alexametrics
lundi 25 octobre 2021
Heure de Tunis : 15:18
Tribunes
Les jeunes pharmaciens tunisiens… « En attendant Godot ! »
11/09/2021 | 21:11
4 min
Les jeunes pharmaciens tunisiens… « En attendant Godot ! »

 

Par Heithem Barouni*

*Heithem Barouni : Pharmacien, Membre fondateur de l'Association des jeunes pharmaciens tunisiens

 

 

Les jeunes tunisiens diplômés en pharmacie souffrent. Ils sont bien nombreux et vivent marginalisés depuis de longues années.

Aujourd’hui encore, ils sont en situation précaire, instable, guettés au jour au jour par le spectre du chômage, eux et leurs familles, lorsqu’ils ont l’audace de créer un foyer, sans être sûrs de pouvoir soutenir financièrement une telle « entreprise ».

Les jeunes en attente d’une autorisation pour l’ouverture d’une officine sont, actuellement, plus de 4500, auxquels s’ajoutent annuellement près de 350 candidats. Ils sont pratiquement marginalisés et ne sont pas pris en compte par les autorités concernées. Ils attendent indéfiniment, de pouvoir exercer l’emploi auquel ils ont été formés et auquel ils sont normalement destinés.

 

Ils attendent… ils attendent que les responsables, à tous les niveaux, prennent réellement conscience du problème et entreprennent de faire bouger les choses.

Cela concerne les responsables du ministère de la Santé en premier lieu, dont le rôle et le devoir consistent à créer les conditions normales d’emploi de leurs administrés. Cela concerne également les représentants successifs de la profession au sein de l’Ordre des pharmaciens, dont la mission n’est pas seulement de préserver « les droits acquis » des pharmaciens en situation mais ils sont, également, en charge de protéger l’ensemble du secteur, notamment les jeunes diplômés en quête d’officine.

Cela concerne encore les responsables de la formation académique des futurs pharmaciens et qui, la situation étant ce qu’elle est, contribuent à produire des chômeurs en puissance. On peut même se demander si l’unique et prestigieuse Faculté de pharmacie du pays a encore une quelconque utilité pour le secteur des officines ?! A ces diplômés s’ajoutent presque autant de diplômés qui ont étudié dans des universités étrangères.

La question concerne aussi, essentiellement, les autorités politiques (membres du gouvernement et élus du peuple) qui se doivent de résoudre l’un des problèmes cruciaux du secteur de la santé et qui laissent s’accumuler le nombre de « chômeurs diplômés ».

 

Pour saisir l’ampleur du problème, citons à partir d’une approche comparative quelques chiffres significatifs. En France, on compte une officine pour 2500 habitants. En Algérie, une officine pour 3300 habitants alors que notre chère patrie, la Tunisie, se distingue par une seule officine pour 5200 habitants ! Retenons ce chiffre.

L’ouverture des officines par le biais du listing de l’ordre se fait donc au « compte-gouttes ».

Outre la possibilité d’hériter d’une officine paternelle ou maternelle, ce qui constitue un obstacle de plus sur le chemin des jeunes pharmaciens, ils convient de mentionner le droit d’acquérir une officine moyennant des sommes considérables. L’opération en elle-même est certes prévue par la loi, mais elle est bien discutable du point de vue de sa légitimité, sachant que c’est le critère de « richesse parentale » qui se substitue à celui de la préséance.

 

A cet égard, et à ce niveau de réflexion, il importe de cibler un élément déterminant, à savoir la loi du 3 août 1973. Cette vieille loi, bien que révisée à plusieurs reprises, ne répond plus à la situation actuelle. Elle constitue la principale source de l’attentisme tant décrié.

Les jeunes pharmaciens diplômés attendent depuis tant d’années qu’ils commencent à ne plus être si jeunes. Les nouveaux inscrits sur listes d’attente ont tristement calculé qu’ils attendront plus de 200 ans pour accéder à l’autorisation tant attendue !

L’accumulation des listes « éternelles » s’ajoutant à la vente libre des pharmacies en tant que fonds de commerce ont crée un système d’ouverture des officines hybride et injuste. N’est-ce pas un système déraisonnable, ridicule, absurde, inacceptable et certainement révoltant pour les plus lésés....     

 

Certains jeunes parlent de situation scandaleuse. D’autres, désabusés et désespérés, n’y croient plus, et relient la question au contexte de corruption généralisé, instauré dans le pays. Beaucoup, parmi eux attendent une autorisation qui ne viendra jamais, tout comme « Godot » personnage de la célèbre pièce de théâtre du dramaturge Samuel Beckett, « En attendant Godot …. ».

En ce qui me concerne, modéré et compréhensif, gardant quelque espoir, je me contenterai de dénoncer une « mauvaise loi » qu’il est éminemment urgent de réviser.  Je pense, aussi, qu’il est, aujourd’hui, permis de pouvoir compter sur l’extrême « bonne volonté » de ceux qui président à la gouvernance du pays, épris de justice et décidés sérieusement à réformer, en vue d’instituer les bonnes règles…

 

11/09/2021 | 21:11
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Fafa
Le beurre et l'argent du beurre
a posté le 27-09-2021 à 17:23
Ils veulent détruire la profession pour avoir une officine fût-ce trébuchante. Inconscience et insouciance !
rz
Il faut s'organiser et bouger
a posté le 19-09-2021 à 19:53
Beaucoup de jeunes pharmaciens sont chomeurs et ils le resteront le reste de leur vie si la loi 73 n'est pas abolie et laisser libre l'installation des officines la ou bon leur semble et le marche equilibra tout cela simplement. Le Maroc laisse libre l'installation des pharmaciens et n'ont aucun probleme mais ici le lobby des officinaux bien epaule par le syndicat des officinaux bloque toute idee d'abolir cette loi 73 pour garder la main sur ce decteur le plus longtemps possible.
Donc aux jeunes pharmaciens pas nantis de s'organiser et defendre leur cause et faire du bruit sans cela vous resterez chomeur toute votre vie. C'est malheureux ce gachis mais c'est ainsi dans notre pays.
Ayman
Tche
a posté le 14-09-2021 à 13:40
Bonjour ,

C'est peut être aussi la part de responsabilité pour les bacheliers qui choisissent cette filière de pharmacie, rien que pour faire du fric en tant qu'entrepreneur ou investisseur en pharmacie?
Ce n'est pas toujours le système ,c'est notre façon de voir aussi qui joue un rôle primordial dans cet affaire.
Dommage que des lauréats optent pour un choix d'études universitaires en pharmacie, au lieu de s'investir en sciences exactes pour qu'un jour la Tunisie puisse fabriquer ses propres armes , ses missiles balistiques, ses satellites , ses voitures et sa propre nano-technologie.
ANANE
Lobbying
a posté le à 17:03
Si les autorisations sont accordées proportionnellement à l'augmentation du chiffre d'Affaires tous les jeunes pharmaciens auraient ouvert leur pharmacie..
Rien que ces trois dernières années le lobby des pharmaciens en exercice à gagné un argent fou
DHEJ
Oh la la...
a posté le à 14:36
Qu'ils commencent par produire nos médicaments pour ne pas dire nos vaccins.
DHEJ
Pharmacies ou pharmaciens...
a posté le 13-09-2021 à 15:07
C'est le commerce parallèle pour des client parallèles.

Le jeune pharmacien parle " MAUVAISE LOI" alors jeune homme il faut se mettre au LEGIDYNAMISME pour changer les choses...

Pour cela le FISC doit s'impliquer pour canaliser ce secteur en modernisant son INFRASTRUCTURE très mauvaise à commencer par la pharmacie centrale.



Khadija
Des milliardaires prolétaires
a posté le 13-09-2021 à 13:40
Beaucoup de pharmaciens d'officine n'arrivent pas à joindre les 2 bouts. Il y a même ceux qui n'arrivent pas à embaucher du personnel qualifié et exercent seuls en compagnie de stagiaires. Il faut être débile pour parler de milliardaires...
G&G
@ Khadija la raisonnable
a posté le à 10:35
Malgré ma débilité je peux vous assurer que tous les pharmaciens des villes et sans exception sont milliardaires. Et si on me contredit, qu'on me propose un seul fond de commerce raisonnable pour s'en l'acquérir Je sui preneur.
Quant-à ce pauvre pharmacien qui n'arrive pas à joindre les deux bouts, pourquoi l'empêcher d'exercer à coté d'un milliardaire?
Warrior
SOLUTION : spprimez le monople de l'épicier-pharmacien.
a posté le 13-09-2021 à 11:38
vous copiez la France et son système archaique , injuste.... et vous copiez mal !!
car en France, la pharmacien miliardaire DOIT payer des impots 30 à 40 % de ce qu'il gagne.
il sera aussi taxé sur les SIGNES EXTERIEURS DE RICHESSE : voiture de luxe, villas etc ...
chez vous il ne paie ni impots ni zaqat.
Votre système est CRUEL, INJUSTE, REVOLTANT !!!
et ce depuis 56. rien à voir avec Nahdha.
SOLUTION:
1. supprimer l'aurorisation, le monopole. il peut s'installer où il veut. le miliardaire verra son CA baisser. ce n'est que justice.
2. ne former que ce que dont le pays a besoin, pas ce que la France a besoin.
3. 3 ans d'études pour épicier-pharmacien , au lieu de 6.

oubliez la France votre malheur !!!
WAKE UP !!!
hourcq
Le trissotin francophobe.
a posté le à 12:40
Au lieu d'affirmer sans preuves, faites-nous la liste des pays qu valident le diplôme de pharmacien au bout de trois ans seulement.
Sur le point un, je suis en partie d'accord à condition que les pharmaciens soient diplômés après de longues études. Un quota est indispensable car le métier ne serait plus viable s'il y avait pléthore de pharmaciens, comme pour tout métier.
Le quota français-un pharmacien pour 2500 habitants -me semble raisonnable.
Expliquez-nous pour le point 2 ce dont la Tunisie a besoin pour ne pas imiter cette France tant honnie. Un pour 5000 comme aujourd'hui? Avec des déserts médicaux un peu partout en Tunisie sauf dans les grandes villes?
Allez donc vous renseigner sur Cuba dont l'espérance de vie est supérieure largement à la Tunisie et même aux USA que vous chérissez alors que le niveau de vie des habitants est très inférieur à celui des tunisiens sans parler des américains.
Vous verrez qu'ils ne lésinent pas sur le nombre de médecins et de pharmacies.
Alors, ne voyez pas la main de la France partout, ça va vous donner des aigreurs d'estomac. Mauvais pour la santé !
AB1
@hourcq: Bonjour cher Monsieur!
a posté le à 13:14
Vous avez aussi raison, mais il faut qu'on commence à s'émansiper de la France: Elle est pour nous encore un vrai repère provisoirement aussi dans la politique - et c'est bon comme ca - mais qu'on commence à bien tisser tunisien ..

Parfois bien copier c´est parfois utile mais pas tout copier et tout le temps!
hourcq
Ne pa s'éloigner du sujet.
a posté le à 16:11
Si s'émanciper de la France, c'est réduire le nombre de pharmacies, surtout dans les campagnes, si c'est former les pharmaciens au rabais ou laisser le monopole à une caste etablie, drôle d'émancipation.
Je ne propose d'ailleurs pas d'imiter la France. Le modèle pour moi c'est Cuba où le niveau de vie est bien inférieur à celui de la Tunisie mais l'espérance de vie bien supérieure y compris par rapport aux Etats-Unis..
Ceci dit, ne copiez de la France ou d'autres pays que ce qui est bon mais gardez vos traditions, votre architecture, votre gastronomie et aussi votre jasmin et votre sourire. C'est ce qui fait votre originalité et qu'on a plaisir à voir et revoir. Merci et cordialement à vous.
Rayma
Ces jeunes ne veulent que l'Officine
a posté le 13-09-2021 à 08:58
Alors que plusieurs postes dans les hôpitaux sont vacants idem pour plusieurs branches d'activités pharmaceutique
Arona
mais !!
a posté le à 12:17
un pharmacien n'est pas un medecin, ni un infirmier.. les etudes ne sont pas les memes
G&G
Non au Numerus clausus. Oui pour la liberté d'exercice.
a posté le 12-09-2021 à 23:48
Le numerus clausus n'existe plus dans le monde. En Tunisie le Conseil de l'Ordre des Pharmaciens c'est le Vatican. L'intouchable.
Ce conseil lobby n'est là que pour protéger les officinaux et leurs enfants héréditaires contre les nouveaux diplômés. Il ignore que la boule de neige sera un jour un rouleau compresseur qui étouffera tout le monde: officinaux et chômeurs.
Pourquoi les pharmaciens des villes sont ils devenus milliardaires?
Pourquoi les pharmaciens investissent t ils dans l'Industrie, le tourisme et l'agriculture?
Pourquoi le pharmacien emploie une dizaine d'employés et refuse un diplômé comme lui?
Pourquoi ma fille diplômée majeure est sur la liste d'attente depuis 2003.
Pourquoi n'a t elle pas le droit d'avoir un petit coin même dans une grande surface ou dans une station service d'une autoroute.(comme en France ou au canada)?
Pourquoi les médecins de la même spécialité peuvent exercer dans la même bâtisse?
Pourquoi... pourquoi ...pourquoi?
Pourquoi cet égoïsme qui ronge la société sur tout les plans et dans tous les secteurs pour empêchant nos jeunes à vivre comme les citoyens du monde?
Des questions que j'adresse à Kais Said l'avocat des jeunes pour me répondre sachant d'avance qu'il s'en fichera de mes soucis.
G&G
RCDiste et fier


AB1
la Konkurrenz belebt das Geschäft!
a posté le 12-09-2021 à 19:15
En principe, la concurrence stimule les affaires !
En Allemand cette phrase est généralement prononcée lorsqu'un nouveau concurrent entre en scène et bouleverse les acteurs établis, qui doivent alors craindre pour leur statut antérieur dans leur segment de marché. L'intensification de la concurrence promet de nouvelles dynamiques et de nouveaux développements.

Ma proposition:
Nous devons avoir beaucoup plus de fantaisies aujourd'hui, pour créer et promouvoir de nouveaux emplois:
Pensons à créer des centres de Pharmaciens à travers la fusion des plusieurs pharmaciens : il vaudrait mieux avoir des pharmacies associées et compétentes qu'une petite pharmacie dirigée par un combattant solitaire.

En autorisant les centres de soins des pharmaciens, le législateur peut poursuivre, entre autres, l'objectif de développer davantage les structures de soins dans le domaine des soins médicaux ambulatoires. L'interconnexion des différents secteurs du système de soins de santé permet d'améliorer l'efficacité économique et la qualité des soins pour toutes les parties concernées.
Warrior
Frankreich ist unser Unglück .........................
a posté le à 11:41
FRANALPHABETISME : ils ne savent que copier la France et sons système pourri, depuis 56
Amouri
Notre seul espoir c'est le président de la république
a posté le 12-09-2021 à 19:03
Bravo mon ami , tu as tout dit. Maintenant sur le plan pratique peut être il faut signer une pétition et la soumettre a la présidence de la république. Le cnop et la ministère de la santé sont bien les principales protecteurs du lobby officinal
Tunisino
Les têtes sont ailleurs
a posté le 12-09-2021 à 17:37
Les politiciens de nos jours ont les têtes ailleurs, en plus de leur médiocrité morale, mentale, et technique. Comment voulez-vous que des bêtes irresponsables et suicidaires s'intéressent à corriger les erreurs du passé et à résoudre les problèmes d'aujourd'hui alors qu'ils sont totalement absorbés par des projets idéologiques? La seule chose possible et de faire de la pression et continuer à se débrouiller en attendant des jours meilleurs. Pauvre tunisiens!
Bob
De fausses solutions
a posté le 12-09-2021 à 16:31
Voilà le résultat de l'inconscience de certains qui ont créé une faculté de pharmacie pour un pays de 11 millions d'habitants. Aucune urgence, aucune nécessité de la créer, si ce n'est le désir de certains de devenir 'Professeur', un orgueil imbécile. Injecter dans le pays 350 pharmaciens diplômés par an depuis plus de 30 ans, c'est de l'irresponsabilité, ou péter plus haut que son cul, ou de la malhonnêteté, ou de la bêtise, c'est au choix. Il y a probablement tout ça à la fois. Et il ne faut pas s'étonner de voir des chômeurs à la pelle. Ceci est aussi valable pour les dentistes et, en moindre mesure pour le moment, pour les médecins.
Je comprends le désarroi du jeune pharmacien Heithem Barouni, auteur de l'article, mais je ne suis pas sûr qu'il fasse la bonne analyse ni qu'il propose les bonnes solutions. D'abord, on ne peut pas comparer les besoins de la population française avec ceux de de la population tunisienne, sans tenir compte de la situations de chacune . Les français ont un pouvoir d'achat nettement plus important, ils sont tous couverts par la sécurité sociale, ils consomment donc plus de médicaments et ces derniers sont nettement plus chers qu'en Tunisie. Et pourtant, en France, 2500 habitants suffisent à peine à faire vivre une pharmacie, et ce n'est pas par complaisance que l'Etat français maintient ce numerus clausus. En Tunisie, il faut au moins le double, si ce n'est pas le triple, soient 5000 habitants ou même plus . Faute de quoi, on tirera tous les pharmaciens vers le bas et on fera crever les anciens et les nouveaux arrivants sur le marché. Il ne faut surtout pas augmenter le nombre de pharmacies sauf si on veut jeter tous les pharmaciens dans la précarité, on créera des pharmacies où l'insécurité pour la population deviendra la règle et on verra fleurir les pharmacies misérables et dangereuses de certains pays africains. Par contre, il est urgent de fermer la faculté de pharmacie qui fournit les chômeurs , d'aider ceux qui se sont fait piéger par des irresponsables à s'expatrier... s'ils le peuvent! Ensuite, quand la situation sera assainie - plusieurs années seront nécessaires!, il faudra envoyer un nombre limité de jeunes étudier dans des facultés à l'étranger. Ce n'est pas une honte, c'est du bon sens, et c'est être responsable.

Alya
Reponse a Bob
a posté le à 10:27
Je suis du secteur de la sante et j ai essayé de suivre votre raisonnement. Actuellement, l accès a la faculté de pharmacie de monastir est réservé aux lauréats mention très bien voire mention bien très fort. Pensez vous que l état tunisien soit capables d octroyer des bourses à tous ces lauréats ? Ou faut il simplement laisser cette filière pour les enfants de ceux qui peuvent envoyer leurs enfants dans des pays étrangers? Et quels pays
Warrior
Franalphabétisme et culte de diplome
a posté le à 11:45
tu dois changer de mentalité: mon fils / fille doit ètre médecin ou pharmacien ou avocat !!
ce culte du diplome hérité de la France, doit disparaitre.
SJ
Bien dit
a posté le à 08:07
Tout à fait d'accord avec vous
Zba
En moyenne un pharmacien gagne entre 20 et 50 milles dinars
a posté le à 21:40
Ce chiffre je le tire des confidences de quelques amis dans le domaine.
Un fonds de commerce peut atteindre plus de 3 milliards.
Je vous assure que la majorité des pharmaciens ne vont à leurs commerces qu'au moment de la récupération de la recette.
La majorité d entre eux ont d'autres affaires à côté de leurs pharmacies. : des agriculteurs, des commerçants, ...
Vous voulez fermer la faculté prestigieuse de monastir et laisser les pharmaciens médiocres ayant " acheté " des diplômes des pays comme la Roumanie prendre la relève.
'?a, c'est une proposition patriotique.
Oui la loi doit changer et une réflexion plus approfondie doit mener dans ce secteur.
Il faut imposer au pharmacien de prendre retraite.
Comment se fait-il que le pharmacien peut exercer éternellement.
Les très anciens doivent penser aux plus jeunes


Warrior
il s'enrichit exponentiellement. ni impots, ni zaqat ...
a posté le à 11:50
1. le problème : il ne paie pas d'impots. il s'enrichit EXPONENTIELLEMENT !!
faite le cracher 30 à 40 % d'impots , pour financer le SOCIAL.

2. la France que vous copiez : 6 ans d'études de perroquet. ils récitent par coeur le jour de l'examen !!!
3 ans d'études intelligentes ailleurs !!!
GROW UP !!!

SJ
Vous êtes mal placé pour donner des chiffres et des leçons
a posté le à 08:03
De quel droit vous permettez vous de dire qu'en Roumanie on achète les diplômes ? Essayez d'en acheter un !!!
Occupez-vous de régler les problèmes de notre faculté à Monastir avant de critiquer les autres !!!
Vous voulez imposer une retraite aux pharmaciens ? Soit! Dans ce cas il faudrait l'appliquer à toutes les professions libérales et à tous les commerçants !
Que tous ceux qui atteignent 60 ans restent chez eux et offrent leur officine, leur cabinet ou leur commerce aux plus jeunes !
Le problème du chômage en Tunisie est général et s'applique à toutes les professions y compris chez les médecins , ingénieurs , architectes, avocats etc....
Il n'y a plus de recrutement dans les administrations et pour avoir un cabinet privé il faut des moyens : payer un loyer, des charges et ensuite et surtout, avoir des clients et des marchés ! Et là aussi, les choses sont très compliquées...
Aujourd'hui, beaucoup de jeunes ont innové grâce aux nouvelles technologies et internet qui leur permet entre autres de dépasser les frontières. Un diplôme n'est qu'une clef .
Les lois et les formalités administratives devraient s'assouplir et les banques devraient trouver des solutions afin de permettre à ceux qui présentent des projets fiables d'avoir des crédits sans contrepartie.
hourcq
Drôle de raisonnement.
a posté le à 17:13
Ainsi un tunisien vaudrait la moitié d'un français et peut crever faute d'une pharmacie à proximité?
Allez donc voir à Cuba, pays plus pauvre que la Tunisie et soumis au boycott américain. L'espérance de vie y est supérieure à celle des Etats-Unis et le nombre de médecins impressionnant. Et il doit en être de même pour les pharmacies ou les dispensaires.
Warrior
Franalphabétisme .... système pourri hérité de la colonisation .....
a posté le 12-09-2021 à 15:22
Système mafieux corrompu hérité de la colonisation:
1. autrefois, il fabriquait ses médicaments lui mème.
de nos jours, un simple épicier.
on peut remplacer par un distributeur automatique.

2. il te vend un paquet de 30 comprimés qd vous avez besoin de 13 seulement = gaspillage !!!
dans d'autres pays, tu auras 13 comprimés, pas 30.

3. corruption: il se met d'accord avec le médecin: il met plus dans l'ordonnance, pour enrichir l'épicier, qui donne une partie de bénéfs au toubib ...

on rappelle que islam bannit la corruption ( ar. al fassad ).
Dhahri
Point de vue
a posté le 12-09-2021 à 14:56
Je trouve absurde et aberrant de continuer à suivre bêtement le colonisateur en indexant l'ouverture des officines au nombre d'habitant comme le fait la France(1 officine pour 2500 habitants).
Laisser des diplômés en pharmacie au chômage pour sues les barons de ce métiers remplissent les poches est indécent. A mon avis il faut autoriser à tout détenteurs de diplôme de pharmacien d'ouvrier une officine quand il veut et là où il veut, sinon ce système ne profite malheureusement qu'aux riches.
MOKNI TAOUFIK
Pharmacien en attente d'officine
a posté le 12-09-2021 à 13:34
Tout à fait d'accord avec vous, les chiffres que vous donnez sont probablement exacts , mais faite le tour des officines en Tunisie , les 3/4 du temps ils chassent les mouches . Malgré la protection sociale un grand nombre de tunisiens n'a pas accès aux médicaments, d'autres sont approvisionnés par le système de santé publique, le nombre d'officine par habitant est ainsi biaisé. Il faut peut-être augmenter le nombre d'officine mais aussi , hélas, instaurer un numerus clausus au départ .
Lassaâd M'SAHLI
Ayez de l'ambition
a posté le 12-09-2021 à 12:30
L'officine, un métier du passé qui va disparaitre dans les 20 ou 30 prochaines années. Après 30 ans de comptoir je vois le décadence de ce métier devenu obsolète parce qu'il n'a pas su se renouveler parce ce son cadre juridique est rigide et anachronique. L'officine n'est l'unique métier de pharmacien. Ce qui est désolant c'est que des non pharmaciens diplômés en marketing et en commerce gèrent des entreprises du médicament qui sont hotement rentables sous la responsabilité de pharmaciens responsables. Pourquoi ne pas s'orienter vers cette solution. Les dispositifs médicaux est un autre créneau à l'avenir florissant. Les startups constituent une autre voie encore plus prometteuse. Cher confrère vous avez un diplôme polyvalent qui vous offre des opportunités infinies. Laissez tomber ces idées du passé et concevez votre avenir seul à l'image des rêves et des ambitions de votre jeunesse. Vous n'aurez de limites que celles que vous allez vous imposer. L'officine est un métier en fin de cycle de vie à cause des ventes par internet et à cause du nombre incalculable de parapharmacies où il n'y a ni de règles éthiques, ni de règles déontologiques, ni d'horaire de travail... Après 30 ans d'officine je pense sérieusement changer de métier. Ne passez pas votre vie entre quatre murs à voir votre vie défiler devant vous sans en profiter. Ayez de l'ambition et osez rêver de mieux car ce n'est pas les occasions qui manquent. Juste un peu de réflexion et de courage pour vous lancer dans une aventure afin de réaliser votre rêve. Bon courage.
hourcq
Pas d'accord.
a posté le à 14:04
Je suis un simple usager des pharmacies et quand je vais renouveler des médicaments, il me faut une ordonnance du médecin. Grâce aux informations enregistrées sur la carte vitale, le pharmacien sait ou non s'il faut les renouveler vu que les boîtes de médicaments contiennent plus ou moins de comprimés ou gélules et vu la date de prescription. Et quand il s'agit d'acheter un produit
qui n'a pas besoin de prescription, le pharmacien(ou la pharmacienne ) est là pour donner de bons conseils. Rien ne remplace le contact direct car Internet est le lieu de toutes les fraudes et manipulations.Quant aux parapharmacies, elles n'ont le droit de vendre que des produits non- prescriptibles censés entretenir la forme et stimuler les organismes et qui ne sont bien souvent que de la poudre de Perlimpinpin ou de l'eau de Zemzem vendus forts chers pour peu d'effets.
Alors, oui,l'auteur de l'article a raison. Il faudrait doubler le nombre de pharmacies en Tunisie et faciliter l'installation des jeunes.Et briser le monopole d'une caste qui tient à garder ses privilèges.
Warrior
France et Franalphabétisme .... votre malheur ......
a posté le 12-09-2021 à 10:54
le Franalphabétisme msiba:
1. 6 ans d'études de perroquet: réciter par coeur , mème la physique, le jour de l'examen !!!
enseignement archaique, dépassé, inadapté ...
------- > 3 ans d'études intelligentes dans d'autres pays.

2. le monople d'un autre àge:
dans une économie concurrentielle, l'épicier-pharmacien a un monopole et une zone de chalandise réservée !!!
------> pas de monopole dans d'autres pays .

Arrètez de copier cette p... de France !!
Ben Abdallah
Laissez-les travailler !
a posté le 12-09-2021 à 08:51
En Tunisie, entre un café et un café , il y en a une autre ! Entre une buvette et une buvette , il y en a une autre ! Entre un bar et un bar , il y en a une autre ! Entre une boutique et une boutique , il y en a une autre ! Est-ce qu'il y a un problème ? Non, je ne pense pas , au contraire , tout projet de plus, quelle que soit sa nature est bon et représente un avantage pour le citoyen.
A un certain moment et surtout avant 2005, on donnait les permis/circulation des taxis au compte goutte et exclusivement pour les adhérents ' au parti unique' et puis des facilités ont été faites et les autorisations se sont multipliées ......Est-ce que le nombre croissant a causé des problèmes ? Au contraire ! Donc, pourquoi, où se pose le problème si on annule ces contraintes pour les pharmaciens et donner la liberté à tout titulaire d'un diplôme d'ouvrir son officine ? De quel droit, égalité les anciens ' diplômés ' ' ramassent tout l'argent disponible et enregistrent des bénéfices importants et des très bons revenus et ' les titulaires des mêmes diplômes chôment ou ne trouvent pas de quoi manger ? Laissez-les travailler ça représente un problème de moins pour l'état et un bénéfice pour une plus grande partie de la population
Faites des cahiers de charges concernant les locaux , nature du diplôme et laisser le reste au choix des ' nouveaux promoteurs -- ces jeunes cadres--- et cela ne risque rien pour l'état ......Au contraire, la multiplication de ces projets augmentent la satisfaction de la population !!!
Warrior
SIGNES EXTERIEURS DE RICHESSE ....
a posté le à 11:18
bvotre capitalisme est CRUEL, INJUSTE et REVOLTANT. pire qu'aux USA !!!
1. taxer lourdement les signes extérieurs de richesse: voitures de luxe, villas, voyages à l'étranger ...
2. les revenus élevés doivent ètre taxés 30 à 40 % . l'argent des riches permet de financer le SOCIAL, inexistant.
3. la mentalité de ne pas payer des impots, doit disparaitre.
payer des impots est une obligation civique, comme zaqat obligation coranique.


OMami
Comment faire
a posté le 12-09-2021 à 08:22
Pas d'autres débouchés , ,d'ambition et de formation dans ce secteur que d'ouvrir une officine ?
Les étudiants qui s'engagent dans cette voie n'ont pas d'autres envies que d'être derrière un comptoir ?
Un peu d'imagination plutôt que d'attendre Godot et espérer que la modification du ratio permette d'ouvrir une boutique .
Ahmed
Toute ma solidarité avec ce jeune pharmacien
a posté le 12-09-2021 à 08:09
Que vous dire, bon courage.
Il faut une révolution.
retraité
il est temps de changer la loi
a posté le 12-09-2021 à 07:40
ce n'est pas normal en France un pharmacien pour 2500 habitants en Algérie un pharmacien pour 3500 habitant et das notre pays un pharmacien pour 5500 habitants et ce n'est pas les pharmaciens disponibles qui manquent l est très urgent de passer dans un premier temps à un pharmacien pour 3500 et après un pharmacien pour 2500 habitants actuellement les officies existantes ne des empilent pas et les pharmaciens qui réalisent un gros chiffres d'affaires doivent employer un pharmacien adjoint salarié .
Bechir
Nous sommes plusieurs à attendre
a posté le 11-09-2021 à 21:48
A un certain moment, j'ai fait un petit calcul très approximatif sur les revenus que peut générer l'Etat en taxes et impôts si on multiplie le nombre de pharmacies par deux.

Ce montant est assez important surtout la première année en raison des aménagements nécessaires. En plus, pareille décision va générer des affaires pour les jeunes pharmaciens et d'autres emplois.

Les autorités sont mieux à même d'estimer les bienfaits d'une pareille décision.

L'article montre que les défis sont énormes et innombrables. ça me rappelle le problème de transport dans le grand Tunis. Les solutions existent si la volonté y est.

En attendant, on continue d'attendre. Personnellement, j'attends que l'injustice se concrétise ! Yizzi khali ijour7 mkhobbi !

Il est à noter que je n'ai rien à voir avec le domaine des pharmacies, sauf d'être client de temps à autre.
Thameur
Pharmacie
a posté le à 15:47
Bonjour
Mon fils est un jeune brillant pharmacien diplômé de la fac de pharmacie de Monastir est dans cette situation. Monsieur le Président, Monsieur le futur chef du gouvernement, la santé n'est elle pas votre priorité ? Supprimez cette vielle loi taillée sur mesure des anciens pharmaciens hyper-riches et qui veulent toujours garder ce domaine en cercle fermé : ils envoient leurs enfants en Roumanie parce qu'ils ne peuvent pas entrer à la fac de monastir et empêchent ainsi les jeunes brillants comme mon fils de posséder une pharmacie. Les officines se vendent entre 1,5 et 3 millions de dinars. C'est la folie. Monsieur le Président, cassez ce monopole et autoriser ces 4500 jeunes à ouvrir librement des officines. Ils vont créer au moins 9000 nouveaux emplois et payer des impôts dans un secteur vital. Les gros poissons ce sont bien enrichis.