alexametrics
Dernières news

Malgré l’interdiction, les sondages d’opinion foisonnent !

Malgré l’interdiction, les sondages d’opinion foisonnent !

 

En cette période pré-électorale, tous les moyens sont bons pour tenter de manipuler les futurs électeurs et pour influencer l’opinion publique tunisienne. Le premier outil utilisé dans cette optique est l’invention de sondages d’opinion et leur publication sur les réseaux sociaux.

Ces faux sondages sont utilisés pour donner l’impression que tel ou tel candidat est favori pour la prochaine élection présidentielle qui doit se tenir le 15 septembre prochain. D’autres sont utilisés pour montrer l’un des candidats sous un meilleur jour en simulant une montée fulgurante.

Nébil Belaam, directeur général d’Emrhod Consulting, l’un des instituts de sondage sérieux qui exercent en Tunisie, avait tiré la sonnette d’alarme le 17 août 2019 concernant une société du nom de STRATEGE Consulting qui effectuerait des sondages en Tunisie. M. Belaam écrit que cette société « n’est répertoriée dans aucun des Directory des organisations officielles ».

 

 

 

Le foisonnement de faux sondages noie les sondages fiables qui sont effectuées aussi bien en interne par certains partis politiques ou par des instituts dont la renommée est connue. L’interdiction de la publication de sondages imposée par l’Isie a certainement favorisé cette situation en privant les médias de la possibilité de faire le tri entre ces différentes manœuvres et d’aider l’électeur à, au moins, savoir reconnaitre un faux sondage…

 

M.A

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

MH
| 20-08-2019 05:23
Autrefois on manipulait les résultats des élections, aujourd'hui les sondages. On y est presque.

Mannou
| 20-08-2019 01:27
Les "vrais" sondages sont aussi faux .
Ceux qui sont faits par les sociétés officielles ne sont pas fiables ni crédibles à cause des différentes méthodes de calculs (il y a une grande marge de manoeuvres non scientifiques là dedans) ; n'oublions pas ce qui s'est passé entre une de ces sociétés et le journal Essabah news....

HAtemC
| 19-08-2019 23:06
Ces sondages visent quel public ?
Les 10% qui utilisent l'internet en Tunisie
Ces sondages n'ont aucune incidence sur ce peuple qui ne s'informe pas mais regarde des Hareem Soltane '?' soit 90% d'inculte et d'analphabètes,
Ces sondages ne m'atteignent pas ...HC

Manouche
| 19-08-2019 18:26
De toute manière tous les sondages sont truques c est le dictateur Macron qui le demande !

Mohamed 1
| 19-08-2019 12:59
C'est bien connu: toute prohibition implique foisonnement de camelote contrefaite.
Comment parle-t-on encore de démocratie ou transition ou je ne sais quoi en présence de censure ?
Dans les pays démocratiques les sondages accompagnent la campagne presque au bout.
Pourquoi parle-t-on de démocratie tout en faisant le contraire de ce qui se fait en démocratie ?
Il faudrait une transition de 50 ans pour arriver à prendre l'énorme décision de libérer les sondages réellement professionnels ?

adel
| 19-08-2019 11:05
Il faut savoir que les sondages d'opinions sont faits pour guider les moutons.

abouali
| 19-08-2019 10:46
C'est bien connu maintenant en Tunisie : tout ce qui est interdit donne lieu à une activité parallèle débordante ! Plus, les activités et les structures frappées d'interdiction continuent à fonctionner comme si de rien n'était. Les services publics et les instances gouvernementales ou autres devraient économiser leur temps et leur salive et ne plus interdire, cela ne sert à rien ! Braver l'interdit est désormais ancré dans l'esprit des tunisiens. Faire des lois et des règlements pour organiser un secteur ou régir une activité est dorénavant considéré comme une intention de protéger ou de favoriser quelques individus? On peut, que dire, on doit donc les transgresser, ou les contourner, car ceux qui les ont édictés n'ont pas plus de droits que nous ! On connaît tous le sort réservé au projet d'amendement de la loi électorale, les campagnes de dénigrement et les manipulations qui l'ont accompagné, qui aurait pourtant pu nous éviter de voir les quelques têtes de porc qui se sont portées candidates à l'élection présidentielle. Voilà où nous en sommes : le tunisien n'est jamais plus à l'aise que dans les situations équivoques ... et dans les sens interdits !

Professeur de droit
| 19-08-2019 10:08
les sondages sont interdits ? Quand l'a-t-on annoncé officiellement ? On arrete les sondages DEUX MOIS avant les élections ? Encore une idée foireuse pour aider ceux qui sont à 5% ? Il y a décidément des candidats très dangereux en Tunisie.

A lire aussi

Attayar soutien Kaïs Saïed pour la magistrature suprême.

18/09/2019 12:19
5

certains candidats à l’investiture suprême se sont

18/09/2019 11:38
8

Cette présidentielle 2019 a montré au grand jour les grosses différences entre le réel et le

18/09/2019 11:26
0

Farouk Bouasker revient sur la question du financement des campagnes électorales des candidats à la

18/09/2019 10:48
2

Newsletter