alexametrics
A la Une

Les conditions officielles de l’Europe pour le Plan Marshall en Tunisie

Temps de lecture : 3 min
Les conditions officielles de l’Europe pour le Plan Marshall en Tunisie

Le Parlement européen a émis le 14 septembre à Strasbourg une résolution  sur les relations de l'Union avec la Tunisie dans le contexte régional actuel. Cette résolution vient d’être rendue publique et mise à jour hier, lundi 19 septembre. Elle compte 70 points qui touchent les réformes politiques et les institutions, le développement économique et social, la sécurité et la défense, la mobilité la recherche, l’éducation et la culture.

A la lecture des points, on voit quelles sont les « conditions » (le mot n’est pas mentionné, raisons diplomatiques obligent) pour l’exécution d’un Plan Marshall en Tunisie. L’Union européenne va carrément dans les détails de certains sujets, comme par exemple la nécessité d’abroger l’article 230 relatif à l’homosexualité, de réformer le CSP ou encore de réformer les services du renseignement en Tunisie.

 

Ce que l’on constate de prime abord est que le Parlement européen ne parle pas de révolution en Tunisie. En aucun moment, le mot « révolution » n’est évoqué. On parle juste de manifestations populaires de masse en 2011.

Quant à la résolution, elle se présente sous la forme d’un document d’une bonne quinzaine de pages qui revient en 70 points sur les principaux sujets qui devraient être traités rapidement par la Tunisie et/ou par l’Union européen pour leurs relations d’avenir et en vue d’aider la Tunisie à mieux dépasser son étape de transition actuelle.

La résolution du Parlement européen part du principe, et ceci est mentionné dès le tout premier point, que la Tunisie constitue l'un des pays prioritaires de la politique européenne de voisinage de l'Union et que le processus de transition démocratique pacifique en Tunisie a valeur d'exemple dans le monde arabe. Sa consolidation est donc cruciale pour la stabilité de l'ensemble de la région et, partant, pour la sécurité en Europe.

 

En 70 points, on voit donc ce que le Parlement européen préconise de faire et de ne pas faire pour que l’on puisse dépasser cette crise. Un point de vue strasbourgeois qui n’engage naturellement la Tunisie en rien, mais parions que ces 70 points seront exécutés à la lettre par nos dirigeants. Il est vrai, qu’en dépit de l’ingérence apparente, il y a beaucoup de bon sens dans la réforme ou l’abrogation de plusieurs textes de loi.

 

Certaines recommandations du Parlement européen risquent cependant de heurter un pan de l’opinion publique comme ce point 16 qui préconise de réformer le code pénal et, en particulier, d'en abroger l'article 230, qui sanctionne l'homosexualité par une peine d'emprisonnement de trois ans et est contraire aux principes constitutionnels de non-discrimination et de protection de la vie privée.

 

D’autres se distinguent par leur ambiguïté comme le point 16 qui regrette la forte polarisation au sein de l'Instance vérité et dignité et fait observer que la croissance et la réconciliation nationale ne devraient pas être des priorités contradictoires. La présidente de l’IVD, grande et unique responsable de cette polarisation au sein de l’IVD, est pourtant une grande amie (pour ne pas dire salariée) de l’Europe et ses institutions.

 

D’autres points arrivent à surprendre les observateurs les plus avisés comme ce point 24 qui se félicite que la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) ainsi que son successeur, l'Autorité de la communication audiovisuelle (ACA) bénéficieront d'une aide de l'Union au titre de l'actuel programme d'appui à la réforme des médias, doté de 10 millions d'euros. Une ACA qui n’existe pas encore…

D’autres points enfin vont satisfaire amplement la masse citoyenne à l’instar des points 61 et 62 relatifs à l’octroi des visas et de la mobilité des personnes, notamment les entrepreneurs, les étudiants et les chercheurs.

 

Le parlement européen se montre carrément sensible aux doléances d’une large partie des Tunisiens en adoptant les points 68 et 69 recommandant l’usage de l’arabe par les institutions européennes et particulièrement la délégation de l’Union en Tunisie.

Dans son ensemble, la résolution du Parlement européen peut être considérée à elle seule comme un véritable programme politique d’un candidat à la présidentielle. Exécutée à la lettre, cette résolution placera la Tunisie et ses citoyens dans le train des pays développés avec des relations bien privilégiées avec l’Europe.


Cliquer ici pour lire dans le détail la résolution entière du Parlement européen



Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (76)

Commenter

Gg
| 22-09-2016 18:04
Crois tu?
Oh la la, je me demande si je vais dormir cette nuit :-(

Letranger
| 22-09-2016 16:48
Je suis désolé de te déciller et de t'asséner une vérité qui va te faire mal: je crois que tu n'as la cote ni avec Nazou et avec Chater...
Enfin, c'est une analyse personnelle...

Abel Chater
| 22-09-2016 12:44
Réponse involontaire à @Gg
Bien que tu saches que tu es de ces juifs-sionistes ennemis de la Tunisie arabe et musulmane, dont les mensonges, l'intrigue, la mauvaise foi et le bluff jaillissent de partout, tu ne cesses de me provoquer de l'extérieur de chez nous.
Que puis-je et que dois-je te répondre, que la modération de BN ne censurera pas?

Gg
| 22-09-2016 11:59
Mais il y a déjà des laboratoires dans les écoles!
Ce sont des ateliers de lobotisation, aussi appelés "écoles coraniques".
On y prépare les enfants à l'absence de réflexion et de sens critique, on les coupe des cultures, et on leur enseigne l'égorgement.

Gg
| 22-09-2016 11:09
Bonjour Zohra!
Chère amie, je réalise peu à peu à quel point le travail au noir est catastrophique.
Ainsi, dans ma belle famille, personne n'a jamais travaillé avec des feuilles de paye et n'a jamais payé d'impôt.
Résultat : ils n'ont aucune retraite, ne peuvent demander aucun crédit, et surtout ils doivent payer leurs frais de santé. L'an dernier, ma femme a fait des pieds et des mains pour leur ouvrir les droits à la santé, mais au final ils doivent payer au moins 50% des médicaments et des opérations (+ la part de la main à la main).
Et donc ils ne se soignent pas.
Ces jours derniers, je viens de piquer une crise avec mon adorable belle s'ur. Elle travaille! Cool, lui ai-je dit... tu as des feuilles de paye?
Non, c'est au noir.
Et je lui ai fait comprendre que c'est de la folie, si demain elle doit se faire opérer, ce sera de sa poche!
Tu sais, en France on râle beaucoup contre l'état, il n'est quasiment plus possible de payer des factures ou des salaires en espèces. En échange, l'état a mis en place un tas de facilités (chèques emploi service, création rapide d'autoentreprises etc...), le travail au noir... on n'a pas intérêt à se faire prendre, et c'est une très bonne chose!

zohra
| 22-09-2016 10:17
Hi Gg,

Mais, vous avez fait un rêve cette nuit ou un cauchemar ?

Mais 50 % du travail en Tunisie c'est du travail au noir.

Sinon il y a des belles idées.


Amicalement

Gg
| 22-09-2016 10:03
Proposition :

> Regroupement du ramadan et des congés payés (les deux en même temps durant le même mois d'été).

> Suppression de la séance unique (sauf pour le travaux durs, en extérieur).

> Suppression du droit de grève pour les fonctionnaires.

> Mise en place du pointage horaire dans toutes les entreprises, privées et publiques (avec amende en cas de non respect des horaires de travail).

> Limitation des pauses (café ou prière) à 15mn le matin et 15mn l'après midi.

> Mise en place d'une part de salaire variable, ou d'une prime, liée au résultat individuel.

> Modernisation accélérée -un an maximum- des administrations (passage à la net économie).

> Chasse au travail au noir (qui ruine l'économie et prive une grande partie de la population aux droits aux soins de santé), allant jusqu'à la prison pour l'employeur et l'employé.

> Interdiction tout salaire ou paiement en espèces.

> Mise en place d'un chèque emploi, qui permet de payer les petits jobs et du même coup les déclare à l'état, qui prélève alors la part d'impôt directement.

Bon, on commence par là...

Abel Chater
| 22-09-2016 07:43
Au lieu de nous imposer une avance dans les sciences et la médecine, ils nous imposent l'homosexualité et la sodomie.
Quel monde, quelle logique et quelle décadence de l'humanité !!!

Tounsia
| 22-09-2016 00:03
Après avoir lu tous les points de l'UE pour la mise en place d'un plan Marshall en Tunisie ,je trouve qu'il y a beaucoup de logique dans ce document ,et que devant l'absence de toute issue pour faire sortir le pays de son marasme ,le plan Marshal serait la bienvenue .A ceux qui critiquent ce plan et l'ingérence de l'UE vis à vis de nous ,je leur demande est ce que vous avez une autre solution? De jour en jour le pays s'enfonce dans le chaos en l'absence de volonté politique et en l'absence d'une prise de conscience à tous les niveaux .Et puis comment on peut demander des crédits depuis 6ans sans savoir comment on pourra les rembourser .Je me demande qu'est ce qu'on a fait avec les crédits?À ce rythme on a perdu notre indépendance .Et les passages des gouvernements successifs n'a fait qu'empirer la situation puisqu'en fin de compte aucun n'a été tenu pour responsable de la situation à laquelle on est arrivé .

emma
| 21-09-2016 22:38
malheureusement la situation fragile de la tunisie sur tous les niveaux la rend comme une paroi facile à dévorer.la politique de l'UE est celle des forts envers les faibles et tout le monde connait l'objectif derrière ces initiatives.ce plan reflète une ingérence et une intervention dans les affaires intérieurs des autres États ce qui est contre les règles du droit international.sinon..aider un pays pendant une situation difficile exige t il l'intervention dans la législation qui est issue des besoins spécifiques de la tunisie?

A lire aussi

Le confinement n’a en rien entamé leur joie de vivre et ils sont plus créatifs que

27/03/2020 19:59
17

Au milieu de la crise du coronavirus et de ses répercussions sanitaires, économiques et politiques,

26/03/2020 20:41
10

La crise sanitaire mondiale due à la pandémie de Covid-19 a lancé la course pour obtenir un

25/03/2020 20:22
10

Les médecins tunisiens appellent à l’aide depuis des semaines, pointent le manque de matériel

24/03/2020 19:59
10

Newsletter