alexametrics
Chroniques

Présidentielle - Trois remarques à quelques heures des premiers résultats

Présidentielle - Trois remarques à quelques heures des premiers résultats

Par Sofiene Ben Hamida

 

A quelques heures de l’annonce des premiers résultats du premier tour de l’élection présidentielle, trois remarques s’imposent.

La première remarque concerne le déroulement de la campagne électorale. Contrairement aux affirmations des uns et des autres, la campagne électorale s’est déroulée dans des conditions globalement satisfaisantes. Il y a eu certes des dépassements de la part des supporters de tous les candidats sans exception. Le nombre de ces infractions électorales est très important comme le soulignent les rapports de l’Isie. Seulement, il n’y a pas eu d’infractions graves de nature à perturber fortement le déroulement de la campagne électorale ou la rendre carrément impossible. En effet, aucun cas de violence physique n’a été enregistré durant cette campagne, les réunions et les meetings des candidats n’ont pas été perturbés, sauf peut-être pour quelques sorties du candidat Youssef Chahed qui a lui-même minimisé l’importance de ces incidents. Les affirmations qui stipulent que la campagne électorale a été entachée de beaucoup d’irrégularités n’est donc vraie que partiellement. Seulement, ces affirmations ont été largement diffusées par les réseaux sociaux au point que cette « vérité facebookienne » est devenue une vérité absolue. En réalité, cette campagne présidentielle n’est ni plus agressive, ni plus immorale que celle de 2014.

 

La seconde remarque concerne la publicité politique. La campagne présidentielle actuelle a montré les limites de l’interdiction, dans la loi électorale, de la publicité politique. En effet, les Tunisiens ont constaté lors de cette campagne combien cette loi est devenue désuète, inapplicable sur le terrain et pratiquement impossible à faire respecter.  La question avait été posée déjà en 2011 mais l’Isie de l’époque avait estimé que la publicité politique avantageait les candidats les plus nantis, ouvrait la porte à l’argent sale et porte un coup fatal à l’égalité des chances entre les candidats. Presque une décennie après, on se retrouve dans une situation où l’argent sale occupe une place centrale dans la sphère politique nationale et où l’égalité des chances entre les candidats est devenue une question purement théorique. L’inefficacité de l’Isie à contrôler le financement des campagnes électorales a créé un climat d’impunité favorisant tous les dépassements et tous les dérapages. Quant à la Haica, elle a montré, encore une fois, son incapacité à contrôler le secteur audiovisuel à tel point que l’on se retrouve lors de cette campagne présidentielle avec un paysage audiovisuel en flagrante contradiction avec les dispositions de la loi électorale : Une chaîne (Nessma), carrément partisane après la présentation de la candidature de son patron et la création de son propre parti politique, une chaîne nationale qui roule pour le chef de gouvernement qui est lui-même candidat à la présidentielle, une autre chaîne (Attessia) qui soutient clairement le chef du gouvernement, une chaîne (Al Hiwar) qui soutient les adversaires du chef du gouvernement et d’autres chaînes éparses (Hannibal, Zitouna et autres) qui sont d’obédience islamiste. Lors de la prochaine révision - absolument nécessaire du code électoral - il serait plus conforme au bon sens d’accepter la publicité politique comme outil et levier des campagnes électorales.

 

Quant à la troisième remarque, elle concerne les centaines d’intellectuels qui, par pétitions interposées, déclarent leur soutien à un candidat ou à un autre. Sur un plan formel, rien n’empêche des intellectuels d’annoncer leurs préférences politiques dans le but d’orienter et d’influencer l’opinion publique. Généralement ce comportement est personnel et se fait d’une manière individuelle. Mais quand des intellectuels agissent en groupe, sous forme de pétition, ils s’engagent et deviennent des militants politiques, ce qui n’est vraisemblablement pas le cas, ni l’ambition, de beaucoup d’entre eux. En plus, cette manière d’agir rappelle affreusement les « mounachidoun » du temps de Ben Ali. Mais si les « mounachidoun » d’antan étaient plus ou moins contraints à cet exercice de vassalité, ceux d’aujourd’hui ont choisi leur servitude de leur plein grès.           

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

AH
| 15-09-2019 18:33
En démocratie, tout le monde est libre d'exprimer ses opinions. N'est- ce pas ce que veut l'auteur

Je n'ai pas le temps d'analyser les premiers.

N.B: je n'ai signé aucune pétition

Mansour Lahyani
| 15-09-2019 16:39
"Il serait plus conforme au bon sens d'accepter la publicité politique comme outil et levier des campagnes électorales", il fallait oser le penser et encore plus le dire !!! SBH a longtemps réfléchi à la chose et, sans trop se presser, a fini par cracher le bonbon : seule la pub politique à l'heure des consultations électorales pourra nous sortir de la situation catastrophique dans laquelle se débat le monde politique !
Drôle que cette panacée quasi-universelle n'ait pas germé dans d'autres esprits, ou si elle y a germé, qu'elle ait été soigneusement évacuée pour ne laisser aucune trace...
D'un seul coup de crayon, SBH propose d'effacer des années de lutte contre le clientélisme et la corruption inévitablement créée par l'argent sale qui s'insinue pernicieusement dans l'activité politique à travers la publicité, qui n'aurait plus aucune raison de ne pas découvrir ses cartes pour apparaître sans fards et sans oripeaux...
Bravo, Sofiène, t'en as encore des comme ça

Ali
| 15-09-2019 14:13
Il va falloir revenir au dictionnaire arabe pour apprendre le sens du verbe '?'. En 2019, il s'agit de candidats déclarés auxquels ces intellectuels ont apporté leur soutien. la nuance est très grande !

Mario
| 15-09-2019 14:11
Si Sofiane, vous oubliez Cathage+ qui continue sa campagne électorale en diffusant durant le silence électoral des émissions contre YC... malheureux..

L'astronaute
| 15-09-2019 14:00
Un rapide coup d'oeil sur internet permet d'apprendre que le "grès" "est une roche sédimentaire détritique issue de l'agrégation de taille majoritairement sableuse".
"Gré" - ce qui plait, ce qui convient - aurait sans doute été davantage à sa place.

Jilani
| 15-09-2019 13:51
Les intellectuels tunisiens n'ont plus d'aua chez les jeunes et moins jeunes et plusieurs ont collaboré avec le régime benali ... Leur soutien à tel ou tel candidat n'a pas influencé les électeurs qui sont répartis sur deux positions entre le rejet des anciens qui ont eu le pouvoir et les nouveaux qu'ils veulent rester.

A lire aussi

Le nouveau président de la république, Kaïs Saïed, prendra ses fonctions dans 72

20/10/2019 15:59
6

Maintenant, on comprend mieux les raisons ayant amené le gouvernement de Youssef Chahed à présenter

17/10/2019 19:00
3

Au grand étonnement de certains, Kaïs Saïed a gagné la présidentielle et est devenu président de l

16/10/2019 16:59
24

C’est donc Kaïs Saïed, selon les résultats préliminaires officiels de l’ISIE, qui est le septième

15/10/2019 11:01
10

Newsletter