alexametrics
lundi 08 août 2022
Heure de Tunis : 18:17
Dernières news
L'immigration clandestine, objet d'une rencontre entre le ministre de l'Intérieur et l'ambassadeur italien
18/10/2017 | 19:29
1 min
L'immigration clandestine, objet d'une rencontre entre le ministre de l'Intérieur et l'ambassadeur italien

 

La coopération tuniso-italienne dans le domaine de la sécurité et plus particulièrement dans la lutte contre l'immigration clandestine, a été au centre d'une réunion qui s'est tenue, ce mercredi 18 octobre 2017, entre le ministre de l'Intérieur, Lotfi Brahem et l'ambassadeur d'Italie à Tunis, Raimondo De Cardona.

 

Cette rencontre intervient alors que le pays a récemment été secoué par le naufrage d'une embarcation clandestine en partance de Kerkennah. Un accident causé par une collision avec un navire militaire et qui a fait, selon les données les plus récentes, plus de 45 victimes dont certaines sont encore portées disparues.

 

M.B.Z

18/10/2017 | 19:29
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (5)

Commenter

Amor Bouzouar
| 19-10-2017 22:14
Dans le cas d'espèce et sous l'angle tunisien, il s'agit plutôt d'Emigration et non d'Immigration.
On peut même se contenter de "migration"

veritas
| 19-10-2017 14:40
La grande majorité des tunisiens essaye de fuir le pays par tout les moyens depuis l'invasion du pays par les islamistes mercenaires qui ont transformé le pays pire que pendant la période coloniale

afour
| 19-10-2017 11:36
je ne comprends pas pourquoi on attend a ce qu'il y ait des dizaines de morts et des dizaines de disparus en mer pour commencer a discuter avec les autorites italiennes pour chercher les solutions

Gg
| 19-10-2017 10:14
Mais tu deconnes complètement, encore une fois!
Comment oses tu écrire "Je n'ai pas un seul iota de compréhension pour les autorités tunisiennes, qui arrêtent des Tunisiens en fuite clandestine à la recherche d'une vie autre que la misère dont ils souffrent"??

Tu écris cela, alors que chacun sait -et toi en particulier- qu'il n'est pas de vie plus belle que de s'épanouir dans une société arabo musulmane, empreinte de chasteté, de rigueur morale, d'abondance de biens et de valeurs?
Allez, quitte l'Allemagne et reviens à tes sources, dans ton beau pays, tu y seras bercé au rythme doux des prières, des ramadans et des egorgements!
Bon, je n'ai lu que le titre, et ça me suffit!

Abel Chater
| 18-10-2017 23:22
L'État tunisien n'offre à nos jeunes ni du travail, ni d'aide sociale, ni d'allocation de chômage. On les laisse à leur sort en bordure des rues ou autour d'une table des cafés populaires, sans argent même pour boire ce fameux café quotidien.
Les Européens nous ont volé toutes nos richesses le long de plusieurs siècles. Ils nous appauvrissent sans cesse en nous obligeant à dévaluer notre monnaie, pour qu'ils nous volent davantage en flagrant délit malgré nous. Toutefois et contre toute attente, ils demandent encore aux autorités tunisiennes de transformer la Tunisie en une prison à ciel ouvert, à la manière de ce que font les juifs contre les Palestiniens de Gaza. Les Tunisiens n'ont pas le droit de piétiner la terre de leurs bourreaux européens, sans visa lourdement payé, même lorsqu'ils le refusent. Du vol manifeste.
Qu'on sauve les naufragés et qu'on s'excuse auprès d'eux, pour avoir échoué à leur réserver un minimum de dignité dans leur propre pays la Tunisie. Mais les arrêter, les humilier et les enfermer parce qu'ils essaient de se sauver de leur misère en risquant leur vie, là alors, c'est le sommet de l'iniquité humaine.
Si j'avais un pouvoir politique, je demanderais aux Européens de nous financer une allocation de chômage pour nos jeunes, au lieu de les enfermer et de les isoler dans une misère révoltante qu'ils nous ont créée eux-mêmes.
Ouvrez les frontières tunisiennes pour toute sortie vers l'étranger, même sans passeport comme ils le font eux-mêmes avec leurs propres citoyens. Ne jouez pas aux gardiens de prison au profit des Européens. Vous ne faites qu'attiser le feu sous la marmite pour la faire éclater et exploser.
Honni soit qui mal y pense.