alexametrics
A la Une

Qui sont les pauvres en Tunisie ?

Temps de lecture : 5 min
Qui sont les pauvres en Tunisie ?

 

Le Centre-Ouest et le Nord-Ouest sont les régions les plus pauvres, constate l’INS dans une cartographie nationale soulignant que les inégalités entre les régions se creusent de plus en plus. Mais qui sont les régions les plus pauvres?  Et au fait, c’est quoi être pauvre en Tunisie aujourd'hui ?

 

La pauvreté et les déséquilibres demeurent toujours patents entre les régions, selon les chiffres publiés mercredi 23 septembre 202 par l’Institut National de la Statistique (INS). Les taux de pauvreté les plus élevés sont localisés dans la partie rurale des régions du Nord-Ouest et du Centre-Ouest avec 25 % pour une population de 3.471.488 personnes. Les régions les plus riches sont celles du Grand Tunis (5,3%) et du Centre-Est (11,4%).

 

Ainsi et selon l’INS, les gouvernorats de Kasserine, El Kef et Kairouan affichent les taux de pauvreté les plus élevés. Les trois délégations les plus pauvres appartiennent, d’ailleurs, au gouvernorat de Kasserine. Il s’agit de la délégation de Hassi Frid avec un taux de 53,5 %, suivie de Jedeliane (53,1 %) et Al Ayoun (50,1 %).

 

 

 

Pour augmenter le pouvoir d’achat des pauvres et améliorer leurs conditions de vie, le gouvernement a mis en place un plan de développement régional. Pas suffisant, d’autant que les inégalités se sont accentuées de plus en plus. Et comme les mesures politiques ont favorisé la compétitivité industrielle et l’ouverture commerciale, les flux migratoires vers les villes les plus dynamiques ont augmenté accentuant les inégalités spatiales.

 

Que veut dire alors être « pauvre » ?

Il est difficile de faire la différence entre les pauvres et le reste de la population. L’INS  estime que le taux de pauvreté dépend des variables économiques et éducatives. Voici comment l'INS définit alors cette notion :

« La pauvreté est définie suivant deux dimensions principales, à savoir : L’insuffisance de revenus ; et le manque d'accès aux infrastructures et aux services de base comme la santé, l’eau, l’électricité, l’éducation de base… etc.»

Il en ressort que le taux de pauvreté en Tunisie est de l’ordre de 15,2 % selon une base de données de 2015. L’urbanisation, le chômage, l’accès à l’infrastructure et aux services de base et l’éducation sont les principales dimensions prises en compte.

 

La migration interne accentue la pauvreté

Sous l’effet de l’augmentation de la migration interne, le pays s’urbanise de plus en plus, souligne l’étude. Cela dit, de nouveaux problèmes liés à la pauvreté comme la prolifération des quartiers périphériques des grandes villes se sont produits à cause de ce phénomène.

Toutefois, certaines études estiment que la migration interne facilite la réduction de la pauvreté car les économies basées sur l’agriculture s’ouvrent progressivement à de nouveaux secteurs à rémunération plus élevée.

En Tunisie, la pauvreté est un phénomène à prédominance rurale, indique l’INS, dénotant d'une tendance inverse entre taux de pauvreté et taux d’urbanisation. 

 

 

 

Et les chômeurs sont-ils considérés comme pauvres ?


Les actifs au chômage, indique l’Institut, sont beaucoup plus souvent exposés au risque de pauvreté que les actifs en situation d’emploi. Néanmoins, il est important d’intégrer les ressources monétaires du conjoint et/ou les transferts sociaux dans l’analyse de la pauvreté, qui atténuent l’insuffisance du revenu individuel d’activité.

Alors le chômage constitue l’un des facteurs aggravent la pauvreté. C’est pourquoi la corrélation simple entre le taux de chômage et le taux de pauvreté par délégation est positive.

 

Etre pauvre, c’est aussi ne pas avoir accès aux infrastructures de base

 

« La lutte contre la pauvreté exige une offre suffisante et adéquate d’infrastructures de base », soulignent les études (Craig, D., Porter, D. 2003, Dollar, D. et A. Kraay, 2000). En effet, les analyses effectuées sur plusieurs pays en développement, montrent, en effet, que la pauvreté est une fonction décroissante de l’accessibilité aux infrastructures de base.

Ce qui confirme les données tunisiennes démontrant que les délégations les plus faiblement raccordées aux services de base (eau potable, assainissement, gaz, électricité) sont les plus pauvres.

 

Les pauvres sont aussi les sans-abri !

Sous nos cieux, il existe encore des personnes vivant dans des conditions lamentables sans compter celles vivant à la rue. Ces gens-là  se sont considérés comme pauvres, selon l’étude de l’INS. Car en effet, le logement forme l’une des dimensions de la pauvreté dans la mesure où il reflète les conditions de vie d’un ménage.

Dans ce sens, la cartographie montre bel et bien la relation positive entre la pauvreté et le logement rudimentaire.

 

Les biens et services dans les ménages sous la loupe

Ne pas avoir une télé, un ordinateur ou une connexion Internet, c’est aussi l’une des facteurs de pauvreté selon la cartographie de l'INS. C’est pour cela que certains biens ou services dont disposent les ménages ont été pris en considération.

Il se dégage alors que les délégations les plus pauvres sont celles qui sont les plus dépourvues de ces biens et services.

 

Le dur chemin vers l'école aussi !

La difficulté d’accès à l’éducation figure, selon l’INS, parmi les aspects multidimensionnels de la pauvreté. « Les familles les plus pauvres sont également celles qui ont les enfants les moins scolarisés ou qui abandonnent l’école dès le niveau primaire», confirment les études (Michaelowa, K. 2000 et Morrison, C. 2002)

La relation de causalité entre l’éducation et la pauvreté est expliquée par le fait que les problèmes financiers impactent négativement la capacité des enfants à apprendre. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les enfants quittent les bancs de l’école et cherchent à travailler malgré leur jeune âge. A cet âge, l’enfant peut souffrir de faim, de fatigue et de malaise psychologique. L'exemple de Maha Gadhgadhi qui, en novembre 2019, a été emportée par les eaux d’un oued en crue alors qu’elle était sur le chemin de retour depuis son école, illustre la difficile vie éducative des enfants vivant dans les zones rurales démunies.

 

Retenons que les zones rurales, où se crée la richesse du pays, sont les plus touchées par la pauvreté, la priorité est d’assurer l’équilibre socioéconomique et de redoubler d'effort contre les inégalités régionales. Dans nos contrées, où les indicateurs à l’instar du taux de chômage et celui de pauvreté ne cessent d'augmenter, rompre avec les anciennes politiques qui ne donnent que les mêmes problèmes serait déjà un bon début.   

 

 Imen Mehrzi

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

Observateur
| 27-09-2020 20:02
Un excellent article

Gg
| 24-09-2020 17:35
'?cole OBLIGATOIRE et gratuite, cahiers, livres et stylos, fournis. Repas de midi pris à la cantine. Devoirs faits à l'école. Ramassage scolaire pour le transport aller et retour, et coup de bâton sur les parents mécontents qui ne suivent pas.
Je pense à ma femme, elle avait 12 ans lorsqu'un prof est allé voir ses parents, et leur a dit: "Vous n'avez pas une fille, vous? Si? Je veux la voir à l'école dès demain!".
Un saint homme, ce prof. Elle lui doit beaucoup, beaucoup... Il l'a sauvée de la misère.

Gg
| 24-09-2020 16:44
...est la porte de sortie de la misère. J'en ai plusieurs exemples, à commencer par ma petite belle soeur, une perle dans mon coeur! Elle avait 17 ans lorsque je l'ai connue par ma femme. Dès notre rencontre, ma femme a dit à sa soeur de passer le bac. 1er essai raté, normal vu ce qui lui tombait dessus! Elle était promise à vivre comme les sauvages dont je parlais dans mon message précédent. 2ième essai, raté. 3ième essai dans une école privée de Tunis. Bingo, elle l'a eu! A suivi une année dans une école privée de comptabilité, puis une 2ième année dans la même école. Puis une année dans une école de commerce. Et aujourd'hui, malgré le contexte très difficile, elle se débrouille. Elle parcourt les administrations, accomplit les formalités, elle a même eu des postes à responsabilité. Une vraie puce qui saute partout, vive, intelligente, pleine de vie. Elle a de la conversation, elle est curieuse, elle vit. C'est un plaisir de chaque instant de voir la métamorphose!
Deux autres jeunes filles ont été aidées de la même manière, elles s'en sont sorties aussi.
Morale de l'histoire: les parents doivent comprendre que l'école et la formation sont les clés. Pas de fatalisme, rien n'est écrit, il faut étudier, se former, apprendre.
Mais dans les milieux pauvres, l'école est le dernier souci des parents Car je connais aussi des exemples de jeunes qui marchaient bien à l'école, dont les parents ont arrêté les études. La chute est vertigineuse...

Albatros
| 24-09-2020 12:18
les signes: dollar, euro, interro, exlam ... n'apparaissent dans les comments.
pourriez vous corriger ce bug.

Albatros
| 24-09-2020 12:14
dans un pays où les riches ne paient pas d'impots pour financer le SOCIAL, inexistant.
le social est financé par le frère, qu'on jette à la mer pour apporter des devises.
devises qui servent à importer des produits inutiles: bananes, whiskey, aliments pour chiens ... via des supermarchés sionistes eg; Monoprix, Carrefour et al.
votre système est injuste et révoltant.

l'europe est moins cruelles que vous.
ici, les riches paient 35 % d'impots pour financer le SOCIAL. le pauvre n'est pas abandonné à son frère. l'état vient l'aider, grace à l'argent des riches. çà s'appelle : justice sociale.
curieusement vous copiez tout sur la France sauf son système social. vous n'avez pas les c ... pour forcer les riches à payer des impots. vous ètes injustes et cruels.

les riches doivent payer pour les pauvres, pas le frère.
les riches sont responsables de la misère. on n'a pas besoin des "macaronis de Karoui". Karoui doit payer des impots, malgré lui. ( birraghmi min anfihi ).

un système SOCIAL financé par les riches , vite !!

Gg
| 24-09-2020 09:46
Ma belle famille du Centre Ouest est pauvre, selon vos critères. Voyant leurs conditions de vie effroyables, en 2012 j'ai acheté une grande maison à ma femme, dans le bourg où ils habitent. 196m2, 4 chambres, 2 salons, salle de bains équipée, toilettes, cuisine, grande terrasse, cour intérieure. Nous avons tout repeint, équipé la cuisine de gazinière, frigo, chauffe eau... Une belle grande maison que j'aurais volontiers habitée. Ma femme a donc dit à sa famille de vivre dans cette maison. Maman, son mari, les parents du mari et 3 enfants.
3 ans plus tard, en 2015, je revois cette maison.
Fenêtres cassées, vitres brisées, portes disparues, ou défoncées, salle de bain détruite: lavabo disparu, douche absente. Toilettes cassées, chasse d'eau hs. Bouteilles de gaz disparues, chauffe eau en panne. Des traces de ballon au mur, ils ont dû confondre salon et terrain de foot. Il restait 2 ampoules aux plafonds, il manquait des prises de courant, celles qui restaient n'avaient plus de fusible.
Lits, canapés... degueulasses.
Désolé, j'ai piqué ma colère. J'ai foutu tout le monde dehors, refait tout à neuf, et la maison a été louée fissa à des gens civilisés et propres.
Je leur avait aussi donné de l'argent, largement de quoi acheter un commerce... évaporé, disparu!
Maintenant ils vivent comme avant, et je ne les plains pas.

aldo
| 24-09-2020 08:22
QUI SONT LES RICHES EN TUNISIE ? ? OU C'EST TABOU ET HRAM !

Agatacriztiz
| 23-09-2020 22:36
Notre pays n'a pas de densité de population énorme comme certains pays, n'a pas de démographie galopante due à la polygamie, n'a pas un taux de natalité qui défraie la chronique, à des ressources agricoles, piscicoles importantes, possède un cheptel ovin, caprin et bovin non négligeable, a des industries de matériaux de construction et main d'?uvre qualifiée suffisantes pour édifier des logements sociaux rapidement dans les régions qui en ont le plus besoin, à une industrie textile capable de vêtir décemment et à des coûts raisonnables des populations à faibles revenus, a un potentiel énorme pour l'énergie pour l'électrification de ces mêmes logements (notamment solaire et éolienne), à des eaux souterraines qui ne demandent qu'à être pompée ou des oueds qui demandent qu'à être "domestiqués" et tant d'atouts longs à énumérer ici.
Si nous faisons rien, j'ai bien peur que ce pays soit envahi, il l'a été maintes fois dans l'histoire, ne l'oublions pas. Ce ne sera pas forcément violent, ça sera fait peut-être de manière subtile et sournoise en nous mettant de plus en plus à genoux, mais ça sera certainement pénible, étouffant et dégradant pour nous tous.
Alors il faudrait vraiment que l'on se réveille et que l'on remédie à toutes ces lacunes, notamment et en premier lieu à cette pauvreté et à cette misère, avant que nous soyons tous, je dis bien tous, réduits à mendier.

DHEJ
| 23-09-2020 20:37
L'INS est un institut pauvre...

A lire aussi

Peut-être il est temps de mettre à nu le mal qui ronge notre

21/10/2020 19:59
2

1335 salariés licenciés.

20/10/2020 19:59
0

« Nous avons peur que la situation échappe à tout contrôle

19/10/2020 19:59
6