alexametrics
lundi 08 août 2022
Heure de Tunis : 04:59
Chroniques
Les cachoteries du gouvernement Bouden
Par Synda Tajine
04/01/2022 | 15:59
3 min
Les cachoteries du gouvernement Bouden

 

Une nouvelle année s’annonce pour nous tous. 2022 apporte son lot de bonnes résolutions pour chacun de nous. Certains d’entre vous ont décidé de se mettre au sport ou de perdre du poids, d’autres se sont promis de ne plus dépenser l’argent qu’ils n’ont pas sur leur compte, et d’autres encore ont fait le vœu de s’alléger des personnes toxiques dans leur entourage, de changer de travail ou carrément de vie. Même s’il est peu probable que nous tenons ces résolutions que nous formulons naïvement chaque début d’année, elles dénotent du moins d’une certaine bonne volonté et d’une bonne dose d’espoir.

Mais, qu’en est-il de nos gouvernants ? Ont-ils, eux aussi, fait leurs bonnes résolutions de l’année ? RAS du côté du gouvernement Bouden – ou plutôt du gouvernement Saïed. On utilise toujours les bonnes vieilles méthodes qui ne marchent pas. Même si on le sait.

 

Alors que le 1er janvier annonce le début de la consultation nationale, du moins en théorie. Celle qui est censée faire participer le peuple à la prise de décision et faire du petit Tunisien un acteur qui compte et dont l’avis est respecté, nos gouvernants continuent à nous cacher l’essentiel.

Il aura fallu, encore une fois, un document fuité pour découvrir les intentions du gouvernement à notre égard. Des intentions qui engageront le pays pour les années à venir.

 

Négociations avec le FMI obligent, le gouvernement prépare en catimini – et sans communication aucune – son plan de réformes dans l’espoir de donner le signal attendu et obtenir la satisfaction tant recherchée de l’institution monétaire, pour ainsi, sauver l’économie tunisienne. Du moins, pour les quelques années à venir.

Les ménages tunisiens y découvrent ainsi des hausses qui impacteront les prix du gaz de ville et du courant électrique, mais aussi un gel des salaires et des recrutements pendant quatre ans. Une réforme des retraites et une restructuration des entreprises publiques.

Tout comme pour la loi de finances 2022, qui a été décortiquée dans la presse bien avant d'être rendue officielle, ce document continue aujourd’hui de susciter les interrogations. Le secrétaire général du Syndicat affirme avoir en sa possession les fameuses propositions. Motus et bouche cousue de la part des officiels.

 

N’attendez pas, ils n’en parleront pas. Ou alors, ils réagiront pour éteindre le feu qu’ils ont déjà allumé, tout comme ils l’ont fait lors de la conférence de presse du ministère de l’Intérieur hier. Et, encore une fois, nous aurons droit à la moitié du quart de la vérité.  Il faudra s’en contenter. Toute interprétation, tentative d’en savoir plus, ou informations divulguées par la presse, seront dénigrées et qualifiées de calomnies vides de sens et dictées par de sombres agendas (j’emprunte ici le vocabulaire si cher à notre chef de l’Etat).

 

Est-ce là les prémices du plan s’austérité annoncé il y a quelques semaines par Kaïs Saïed ? Faudra-t-il attendre, comme toujours, un énième discours enflammé, décousu et bourré de sous-entendus et d’accusations gratuites pour que le chef de l’Etat nous éclaire sur le plan du gouvernement ? Lui, qui maitrise les notions économiques autant que moi je maitrise la fission nucléaire.

 

Une chose est sûre, le gouvernement Bouden a choisi de ne pas nous parler, de ne pas s’adresser à nous et de ne pas nous expliquer ce qu’il compte faire…de nous. Tout comme nous apprenons, via la presse internationale les contenus des visites à l’étranger de la locataire de la Kasbah, il ne faut pas trop compter sur la communication gouvernementale pour nous expliquer son plan d’action.

 

Les 100 premiers jours du gouvernement Bouden approchent à grands pas et il est fort à parier qu’aucun bilan ni stratégie ne seront présentés à l’opinion publique. Comme si 2021 n’était pas assez floue, 2022 risque de l’être davantage… Surtout pour une année électorale…

 

Par Synda Tajine
04/01/2022 | 15:59
3 min
Suivez-nous
Commentaires
BOUSS KHOUK
IL FALLAIT PEUT '?TRE
a posté le 05-01-2022 à 13:15
Commencer par les cachotteries des anciens 2011 / 25 juillet 2021. !! BOUDIN ne récolte que le résultat de la décennie maudite , TROP FACILE DE METTRE TOUT SUR LE DOS DE LA BRAVE FEMME , ayez au moins le minimum .
DHEJ
Le gouvernement n'a pas le droit de parler...
a posté le 04-01-2022 à 20:20
Il ne fait que suivre le pas de BHIMCOP qui est piégé par la vitesse de la justice.


Pas si vite le soir tout doucement le matin!
MFH
Parlons peu, parlons bien.
a posté le 04-01-2022 à 20:18
'?tre ignorant de son ignorance, est la maladie de l'ignorance.