alexametrics
Dernières news

Mehdi Jomâa : je suis favorable à la peine de mort dans deux cas

Mehdi Jomâa : je suis favorable à la peine de mort dans deux cas

 

 

« Mon frère Lotfi, homme d’affaires, a subi un contrôle fiscal approfondi. Il n’est pas interdit de voyage et a été victime d’une combine. La justice a finalement tranché en sa faveur », a indiqué le président d’Al Badil Ettounsi, Mehdi Jomâa, lors de son passage à Express FM aujourd’hui, mercredi 21 août 2019.

Pour rappel, la chambre criminelle spécialisée dans les affaires de corruption près du tribunal de première instance de Tunis avait condamné, en mars dernier, Lotfi Jomâa, à 10 ans de prison ferme, pour avoir usé de sa qualité et s'être procuré à lui-même ou à un tiers un avantage injustifié, causant un préjudice à l'administration et transgressant les règlements régissant ces opérations. Une amende de 1,97 million de dinars (MD) lui avait même été infligée. 

 

Le candidat à la présidentielle Mehdi Jomâa a également indiqué qu’une fois arrivé au pouvoir, le régime politique sera révisé et la Cour constitutionnelle sera également mise en place.

Sur un autre plan, Mehdi Jomâa a estimé que le prochain gouvernement se retrouvera dans une situation assez difficile à cause de la mauvaise gestion de l'actuel gouvernement. Les prévisions et les résultats du gouvernement Chahed sont même erronés, a-t-il ajouté.

«En règle générale, je suis contre la peine de mort. Toutefois, je suis favorable à son application dans deux cas seulement, à savoir contre les pédophiles et les terroristes. Je suis aussi pour l’égalité dans l’héritage entre l’homme et la femme », a-t-il conclu

E.B.A.


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (16)

Commenter

Samir
| 22-08-2019 08:27
C est un point de vue et sujet important pour une présidentielle.
Vivement que les candidats débattent de sujets importants pour la nation et faire changer les mentalités particulièrement sur la corruption l intégrité des hommes politique et des dirigeants. La mise au travail des travailleurs et les moyens de redresser l économie et la réduction de la dette.... des sujets de sociétés et économiques du notre chère pays

boujem3a le français
| 22-08-2019 08:08
boujem3a qceque vous attendez pour la 2me nationalité, le plus important ce sont les problémes economique depuis la troica et votre gouvernance et ce dangereux sisteme parlementaire pas la peine de mort compris excusez vous etes hor jeux

J Hannachi
| 22-08-2019 06:06
Bonjour,

Il me semble que Mehdi Jomaa et ses équipes n'ont pas réfléchit à la question de la peine de mort. Si on me réfléchit pas - celà me semble évident - c'est les viscères et l'émotion qui nous animent.

Dire être favorable à la peine de mort en deux cas - horribles - est d'une suffisance affligeante. Quid donc des autres atrocités? Violeurs de vieilles dames? Mutilateurs de ses enfants? Inceste?

Il ne s'agit pas de comparer les ateocités mais de démontrer l'absudrité du raisonnement de Mehdi Jomaa. Si on réfléchit on ne peut pas accepter la peine capitale.
Terrible si on prétend à la Présidence de la Tunisie.

Le problème de fond derrière tout ça c'est notre vision comme nation de l'éducation. On produit des savants (en sciences) inclutes et des Hommes de culture ignorants (des sciences).
Mais ça c'est un autre sujet.

Pour l'instant, Mehdi Jomaa me confirme dans mes conviction à son égard. Ce n'est pas sous sa présidence que la Tunisie sera avant gardiste comme elle l'était souvent dans son histoire.

Bien à vous,
J Hannachi

Chuck
| 21-08-2019 22:46
M. Jomaa est malgré tout ce qu'on dit sur lui est franchement une vraie compétence dans notre pays avec son expérience et son savoir faire.
Malheureusement beaucoup de nos compatriotes tombent trés bas dans leur analyse. Au lieu de chercher l'information, ils ne font que répéter des mensonges. Il faut etre objectif dans son choix par conviction et non par des sentiments

Abel Chater
| 21-08-2019 22:00
Tous les ennemis de la démocratie en Tunisie, ne rêvent que de se transformer eux-mêmes en des dictateurs, comme Bourguiba ou comme Ben Ali. Lorsqu'on les entend prendre l'exemple sur Bourguiba, sur Ben Ali ou même dernièrement sur Béji Caïd Essebsi, il y a lieu de comprendre que le panier électoral est trop pourri.
Les pays avancés ne font aucun seul pas vers l'arrière, malgré les gigantesques réussites de quelques légendaires parmi leurs politiciens. Le chancelier allemand Helmut Kohl, dont les réussites ne peuvent être comptées, a fini par être giflé et d'aucuns ne l'ont évoqué lors du gouvernement d'Angela Merkel. Une méthode efficace pour libérer le chemin devant tout successeur. Non pas comme chez nous en Tunisie. Nous faisons appel à un président de la République âgé de 90 ans, au lieu d'innover le pays, il remlit le palais de Carthage par les posters et les bustes de Bourguiba et passe 5 ans à nous parler de son père. Les autres candidats à la présidentielle, se préparent déjà à passer les prochaines 5 années à nous parler de leur père Béji Caïd Essebsi et de leur grand père Bourguiba. Rien de nouveau. Les faillites se transforment en succès et les Gourous nous gouvernent depuis leurs tombes.
Allah yehdi.

l'idiot du bled
| 21-08-2019 21:32
Pour que ce soit plus correct il faut dire dès qu'elle RAM'?NE SA FRAISE et pour JOMAA dès qu' il MET SON GRAIN DE SEL..
Pour ceux qui n'ont pas compris désolé !

Momento
| 21-08-2019 18:53
La vérité sort de la bouche d'un enfant.

Hadou
| 21-08-2019 18:21
Aujourd'hui Selma elloumi et Mehdi jomâa se sont fait éliminés...pour ces tocard,il suffit d'ouvrir la bouche..

Guide de tourisme
| 21-08-2019 18:18
Il a oublié un autre cas, la traîtrise, objet de la rencontre de Tebessa: quand un minable saken Carthage dévoile à ses maîtres enturbannés les manoeuvres de l'armée!

Zohra
| 21-08-2019 17:45
On va vivre de la peine mort, qui existe déjà en Tunisie la peine mort n'est pas abolie mais on l'utilise rarement donc ce n'est pas une nouveauté.

PROGRAMME Z'?RO ?

A lire aussi

Dans une déclaration téléphonique accordée ce matin, mardi 17 septembre 2019, à Wassim Ben Larbi sur

17/09/2019 08:51
0

En effet, il y a un début de polémique autour de la question

17/09/2019 08:27
2

Jaouhar Ben M'barek, coordinateur général du mouvement Destourna, a publié dans la soirée de ce

16/09/2019 22:38
22

La candidate du Parti destourien libre (PDL) à la présidentielle, Abir Moussi, a adressé, dans un

16/09/2019 21:44
29

Newsletter