alexametrics
lundi 18 octobre 2021
Heure de Tunis : 06:46
Dernières news
Slim Laghmani : Même en ayant légitimité et légalité, nul ne peut se substituer au peuple
17/09/2021 | 15:25
3 min
Slim Laghmani : Même en ayant légitimité et légalité, nul ne peut se substituer au peuple

 

Invité de Hdith Essa3a sur Express FM, le professeur de droit constitutionnel, Slim Laghmani, a signalé, vendredi 17 septembre 2021, que nul ne pourrait se substituer au peuple même en réunissant légitimité et légalité.
 
Expliquant ces deux notions, il a avancé que cela ne serait possible qu’en un seul cas de figure ; celui selon lequel « la personne qui jouit de légitimité et de légalité est considérée comme étant le peuple ». « Le peuple c’est moi est synonyme de dictature » , a-t-il ajouté.  
 
Interpellé sur la possibilité – pour les ennemis de Kaïs Saïed – de renverser la table, il a affirmé que la destitution du président de la République était impossible constitutionnellement parlant que cela implique le recours à l’article 145 dont l’application requiert l’existence d’une cour constitutionnelle.
 
 
Evoquant la révision de la Constitution – qu’il considère inconstitutionnelle – Slim Laghmani a relevé un paralogisme avancé par certaines personnes qui appuient l’élaboration d’une nouvelle constitution en comparant cette mesure au référendum constitutionnel français de 1958 dirigé par Charles De Gaulle. Il a expliqué, dans ce sens, que contrairement à Kaïs Saïed, le dirigeant français avait été habilité par l’Assemblée nationale via une loi constitutionnelle.
 
« Ce lien doit être maintenu. La continuité de l’Etat est un principe fondamental. On ne peut en un mois (tout faire disparaître). S’il n’y a plus rien c’est que toi aussi tu n’es plus. Tu es président sur quelle base ? », a-t-il lancé en référence à Kaïs Saïed.
 
Slim Laghmani a déploré, par ailleurs, le non-aboutissement des décisions de Kaïs Saïed au sujet du Parlement précisant que des décisions judiciaires auraient dû être prises pour assainir l’Assemblée surtout que certains députés sont accusés de corruption et d’autres de terrorisme.
 
Interrogé sur ce qui aurait poussé Kaïs Saïed à geler les travaux du Parlement pour ensuite faire du sur place quant à l’assainissement de cette institution, le professeur de droit constitutionnel a expliqué que cette décision était motivée par le projet même que le chef d’Etat a en tête. « La stratégie est de mettre une place un Exécutif monocéphale et un Législatif d’une composition complètement différente de l’actuelle », a-t-il fait savoir avant d’ajouter : « Les anges n’existent pas sur terre ».
 
 
Revenant sur la théorie selon laquelle la Constitution serait à l’origine de la crise dans le pays, Slim Laghmani a assuré qu'il n’en était rien. « Certes, il y a des choses qui devraient être amendées tels que les articles sur le régime politique (…) Notre crise est une crise de culture politique et partisane, de comportement individuel, de corruption, d’organisations politiques qui ne sont pas démocratiques », a-t-il martelé.
 
A la question sur sa vision de la sortie de crise, le professeur de droit constitutionnel a indiqué que cela passerait d’abord par des élections législatives anticipées qui permettraient de trouver de nouveaux équilibres politiques au sein du Parlement pour ensuite engager un projet constitutionnel.

N.J.

17/09/2021 | 15:25
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Akoubi Ammar
Des réponses imprécises à la tête du client et connues d avance selon l appartenance des Dalloz des derniers siècles
a posté le 19-09-2021 à 00:16
Il ne faut jamais croire à ces professeurs de droit constitutionnel parce qu ils ne s entendent jamais sur un sujet quelconque de leur spécialité. Leurs réponses sont toujours connues selon leur appartenance car ils agissent en groupe en présentant les mêmes clichés. Malheureusement pour la Tunisie qu il n y a pas de cour constitutionnelle et ces Dalloz modernes continueront à nous gratifier de leurs singeries.
Djikistra
Bouffon
a posté le 17-09-2021 à 22:07
Va te faire mettre..
La légitimité revient au président élu et soutenu par 94% de la population...
Vos masturbations intellectuelles à 2balles ne marchent plus....
takilas
Nahdha des arnaqueurs n'a plus raison d'être
a posté le 17-09-2021 à 21:53
Il y e à assez de ces mafieux nahdha.
Les quelques sudistes malades d'argent sale et d'un os à ronger de la part de nahdha seront vaincus. N'est-ce pas Youssef chahed que tous ces bandits sont là à cause de vous ?
takilas
Les complices de nahdha dans le massacre socio-économiques de la Tunisie
a posté le 17-09-2021 à 21:46
Ben Achour et Jawher les indignes léches-bottes de nahdha. Les traîtres.
takilas
Que de paradoxes de la part de ce béni oui-oui qui parle sans démonstration et pour ne rien dire. Ya hassra âala tounis.
a posté le 17-09-2021 à 21:34
Que de contradictions dans ses propos farfelus.
Forza
Un vrai professeur comme les Ben Achour et Jawher
a posté le 17-09-2021 à 19:27
Je viens de visionner la vidéo de son interview, andik ma tismaa et non pas Saied, Sakraoui et Mahfoudh et leur jonglage avec la constitution.
La pureté (atouhouriya) qu'on attribue à Kais Saied va s'effriter avec le temps. Les gens vont comprendre que la personne n'est pas l'image idéale qu'ils se font de lui.
Platon tounes
Les professeurs en droit constitutionnel
a posté le 17-09-2021 à 18:49
Les professeurs en droit constitutionnel sont-ils devenus non crédibles.. Pauvres étudiants... Le comble de l'ignorance, c'est d'apprendre le droit d'un professeur maladroit
DHEJ
Ils be sont pas très ING'?NIEUX
a posté le à 20:08
"Continuité de l'état" avec ou sans conservation d'énergie?

L'énergie de l'état...
Yassine Manai
EXCELLENCE, LA TUNISIE VOUS AIME
a posté le 17-09-2021 à 16:09
A l'attention de Monsieur le président K S, bientôt le démarrage d'une Nouvelle Génération de Femmes et Hommes d'Affaires pour vous soutenir. Nous voulons également assurer votre excellence de notre présence assidue à vos cotés dans les lourdes taches que vous assumez et la noble missions dont vous a chargé la Jeunesse Tunisienne.

Yassine Manai