alexametrics
Tribunes

Le meilleur candidat pour Ennahdha c’est Abdelkrim Zbidi

Le meilleur candidat pour Ennahdha c’est Abdelkrim Zbidi

Par Hédi Ben Abbes

 

Il est impératif de dire en préambule qu’il est extrêmement difficile de lire de manière empirique la situation politique en Tunisie tant elle est volatile, irrationnelle et imprévisible. Néanmoins, il y a des éléments qui peuvent nous donner des indications claires sur les grandes tendances. La première et la plus importante concerne Ennadha et ses choix dont dépend le paysage politique en Tunisie étant donné qu’elle dispose d’une structure à même de déterminer l’issue des prochaines élections présidentielles et législatives.

Pour décrypter cette situation il faudrait envisager quelques paramètres indiscutables.

Premièrement, Ennahdha s’inscrit dans une stratégie de domination qui consiste à gouverner par procuration sans être comptable d’un quelconque bilan. Deux raisons principales président à ce choix stratégique. La première concerne son poids électoral réel qui n’excède pas les 20 à 25% de l’électorat national d’où la nécessité de composer avec d’autres formations politiques. A cela s’ajoute le manque de compétences pour assumer le pouvoir et être en première ligne et courir ainsi un risque politique majeur pour ne pas en dire plus.

Deuxièmement, Ennahdha est soumise à une pression étrangère pour qu’elle maintienne le cap du « consensus (Tawafek)» en assumant le pouvoir avec les destouriens considérés comme un facteur de stabilité. Menacé d’être classée mouvement terroriste en relation avec les Frères Musulmans, Ennahdha ne peut sortir du cadre du Tawafek sans courir un risque majeur. Donc il est important de maintenir la même configuration déjà établie avec Nidaa et feu Béji Caïd Essebsi. Raison pour laquelle Ennahdha ne peut en aucun cas envisager les trois présidences et se contentera plutôt du « cœur du réacteur » à savoir le parlement.

Le mode de scrutin :

La primauté des élections présidentielles sur les législatives a quelque peu bouleversé la stratégie d’Ennahdha. Le risque consiste à avoir un vainqueur à la présidentielle appuyé par un parti politique et qui demanderait aux électeurs de lui donner une majorité parlementaire pour gouverner. Sachant qu’une bonne partie des Tunisiens souhaite avoir un président fort et qui gouverne réellement.

La présidence de la République :

Avec M. Zbidi le risque d’avoir un président qui appelle les électeurs à voter pour son parti aux législatives est écarté. En cas de victoire, M. Zbidi sera isolé à Carthage sans le moindre levier politique, sans relais au parlement et sans grande influence sur la vie politique et la conduite des affaires du pays étant donné le régime politique que nous avons. L’élection éventuelle de M. Zbidi n’aura alors aucun impact sur les législatives. M. Zbidi jouera bien le jeu en déclarant qu’il est au-dessus des partis et qu’il sera le président de tous les Tunisiens et qu’il laissera le jeu politique aux partis politiques surtout que la politique n’est visiblement pas sa tasse de thé.

M. Zbidi est donc le meilleur candidat possible pour Ennahdha. M. Mourou va jouer le rôle du lièvre qui permettra à M. Zbidi d’arriver plus vite au 2e tour sachant que les électeurs seront obligés comme ce fut le cas avec M. Essebsi, de voter majoritairement pour tout autre candidat à part celui d’Ennahdha. Ainsi Ennahdha barre la route à tous les prétendants qui la courtisaient à l’exception du Tayyar Démocratique et sera en mesure de mettre sur la table de négociation entre les deux tours tout le poids électoral de M. Mourou qui ira chercher des électeurs bien au-delà de l’électorat nahdhaoui. Ce poids électoral départagera les deux candidats restants. Ennahdha restera alors maître du jeu et faiseur de président.

La montée du phénomène Karoui :

Profitant de la vague mondiale des mouvements populistes qui capitalisent sur la crétinisation des électeurs, la montée du phénomène Karoui a bouleversé la donne politique en menaçant directement Ennahdha dans sa position dominante. Cette menace Karoui n’est pas écartée et on peut considérer qu’Ennahdha n’aura aucun mal à composer avec Karoui, lui-même prêt à le faire dans la même configuration que Nidaa.

Pour la présidentielle, s’il accède au 2e tour, M. Karoui aura lui aussi besoin de l’appui d’Ennahdha pour faire la différence en cas de duel avec M. Zbidi.

La variable inconnue : le comportement des électeurs et notamment les indécis parmi eux. C’est une donnée non maîtrisable qui dépendra en partie de la teneur de la campagne électorale et le jeu d’influence médiatique. Quant aux indépendants ils vont contribuer à la complexification de la composition du parlement et la formation d’une coalition gouvernementale. Cette complexification rendra difficile la formation d’une majorité solide à même de stabiliser le pays. D’où l’éventualité de dissoudre le parlement au bout de quelques mois après les élections.

Le système vs le nouveau système :

Il est évident qu’Ennahdha ainsi que tous les partis disposés à gouverner avec elle, sont les chantres et les dignes représentants du « système » sous prétexte de stabiliser le pays, etc… La ligne de démarcation politique commence à se dessiner et la vraie opposition est entre « Le système » d’un côté et « Le nouveau système » représenté par le parti Tayyar Démocratique seul véritable parti qui ne soit pas disposé à gouverner avec Ennahdha. Même le Front populaire, aujourd’hui divisé, comporte une aile prête à gouverner avec Ennahdha. Quant à M. Marzouki il s’est exclu de lui-même du camp du « nouveau système » compte tenu de ses prises de position et de ses accointances avec l’électorat d’Ennahdha. Sa candidature à la présidentielle ne fait qu’affaiblir le camp des partisans du « nouveau système » et offre une nouvelle fois aux caciques de l’ancien régime la possibilité de se maintenir aux 2e tour au détriment de M. Abbou seul candidat crédible sur la scène politique aujourd’hui.

 L’issue des élections :

Bien malin celui qui peut deviner la nouvelle configuration qui émergera après les élections de 2019. Néanmoins, et sauf surprise, on peut dire que la ligne de démarcation entre « Le système » actuel et les partisans du véritable changement sera bien visible. Nous aurons alors, d’un côté Ennahdha & Co et Tayyar Démocratique de l’autre. Ce dernier parti, s’il ne crée pas la surprise lors des élections 2019 sera le seul parti crédible pour les prochaines élections de 2024 et dans le cas d’éventuelles élections anticipées à la condition expresse de maintenir sa ligne politique actuelle. Etant le seul parti qui refuse de gouverner avec Ennahdha, cette dernière le considère comme le véritable adversaire politique et une réelle menace sur sa domination de la scène politique tunisienne. Ils sont en divergence totale dans leurs conceptions de l’Etat. D’un côté, pour Ennahdha & Co c’est le statu quo qui domine (corruption, infiltration des services, institutions sous contrôle) et pour Tayyar c’est l’Etat de droit qui doit s’imposer à tous avec son cortège de réformes profondes du système actuel et l’émergence d’un nouveau système articulé autour de la fin de l’impunité, la transparence et l’indépendance des institutions.

Quant aux partis qui gouverneront avec Ennahdha, et notamment « Au cœur de la Tunisie », ils imploseront aussitôt que les enjeux des postes ministériels et autres seront mis sur la table d’où la possibilité de dissoudre le parlement et d’appeler à des élections anticipées courant 2020. A moins d’une grosse surprise dont les Tunisiens sont coutumiers, on s’achemine vers davantage d’instabilité voire l’impossibilité de gouverner le pays.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (75)

Commenter

Rachid Barnat
| 01-09-2019 16:01
UNE BELLE ANALYSE POUR ENFIN DE COMPTE PROPOSER Md ABBOU AUX TUNISIENS COMME UNIQUE REMPART CONTRE LES FR'?RES MUSULMANS !

C'est ce qui s'appelle se moquer du monde, quand on connait le parcours du couple diabolique Abbou, issus du défunt CPR, que présidait Tartour alias Moncef Marzougui et leur soutien indéfectible aux Frères musulmans lors de la constituante !

Hadid
| 01-09-2019 14:12
Article bien étayé d un fin politicien connaissant en tout cas la réalité et scène politique tunisienne .cependant d autre éléments oubliés , intentionnellement ou non, pouvait donner plus de saveur ce beau texte et analyse structurée

Nephentes
| 12-08-2019 03:26
Bel article dans la forme

Rempli de subtilites malhonnetes dans le fond .
Mr Ben Abbes capitalise lui aussi le cretinisme des paumes qui constitue notre Peuple Grandiose

Pourquoi ?
Parce que le choix du Tawafeq n est pas un choix . C est une obligation.

Ceci explique la Revelation providentielle qui a illumine la cervelle rondouillarde de notre Ministre de la Defense il y a quelques mois de cela

Les miracles cela existe encore

;les Bonnes Fees ( Sleagh Maith en gaelique) qui veillent sur notre creche de sauvageons cobayes, aussi

Alors braves gens remettez vous en a la Providence et que le meilleur gagne !!

Politique depasse
| 12-08-2019 01:29
Leçon magistrale de civisme et de citoyenneté d'Abdelkarim Zbidi pour Hédi Ben Abbes
8 F'?V 2013
Hédi Ben Abbes, le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, se croyait tout permis. Il était présent sur un plateau TV, en ce vendredi soir, et il s'est lâché dans une tirade de louanges à son patron, Moncef Marzouki, pour lui accorder tout le mérite de l'intervention rigoureuse de l'armée cet après-midi, dans la gestion des débordements sécuritaires qu'a connu le pays.

Il voulait, certainement, par cela, réitérer « l'exploit » de Marzouki, qui a été compté en sa faveur, lors de l'exfiltration de l'ambassadeur américain lors de l'attaque de la chancellerie en septembre dernier.

Mal lui en prit, car, apparemment, le ministre de la défense nationale était à l'écoute du programme, et une fois n'est pas coutume, il s'est donné la peine d'intervenir en direct sur le plateau, pour remettre le secrétaire d'Etat un peu trop fougueux, à sa place.

Non, Si El Hédi Ben Abbes ! L'armée nationale est « NATIONALE », elle n'est sous le contrôle de personne, et d'aucun parti. Les règles qui régissent les relations entre cette armée et la présidence de la république sont très strictes et consignées dans la constitution de 1959.

Et l'armée nationale ne permet pas qu'on profite de ses « exploits » pour s'accaparer des mérites qui ne sont pas siens.

D'un autre côté, le ministre de la défense nationale, a réitéré l'engagement de l'armée dans la défense et la « vraie » protection de la révolution tunisienne.

Mehdi Abbes
| 12-08-2019 00:03
Attayar a pourtant composé avec ennahdha dans de nombreuses municipalités....

A4
| 11-08-2019 23:17
Comment faire taire ceux qui n'ont rien à dire ?

LIMITE
Ecrit par A' - Tunis, le 01 Septembre 2018

Il ne faut pas prendre la barre
Et tenter avec sa barquette
De traverser la grande mare
Quand la brise est à la tempête

Il faut savoir rester à terre
Garder ses bottes et sa cagoule
Et ne jamais prendre la mer
Quand la vague est devenue houle

Mais allez raconter tout ça
A ces cervelles désertiques
Qui hélas sont bien en deçà
De la limite fatidique

Car il faut bien un minimum
Un minimum de rien du tout
Pour s'arrêter à l'optimum
Et ne jamais aller au bout

Il faut un soupçon de jugeote
Avec presque rien de bon sens
Pour savoir arrêter la note
A sa limite d'incompétence

Allez le dire à ces débiles
Qui doivent bien se la fermer
Que leurs paroles sont stériles
Qu'ils feraient mieux de s'enfermer

Allons-nous trouver la manière
Ou devons-nous un jour sévir
Pour museler, pour faire taire
Tous ces clowns qui n'ont rien à dire ?

Maxula
| 11-08-2019 23:00
Pour qu'il n'y ait aucune méprise sur "la mégère non apprivoisée" en question, pour moi c'est bien dame Abbou qui l'est !
Quant à "Rina", je crois bien que vous aviez vu juste. Vous et "Citoyen_H".
Elle défend mordicus Ben Abbes pour qu'elle ne lui soit pas "proche" ou "très très proche" !
Au fond, tous les goûts sont dans la nature, pas vrai ?
Maxula.
Maxula.

Lina
| 11-08-2019 22:33
Et qui sait si ce n'est pas l'auteur qui nous a servi tous ces commentaires sous le pseudonyme de «Rina c'est rosse» pour défendre ses diatribes?

Be zen
| 11-08-2019 22:18
En particulier aux permanents de service aujourd'hui toute la journée et encore ce soir de l'équipe de BN qui sont de service et qui nous permettent de nous exprimer et d'échanger.
Bravo !
Courage et surtout un GRAND MERCI !

Be zen
| 11-08-2019 22:12
http://carrefour-numerique.cite-sciences.fr/fablab/wiki/lib/exe/fetch.php?cache=&media=trucs_astuces:melange_de_couleurimpression_3d:pouce-bleu.png

A lire aussi

Emotion et fierté la semaine dernière en Tunisie suite à la publication de la carte de la liberté

22/10/2019 14:10
3

La Tunisie vient de quitter la liste du Groupe d’Action Financière (« GAFI ») des pays et

18/10/2019 13:53
4

Chers tous... Merci pour vos innombrables soutiens. Merci pour vos messages, vos

17/10/2019 10:04
89

L’Histoire des nations vivantes s’écrit avec des hésitations, des bégaiements, des peurs, des

16/10/2019 11:22
9

Newsletter