alexametrics
lundi 08 mars 2021
Heure de Tunis : 06:33
Chroniques
Les femmes sont en première ligne dans les batailles et en dernière ligne pour la reconnaissance
Par Nizar Bahloul
18/01/2021 | 15:59
4 min
Les femmes sont en première ligne dans les batailles et en dernière ligne pour la reconnaissance

 

Bravo à Samia Abbou à qui je souhaite un prompt rétablissement, bravo à Abir Moussi. Nos deux députées ont bien brillé la semaine dernière face à la barbarie de leurs collègues députés et de leur président Rached Ghannouchi.

Ce qui s’est passé ? Samia Abbou a observé, ainsi que trois de ses collègues, une grève de la faim exigeant que le parlement publie un communiqué dénonçant la violence verbale et physique des députés d’Al Karama. Pendant plusieurs jours, Rached Ghannouchi s’est refusé à publier ce communiqué protégeant ainsi, par son silence, les agresseurs. Il continuait à travailler normalement, alors qu’à quelques pas de là, Samia Abbou agonisait. Les médecins, appelés en urgence, étaient clairs : l’état de santé de Samia Abbou s’est bien détérioré vendredi dernier et sa situation devenait dangereuse. Il a fallu que Abir Moussi crie au scandale et empêche le déroulement d’une séance parlementaire présidée par Rached Ghannouchi pour que ce dernier ressente le danger et prenne ses responsabilités. Après plusieurs jours d’atermoiements, le communiqué dénonçant la violence est enfin publié ! Il est bon de rappeler que Abir Moussi et Samia Abbou sont deux ennemies jurées.

Aussitôt ce communiqué publié, Seïf Eddine Makhlouf, président d’Al Karama, ainsi que plusieurs islamistes ont déversé un flot d’injures à l’encontre de Samia Abbou et Abir Moussi les qualifiant de divers noms d’oiseaux et autres amabilités. Aucune injure, en revanche, contre Rached Ghannouchi sévèrement critiqué certes, mais à aucun moment injurié contrairement aux deux députées.

 

Cette bataille menée par Samia Abbou et cette montée au créneau de Abir Moussi n’ont rien de surprenant. La dernière à avoir observé une grève de la faim est Radhia Nasraoui, il y a quelques mois de cela. A leurs corps défendant, nos femmes militent pour que nous autres Tunisiens (mâles) obtenions des acquis considérables et historiques. Cela n’a rien de surprenant, cela n’est pas une première. On le sait depuis des décennies.

Le souci est ailleurs. Au lendemain de la bataille spectaculaire de Samia Abbou, le chef du gouvernement a remanié son équipe. Une nouvelle équipe où ne figure aucune femme ! Zéro ! Nada ! Walou !

L’article 46 de la Constitution énonce pourtant clairement que « L’État garantit l’égalité des chances entre l’homme et la femme pour l’accès aux diverses responsabilités et dans tous les domaines ». La parité est bel et bien garantie dans nos assemblées conformément à ce même article 46 de la Constitution.

Quelle mouche a donc piqué Hichem Mechichi pour décider ainsi d’exclure la gent féminine du gouvernement ?! Le comportement de notre chef du gouvernement est le fruit d’une société patriarcale machiste qu’on observe bien dans notre pourtour méditerranéen (au nord comme au sud) et dans nos pays arabes. Dans cette culture-là, la nôtre, la femme est exclue des cercles de décision, est exclue des cercles du pouvoir, est exclue des dividendes.

Pourtant, quand il y a une bataille, nos femmes sont souvent, voire toujours, en première ligne. Pourquoi donc nos hommes acceptent-ils d’être défendus par des femmes quand il y a une bataille et refusent de partager les fruits de ces batailles avec elles ?

Ce qu’a fait Hichem Mechichi samedi dernier est une insulte à l’encontre de nos femmes. En les excluant de son gouvernement, il a exclu 50% de la société tunisienne, il a tourné le dos à l’un des principes de la constitution. C’est insensé, c’est ingrat, c’est politiquement idiot et incorrect.

Il n’y a pas que Hichem Mechichi. La société toute entière se doit d’être reconnaissante à l’égard de ses femmes. Ce n’est pas normal qu’on fasse appel à elles quand il y a une bataille engagée et des problèmes et qu’on leur tourne le dos quand il y a des dividendes à engranger et des postes à pourvoir ! Il faut que cela cesse, c’est anachronique, c’est indigne de la Tunisie du XXIe siècle !

 

L’autre sujet phare de la semaine est le remaniement justement. Hichem Mechichi est aujourd’hui seul maître de son destin. De son gouvernement, il a exclu les femmes, il a exclu les ministres de Kaïs Saïed et il a exclu (théoriquement) les ministres des partis. Il a un gouvernement qu’il a choisi tout seul, qui ne lui a été imposé par personne. Il va pouvoir gouverner sans pression de quiconque. Il ne va pas pouvoir dire que le président ou les partis l’ont empêché de travailler normalement comme plusieurs de ses prédécesseurs.

Saura-t-il mener à bien son gouvernement ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite. Mais il est mal parti, admettons le.

Limoger des ministres et remanier un gouvernement moins de cinq mois après l’avoir composé reflète de l’instabilité dont Mechichi est l’unique responsable. Ne pas avoir le tact pour nommer des femmes dans son gouvernement reflète un manque de flair politique aigu. Se mettre à dos gratuitement le président de la République et 50% de la société est idiot.

Hichem Mechichi est mal parti et c’est dommage. Jusqu’où pourra-t-il aller sans de véritables alliés à ses côtés et sans président de la République pour le soutenir ? Pas trop loin… S’il ne se redresse pas dans les meilleurs délais, il ne durera pas quatre ans.

 

Par Nizar Bahloul
18/01/2021 | 15:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
About Walid
Cinquante trois pour cent !
a posté le 21-01-2021 à 18:11
Pourtant les statistiques disent que les personnes de sexe féminin constituent cinquante trois pour cent de la population tunisienne.
mansour
Avec Madame Abir Moussi chaque jour est un combat
a posté le 19-01-2021 à 10:20
comme toutes les tunisiennes patriotes, indépendantes, libres et Bourguibiste qui ne se résignent pas à la soumission politique, religieuse et culturelle des islamistes freres musulmans salafistes d'Ennahdha et Al Karama
Achille
@Nizar Bahloul
a posté le 19-01-2021 à 10:01
Il faut alerter l'opinion publique de ce qui se trame, vous devez agir contre la propagande qui va se pointer, contre l'influence sur le peuple tunisien, Nizar Bahloul, écris, sort ta plume, sort ton armement intellectuel, travaille pour ton pays, c'est le moment ya Nizar la Tunisie est dans la merde, les démocrates sont la, les islamistes vont avoir le soutient de l'état profond americain. Il faut que tu contre l'influence et la propagande, que tu alerte, nous avons besoins de journalistes patriotes. Il faut que tu protège le Président de la République, que tu protège l'état, il faut que tu démantèle le faux conflit entre Méchichi et Kais Said, car il n'y en a aucun, mais cette fake news peut causer des dégats et manipuler les institutions de sécurités qui croiront des mensonges sur Méchichi a l'heure venu, a l'heure d'une grande attaque qui aura lieu, ils seront manipulés, ils ne sauront pas quel choix faire. Ya Nizar je crois en toi vasy aide notre pays !
Habiba
Appel à témoins ?
a posté le 18-01-2021 à 22:10
La liste de femmes qui répondent au titre de votre article est bien longue, dans les nombreuses institutions, y compris celles qui rassemblent les élites du pays. Ne lancez surtout pas un appel à témoins, vous serez rapidement débordé !
La Tunisie, 65 ans après la promulgation du CSP.
Achille
Abir Moussi, preuve et avancée civilisationnelle partie 2
a posté le 18-01-2021 à 21:37
C'est un bouclier civilisationnel contre le wahhabisme, mais pas que, contre l'obscurantisme qu'a connu le monde entier, a tous les temps, de tous les pays du monde y compris l'occident où aujourdhui les femmes étant les plus libre au niveau social et politique, mais toujours il se trouve que cet obscurantisme qui a longtemps était une partie intégrale du monde n'est toujours pas vaincu même chez les occidentaux, or Abir Moussi c'est une femme tunisienne suprême défenseur de son pays a la tête de la politique patriote et sera un jour présidente de son pays, ceci n'arrive pas partout, même en occident, nous surpassons donc les sociétés occidentales, choses que nous n'avons pas vu venir, vous voyez la puissance civilisationnelle que représente donc Abir Moussi ?

C'est un trésor c'est un fruit civilisationnelle d'une grande importance et surtout d'une grande puissance, a protéger et a garder jalousement ! A brandir en tant que fierté nationale, et trophée, et comme une preuve et un symbole a suivre devant le monde entier et finalement un bouclier politique, sociale, culturelle, tout ce que vous souhaitez, car arrivé a ériger une femme au pouvoir n'est que le fait d'une société évolué ! Les seules qui arrivent a faire ça sont les scandinaves et quelques pays d'Europe centrale. Mais eux n'ont pas les difficultés que nous on a chez nous aujourdhui, donc c'est une plus grande victoire, sachant de plus que Abir Moussi c'est le patriotisme lui meme, au final on aura gagné sur tous les points !

Ceci étant dit : les tueurs en série déguisé en pieux de la religion musulmane, religion qu'ils combattent en secret via l'assassinat de musulmans en masse lors de guerre contre les pays musulmans, guerre d'envergure où ils ont dévasté presque l'ensemble du monde musulman.

Les mercenaires anti islam anti musulman portant le nom stratégique et la fausse identité d'islamiste. Ayant l'identité secrete (réelle) de mercenaires tueurs de musulmans et de mafieux disent pouvoir injurer librement Abir Moussi.
Il serait bien de faire comprendre a tous une fois pour toute que :

Derrière Abir Moussi ce trouve l'ensemble de la Tunisie patriote, d'ici quelques années aucun parti politique ne pourra plus prétendre a un électorat sachant que l'ensemble des tunisiens non affilié au crime vont soutenir Abir Moussi, donc c'est a dire presque l'ensemble de la population en enlevant la partie criminelle, corrompu.
Abir Moussi ce n'est donc pas une figure qu'on peut toucher. Ce n'est pas une figure politique tout d'abord il faut comprendre la nature du lien entre Abir Moussi et les patriotes, ce lien n'est pas momentané, ni électoral, il n'est pas non plus d'ordre idéologique, Abir Moussi n'étant ni un gourou ni prêcheur, il n'est pas non plus d'ordre politique bien qu'il est situé en politique, ce lien est tout simplement d'ordre de valeurs humaines, et d'ordre patriotique, ce lien c'est le lien du tunisien a son pays ! A ses terres, a sa vie en Tunisie, ses intérêts, son passé, présent et futur, ses espoirs, ses craintes, ce lien c'est le lien du tunisien avec l'intelligence qui le conduit a percevoir une solution et un gardien pour son pays, la solution et le gardien étant Abir Moussi, le gardien de la pérennité de la Tunisie, la garantie de vie et de survie ! Et l'espoir d'une construction commune se basant sur nos valeurs a tous, et sur les valeurs universel de l'humanité !
Celui qui injure donc Abir Moussi n'a absolument pas compris ce qu'elle est et ce qu'elle représente, et qui sont derrière elle, c'est a dire ni plus ni moins que l'ensemble des citoyens tunisiens ayant ne serait-ce même qu'une simple once d'amour pour leur pays jusqu'a l'ensemble des patriotes vouant un amour profond pour leur pays et ayant des valeurs humaines profondes.
Achille
Abir Moussi, preuve et avancée civilisationnelle partie 1
a posté le 18-01-2021 à 21:36
J'applaudis Nizar Bahloul pour la première fois, il était temps, je commençais a désespérer.
Bienvenu chez toi Nizar Bahloul, bienvenu a nouveau dans la république, au sein des défenseurs de la patrie, au sein des vrais patriotes, bienvenu au sein de la Tunisie qui soutient Abir Moussi, la Tunisie éveillé, la Tunisie consciente, la Tunisie doté de raison, de valeurs humaines et citoyenne et patriotique, républicaine, démocratique-sociale, bienvenu chez toi !

Te revoila au sein de ton pays, mais tu dois encore comprendre certaines choses.
Samia Abou et Abir Moussi ne sont pas deux ennemis jurés, non !
Samia Abou s'est érigé en ennemi de Abir Moussi, c'est elle qui est hostile a sa camarade, car c'est une transfuge, et en tant que transfuge elle était mandaté, missionné, et avait les convictions d'une transfuge qui devait donc combattre les patriotes et travailler contre l'intérêt du pays.

Néanmoins, il est clair, de part certaines de ses actions et choix, qu'elle n'est pas transfugé a 100 %, qu'une certaine valeur morale patriotique la tien encore attaché a son pays, elle est donc récupérable ! Et c'est ça qui fait que Abir Moussi lui est venu au secours ! Car au fond elle peut être une patriote si elle en fait le choix et car Abir Moussi ne laissera aucun tunisien seul face a tout ce qui peut lui être fatal et ne laissera pas la Tunisie face a ce qui peut lui être fatal.

Mais toujours étant que le patriotisme n'est pas du même niveau chez tout le monde, Abir Moussi est un suprême défenseur, c'est le sommet le plus haut du patriotisme, son équivalent étant celui des soldats qui portent leurs pays dans leurs coeur, et celui de toute personne portant son pays dans son coeur au plus profond de ses convictions et ne le laissera jamais tombé sous aucune condition que ce soit !

J'ajouterai, que Abir Moussi est notre symbole nationale de la liberté de la femme en Tunisie, notre acquis civilisationnel, notre preuve civilisationnelle qu'on est pas n'importe qui en terme de peuples, que chez nous les femmes sont dans la politique mais sont des suprêmes défenseurs du pays ! Chose qu'aucun des pays de la nation arabe suicidé a la date de 2011 ne peut imaginer ou égaler.


TAW TCHOUFOU
LA FEMME EST L'AVENIR DE L'HOMME !
a posté le 18-01-2021 à 18:55
Bonne chronique , comme d'habitude .... !
Vous avez fini , Mr Bahloul , par reconnaitre la ténacité et le courage de Mme Moussi , et sa solidarité avec une collègue qui , elle , ne l'avait jamais ménagé !
Vous progressez et c'est tant mieux !
Mais , je n'irai pas jusqu'à faire comme vous , c'est-à-dire , les mettre toutes les deux sur le même pied d'égalité !
En effet , quels sont donc les " faits d'armes " politiques de Mme Abbou depuis plus de 10 ans ?
A part ses vociférations à l'arp , ses critiques stériles et ses divers plateaux TV ?
Tout le monde n'a pas la mémoire courte , car Mme Abbou siège à l'assemblée depuis bien plus longtemps que Mme Moussi , et elle n'a montré vis-à-vis des " nahdhaouistes et compagnie " , que compréhension , acceptation , et copinage .... y compris avec les chefs des fameuses ligues de protection de la révolution ( rappelons nous des photos avec recoba et sa clique , où Mme Abbou rayonnait tout sourire ! ).
Elle a fait une grève de la faim .... soit !
Mais cela n'avait en rien affecté Mr Ghannouchi qui vaquait à ses occupations comme si de rien n'était !
Sa grève aurait donc pu continuer longtemps .... sauf que Mme Moussi a mis les pieds dans le plat et à contraint le cheikh à prendre ses responsabilités , et cela malgré les députés hommes présents qui sont venu le défendre , comme le " Tabel " de nida Tounes , par exemple !
Rendons à César ce qui appartient à César .... c'est une femme , Mme Moussi , qui se bat " seule " , depuis son arrivée à l'arp , contre toutes les déviances de cette chambre !
Mme Abbou , quant à elle , n'a même pas daigné lui dire merci !
Prompt rétablissement à elle toutefois et tout mes voeux de bonne santé !

Achille
@TAW TCHOUFOU
a posté le à 21:44
Tout a fait exactement.
Tunisino
Pas trop loin?
a posté le 18-01-2021 à 18:37
Pas forcément, comme il semble, puisqu'il est appuyé par une majorité parlementaire, à l'instar de YC dans le passé. Le problème, parait-il, est plus profond que tourner le dos à KS ou ne pas utiliser le genre féminin dans le remaniement. HM accepte de présider des gouvernements formés par d'autres, sans aucune vision, pour découvrir par la suite que certains membres sont mal choisis ou que la situation et loin d'être facile à contrôler. HM est-il entrain de refaire l'expérience de YC pour constituer un danger pour la Tunisie?
Welles
Mme Tajine
a posté le 18-01-2021 à 18:29
Monsieur Bahloul j'espère que votre chroniqueuse madame Tajine va bien lire et relire votre article car elle a bien traité madame Moussi de faschiste
souilem
Vive les femmes tunisiennes !
a posté le 18-01-2021 à 16:50
La femme tunisienne a montré à plusieurs reprises son intégrité, ses compétences, son intelligence, son engagement envers la patrie et son travail dur. la femme tunsiienne ne lache rien, c'est un evéritable combattante qui n'a pas peur devant ces criminels Al Karama et la secte Ennahdha. Elle a montré sa sincérité et sa supériorité devant devant la majorité poupelle députés poubelles, des arrivistes, retour de veste, des opportunistes, des corrompus, des menteurs et des criminels. La Tunsie a une dernière chance et ces 2 femmes femmes patriotes qui vont sauvé le pays. Unissez-vous Mme ABIR Tounes et Mme SAMIA Abbou, unissez-vous pour sauver notre belle tunisie, vos enfants seront fiers de vous., ne comptez pas beaucoup sur vos collègues lâches bottes, ils ne sont pas courageux comme vous deux, Ce sont des vendus et n'ont aucune dignité, ils ont trahis leurs électeurs pour un poignet d'argent ou un poste de travil rémunérateur, l'argent sale n'amène pas trop loin. Ces 2 femmes valent 10 fois les hommes de la poubelle de l'assemblée. Pour être convaincu, regardez la femme rurale qui travaille matin et soir avec moitié salaire que l'homme et avec double fonctions : maison et extérieur et elle ramène l'argent à son mari pour qu'il achète des cigarettes et boire du café. C'est lamentable. La Tunisie sera une grande nation si elle est dirigée par des femmes comme Abir Tounes et Samia Abbou.