alexametrics
Dernières news

Sonia Ben Cheikh : pénurie conjoncturelle de 20 différents médicaments

Temps de lecture : 2 min
Sonia Ben Cheikh : pénurie conjoncturelle de 20 différents médicaments

 

 

La ministre de la Santé par-intérim, Sonia Ben Cheikh, a révélé que 20 médicaments sont actuellement manquants dans les pharmacies et a souligné qu’en début de l'année, il y avait une pénurie conjoncturelle de plus de 300 médicaments.

« Actuellement, il y a un réel manque de corticoïdes par voie orale. Il n’y a que trois pays dans le monde qui fabriquent les corticoïdes. La pénurie des médicaments n’est donc pas spécifique. En France par exemple, il y a actuellement une pénurie de 250 ou 300 médicaments. En Jordanie, il y a 170 médicaments manquants », a-t-elle aussi indiqué dans une déclaration téléphonique accordée jeudi 24 octobre 2019 à Shems FM.

La ministre n’a cependant pas mentionné la liste exacte des 20 médicaments manquants en question, étant donné que celle-ci varie selon les stocks internes des hôpitaux et des officines. 

Toutefois, l’Association tunisienne de prévention positive (ATP+) a indiqué dans un communiqué rendu public récemment qu’il y a actuellement une rupture de stock répétitive des antirétroviraux dans le pays.

« Ces ruptures ont concerné notamment l’Epivir sirop pour les enfants et au mois d’août, le Raltégravir comprimés pour adultes. La réponse est toujours la même depuis quelques années : « retard de livraison de la commande par le fournisseur », lit-on dans le communiqué.

L’ATP+ a également affirmé qu’une fillette de 7 ans est décédée le 11 octobre courant à cause des ruptures de stock répétitives et aux changements des rétroviraux par les infectiologues.

 

 

Malheureusement, le manque des médicaments dans les hôpitaux et les pharmacies ne cesse de susciter l’indignation des médecins et des familles des patients. A titre d’exemple, Dr. Nadia Barakett, médecin en service de cardiologie à l’hôpital Mohamed Taher Maâmouri, à Nabeul, avait révélé en juillet dernier qu’un patient, âgé de 40 ans, souffrant de problèmes cardiaques, avait été victime d’un AVC à cause de la rupture du "Sintrom", un anticoagulant de la famille des antivitamines K (AVK). 

« J’ai appelé le ministère puis la pharmacie centrale. La discussion qui s'est tenue se résume à : « Et alors, ça arrive ! » », avait-t-elle alors écrit sur son compte Facebook. 

E.B.A.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Gg
| 25-10-2019 18:51
...ne sont pas chers, pour la plupart.
Insuline, cortisone, rituximab, vaccins... A quand un fonds mondial de solidarité qui permettrait à tous les pays d'en disposer gratiutement?
Pour une fois l'ONU serait utile à quelque chose.

Gg
| 25-10-2019 16:42
"En France par exemple, il y a actuellement une pénurie de 250 ou 300 médicaments."
Ce n'est pas honnête de dire cela. Il y a des ruptures de stock occasionnelles sur une dizaine de médicaments, dont en effet les corticoïdes par voie orale genre Prednisone ou Hydrocortisone, ce qui oblige à prévoir de renouveler une ou deux semaines avant d'être en manque.
Le Rituximab est aussi concerné, et quelques autres médicaments importants.
Par contre, il est vrai que seuls l'Inde, la Chine et le Mexique fabriquent ces corticoïdes actuellement, ce qui a obligé les autorités allemandes et françaises à contraindre leurs industriels à produire les médicaments sous tension. Qui du coup deviennent plus chers, car c'est là le noeud du problème: les génériques fabriqués à l'étranger c' est bien, mais ils ne rapportent rien aux industriels locaux qui, du coup, cessent de produire!

Limou
| 25-10-2019 16:06
Ce qu'elle ne dit pas c'est que parfois il s'agit de médicaments d'urgence et non substituables. La Tunisie va à reculons dans tous les domaines.

Simple tunisien
| 25-10-2019 15:53
La gestion est une science qui s'apprend. La prévision fait partie des attributions du gestionnaire.

Abdo
| 25-10-2019 12:55
Allez les chercher dans les dépôts des trafiquants.

THB
| 25-10-2019 12:13
Hier j'ai fait toutes les pharmacies de la Marsa, et le CoOlmetec 40/25 était en rupture de stock.
Ce médicament est prescrit pour la tension artérielle.
Mme la ministre nous compare à d'autres pays dont les manques sont plus élevés.
Comment peut on la croire.?

A lire aussi

La présidente du PDL, Abir Moussi a publié, ce mercredi 30 septembre 2020, une vidéo en direct sur

30/09/2020 23:17
0

Agression commise hier

30/09/2020 21:50
0

une plate-forme de correspondance

30/09/2020 21:38
0

Nawel Chaouch, chef de service et professeur en pneumologie, à l’Hôpital Abderrahmen Mami a lancé un

30/09/2020 21:13
1