alexametrics
vendredi 22 octobre 2021
Heure de Tunis : 17:47
Dernières news
Mustapha Ben Jaâfar appelle à un front centriste qui soutiendra un unique candidat à la présidentielle
29/10/2014 | 19:15
2 min
Mustapha Ben Jaâfar appelle à un front centriste qui soutiendra un unique candidat à la présidentielle
L’actuel président de l’ANC sortante et candidat à la présidentielle d’Ettakatol, Mustapha Ben Jaâfar, a reconnu, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 29 octobre 2014, la défaite de son parti et celle des partis sociaux-démocrates aux élections législatives.

Mustapha Ben Jaafar a, de ce fait, appelé les formations politiques faisant partie de cette famille à un dialogue afin de se mettre d’accord sur un unique candidat à la prochaine élection présidentielle. « Les personnalités qui ont été un rempart contre la dictature seront invitées, avant la fin de la semaine, à discuter de cette proposition. Il s’agit notamment de Ahmed Néjib Chebbi, Mohamed Abbou, Moncef Marzouki, Mohamed Hamdi ou encore Abderraouf Ayadi. A long terme, on vise la création d’un front ou pôle centriste qui rétablira l’équilibre dans le paysage politique », a-t-il dit.

En effet, le leader d’Ettakatol a affirmé que le champ politique est menacé par l’instabilité à la lumière des résultats des élections où deux forces antagonistes se partageront la prochaines Assemblée. Cette bipolarisation doit être pondérée par les partis centristes, qui auront des chances de réussite à la présidentielle s’ils se réunissent, selon M. Ben Jaâfar. Il souligne que les élections ont engendré un déséquilibre, alors que les partis historiques devraient participer à la construction de la démocratie naissante en Tunisie. « Notre principal but est l’intérêt du pays. Nous persévérerons en dépit de cette défaite cuisante  et nous resterons fidèles aux objectifs de la révolution ».

D’un autre coté, Mustapha Ben Jaâfar impute la défaite du camp démocrate à la manière avec laquelle s’est déroulée la campagne électorale, qui d’après lui a été axée sur les tiraillements identitaires  et l’utilisation de l’argent politique. Il a également critiqué la position de Nidaa Tounes qui appelé à « voter utile » et qui a crié haut et fort « si un parti n’est pas avec moi, c’est qu’il est contre moi ». M. Ben Jaâfar a estimé que cette attitude est une porte ouverte à une nouvelle forme de dictature et menacerait la démocratie naissante et la diversité du paysage politique.

I.L.
29/10/2014 | 19:15
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous