alexametrics
dimanche 28 novembre 2021
Heure de Tunis : 15:26
Dernières news
Sami Tahri : L’UGTT a de tout temps refusé les entretiens avec Ennahdha ou ses « pare-chocs »
26/10/2021 | 12:51
1 min
Sami Tahri : L’UGTT a de tout temps refusé les entretiens avec Ennahdha ou ses « pare-chocs »

 

Le secrétaire général adjoint de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Sami Tahri, a démenti, dans un post publié, mardi 26 octobre 2021, sur les réseaux sociaux, toute récente rencontre entre le chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi et le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi.

 

Sami Tahri a souligné que l’UGTT a, de tout temps refusé les entretiens avec Ennahdha ou ses « pare-chocs » et n’a dérogé à cette règle que durant la campagne électorale durant laquelle elle a reçu de nombreux représentants des différents partis.

« L’Union a boycotté les appels qui lui ont été adressés par les commissions parlementaires jusqu'à ce des excuses lui soient présentées et que ceux qui ont fait du Parlement une plateforme d’attaques à son encontre rendent des comptes alors comment les rencontrer aujourd’hui ? », a écrit Sami Tahri.

 

 

 

Une rumeur a circulé aujourd’hui sur les réseaux sociaux concernant une rencontre au siège d’Ennahdha entre Rached Ghannouchi et Noureddine Taboubi.

 

M.B.Z

 

 

 

26/10/2021 | 12:51
1 min
Suivez-nous
Commentaires
AB
Monsonge
a posté le 26-10-2021 à 14:38
L'UGTT est complice. Ce syndicat na vaut rien , il doit aussi assumer l'affaiblissement de l'etat tunisien et l'appauvrissement du citoyen tunisien.. C'est trop facile de dire nous sommes pas complice et nous avons jamais des entretiens avec les maffieux. La centrale doit aussi faire son ménage elle n'est plus crédible. Elle confond syndicalisme et politique. Le président a bien compris votre manége. Vous n'avez aucune crédibilité aux yeux des Tunisiens.
Abel Chater
Très bien dit !!! C'est la preuve que le parti d'Ennahdha, n'a rien eu avec tous les crimes de sabotages, des milliers de grèves, des manifestations sauvages et des barrages criminels, contre l'économie tunisienne depuis la Révolution tunisienne du 14 janvier 2011.
a posté le 26-10-2021 à 13:52
Le simple syndicat travailliste, qui ne possède aucune prérogative en dehors des milieux travaillistes dans les usines et autour de ses adhérents les travailleurs qui lui paient leurs cotisations, l'UGTT pense maintenant se laver ses mains de ses crimes odieux de sabotages, d'intrigues et d'ingérence dans la haute politique de la Tunisie depuis la Révolution tunisienne du 14 janvier 2011, qu'elle trahit jusqu'à aujourd'hui. Ils ont léché les bottes du président Kaïs Saïed depuis le putsch du 25 juillet dernier, dans l'idée de le dompter comme ils le firent avec le défunt dictateur déchu Ben Ali. Maintenant qu'ils constatent que le président Kaïs Saïed, est d'un autre gabarit, ils changent leurs peaux de serpents, de peur que le président Kaïs Saïed, ne leur ouvre leurs dossiers mafieux. Ils veulent tout coller à ceux d'Ennahdha, en prétendant n'avoir jamais eu affaire avec eux. Ils oublient que c'est un certificat d'honneur pour le parti d'Ennahdha, pour n'avoir rien eu avec les crimes de l'UGTT, depuis janvier 2011 ni avant.
Allah yomhil, wèlè yohmil.