alexametrics
Chroniques

Malgré Emna Chergui et Lotfi Abdelli, nous continuerons à défendre la liberté d’expression

Temps de lecture : 3 min
Malgré Emna Chergui et Lotfi Abdelli, nous continuerons à défendre la liberté d’expression

Dans les moments de crise, dans tous les pays du monde, du moins dans ceux qui essaient d’y croire, les droits humains sont souvent mis à rude épreuve, bafoués par les pouvoirs en place bien entendu, mais souvent aussi par des individus qui ne croient pas aux valeurs universelles et inclusives des droits humains. Parfois même, ces droits sont bafoués par des individus que rien ne prédispose à être les ennemis des droits humains et des libertés fondamentales, sauf la bêtise, l’ignorance et l’individualisme. C’est malheureusement le cas de la jeune bloggeuse Emna Chergui et du comédien Lotfi Abdelli.

Samedi, la jeune bloggeuse Emna Chergui a annoncé avoir quitté définitivement la Tunisie pour s’installer en Allemagne, un pays qui respecte la liberté d’expression et la liberté de conscience et où elle pourrait continuer à s’exprimer librement sans risquer de se retrouver en prison. Elle a affirmé qu’elle ne voulait pas être ni une championne, ni un héros, si le prix à payer est sa liberté et un séjour en prison. Elle a ajouté qu’en définitive, c’est la Tunisie qui a perdu Emna Chergui et non le contraire.

Pour rappel, la jeune bloggeuse avait été traduite en justice pour avoir partagé sur les réseaux sociaux, au début du mois de mai, un texte sur le corona virus ayant l’apparence d’un texte coranique. Elle a écopé, le 14 juillet dernier, en première instance, d’une peine d’emprisonnement de six mois et d’une lourde amende. Certains parmi ceux qui l’avaient soutenue et défendu son droit à l’expression libre se sentent un peu floués aujourd’hui et choqués par son individualisme et sa mégalomanie. Ils n’ont pas à s’en faire. Ils n’ont pas défendu la personne mais la valeur fondatrice de la liberté d’expression. Comme lot de consolation, on citera à leur adresse l’exemple de beaucoup de militants des droits de l’Homme, qui ont passé le plus clair de leur temps sous le régime de Ben Ali à défendre les islamistes avec lesquels ils n’ont aucune affinité. Même avec les dégâts causés par les islamistes durant toute une décennie au pouvoir, si c’était à refaire, ces grands militants auraient gardé la même attitude parce qu’ils ont gardé les mêmes convictions.

Depuis quelques jours, le comédien Lotfi Abdelli, dans un one-man-show a créé la polémique en consacrant une dizaine de minutes de son spectacle à la lingerie fine de la présidente du PDL, Abir Moussi. Sans entrer dans les considérations politiques, morales ou même esthétiques, ce dernier dérapage, il n’est pas le seul, de Lotfi Abdelli, compromet gravement sa carrière d’humoriste.

Dans le monde des humoristes, il existe plusieurs profils. Il y a l’humoriste engagé comme Guy Bedos qui a affiché ses convictions politiques durant plus de cinquante ans sans jamais faillir à son métier de faire rire les gens, même et surtout ceux qui ne partagent pas ses idées politiques. Visiblement Lotfi Abdelli n’est pas de cette trempe. Il y a aussi l’humoriste politique comme Anne Romanoff. Mais elle détient, avant d’entrer dans le monde du spectacle, un diplôme universitaire en sciences politiques, ce qui n’est pas le cas de Lotfi Abdelli. Il y a d’un autre côté, l’humoriste vulgaire qui fait rire les gens par le flot de vulgarités qu’il dose avec tact et parcimonie dans ses spectacles, comme c’est le cas de Jean-Marie Bigard. Mais contrairement à Lotfi Abdelli, Bigard n’est jamais méchant. Il n’est jamais dans l’invective, ce qui fait de lui l’un des humoristes les plus aimés des Français. Dans ce monde des humoristes, Lotfi Abdelli s’apparenterait à Dieudonné. Dommage, car il est par ailleurs un bon acteur s’il trouve un bon scénario et se trouve entre les mains d’un bon réalisateur.

En conclusion, Emna Chergui et Lotfi Abdelli ne seront sûrement pas les derniers à tourner le dos aux valeurs qui ont fait d’eux ce qu’ils sont. D’autres certainement viendront les suppléer, éprouver et tester l’attachement des militants aux valeurs des droits humains dans leur globalité et leur universalité. Comme Sisyphe, ces militants des droits humains ne doivent pas se décourager. Ils doivent continuer à défendre leur idéal et se concentrer sur les valeurs de la liberté, jamais sur les comportements de ceux qui se réclament de ces valeurs.      

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (29)

Commenter

Berbère
| 11-08-2020 09:08
Emna est partie dans un pays où les islamistes ne font pas la loi.
Bonne chance à elle

Mansour Lahyani
| 10-08-2020 16:36
Bigard n'est jamais dans l'invective ! Quelqu'un réussira-t-il à tirer SBH de sa profonde léthargie ? Et encore : "Malgré Emna Chergui et Lotfi Abdelli, nous continuerons à défendre la liberté d'expression": c'est le genre de stupidités que seul un Bofiane Ben Hamida pouvait commettre, tout en restant (presque) droit dans ses bottes ! S'il n'y avait pas de Lotfi Abdelli, et ses abominables outrances, nul ne songerait à évoquer si fort la nécessité de défendre la liberté d'expression ! Et quand on voit l'usage qu'en font Abdelli et Bigard, on a peine à se retenir de dégueuler !

zba
| 10-08-2020 16:05
il est tellement abjecte impoli et degurlasse....

Zen!
| 10-08-2020 13:50
Abdelli est nul et il le sait parfaitement.
Lève l'ancre, petit monsieur, avant que le bateau ne coule.

abouali
| 10-08-2020 12:29
Bonjour, vous avez absolument raison. Pourquoi toujours se référer à des exemples français, alors que nous avons dans notre galerie des artistes talentueux qui ont écrit et interprété des textes avec humour, bienveillance et une certaine classe, sans blesser ni dénigrer quiconque. SBH n'est pas le premier à citer, et à parler d'analogie avec Jean Marie Bigard, humoriste grossier, mais qui observe toutefois certaines limites et qui plaît aux spectateurs. Personnellement, je ne l'ai jamais apprécié, et je déteste ses allusions sexistes et parfois xénophobes ! S'il fallait faire des comparaisons, c'est avec nos propres artistes pour mesurer l'évolution des comportements et des assertions ! Nous sommes à des années lumière des sketchs et chansonnettes de Salah Khemissi, Hédi Semlali, Salahlah, ou autres Jarrari et Mohamed Mourali, et plus récemment Nasreddine Ben Mokhtar et Lamine Nahdi. J'en oublie beaucoup d'autres, qui ont enchanté nos veillées et égayé nos jours tristes, avec leur intelligence, leur spontanéité et leur sens de l'humour, le vrai, sans jamais tomber dans la médiocrité, ou comme Abdelli dans l'abjection et l'ignominie. Et si nous avons toujours besoin de référence étrangère, dans la subtilité, l'élégance et la douceur des propos, il y a toujours Michel Boujnah qui a au moins le mérite d'être...franco-tunisien !
Bien à vous

Alya
| 10-08-2020 12:27
Je suis d accord avec vous et j apprecie Dieudonne.Il a ses choix et surtout ses degrés d humour.j aime pas du tout BIGARD.MAIS JE SUIS ETONNEE QUE SOFIANE BEN HAMIDA NI PERSONNE, N AIT EVOQUE LE CAS DE L HUMORISTE MALEK BENTALHA.IL CARTONNE EN FRANCE
IL EST D ORIGINE ALGERIENNE ET MAROCAINE.IL GAGNE SA VIE EN TAPANT SUR LE TUNISIEN QU IL QUALIFIE DE BA.... ITALIEN ,DE MISERABLE ETC....

MFH
| 10-08-2020 12:19
Abdelli : un bhim qui se prend pour une lumière. On dirait qu'il n'a connu ni mère, ni s'?ur, ni femme.

Alya
| 10-08-2020 12:15
Je pense que le one-man-show est déprogrammé suite à la demande de boycotter . Et c c'est tant mieux que les choses évoluent de la sorte en dehors de toute censure. Par contre, je vois sur YouTube des règlements de compte, des propos horribles entre LA et d autres artistes!!!!! Et c c'est franchement pas beau...

max
| 10-08-2020 12:08
On peut exécrer Dieudonné, mais ses ennemis les plus farouches lui concèdent un talent et une certaine qualité que le Abdelli ne possède point.
Oui à la liberté d'expression rebelle, voir meme insolente, mais celle qui milite pour des lendemains meilleurs, un publique plus averti, une cause et surtout celle à laquelle je m'oppose.

Mais c'est complètement raté cette fois. Ni l'art, ni la manière n'ont été au rendez-vous.

Zohra
| 10-08-2020 11:19
La France votre exemple pour arriver à faire de Begard et de Charlie de bab elward, il a fallu des des siècles en apprentissage de la démocratie. Ils avaient d'abord redressé l'économie, le social et la culture surtout de leur pays et leur peuple avant de s'attaquer à la futilités.

Vous vous faites toujours les choses à l'envers comme toujours vous cherchez les futilités en grillant les étapes
La tah la fazouh Charlie et Begard dun coup.

Yatayah saadkom kan errik wel blada vous avez des gens qui défendent ca dans une société qui crie famine et pauvreté du cervelle. Quel malheur haram alikom

A lire aussi

si ce n’est une insoutenable

24/09/2020 20:00
1

En bon professeur (plutôt enseignant)

24/09/2020 11:22
18

Le président semble ignorer la portée symbolique d’une telle mise en

23/09/2020 16:59
16

Toute leur triche se fait sous nos

21/09/2020 15:59
39