alexametrics
Dernières news

Ridha Belhaj répond à la lettre adressée par Omar S'habou à Béji Caïd Essebsi

Ridha Belhaj répond à la lettre adressée par Omar S'habou à Béji Caïd Essebsi

Dans une déclaration à Business News, le 5 septembre 2014, Ridha Belhaj dirigeant de Nidaa Tounes, a exprimé son étonnement quant à la lettre adressée par Omar S’habou à Béji Caïd Essebsi, président de Nidaa Tounes et dont Business News a eu une copie.
M. Belhaj a indiqué que M. S’habou avait manifesté, il y a de cela un mois, une position contraire à ce qu’il avance dans la lettre pour étayer son refus de la candidature de M. Caïd Essebsi à la présidentielle.

Il ajoute, en outre, que Omar S’habou n’a pas eu de responsabilité particulière au sein du parti et conclut : « Nous respectons M. S’habou, mais nous estimons que ce qu’il avance peut être en relation avec son absence des listes électorales ».

A lire également :
Omar S’habou : Cher si Béji, dites la vérité aux Tunisiens !
R.B.H.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

hhmida
| 16-09-2014 23:06
imaginez un moment BCS président à 90 ans...c'est normal?...on accepte ce que nous avions refuse a Bourguiba aux annees 80. Je trouve ridicule l'idee de se presenter candidat a la majistrature supreme a un age depassant la soixantaine (60).
Il faut laisser la place aux plus jeunes. Amor shabou a bien fait de le denoncer (quelque soit la raison).
Pire ecore si un ancien ministre de Ben Ali devient president...Morjan, Zouari, ou Zneidi (recu en heros a l'aeroport. Mr Morjan a dit hier "je suis fier d'etre ministre de Ben Ali....j'ai travaille pour la tunisie..!!!" ...

canalou
| 06-09-2014 19:17
et a gere le pays avec une gran savoir faire et un espoir d instaurer une veritable democratie qui a mal tourne malheureusement a cause du reveil du terrorisme qui guettait notre republique . Nous n avons qu un seul but ,celui de proteger la republique et de voter nidaa le mouvement national . Les personnes n ont aucune importance devant le projet noble de l independence et de la republique menacee par les ikhouanes el moujrimines etrangers

indépendant
| 06-09-2014 13:38
L'égoisme tunisien est inné, dès que l'intérêt personnel n'est pas gagné, on se fronde. Cette pratique hyper-égoiste est présente chez tous les tunisiens. On ne sert pas l'intérêt national. BCS et Shabou ont tous les deux torts, BCE aurait dû rester à l'écart et choisira un jeune de Nidaa qui aura les caractéristiques d'un homme d'Etat et cela depuis la création du parti Nidaa, il aurait pu le coacher pendant ce temps là et éviter l'histoire de son fils. Quant à Shabou, c'est un filou par excellence car il aurait pu débattre ce sujet au sein du parti en présence de BCE. Aujourd'hui, c'est trop tard ya Shabou, tu n'es pas fait pour la politique. prends ta retraite et tais toi, il na faut pas dénigrer tes camarades du parti. Si tu n'est pas content, fais ton parti et on verra bien.

melli
| 06-09-2014 09:47
il faut dire a mr shabou qu on n a pas le choix,c est Si BEJI ou deash et avec eux
les tunisiennes dans les marches aux esclaves..............

Abdou
| 06-09-2014 09:31
C'est répugnant de telles divergences de point de vue qui sont divulgués par des correspondances épistolaire à l'ensemble des Tunisiens. Ceci exhale une odeur nauséabonde au sein du parti qui risque de mettre à plat les membres sincers à la veille des suffrages.

sadok
| 05-09-2014 22:34
si mr beji c essebsi sera elu president la tunisie rentrera dans une incertitude des annees 80 et la democratie ne sera pas pour demain .wa chahada chahidon men ahliha....merci mr Shabou vous avez revele ce que nous savons deja.....

Amor
| 05-09-2014 22:10
comment B.C.E a-t-il pu nommer ce bonhomme en tant que porte parole du parti
Il a la tête d'un directeur de prison ou d'un agent de la Gestapo.

Ben
| 05-09-2014 20:06
La réponse apportée, par Ridha BELHAJ, à la lettre d'Omar Shabou n'est point surprenante. Elle reflète l'opportunisme, le manque de clairvoyance et l'absence de tact de la majorité de cette nouvelle classe politique appelée à prendre les commandes d'un pays qu'ils ont bien vite fait de détruire le réduisant à la mendicité sans le moindre chagrin, remord ou regret.
Ce monsieur, inconnu de la scène politique tunisienne, sera parachuté, au lendemain de la révolte des gueux, au premier ministère, en tant que conseiller juridique, imposé, à Mohamed Gannouchi, par Abderrazk Kilani , avec lequel il contribuera, aux côtés de Sihem Ben Sedrine, Ahmed Rahmouni, Farhat Rajhi et bien d'autres , à la destruction des instituions névralgiques de l'État notamment l'appareil sécuritaire et l'appareil judicaire, démettant les meilleurs cadres de ces deux institutions de leurs fonctions.
Belhaj, dénué de tout savoir juridique, de toute expérience politique et de tout charisme, se distinguera, cependant, par une dureté de caractère inégalable, d'un esprit revanchard et usera de ses coudes pour écarter tous ceux qui lui tiendront tête ; Ghazi Jribi, alors président du tribunal administratif, en fera la triste expérience sauvé, in extrémis, de la démission, par Béji Caid Essebssi, acculé à le nommer ailleurs sous la pression des magistrats du Tribunal Administratif.
Cet homme représente le mal, la haine, la revanche et la discorde. Il ne véhicule aucune image positive qui puisse servir un grand parti comme Nida Tounès, censé offrir à la Tunisie la voie de la conciliation, celle de tout un peuple, sinon d'une Nation.
Comment donc attendre d'un tel personnage une réponse moins stupide que celle apportée à l'une des rares voix de sagesse, toujours souhaitable, quel qu'en soit la motivation.

Sadok Kenani
| 05-09-2014 19:16
Rappelez-vous..Omar Shabou etait aux premières loges lors de la création de Nida Tounes,pensant peut être jouer le rôle du Dauphin..mission qui ne lui fut pas dévolue..il claqua la porte...pour revenir avec son semblant de Parti..nouvelle déception,il n'est tête de liste dans aucune circonscription,d'oú une certaine amertume..sa lettre aurait été fiable et sincëre s'il l'avait "posté",disons,il y a un mois de cela..aujourdhui,elle sent la conspiration post éviction...

alassad
| 05-09-2014 18:25
ceux qui se rappellent des années 1980-1987 et l'état de santé du président Bourguiba à cette époque et surtout les personnalités qui l'entouraient comme des( vautours ) à cette époque les)tunisiens étaient inquiet pour l'avenir incertain et voir la suite...........! ! ! !

A lire aussi

le procureur a ordonné l'ouverture d'une

14/10/2019 22:19
0

l’Isie est indépendante et nous n’avons pas

14/10/2019 21:54
0

Le membre du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), Zied Dabbar, a fermement condamné,

14/10/2019 21:27
0

Newsletter