alexametrics
Dernières news

Majdi Hassen : exit les promesses populistes et irréalistes, bienvenue aux vraies solutions !

Majdi Hassen : exit les promesses populistes et irréalistes, bienvenue aux vraies solutions !

 

Le directeur exécutif de l'IACE Majdi Hassen est revenu, ce lundi 13 mai 2019, sur le programme «Economy First», qui vise à ce que la prochaine période soit focalisée sur l’économie, idem pour les programmes politiques pour les prochaines élections. A cet effet, l'Institut arabe des chefs d'entreprises (IACE) a organisé des tables rondes avec les partis politiques, persuadé que «malgré la difficulté et la sensibilité de la situation, s’il y a une volonté politique, les compétences et des capacités, la Tunisie peut s’en sortir», a-t-il expliqué.

 

«Nous voulons nous écarter des promesses populistes ou irréalistes, pour débattre de comment sortir le pays de cette impasse», a indiqué M. Hassen dans une interview accordée à Boubaker Ben Akecha dans l’émission Midi Show sur Mosaïque FM. Et de préciser que les chefs d’entreprises veulent faire comprendre aux partis politiques leurs visions des choses pour qu’ils les prennent en considération et changent leurs discours ainsi que leurs actions, notamment via la mise en place de programmes économiques réalisables pour les élections.

 

Après ces rencontres fermées, l’IACE compte organiser des débats ouverts avec le grand public, pour que ces partis politiques présentent pour chaque liste et dans chaque région ses programmes et sa vision à ses électeurs, pour que l’économie soit au cœur des débats et que les électeurs puissent juger les partis politiques sur leurs programmes puis sur le degré de fidélité et d’accomplissement des promesses faites.

 

 

Majdi Hassen a souligné que pour l’établissement de la Loi de finances 2020, le gouvernement ne bénéficie d’aucune marge de manœuvre, sauf s’il trouve des solutions concrètes aux problématiques qui existent et des nouvelles ressources de financement (autres que l’endettement), comme par exemple la reprise de la production de phosphate ou de pétrole, diminuer les dépenses des entreprises publiques, etc.

Pour cela, il faudra répondre à deux questions : comment exécuter ces solutions et comment financer ces plans. «Le Tunisien doit demander comment, c’est la base de toutes les démocraties», a soutenu le directeur exécutif de l'IACE.

 

S’agissant de l’échec de la réalisation des programmes annoncés, les partis politiques ont été d’accord sur les raisons, il y avait «une sorte de consensus», note M. Hassen. Et d'énumérer qu’ils se résument en quelques points : pas de volonté politique, le parti au pouvoir ne fait plus son rôle de contrôle auprès du gouvernement, le chef du gouvernement n’a pas un poids politique et/ou ne peut pas choisir librement son gouvernement pour mettre en place son programme, pire son pouvoir est éclipsé par un autre membre de son gouvernement.

 

Majdi Hassen a affirmé que plusieurs sujets importants doivent être mis sur la table, notamment les finances publiques, l’endettement, le glissement dinar, le trio chômage, emploi et investissement, etc. Et de marteler que les réformes à faire ne doivent pas être seulement financées par le contribuable, mais qu’il est possible de les faire avec une meilleure gestion des ressources.

 

I.N

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

Ahmed BEN KHEDHER
| 14-05-2019 19:14
Je salue Si Majdi, une grande compétence et une humilité exemplaire. Juste pour dire que ce pays n'a pas besoin de plus de mesures. Il faut juste revenir aux décisions déjà prises et restées sans suite, faire appel aux compétences écartées et surtout avoir le courage de prendre des décisions qui font mal mais qui font voir le bout du tunnel. Un médecin peut guérir avec le miel mais peut aussi prescrire le plus amère des plantes médicinales...

adel
| 14-05-2019 13:26
Avec des si on peut mettre Paris dans une bouteille.
Je dis bien "Paris" pas la Tunisie car cette dernière est déjà dans une bouteille jetée à la mer.

A lire aussi

La rencontre a débattu des affaires arabes et régionales actuelles concrétisant ainsi les liens

22/08/2019 14:23
3

Le Tribunal administratif a accepté ce jeudi 22 août 2019 le recours de 4 candidats éliminés à la

22/08/2019 14:10
2

Ces services ont, jusqu’à présent, récupéré environ 256 hectares de terrains domaniaux spoliés à

22/08/2019 12:31
1

Le ministre de la Défense nationale et candidat à la présidentielle anticipée de septembre,

22/08/2019 12:23
6

Newsletter