alexametrics
Chroniques

Nos députés ne savent pas faire de la politique

Temps de lecture : 4 min
Nos députés ne savent pas faire de la politique

 

Pour leur dernière semaine avant leur congé annuel, nos députés ont brillé la semaine dernière par leur bêtise et leur populisme à deux balles. Pas un bloc parlementaire n’y a échappé. Les faits.

Une proposition de loi controversée est passée en milieu de semaine. Plusieurs députés s’en sont félicités la présentant comme un grand acquis révolutionnaire, alors que cette loi est fort dangereuse pour l’équilibre budgétaire du pays. Il s’agit de cette loi permettant aux chômeurs de plus de dix ans de trouver un emploi dans la fonction publique. Dans sa chronique hebdomadaire, Marouen Achouri a présenté la loi et ses dangers en long et en large. Peu importe que cette loi crée un déséquilibre dans le budget, peu importe que des personnes diplômées et qualifiées ne trouvent pas d’emploi juste parce qu’ils n’ont pas eu 10 ans d’expérience en chômage, peu importent les milliers de citoyens qui passent des concours d’entrée à la fonction publique, l’essentiel est que les députés marquent des points. Et ils en ont marqué quand on voit les fans d’Al Karama, de Ridha Jaouadi ou d’Ennahdha applaudir ce canular national. Car, voyez-vous, nos députés se moquent bien des gens avec cette loi.  On a ainsi des ministres appartenant au parti du bloc national de Tahya Tounes et d’Ennahdha qui sont contre cette loi, alors que leurs députés ont tout fait pour qu’elle passe.

On a un article dans cette loi qui renvoie son application à un décret gouvernemental qui ne verra jamais le jour. La raison ? L’Etat n’a pas les moyens pour de tels recrutements et il s’est engagé avec les instances internationales à bloquer tout recrutement dans la fonction publique. Le député Nabil Hajji a bien averti que cette loi est illusoire et mensongère, mais il était inaudible. Comme toujours, les voix de la sagesse sont inaudibles. Pourquoi alors des députés pondent-ils des lois qui ne seront jamais appliquées ? Du populisme à n’en plus finir. De la vente d’espoir factice à une population crédule. D’ailleurs (et excusez-moi ce racisme passager) on ne devrait pas avoir un fort QI quand on reste dix ans en chômage. Le pays regorge d’offres d’emploi et manque de compétences. N’importe quel chef d’entreprise vous le confirmera. Si vous ne trouvez pas d’emploi après un, deux, trois, quatre ans de chômage, c’est que le mal est en vous. Là est un autre sujet, revenons à nos moutons.

 

Le deuxième gag du bêtisier parlementaire de la semaine est cette motion de censure contre Rached Ghannouchi. Là, on a bien rigolé. On a tenu en haleine les gradins de « je pleure ma Tunisie » en les convaincant qu’il y a des chances que le président islamiste de l’Assemblée puisse partir et que l’on peut récolter les 109 voix nécessaires à son départ. Et comme cela a été impossible (la motion n’ayant récolté que 97 voix), les attaques cinglantes ont ciblé les députés de Qalb Tounes, coupables de traîtrise.

La vérité est plus complexe, car Qalb Tounes (quoiqu’on en dise) n’a pas été un mauvais calculateur dans l’histoire. Comment cela ?

Quand on présente une motion de censure (ou une loi), on se doit de faire le lobbying nécessaire pour la faire passer. Et ce lobbyng a une règle immuable, valable partout dans le monde et elle est arithmétique.

Il se trouve qu’Attayar, dépositaire de la motion, n’a pas fait ce lobbying pour récolter les 109 voix. Il est resté dans sa tour d’ivoire en train de fredonner son refrain usé et démodé : « On est les plus intègres, on est les plus propres ». Un refrain décrédibilisé quand on voit leur complicité avec les différents présumés « corrompus » du gouvernement. Si Attayar tenait vraiment à faire passer la motion de censure, il aurait invité Qalb Tounes à s’asseoir autour d’une table pour négocier un pacte. Il n’aurait pas craché sur le PDL qui a accepté de faire table rase du passé et de signer une paix de circonstance. Cela s’appellera « pacte avec le diable », certes, mais c’était le prix à payer si Attayar tenait à déloger Ghannouchi du perchoir.

 

Dans le lobbying, et suivant la même règle arithmétique immuable, il y a la contre-offensive.

Il se trouve que Rached Ghannouchi, objet de la motion, a su faire le lobbying pour ne pas avoir 109 voix contre lui. Il est allé voir Qalb Tounes pour signer un pacte de paix. Il lui a offert un poste de vice-président au perchoir et la promesse d’en finir avec ses déboires judiciaires.

Mettons-nous à la place de Nabil Karoui trente secondes et répondons sincèrement ce qu’on aurait fait à sa place. D’un côté, il a un parti Attayar qui l’accuse d’être corrompu et qui refuse de s’asseoir avec lui pour boire un café et un parti Tahya Tounes qui l’a mis en prison et les deux le snobent. De l’autre côté, il a un parti islamiste Ennahdha qui lui tend la main et lui demande de tourner la page, et un parti Al Karama qui le courtise jusqu’au volant de sa voiture. Snobé par les uns, courtisé par les autres, le choix est vite fait pour lui. Quant à l’accusation de traitrise, il est certain que les électeurs ont la mémoire courte et que ceux qui l’insultent aujourd’hui viendront le courtiser demain. Nabil Karoui, depuis sa case prison, a appris une chose : ne plus se faire d’ennemis gratuitement. 

Voilà la grosse différence entre les partis dits modernistes, progressistes et blablaïstes : ils ne savent pas faire de la politique, contrairement aux islamistes les seuls à savoir en faire. Les médias et les analystes politiques ont dit et répété cela depuis des années, mais rien à faire, on continue encore à espérer un résultat différent en usant des mêmes recettes.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (23)

Commenter

Zohra
| 04-08-2020 15:40
Et oui !!! Malheureusement, il lui faudrait un miracle pour se relever

veritas
| 04-08-2020 14:45
Bonjour ,Zohra
Après les années 70 et 80 le pays est passé d'un pays prestigieux à un pays de racaille et de bassesse sans limite ...il était une fois un pays qui s'appelait la Tunisie .
L'?thiopie a pu se relever mais la Tunisie ne se relèvera plus jamais les khwanjias peuvent se féliciter pour leur mission bien accomplie et pour le quel ils était mandaté.

Zohra
| 04-08-2020 12:15
Bonjour Veritas,
Ce n'est pas vrai, mouche itamma hathoukom, itamma we akther miltamma, quand je vois un pays sans limite dans la bêtise je me dis itamma.

veritas
| 04-08-2020 11:06
Tous (boujadia) »hit-almou lihjama fi rouss litama »

Bannej
| 04-08-2020 10:20
La POLITIQUE est un art et une expression des civilisés, de personnes à grande Culture et savoir vivre, de personnes ayant un engagement nationaliste. Au Bardo RIEN de toutes ces nobles valeurs... Que des "brantis" sonnê3.... Brawtya.... Sauf pour certains et certaines exceptions... une vingtaine tout au plus... Mêzzêl el khyyr fy tounes

LotfiBC
| 04-08-2020 09:22
Mais qu'attendez-vous de ces "représentants" du peuple? Il n'y'a que des incompétents, des sous fifre, des trafiquants, en dehors de quelques rares exceptions;

Bourguibiste nationaliste
| 04-08-2020 08:47
C'est le moment de se réveiller si NB !!

Zohra
| 04-08-2020 08:19
"Que de petits esprits dans les mondes médiatiques et politiques.
Le Journaliste est mort et a été remplacé par un pantin.
Le politique est mort et a été remplacé par un prête nom".

Hafedh
| 04-08-2020 05:57
Si ce qu'on entrain de voir et ce qui se passe en Tunisie actuellement avec ces Hommes qui se sont autoproclamés pour occuper des postes de "députés, ministres..." Toutes couleurs confondues, vous appeler ça de la politique!!!!!
Alors la bravo...

RoadRunner
| 04-08-2020 00:54
R.G appelle encore à élargir le gouvernement en espérant de réduire le poids de l'opposition, pour faire passer automatiquement les décisions et les projets de lois. On trouve chez lui des notions comme ceinture politique, solidarité gouvernemental, consensus (217 députés en consensus c'est 1 député), et sans oublier le bousculement social, ... Toutes les recettes pour détruire cette démocratie.
1 Il n'est pas nécessaire d'avoir le poste de ministre pour soutenir un gouvernement
2 Un député soutient ou oppose un gouvernement seulement dans des idées, et des détails.
3 Un député ne signe pas un contrat avec le gouvernement.
4 Un député a juré sur le coran.

Il faut comprendre pourquoi le président de la dite république à choisi le ministre de l'intérieur pour former le nouveau gouvernement. Si la dissolution a été causé par une seule personne, logiquement on va reprendre l'ancien gouvernement comme base... Et il ne faut pas discuter avec tout le monde, pas d'exagération. Il ne faut pas aussi prendre entièrement les 30 jours, après 15 jours une première composition devrait apparaitre.

Sur Nessma tv , 8 Juin, avant le conflit d'intérêt et cette histoire, R.G appelait déjà a élargir, et modifier le gouvernement, le but est que le parlement passe automatique ce qui serait décidé ailleurs, chez eux, et même hors du pays (une sorte de détournement du pouvoir législatif). Estimation à 90% que des forces étrangères étaient derrière la dissolution du gouvernement : peut être ceux qui ont poussé Nidaa a s'allier avec Ennahdha en 2014, ou encore le régime turque ou des qataris, et tous ceux qui ont été dérangé par le gouvernement et le parlement.

A lire aussi

quels sont les objectifs réels de ces manœuvres

27/09/2020 17:00
3

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Les Hommes de pouvoirs restent, eux, immuablement

26/09/2020 13:03
24

Que fait le symbole de l’unité de la République, le garant de sa continuité et du respect de sa

25/09/2020 17:30
25

si ce n’est une insoutenable

24/09/2020 20:00
6