L’ancien président de la République, Zine El Abidine Ben Ali, décédé le 19 septembre 2019, a été

21/09/2019 18:10
3

Un appel qui a été, visiblement, réfuté catégoriquement par Kaïs Saïed qui a réitéré son engagement

21/09/2019 15:43
30

Cette campagne placée sous le slogan #poursuivez_ou_classez sans suite appelle le ministère public à

20/09/2019 22:58
1

Le leader du parti Attayar, Mohamed Abbou a indiqué, ce vendredi 20 septembre 2019, lors de sa

20/09/2019 21:43
18

Newsletter