alexametrics
Chroniques

L’échec de la démocratie

L’échec de la démocratie

 

45,2% est le taux de participation au vote enregistré à la clôture des bureaux aujourd’hui, dimanche 15 septembre 2019, contre 62,9 % au premier tour de la présidentielle de 2014.

Le désintérêt - pour ne pas dire le dégoût - des Tunisiens s’explique aisément par le résultat de ce premier tour. Nabil Karoui et Kaïs Saïed. Sombre tableau. Un schéma qui donne des sueurs froides à de très nombreux Tunisiens ayant encore foi en la démocratie. Populisme vs conservatisme. Le choix ne sera pas simple et ne se fera pas sans larmes et sans douleur.

 

Les Tunisiens ont été très peu nombreux à sortir voter aujourd’hui pour élire leur futur président. Le deuxième élu démocratiquement après Béji Caïd Essebsi en 2014. Même en ce premier tour, et alors que 26 candidats se disputaient le titre tant convoité de locataire du palais de Carthage, rares ont été ceux qui ont réussi à créer un mouvement de masse et à fédérer autour d’eux. Quelques candidats se distinguaient et avaient des programmes qui méritaient que l’on s’y intéresse, mais aucun de ces profils n’a mérité de braver l’abstentionnisme, de constituer un vote convaincu ni de se frayer un chemin sûr vers la magistrature suprême.

Lorsque, 8 ans après une révolution, et alors que le pays construit – doucement mais sûrement – les bases d’une démocratie solide et pérenne, les citoyens ne trouvent pas de meilleur choix que de se réfugier dans le conservatisme ou le populisme, c’est que quelque chose a forcément foiré. Lorsqu’ils préfèrent se jeter dans les bras de l’inconnu que d’élire une personne qui les a déjà gouvernés, c’est qu’il y a un problème quelque part. C’est qu’une rupture existe et qu’elle est importante.

 

La démocratie telle qu’on a essayé de la dessiner depuis 2011, dans le sang et les larmes a échoué. Non pas que ses mécanismes ne fonctionnent plus, nous avons encore une constitution digne de ce ce nom, malgré les (nombreuses) lacunes et il n’y a pas lieu de remettre en question la transparence de nos élections. Mais le choix des électeurs fait froid dans le dos.

Que le vote vengeance triomphe dans le but de punir certains, est un aveu d’échec sans équivoque. Que les électeurs se reconnaissent dans l’antisystème uniquement pour punir le système en place ; qu’ils préfèrent sanctionner ceux qu’ils connaissent et en qui ils n’ont plus confiance, quitte à choisir des menteurs, des incapables, des personnes à la morale douteuse et des populistes invétérés pour nous gouverner ; qu’ils s’identifient à des candidats comme Lotfi Mraihi, Seifeddine Makhlouf, Safi Saïd…pour au final élire Kaïs Saïed et Nabil Karoui.

 

L’échec de la démocratie a fait que les citoyens s’intéressent à la politique en grande partie pour sanctionner. Qu’ils élisent un président sans même comprendre ce pourquoi il a été élu et le sens même de son discours. Sans savoir s’il dit vrai ou s’il se fout allégrement de la gueule du monde.

 

Mais il ne faut certainement pas mettre cet échec sur le dos des citoyens. Il s’agit du naufrage de générations de politiques qui n’arrivent plus à donner confiance, à fédérer et à unir.

Sans doute que des candidats comme Youssef Chahed, Mehdi Jomâa, Mohsen Marzouk, Abdelkarim Zbidi, Elyes Fakhfakh ou Saïd Aïdi auraient peut-être pu faire, dans le fond, de bons présidents, mais ils ont clairement échoué. Echoué à devenir les présidents de tous les Tunisiens.

Non les Tunisiens ne sont pas stupides, incultes et idiots comme le dirait si bien Moncef Marzouki sur Al Jazeera. Mais oui ils n’ont que les gouvernants qu’ils méritent. Et ils devront les supporter pour 5 ans.

Tout ça pour ça…

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (40)

Commenter

Chabir_H
| 19-09-2019 15:20
Vous défendez toujours la démocratie,vous militez inlassablement pour la liberté d'expression et les lois universelles ... et quand les résultats des urnes ne vous plaisent pas, vous insulter le peuple , vous le taxez d'analphabète , indigne de liberté et rétrograde . je comprends mieux comment fonctionne votre cervelle...

BRUTUS
| 18-09-2019 15:33
a country without a SOCIAL system ( Safety Net) cannot be a democracy.
the rich must pay far more taxes to finance the Welfare System to be created asap.
what's needed is not a Karoui giving banknotes to the poor. we need a Karoui paying far more taxes. Karoui is sued for fiscal fraud and money laundering. he should have been disqualified.

Slah_71
| 16-09-2019 23:14
Who would have thought a few months ago that two charlatans (a populist and a sad robot conservative) will be competing for the highest office in Tunisia. I cry for my country. But we deserve what we are getting.

Beji and his son are the main cause of the disaster we are getting. The implosion of Nidaa and the dispersion of votes had lef to this. Are you happy traitor Hafedh.you destroyed Nidaa and you destroyed all hope for a credible party. Look what you and your father have done. Dam you.

Sad. Very sad for my country that i love to death.

Thank you synda for your article. Democracy has faulted this country by getting us the worst scenarios in the form of a charlatan president, whether conservative or populist.
.

Ahmed
| 16-09-2019 21:39
Il faut accepter les résultats qui ont un sens.

A4
| 16-09-2019 17:40
Le but de l'opération, c'est de choisir un "bon" pilote.
2011: nahdha. Mauvais choix. La preuve: écarté en 2014 !
2014: nida. Mauvais choix. La preuve: écarté en 2019 !
Dicton de Monsieur Peugeot: jamais 203 !!!
2019: ?

Aymen Tounsi
| 16-09-2019 16:27
Désolé mais Echec de Zbidi & Chahed et triomphe de la démocratie

Zend
| 16-09-2019 15:38
Chaque peuple a le gouvernement qu'il mérite.
C'est ce que nous méritons et encore pendants plusieurs décennies.. il n'y a pas de raison de pleurer .

Tao
| 16-09-2019 15:34
Ce n'est pas l'échec de la démocratie ! C'est l'échec des pseudo-démocrates. Pardon ! Des égo-croates!

Dêmos Kratos
| 16-09-2019 14:32
Vous allez voir le grand Chalbouk des législatives ,( Ana Fhimtkoum , Fhimt El jamii3......) vu que nos canailles et crapules de politiciens dispersés comme des poules mouillées devant un loup affamé

Il pistolero
| 16-09-2019 14:21
Le conservatisme et/ou le populisme triomphe actuellement partout dans le monde, regardez l'Ukraine, les USA, l'Italie, l'Autriche,....et bientôt la France. Arrêtez donc ces analyses et ces interprétations qui mettent en échec la démocratie tunisienne et vous éloignent (vous, les intellectuels) de la réalité et surtout des tunisiens.

A lire aussi

Que ceux qui partagent avec nous cette vision de la Tunisie et ces valeurs nous suivent ! Les autres

14/10/2019 15:59
23

Nous serons

13/10/2019 22:00
9

Serrons les

13/10/2019 19:26
15

Les nations évoluent, la Tunisie recule. Disons, pour être plus juste, qu’elle avance à

13/10/2019 19:22
29

Newsletter