alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 19:51
Dernières news
Noureddine Taboubi : le pouvoir veut une opposition sur-mesure
17/03/2022 | 12:21
1 min
Noureddine Taboubi : le pouvoir veut une opposition sur-mesure

 

A l’occasion de l’inauguration du bureau de l’UGTT à Douze, jeudi 17 mars 2022, le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi a prononcé un discours, dans lequel il s’est adressé au président de la République, lui demandant de donner sa position par rapport au retrait des subventions, demandée par le Fonds monétaire international (FMI).

Pour Noureddine Taboubi, « les jours qui viennent seront difficiles alors qu’aucun effort n’est fait pour anticiper cela. Tous fuient les responsabilités ».

 

Dans son intervention, le dirigeant syndical, a expliqué que ce sont les partis qui font la politique d’un pays, tout en déplorant le fait que l’actuel pouvoir en place, oeuvre pour créer une opposition et un pouvoir politique docile et « sur- mesure ».

« Nous ne resterons pas les bras croisés », a martelé Noureddine Taboubi ajoutant qu’il est incompréhensible de retirer les subventions à des citoyens qui touchent 400 dinars, le salaire moyen en Tunisie.

M. Taboubi a finalement demandé à ce que le pouvoir fasse son autocritique. « Il faut se réveiller de ce coma », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Les tiraillements politiques sont profonds et c’est le citoyen qui en paye le prix ».

 

S.A

17/03/2022 | 12:21
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Akoubi Ammar
Après les obscurantistes et les gouvernants incompétents, nous voilà devant les menaces du despotisme syndical
a posté le 17-03-2022 à 20:56
L état doit présenter au peuple la teneur du document préparé pour les discussions avec le FMI. En ce qui concerne la caisse générale de compensation, elle ne peut profiter qu aux méritants et ayants droits donc aux tunisiens sans revenus et aux revenus modestes en priorité puis aux salariés selon les tranches de revenus et aux institutions à caractère social ou d utilité publique. Pour ce qui est des revalorisations salariales, elles doivent être inscrites dans le cadre d un pacte social qui prend en considération le pouvoir d achat des citoyens, la productivité, les possibilités financières de l état et la conjoncture économique sur les plans national et international. Les entreprises publiques nécessitent un assainissement au sens propre du mot et fini les aides du trésor public. Par ailleurs, le gouvernement doit mettre fin au système illégal de la mise à la disposition et tout organisation nationale, institution ou parti politique qui sollicite le travail à plein temps pour son personnel doit supporter ses salaires, avantages et charges. '?a fera des milliards de gain qui seront affectés selon les vrais besoins. La politique appartient aux politiciens et l UGTT ne peut d occuper que des travailleurs et les environnements du travail dans le cadre des lois du pays et des conventions internationales ratifiées. Sieur Tabboubi et ses collaborateurs doivent comprendre que leur façon de concevoir la gouvernance de la Tunisie telle qu'elle est présentée ne sera jamais un indicateur fiable de développement car elle est basée sur l hypocrisie des dirigeants syndicaux issus de la période de la jachère intellectuelle des mandats Sahbani, Jrad et autres. Les idées totalitaires des obscurantistes, des syndicalistes égoïstes, de la maffia politique et du patronat sauvage n empêcheront pas les patriotes à
Trouver la vraie alternative réformiste.
adel
Commel'UGTT
a posté le 17-03-2022 à 14:45
Qui veut l'application de la loi sur sa mesure.
Ou bien on oublie vite!
Ech
Ech yè dhébbènè
a posté le 17-03-2022 à 12:59
Un certain 25 juillet,il a juré de faire oublier la politique et la chose publique à tous les citoyens et citoyennes de ce pays,ech yè dhébènè mè fèmè fi Tounéss kèn ène.....
Sahha lih,rkéb âl wakt ou âl zmèn elli jèb ellou fi tbak,profitant de ces khadhara elli sébkou lél souk et qui se prétendent politiciens et politiciennes ,même pas foutus depuis 2015 d'instaurer la seule instance ,Cour Constitutionnelle,qui en vertu de la dite Constitution ,est la seule à sévir ,comme c'est le cas,contre la dérive d'un pouvoir.......
Et là,en l'occurrence,c'est la plus grave,puisqu'elle provient de la part de celui qui est à la tête des forces armées,barra yè hamma,tu n'as plus qu'à attendre le prochain soulèvement populaire,qui n'est pas pour demain,vue la côte de popularité de mèwlènè el èmir yhéb yohkom wahdou.