alexametrics
Chroniques

Merci à tous, Rached Ghannouchi a repris les commandes

Temps de lecture : 4 min
Merci à tous, Rached Ghannouchi a repris les commandes

 

L’adage connu en football selon lequel l’expérience bat toujours la jeunesse semble aussi se confirmer dans le champ chaotique et désolé de la politique tunisienne. Rached Ghannouchi a réussi à battre l’ensemble des acteurs politiques du pays et le seul qui pouvait lui tenir la dragée haute, dans un derby toujours passionnant, était feu Béji Caïd Essebsi.

Béji Caïd Essebsi avait le talent politique nécessaire pour anticiper les agissements d’Ennahdha et savoir comment contrer sa dévorante ambition de main mise sur le pouvoir. Les acteurs politiques actuels semblent être dénués de ce talent et se font balader par le cheikh.

Après la tonitruante déconvenue du gouvernement Habib Jamli, d’aucuns auraient cru à une perte de crédibilité de Rached Ghannouchi et de son parti, responsables de cette nomination. Des partis comme Attayar et Echaâb s’étaient réjouis du fait que l’initiative revienne, à partir de ce moment-là, au président de la République. Ils ont pensé, et ils n’étaient pas les seuls, que Kaïs Saïed allait rythmer la vie politique tunisienne en ayant cette initiative. Certains ont même envisagé un scénario où le président pousserait à la dissolution du parlement pour ensuite créer un parti politique et concourir aux législatives anticipées. Il s’agit désormais d’un scénario lointain qui a peu de chances de voir le jour car entre temps, Rached Ghannouchi est intervenu.

 

Le vieux renard de la politique a réussi à reprendre l’initiative politique et à se replacer au centre de l’échiquier national. Désormais, c’est Rached Ghannouchi qui donne le ton et qui rythme à sa guise la vie politique tunisienne. Il a très vite « calmé » Ekyes Fakhfakh quand celui-ci s’est vanté d’avoir une légitimité présidentielle et on lui a rappelé qu’il devait composer avec les partis et avec l’assemblée, peu importe la confiance qu’a placée en lui Kaïs Saïed. Une preuve éclatante est la rencontre entre Elyes Fakhfakh, Nabil Karoui et Rached Ghannouchi au domicile de ce dernier. Le message est on ne peut plus clair : C’est moi qui commande et c’est chez moi que vous vous réunissez. Les choix courageux d’Elyes Fakhfakh concernant son assise politique sont désormais de l’histoire ancienne et c’est Rached Ghannouchi qui choisit pour lui. Il est entendu, évidemment, qu’aucun gouvernement ne pourra être adopté sans l’appui d’Ennahdha et de Rached Ghannouchi.

Aujourd’hui, la situation est telle que le président de l’ARP reçoit les acteurs politiques comme Nabil Karoui et Elyes Fakhfakh dans ses bureaux à l’Assemblée. Il aura réussi, jusqu’ici, à tirer l’épicentre de la vie politique tunisienne au Bardo en affaiblissant aussi bien la Kasbah que Carthage. Il aura réussi à devenir l’homme sans qui rien ne se fait et rien ne se décide. Il aura réussi à dompter tous ces novices de la politique et à les faire rentrer dans le rang. Rached Gahnnouchi est un politicien né qui profite de la naïveté et de l’empressement de ses adversaires politiques. Il n’a aucun scrupule à dire la chose et son contraire en l’espace de quelques semaines en poussant les autres à en faire de même.

 

Kaïs Saïed, Youssef Chahed, Nabil Karoui et dernièrement Elyes Fakhfakh ont aidé Rached Gahnnouchi dans cette optique. Le « patriarche » comme l’a affectueusement dénommé l’élu Qalb Tounes Iyadh Elloumi est aujourd’hui aux commandes du gouvernement en formation. Il a imposé à Elyes Fakhfakh des consultations avec le parti de Nabil Karoui en évoquant l’intérêt de la nation et la nécessité d’avoir une large assise politique. Autant de mythes érigés en vérités absolues par le cheikh islamiste et dans lesquelles les autres acteurs plongent les yeux fermés. Par exemple, le mythe selon lequel une alliance gouvernementale permettra la constitution rapide des institutions à l’instar de la cour constitutionnelle. Personne ne dit que la formation de cette cour, tellement importante, n’a absolument rien à voir avec le gouvernement et qu’il s’agit uniquement d’une affaire parlementaire. Donc, ceux qui veulent réellement élire les membres de cette cour n’ont pas besoin d’être aussi alliés au sein du gouvernement.

Rached Ghannouchi tend ses pièges et force la main à l’exécutif en toute impunité. Puisqu’il tient les cordons du gouvernement, la plupart des acteurs politiques lui mangent dans la main en espérant obtenir un strapontin aux côtés d’Elyes Fakhfakh.

 

Le parti Ennahdha est, certes, arrivé premier aux élections législatives, mais n’a certainement pas gagné les élections. Toutefois, les 54 sièges au parlement obtenus par Ennahdha sont employés de manière optimale par Rached Ghannouchi qui exagère le poids et l’impact de son parti sur la vie politique tunisienne. L’inexpérience et l’immaturité politique de Kaïs Saïed l’ont empêché de tirer un profit ou une influence réelle à partir de sa légitimité électorale. Cette absence de consistance politique au niveau de Carthage combinée au vide de la Kasbah laisse les coudées franches à Rached Gahnnouchi pour diriger à sa guise la vie politique tunisienne. L’adoption d’un gouvernement, quelle que soit sa composition, ne changera rien à ce fait.

Tous les acteurs politiques de Tunisie doivent déterminer leurs positions vis-à-vis d’Ennahdha et c’est une performance en soi. Le poids politique « comptable » d’Ennahdha ne cesse de s’éroder d’année en année, Rached Ghannouchi, en tant que personnalité politique, est honni par les Tunisiens et j’en veux pour preuve sa côte de popularité dans les sondages d’opinion. Pourtant, Ennahdha et Rached Ghannouchi n’ont jamais été aussi puissants et n’ont jamais eu une telle mainmise sur la vie politique tunisienne. Il serait peut-être temps de se tourner vers ces autres acteurs, tellement doués sur les plateaux et tellement dociles dans les réunions et les confrontations politiques.  

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (20)

Commenter

Justinia
| 13-02-2020 14:32
Khrigi court après la chariâ quand d'autres courent après le "Koursi",donc il est très facile de les corrompre.Cela fait partie de la tactique des frérots selon un plan bien précis.

Mohamed 1
| 13-02-2020 14:06
Vous oubliez Abir Moussi qui a expliqué en long et en large que les 134 députés tombeurs de Jemli pouvaient se passer de Ghannouchi et annexes, et l'envoyer dans l'opposition.
Pas tous donc. La seule oui. Qui désire sincèrement voir nahdha dans l'opposition. Les autres le moment venu préfèrent l'avoir à côté d'eux. Que l'écume occasionnelle qu'ils agitent de temps en temps ne vous trompe pas.
Il est bon de reconnaître les faits tels qu'ils sont. Le crédit du journaliste n'en sort que renforcé.

Carthage Libre
| 13-02-2020 13:45
Abir Moussi est un danger mortel pour les khwenjias ; si elle gagne les prochaines élections, la disparitions des Khwenjias sera actée officiellement ; ils agiront et saboteront le pays ensuite dans la clandestinité, comme ils savent si bien le faire.

Cela me fait pensé aux années 90 quand les "ministrables" passaient par Kamel Ltaief et ensuite Slim Chiboub pour être ministre ; aujourd'hui, ils passent par Lucifer.

Amilcar
| 13-02-2020 12:35
'? ne pas manger dans la main de ce Charlatan c ' est Abir Moussi

C ' est elle qui le fera tomber!

sarra
| 13-02-2020 12:12
Rached Ghannouchi est le seul homme politique en Tunisie qui a écrit des dizaines de livres traduits à plusieurs langues.
Il est en avance sur toute la classe politique en Tunisie et même les partis islamiques dans le monde reconnaissent qu'il a des idées progressistes par rapport à leurs leaders historiques.
les autres acteurs politiques tunisiens sont vides et de faible niveau intellectuel. ils ne sont forts que dans les slogans, la magouille et les bagarres de bas niveau.
Rached Ghannouchi sait ce qu'il veut et il a une ligne de conduite qui le différencie des autres politiciens.
il a plaidé depuis les années 80 pour la cohabitation et le compromis entres les différents courants politiques et il était toujours contre l'exclusion et il demandait toujours que les conflits soient résolus par les urnes.
malheureusement les tunisiens ne lisent pas et se fient aux statuts de facebook et aux rumeurs et mensonges fabriqués dans les chambres noires et propagés par des parties obsédées par les idéologies de la haine et de la rancune des années 70.

G&G
| 13-02-2020 11:46
Le jour où vous reconnaitrez que Ben Ali est mille fois mieux que Bourguiba c'est l'Rcd qui battra nahdha
Donc oubliez ce Bourguiba et faites l'éloge de notre cher dictateur Ben Ali l'irremplaçable.
Sinon acceptez ce destin et taisez-vous.

lol
| 13-02-2020 10:51
Malheureusement tout ça arrive non pas parce que ennahda est forte (20% des électeurs) mais parce que les autres sont trop égoïstes pour travailler ensemble et gérer leurs ambitions

HR
| 13-02-2020 09:16
J'approuve votre article mais il est certain qu'àprès ce vieux gourou, ce sera comme notre situation politique actuelle. Ils vont se battre pour le poste et la signature des chèques. La nature n'aime pas les vermines donc nous devons attendre, et le nettoyage se fera certainement mais après de longues années de misère. We must wait and see

mocheb
| 13-02-2020 00:31
Je trouve qu il battait BCE a pleine couture. C'est RG qui gouvernait pendant tout le reigne de.BCE a carthage, il a mis en piece nidaa et il a bloqué la destitusion de YC par bce et qu on le veuille ou pas reste le premier partie du pays. C'est bien RG le.maitre.du jeu depuis.des.annees.

amt
| 12-02-2020 22:16
C 'est le peuple qui a choisi Papy Gannouchi, il est là pour toujours, et après lui, il aura ses apôtres. Vive Papy Gannouchi, vive la confrérie musulmane et le peuple libre et éclairé.

A lire aussi

Pas de cette manière du moins.

18/02/2020 17:00
8

Elyes Fakhfakh a subi pire que son prédécesseur Habib

17/02/2020 15:59
16

une grave crise politique exacerbée par le temps qui presse

16/02/2020 18:30
13

Pendant ce temps, le pays est à l’arrêt.

13/02/2020 20:00
2

Newsletter