alexametrics
Tribunes

Qui veut noyer son chien, l'accuse de la rage

Temps de lecture : 5 min
Qui veut noyer son chien, l'accuse de la rage

 

Par Moncef Hajeri*

 

En 2015, un mien ami Ambassadeur dans une capitale européenne fut rappelé après seulement deux années d’activité. Choqué par cette décision qu’il jugeât tout autant incompréhensible qu’inique, il s’inquiéta de connaître les raisons de son rappel. L’Administration lui répondit avec flegme et assurance : « rendement insuffisant ». Mon mien ami tomba des nues. Durant les deux années de sa mission, il organisa une visite présidentielle, des visites de Ministres, des échanges d’hommes d’affaires et fit revivre la commission mixte bilatérale. Excusez du peu, alors que d’autres chefs de poste se cantonnent dans une quasi léthargie cinq années durant et ne subissent aucune réprimande.

Pourquoi ce rappel ? La réponse est simplissime. Lors du partage du gâteau des affectations des chefs de postes diplomatiques, lorsqu’on est à court de places, on rappelle ceux non politiquement ou régionalement soutenus pour libérer un poste. Le règlement de compte fait également partie des critères de rappel.

Finalement, qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.      

J’avoue que c’est après moultes hésitations que j’ai finalement opté pour l’écriture de ces quelques lignes ; hésitations motivées par le dessein de ménager les susceptibilités grandissantes en cette période difficile et, du fait d’un égotiste sentiment de protection, celui de me garder des agressions démagogiques.

 

C’est l’affaire Kais Kabtni qui m’a interpelée et assurément affectée, non du fait de la personne concernée – avec laquelle mes relations se limitent à une bienséante cordialité - mais au procédé utilisé.

Sur le plan de la forme, Kais Kabtni a tort. Sans doute sous le coup de la colère et d’une légitime frustration il a répréhensiblement fait fi des principes déontologiques de la profession et commis un crime de lèse-majesté en s’en prenant à la personne du Chef de l’Etat dont, ne l’oublions pas, en tant qu’Ambassadeur, il demeure le représentant.

S’agissant du fond, je m’interdis de le blâmer tant ce qui se passe au ministère des Affaires étrangères est devenu, en particulier, au cours des dernières années, ce que d’aucuns, mal intentionnés, pourraient qualifier de folklorique.

 

Pour mieux appréhender la situation, il semble d’intérêt de procéder à un retour en arrière pour ce qui concerne la direction de notre représentation permanente auprès des Nations Unies à New York.

Au lendemain de la fin de mission de l’Ambassadeur Khaled Khiari en 2018, alors que son parcours, son profil et son grade lui autorisaient la fonction d’Ambassadeur, représentant Permanent de la Tunisie auprès des Nations Unies, Sami Bouguecha n’a été affecté à New York qu’en tant qu’Ambassadeur adjoint ; Khemaïs Jhinaoui, alors Ministre des Affaires étrangères, ayant laissé vacant pour lui-même le poste d’Ambassadeur comme solution de repli.

Le décès du Chef de l’Etat, feu Béji Caïd Essebsi, est venu bouleverser les plans. Moncef Baati, camarade de promotion de Khemaïs Jhinaoui, mais diplomate chevronné, a été nommé à ce poste poussant Sami Bouguecha, souffrant de ne pas se voir chapeauter par un Ministre mais juste par un collègue rappelé de sa retraite, demanda son rappel en Tunisie auquel l’Administration acquiesça.

Presque à la même période, Kais Kabtni fût affecté à Addis Abeba, en tant qu’Ambassadeur Représentant Permanent de la Tunisie auprès de l’Union Africaine. Suite à ladite bévue de Moncef Baati et son rappel immédiat, la Tunisie étant membre non permanent du Conseil de Sécurité et son siège ne pouvant rester vide, Kais Kabtni, sous le règne du Ministre Noureddine Erray, fût dépêché à New York en tant qu’Ambassadeur.

Son éviction de New York, au bout de seulement quelques mois d’activité, suivie de deux propositions de mutation, d’abord vers Oman (poste occupé par son camarade de promotion Noureddine Erray avant qu’il ne devienne Ministre) puis vers une Capitale européenne, toutes deux refusées, à moins d’éléments graves non divulgués, demeure à mon sens inexplicable. La position affichée par le Ministère des Affaires étrangères, à cet égard, est loin d’être convaincante.

Il faut avouer, ainsi que je l’ai évoqué plus haut, que le Ministère des Affaires étrangères, du fait de multiples facteurs que je m’abstiendrais d’expliciter, est loin d’avoir l’action structurante à même d’en faire l’un des principaux piliers du processus de développement de la Tunisie, et d’avoir une diplomatie à la hauteur de ce que la Tunisie mérite.   

 

En 2016, alors que j’étais porte-parole du Syndicat des diplomates, lors d’un passage à la télévision, Madame Myriam Belkadhi, en fin d’entretien, m’avait invité à adresser un message au Ministre des Affaires Etrangères. J’exhortais le Ministre de l’époque, Taieb Baccouche, à être celui qui oserait faire passer le Département des Affaires Etrangères, du 19ème au 21ème siècle.

Certains des fonctionnaires du Ministère perçurent cet appel comme une boutade, d’autres lui reprochèrent son exagération. Plus nombreux furent ceux qui y souscrivirent.

 

Cette remarque émise en 2016 est toujours d’actualité aujourd’hui. Quelques exemples significatifs à cet égard :

-Les critères d’évaluation des postes diplomatiques demeurent extrêmement rudimentaires voire simplistes. Ils datent du siècle dernier. Mon devoir de réserve m’interdit d’en révéler les détails.

-Les affectations à l’étranger, pour ce qui concerne les chefs de postes, les diplomates et les autres fonctionnaires, n’obéissent ni à un critère précis, ni à un profilage particulier à même d’augurer une à priori efficience. Tout ou presque est soumis à la discrétion du Ministre qui reste, après le Chef de l’Etat, seul maître à bord ayant toutefois l’avantage d’une meilleure connaissance du terrain. Le mouvement diplomatique 2020 avec nombre de choix controversés n’a pas dérogé à la tradition.

-Les concours internes à la crédibilité parfois douteuse, transformant en diplomates certains fonctionnaires non diplômés éprouvant les pires difficultés à aligner trois phrases.

Le Ministère des Affaires Etrangères a besoin d’une réforme de fond pour construire une diplomatie efficiente et efficace. De très nombreuses voix se sont élevées pour le dire mais force est de constater qu’elles prêchent dans le désert.

 

 

*Ancien Ambassadeur

            

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

Amilcar
| 04-10-2020 10:50
Que c est foutu! C est la culture de la médiocratie à tous les niveaux causée par la déliquescence de l'état pas capable de faire face à la destruction systématique de ses institutions par l agression de l ideologie islamo-fasciste salafiste ennemie.de l' état!

Le problème il est là. Allez le chercher et réglez le.. Arrêtez de vous lamenter

Abir Moussi sait comment le régler
Faites rang derrière elle. .

Contribuable
| 23-09-2020 10:07
Un ambassadeur injustement limoge, dit on, un ambassadeur remercie pour rendement insufisant, un ambassadeur qui se rebelle contre son employeur pour cause de non confiance en chef de l etat!! dit il, un ambassadeur qui defend dans les medias son collegue maltraite dit il, ou diplomatiquent denigre un autre collegue ou son ex ministre, ce Karakouz commence a trop fatiguer le peuple tunisien qui en a marre de voir le ministere des affaires etrangeres devenir une copie presque conforme de
l assemblee des dits "representants" du peuple. Une copie conforme qui coute encore plus et enormement cher aux contribuables. En face de ces luttes internes, on devrait reduire le nombre
d ambassades physiques de moindre importance a l etranger et nommer des ambassadeurs accredites aupres de ces pays, mais avec Residence a Tunis.
Cela est pratique etrangere a la diplomatie tunisienne obsolete et d un autre age mais tres courante et frequente chez des pays riches qui attachent plus
d importance a l efficacite et a la sauvgarde de l argent de leurs contribuables. Cela aidera a reduire les luttes pour le partage du gateau entre ambassadeurs et aussi mettre fin a la pagaille actuelle au ministere des affaires etrangeres. Kaies Saied devrait au plus vite mettre de l ordre dans ce peu diplomatique Karakouz. .

Narjess larnaout
| 22-09-2020 18:44
La politique est plus dangereuse que la guerre... A la guerre, vous ne pouvez être tué qu'une seule fois. En politique, plusieurs fois.Un conseil :etudiez l histoire,etudiez l histoire,c est dans l histoire que resident tous les secrets de l art de la diplomatie....ou plutot tous les arts.

DHEJ
| 22-09-2020 18:12
Avant de devenir ambassadeur ?


TAW TCHOUFOU
| 22-09-2020 17:42
Merci Excellence , pour votre précieux témoignage !
On se demande à quoi sert d'organiser des concours internes ou externes , pour la carrière de diplomate , si on en est arrivé à " placer " n'importe qui , sans compétence ni formation aucune , à des postes aussi important pour l'intérêt du pays !
Nous sommes tombé bien bas , très bas .... miskina Tounes !

Cuisiner
| 22-09-2020 16:24
Merci beaucoup M. l'ambassadeur pour ce témoignage de première main. Je note particulièrement "les concours internes à la crédibilité parfois douteuse, transformant en diplomates certains fonctionnaires non diplômés éprouvant les pires difficultés à aligner trois phrases" et invite la présidence de la république de diligenter une enquête.

eshmoun
| 22-09-2020 15:32
plus on avance plus on recule et forcément c'est inique...si tout au moins j'ai bien saisi .

A lire aussi

Que fera-t-on le jour où les morgues seront saturées ? Que fera-t-on lorsque nos morts seront

24/10/2020 12:08
2

La question quant à la survenue d’une épidémie n’aurait pas dû être « est-ce qu’il y aura une

22/10/2020 09:03
3

Ça a pris 49 jours au chef du gouvernement pour trouver le temps d'accorder une interview à un média

19/10/2020 14:21
9

Fraichement déposée, elle annonce sa

16/10/2020 18:06
1