alexametrics
B.N.CHECK

Qui conduisait la voiture administrative impliquée dans un accident sur la route X ?

Temps de lecture : 1 min
Qui conduisait la voiture administrative impliquée dans un accident sur la route X ?

 

Les photos d’une voiture administrative impliquée dans un accident survenu ce matin, du samedi 17 octobre 2020, sur la route X à Tunis, ont été massivement partagées sur la toile.

 

A cause de la jeune fille prise en photo à côté de la voiture, beaucoup d’internautes se sont indignés pensant qu’il s’agissait de la conductrice et déplorant l’usage illégal, par l’enfant d’un responsable, d’un véhicule de fonction.

 

Le président de la Fédération nationale des Communes Tunisienne et maire de la ville de Raoued, Adnen Bouassida, a affirmé, dans un statut posté ce soir sur les réseaux sociaux, que c’était bien le maire de Sakiet Sidi Youssef qui était au volant et pas sa fille.

 

Il a expliqué que l’accident avait impliqué trois autres voitures et que les trois chauffeurs qui se sont aussi rendus au poste de police pour remplir les feuilles d’assurance ont confirmé dans leurs dépositions que le maire était au volant.

 

Le maire de Raoued a souligné qu’à cause des statuts incendiaires et de la polémique suscitée sur facebook, les policiers ont subi des pressions mais ont décidé au final d’accomplir leur travail en toute neutralité.

 

M.B.Z

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (14)

Commenter

veritas
| 18-10-2020 20:59
Le véhicule appartient à la mairie de sakiet sidi Youssef ...la fille qui conduisait la voiture c'est la fille de Mohamed El kouray maire Nahbaoui de la commune de Sakiet sidi Youssef ...le luxe et l'argent jeté par les fenêtres chez les islamistes sans aucun limite .
Le maire de Raoued fait du faux témoignage...

takilas
| 18-10-2020 18:57

Au lieu de photographier les mascarades de la Tunisie.
Réalisez un recensement pour savoir combien de véhicules sont achetés annuellement l'état tunisien ! et quel leur coût ? et puis une autre enquête pour savoir le volume faramineux, de millions de m3 de carburants offerts mensuellement (estimé par des milliards) pour soit-disant aller au lieu travail à Tunis, même si les logements le "grand" Tunis, ou plutôt gigantesque Tunis, se trouvent à des dizaines de kilomètres du supposé de travail qui n'est d'ailleurs visité que par une minorité, si l'on exclut ceux qui sont sédentaires dans leurs domiciles, ceux qui passent la journée dans les cafés et les bars et ceux qui se promènent soit dans les plages ou les lieux de loisirs.
Acheter un véhicule par les ministères pour servir à quoi, bien sûr faute de transport en commun commode ? et puis les véhicules personnels (dont leur nombre est infini), sont acquis facilement par l'aide des prêts et dont leur remboursement s'est avéré à la portée, puisque les salaires sont élevés et que le commerce (en parallèle de la fonction) rapporte gros.
Sans parler des propriétaires des taxis à Tunis (nombre du parc véhicules très élevé) qui mènent un train de vie de nabab, entraînant un exode rural immense et que tout le monde aspire maintenant à posséder un taxi (ou plusieurs à la fois) et destiner ses enfants à pratiquer ce job très lucratif et meilleur que de poursuivre l'enseignement ou d'apprendre une profession.
Soit un pays de la débandade et de l'endettement infini avec les banques mondiales.
Tout ce background est destiné pour que les politiques préservent leur poste par des élections, donc, supposés corrompues par un donnant-donnant et pour devenir milliardaires dans un pays pauvre.
Et puis la définition du travail en Tunisie, c'est d'être derrière un bureau, deux chaises d'accueil, un téléphone et internet, et avoir les "avantages" d'acquérir un véhicule et un appertement à Tunis (obligatoirement), de trinquer, regarder le football et aller aux plages et aux festivals, le tout est obtenu sans mérite de vacances, puisque les vacances sont existantes à longueur d'année.
L'enseignement et la formation professionnelle n'ont plus aucun sens, d'autant plus qu'il y a les marchés parallèles, les transports privés et les commerces des produits subventionnés par l'état.
Que dire de ce pays tunisien ?

takilas
| 18-10-2020 18:18
Réalisée un recensement pour savoir combien de véhicules achete annuellement l'état tunisien, et quel leur coût , et puis une autre pour savoir le volume faramineux, de millions de m3 des carburants offerts mensuellement pour soit-disant aller au lieu travail à Tunis, même si les logements le "grand" Tunis, ou plutôt gigantesque Tunis, se trouvent à des dizaines de kilomètres du supposé de travail qui n'est d'ailleurs visité que par une minorité, si l'on exclut ceux qui sont sédentaires dans leurs domiciles, ceux qui passent la journée dans les cafés et les bars et ceux qui se promènent soit dans les plages ou les lieux de loisirs.
Acheter un véhicule par les ministères pour servir à quoi ? et puis les véhicules personnels ( dont leur nombre est infini), sont acquis facilement par l'aide des prêts et dont leur remboursement s'est avéré à la portée, puisque les salaires sont élevés et que le commerce rapporte gros.
Sans parler des propriétaires des taxis à Tunis (nombe du parc très élevé) qui mènent un train de vie de nabab, entraînant un exode rural immense et que tout le monde aspire maintena t à posséder un taxi ( ou plusieurs) et destiner ses enfants à pratiquer ce job très lucratif et meilleur que de poursuivre l'enseignement ou d'apprendre une profession.
Soit un pays de la débandade et de l'endettement infini avec les banques mondiales.
Tout ce background est destiné pour que les politiques préservent leur poste par des élections, donc, supposés corrompues par un donnant-donnant-donnant et pour de vie milliardaires dans un pays pauvre.
Et puis la définition du travail en Tunisie, c'est d'être derrière un bureau, deux chaises d'accueil, un telephone et internet, et avoir les "avantages" d'acquérir un vehicule et un appertement à Tunis (obligatoirement), de trinquer, regarder le football et aller aux plages et aux festivals, le tout est obtenu sans merite de vacances, puisque les vacances sont existantes à longueur d'année.
L'enseignement et la formation professionnelle n'ont plus aucun sens, d'autant plus qu'il y a les marchés marchés, les transports privés et les commerces des produits subventionnés par l'état.
Que dire de ce pays tunisien ?

rayma
| 18-10-2020 17:54
A défaut c'est un témoignage de complaisance

Akoubi Ammar.
| 18-10-2020 16:37
Il faut revoir l octroi des voitures administratives et leur utilisation sachant qu à peu près seul le un quart de ces véhicules est attribué légalement. Pour le reste des centaines de milliards sont gaspillées sans aucun fondement juridique. A titre d exemple comment explique t on qu un administrateur , un cadre moyen, un agent d exécution ou un ouvrier dans une structure de l état jouit du privilège de la voiture et toutes ses charges et un directeur général que son statut et les textes en vigueur lui attribue ces avantages n en bénéficie pas. Monsieur Mechichi a vraiment du pain sur la planche. Il s' agit de l' argent public se chiffrant à coup de centaines de milliards.

Mansour Lahyani
| 18-10-2020 15:41
Encore le spectre maléfique d'Anouar Maaref Non, cette fois-ci, il n'y est pour rien : ce n'est pas la fille du maire qui était au volant, mais bien le maire lui-même...

Pascal
| 18-10-2020 13:56
C'est pour quand la FIN de ces voitures administratives ou plutôt de loisir ? Des dépenses abusives SANS AUCUN RENDEMENT supportées par l'état et aux Frais du contribuable tunisien. '? quoi servent ces voitures de tout genre ? '? RUINER DAVANTAGE LE PAYS .

Citoyen_H
| 18-10-2020 10:47
Condidérons que c'était la fille qui conduisait.
Et après ?
Tawa tadhribouhéme aa ettayara !!!!


Badran
| 18-10-2020 10:43
Qu'est ce qu'un Maire et encore moins son secrétaire communal ( ketib el beledia ) ont ils besoins d'une voiture, pourquoi faire? En Europe nu le Maire et ni le secrétaire communal ne sont dotés de véhicules de l'Etat, et en Tunisie le pays pauvre et endetté, on les octroie un véhicule de 160.000d tout en sachant la situation des hôpitaux!
Y aurait il des hommes politiques qui ont auront le courage un jour de contrarier le lobby de voitures qui est derrière ce genre de dotation!
Pour revenir sur l'accident de la voiture du Maire, conduite par sa fille, le Maire doit la réparer à ses frais et en aucun cas aux frais des contribuables, et en démocratie, il doit être démis de sa fonction.

mansour
| 18-10-2020 10:25
à cette classe politique, menteuse, corrompue et islamiste des freres musulmans salafiste d'Ennahdha au pouvoir depuis 10 années

A lire aussi

Qalb Tounes prétend le contraire.

26/10/2020 10:28
2

La radio n'est pas disponible en transmission hertzienne.

23/10/2020 08:38
2

Sur le projet de l'amendement du décret 116

20/10/2020 17:33
3