alexametrics
mardi 28 juin 2022
Heure de Tunis : 19:51
SUR LE FIL
Les forces vives du pays, plus faibles que jamais
Par Marouen Achouri
16/03/2022 | 15:59
5 min
Les forces vives du pays, plus faibles que jamais

 

Il fût un temps, pas si lointain, où l’expression « les forces vives du pays » avait un sens. Nous nous les représentions principalement dans certaines organisations nationales et quelques mouvements spontanés de jeunes activistes. Ce temps a connu son apothéose en 2013 et 2014 quand des organisations nationales avaient pris leurs responsabilités et ont sauvé le pays de la déchirure et de la discorde en organisant le dialogue national. On avait également été les témoins de la forte opposition de certaines jeunes au projet de réconciliation nationale sous le slogan « manich msemeh » (je ne pardonnerai pas, ndlr).

 

Aujourd’hui, il semble que ces forces ne sont plus aussi vives qu’elles l’étaient, alors que le moment est mille fois plus dangereux. La plus grande et la plus influente des composantes de ce que l’on appelait le quatuor, l’UGTT, est restée empêtrée dans des calculs internes relatifs à la tenue de son congrès il y a près d’un mois. Maintenant que cette étape a été, tant bien que mal, franchie, l’UGTT semble privilégier le calcul et se défausse totalement de son rôle politique. Ses combats sont réduits aux négociations salariales et à la préservation du pouvoir d’achat. La circulaire gouvernementale N°20 sur les négociations avec les syndicats semble déranger l’UGTT bien plus que l’annulation pure et simple de la constitution par le décret 117 du 22 septembre. Le fait que le président de la République se soit accaparé tous les pouvoirs n’émeut pas plus que cela la centrale syndicale. Cette dernière en arrive même à monter en épingle une rencontre protocolaire traditionnelle entre le chef de l’Etat et le nouveau bureau exécutif élu de l’organisation, et l’on nous présente cela comme la preuve que la relation n’a pas été rompue… Certains diront que l’UGTT se ménage et ne veut pas entrer en conflit avec le pouvoir en place pour préserver le bien du pays. Mais aujourd’hui, le pouvoir d’achat est au plus mal, les perspectives économiques sont sombres et même les produits alimentaires de base viennent à manquer. Le défunt Habib Achour, dont le décès a été commémoré en grande pompe par l’UGTT avant-hier, aurait bougé pour beaucoup moins que cela.

 

L’Utica, de son côté, n’a pas bougé une oreille devant la situation politique que connait le pays. Il est vrai qu’il ne s’agit pas là d’une organisation connue pour sa témérité vis-à-vis du pouvoir en place, quelle qu’en soit la nature ou l’identité. Toutefois, la centrale patronale a une obligation morale et une responsabilité nationale devant la détérioration de la situation du pays. Il ne sert à rien d’être riche dans un pays en ruine. Il ne sert à rien d’être le roi d’un tas de cendres. L’Utica s’est murée dans le silence et la prudence devant des développements qui touchent directement les intérêts et les activités de ses affiliés. Nombre de chefs d’entreprise et d’hommes d’affaires ne se sentent pas suffisamment défendus par leur organisation. Pourtant, ils ont dû faire face à une campagne de diabolisation sans précédent à laquelle a participé le président de la République en personne. En plus, ils vont devoir s’adapter à une loi de finances qui nuit directement à des pans entiers de l’économie, comme celui des sociétés de commerce international. Face à tout cela, l’Utica joue les autruches.

 

Mais l’acteur le plus absent, le plus insipide durant toute cette période est sans doute la Ligue tunisienne des droits de l’Homme. Quelques communiqués laconiques, la signature de quelques autres communiqués communs avec d’autres associations, et puis s’en va ! Le souvenir de cette LTDH en première ligne dans tous les combats qui concernent les droits de l’Homme parait aujourd’hui bien lointain tant la ligue d’aujourd’hui se complait dans l’inertie. On pourrait même la soupçonner de complicité quand on voit que la ligue ne prononce pas un mot devant les procès de civils devant des juridictions militaires. Quand la ligue ne s’émeut pas des mises sous résidence surveillée et de l’utilisation à outrance de la loi sur l’état d’urgence, quand elle est aux abonnés absents devant les arrestations arbitraires et les dépassements de la loi, nous pouvons supposer qu’elle est en mort clinique. Heureusement que le vice-président de la LTDH, Bassem Trifi, est là pour tenter de sauver l’honneur et qu’il s’est clairement exprimé, parfois en son nom propre, à chaque fois que les droits de l’Homme ont été menacés ou atteints.

 

Le dernier élément du défunt quatuor est l’Ordre national des avocats. Sous la conduite de Brahim Bouderbala, l’ordre des avocats a même salué le coup d’Etat et a tenté, à plusieurs reprises, de le légitimer. Au moins deux avocats ont été placés en détention de manière douteuse : Noureddine Bhiri et Abderrazek Kilani, silence radio de la part de l’ordre des avocats. L’ordre était même embarrassé par ces histoires et le bâtonnier a dû déployer des trésors de souplesse intellectuelle pour esquiver les questions et les reproches. Quand il est questionné sur la mise en résidence surveillée de Noureddine Bhiri par exemple, Brahim Bouderbala se cache derrière les vieilles positions de l’ordre concernant la non-constitutionnalité de la loi sur l’état d’urgence, mais rien de plus. Quand l’ancien bâtonnier Abderrazek Kilani a été arrêté, l’ordre a été obligé de prendre position, mais de la manière la plus molle du monde. Dans son communiqué, l’ordre dit « refuser la facilité avec laquelle un mandat de dépôt a été émis à l’encontre de l’ancien bâtonnier Abderrazek Kilani ». Brahim Bouderbala ne cesse de répéter sur tous les plateaux qu’il a confiance en Kaïs Saïed et que ce ne peut être un dictateur. Il oublie que l’ordre des avocats faisait jadis partie des organisations qui luttaient contre les dérives autoritaires. Aujourd’hui, l’ordre leur trouve des justifications.

 

Au-delà des organisations structurées et anciennes, la lutte s’était aussi organisée dans la rue en 2012 et 2013. Pas un jour sans une manifestation ou un sit-in. On voyait surtout des groupes de jeunes développer une conscience politique et prendre possession de la rue pour manifester contre les gouvernants. Ainsi le cas du mouvement « manich msemeh » qui avait fait reculer Béji Caïd Essebsi dans son projet de réconciliation nationale. Le mouvement avait pu influencer le parlement pour amender profondément le projet. Aujourd’hui, le président de la République, Kaïs Saïed, est en roue libre et légifère par décret. Il a même son propre projet de réconciliation avec les corrompus. Le projet du président est dangereux et obscur, pourtant personne dans la rue. L’illusion selon laquelle Kaïs Saïed s’attaque aux islamistes marche encore apparemment.

Par Marouen Achouri
16/03/2022 | 15:59
5 min
Suivez-nous
Commentaires
nazou de la chameliere
Les forces vives du pays !!!
a posté le 17-03-2022 à 21:22
Juste des grandes gueules contre Ben Ali et les islamistes !!!
Devant les fachos elles font carpette !!!
Lenet
Les forces vives...hhhh
a posté le 17-03-2022 à 14:42
C'est un poisson d'avril !!
Mr marwane nous parle de tous ces politiciens corrompus ,mafieux incompétents et traîtres à la nation...
Oui c'est malheureux pour la petite minorité qui n'a cessé d'attaquer le président ( en fait quelques centaines de profiteurs et d'opportunistes payés par des puissances étrangères et des mafieux du pays) que "la force néfaste pas vive du pays qui a été pulvérisée par le président et le peuple n'existe plus. .....les profiteurs sont orphelins...
Arrêtez de nous parler des vermines.
Ils sont cuits à jamais et il n'y aura plus de places pour les escros.....
Papa
Tout le monde n'est pas d'accord avec K.S
a posté le 17-03-2022 à 09:19
Bravo pour l'article qui explique d'une manière raisonnable pour ne pas dire scientifique la situation de la vie politique et associative de nos jours.
Je ne comprends pas pourquoi il y a des gents qui s'auto-proclame les portes paroles du peuple et affirme que tout le peuple et d'accord avec K.S, la majorité des tunisiens ne se soucient même pas de se qui se passe ils sont préoccupés par leurs situation qui se dégrade à vue d'?il et essayer de survivre tant bien que mal.
Pour moi ces associations qui se ont vendu leurs âmes pour voir les khouanjia dégager (car incapables de les voir battu au scrutin)sont des traîtres du peuple et de la Tunisie.
"Les vaches regardent le train passer"
Gg
Ne vous oubliez pas!
a posté le 16-03-2022 à 22:02
"L'illusion selon laquelle Kaïs Saïed s'attaque aux islamistes marche encore apparemment"
Ce constat s'applique également à BN...
zozo Zohra
Un bon souvenir
a posté le à 08:24
https://youtu.be/-aDbDim-TQ8

Mon.
Comment
a posté le 16-03-2022 à 21:39
Qu'est-ce qu'il vous faut pour comprendre que tout le monde presque, à part vous et N.B. est d'accord avec le Président pour assainir le pays des corrompus mafieux et autres contrebandiers et que la situation actuelle catastrophique est due à des circonstances aggravantes accumulées par la ruine du pays par la gestion calamiteuse des islamistes, par la pandémie et maintenant par la guerre d'Ukraine, sans compter que les adversaires de K.S. font tout leur possible pour mettre les bâtons dans les roues du Président pour qu'il ne réussisse pas en invoquant sa mainmise sur le pouvoir, où étaient-ils durant cette décennie noire lorsque le parti Ennahdha infiltrait l'état, employait à gogo leurs militants en grossissant le nombre de salariés étatiques au lieu d'investir pour créer de la richesse et du travail
cITOYEN8h
LES FORCES VIVES SONT Là. ELLES OBSERVENT TOUT CE QUI SE PASSE EN SILENCE MEFIEZ-VOUS DE L'EAU QUI DORT.
a posté le 16-03-2022 à 18:14
"Mais l'acteur le plus absent, le plus insipide durant toute cette période est sans doute la Ligue tunisienne des droits de l'Homme."

Hahahahaha, hahahahaha, hahahahaha, hahahahahahahahaha
On a déjà coltiné trois très longues années le vendu marzouguiki, pseudo-droit de l'hommiste, issu de la race des seigneurs des pingouins, et on a vu les dégâts considérables qu'il avait généré, avec ses insultes régulières envers le peuple tunisien et ses diverses tentatives de créer un fossé entre les classes sociales, à savoir entre les honnêtes citoyens et les la8mégua tammé3a fainéants, bon à rien et mauvais en tout !!!!!!!!

Nous n'avons pas aussi oublié l'épisode ou les imposteurs traitres de l'époque et dont il faisait partie, avaient livré le premier ministre libyen Al-Baghdadi Al-Mahmoudi aux bagla-liha Libyens, en échange de plusieurs centaines de millions de dollars.

Les chameliers imposteurs traitres chameliers et leur marionnette marzouguiki, savaient pertinemment que Al-Baghdédi, qui avait demandé le droit d'asile à la Tunisie, allait subir des tortures d'une rare intensité.

Kalek, les chameliers i khaffou minne Rabbi !!!
éttfouh 3alihom. Ce ne sont que des 7raye-miya comme il n'en a jamais existé !!!!

éttfou8 3ali8om, une fois de plus pour tous les malheurs qu'ils ont semé durant leur maudite gouvernance.

L'ugtt et la maudite troika sont les seuls et uniques fossoyeurs de la Nation.
Inutile de chercher midi à 14H en essayant d'embrouiller les esprits faibles des incultes et des analphabètes, en brouillant les pistes, tout en accusant de tous les maux notre intègre et patriote président sans peur ni reproche, Kaissoune.

Arrêtez de le dénigrer.
Jusqu'au 25 juillet béni vous l'avez traité de mou.
Depuis, vous le traitez de dictateur et de je ne sais quoi d'autre.
Estimez-vous heureux qu'il nous a débarasser de lka vermine des chléyék bagla-liha insatiables charognards affamés.

A7mdou Rabbi et tirez des leçons de votre blasphéme de 2011 : "Khobz ou mè et ZABA lè" !!!.





BIEN
Depuis 1956 on donne volontiers
a posté le 16-03-2022 à 18:13
des credits bancaires ou mieux donnés sans remboursement , à des ignorants qui ne savent absolument rien à la gestion des entreprises (le plus important c´est d´etre destourien ou après 2011 Nahthaoui) . Je peux vous assurer, ils ne savent meme pas écrire leurs noms sur une jarre (Mè inèjmouj jektbou ismèhoum 3lè il9olla).
Alors avec ce genre d´entrepreneurs on ne peut aller loin!

Proposition:
Les Credits uniquement pour les jeunes diplomés !
A4
Résignation !
a posté le 16-03-2022 à 17:55
C'est la résignation la plus totale !
La destruction est tellement grave et irréversible, qu'il est devenu vain de réagir ou d'entreprendre.
C'est l'histoire de la "vieille" qui ne sent plus rien quand on la pince !!!
zozo Zohra
Messieurs L'atterrissage fait très très mal
a posté le 16-03-2022 à 17:00
Le problème, l'essentiel n'avait pas été fait. C'était beaucoup de blabla, un flot de paroles, absence total d'actes, la destruction massive de la productivité
Aucune stratégie pour une économie structurelle, intelligente dont la majorité des projets, des sociétés, des investisseurs,.... avaient fait pschitt. Ce qu'ils nous auraient permis d'avoir peut-être des réserves pour amortir le choc pétrolier et nous auraient évité de payer demain d'autres dettes, amortir les déficits colossaux et beaucoup moins de galère. Tout le monde a sa part de responsabilité, UGTT, UTICA, Médias, politiciens,.....