alexametrics
Chroniques

La voyoucratie dans toute sa splendeur

La voyoucratie dans toute sa splendeur

 

On pressentait, depuis le début de l’année, une campagne électorale très chaude. Le décès de Béji Caïd Essebsi, qu’il repose en paix, a chamboulé les agendas des uns et des autres. La présidentielle anticipée a changé la donne et au lendemain de l’enterrement du défunt chef de l’Etat, les protagonistes ont vite fait de dégainer les armes, façon western spaghetti. Voilà donc que la campagne explose le thermomètre et, avec, les certitudes et les espérances des Tunisiens. La loi est celle du plus fort, les règlements de comptes sont légion, les coups bas sont un cran plus bas.

 

Des prétendants au trône qui s’entredéchirent pour atteindre le Graal, ce n’est pas inédit. Ce qui l’est par contre en Tunisie, c’est cette ambiance délétère, c’est ce climat de magouilles et de rebondissements invraisemblables, c’est cette plongée dans une dimension impitoyable, façon Game of Thrones.

Un spectacle affligeant que nous servent nos chers politiciens et leurs fan-clubs. Programmes, visions, stratégies, tout ce qui pourrait aider les Tunisiens à y voir plus clair, sont relégués au second plan. L’opinion publique est bombardée à longueur de jour de fake news, d’accusations mutuelles, de révélations incendiaires, d’agissements mafieux, d’entourloupes impliquant les institutions et les moyens de l’Etat, et j’en passe. La confiance en cette classe politique déjà vacillante, s’en trouve aujourd’hui pratiquement sapée. La facture de la démocratie est bien salée.

 

L’électeur est face à un véritable dilemme. Pour qui voter et pourquoi ? A quoi cela servirait-il de donner sa voix à quelqu’un qui la mérite alors qu’il risque de ne pas passer le premier tour, écrasé par toute la machine de la voyoucratie… Parce que, oui, on se retrouve acculés à composer avec certains candidats-voyous, façon le Parrain. Depuis sa luxurieuse demeure à Saint-Tropez, le candidat Slim Riahi a balancé sur celui qu’il considère aujourd’hui comme un ennemi, en la personne du chef du gouvernement-candidat actuellement en « congé ».

On a appris (sans surprise pour certains d’entre nous) qu’il se passe des choses dans les dédales des tribunaux, que si on reste sage, les affaires roulent, sinon les dossiers nauséabonds seront de sortie comme par magie et qu’on risque, par conséquent, de se retrouver dans la mouise. Les soupçons d’une instrumentalisation politique de la justice ne sont pas nouveaux. Mais le pire dans l’histoire est que c’est Slim Riahi, en fuite depuis des mois à l’étranger et aux connexions douteuses, qui se met à déloger les squelettes des placards.

 

On aura tout vu durant cette campagne. Le candidat fuyard qui se cherche une virginité en tapant sur le candidat-chef du gouvernement qui montre un certain intérêt pour les pratiques hégémoniques. Le candidat-ministre de la Défense qui admet fièrement avoir envisagé d’encercler le parlement par les militaires. Le candidat en prison pour de louches affaires, certes, mais qui se transforme en victime, en prisonnier politique, à cause de l’étrange coïncidence de son arrestation avec sa popularité montante (et la liste est longue).

 

Toutes les campagnes électorales donnent lieu à des passes d’armes entre les adversaires, mais on a rarement vu un tel niveau de bassesse. Les candidats n’attaquent pas les programmes de ceux d’en face, mais assènent des coups en dessous de la ceinture. Des accusations de traitrise, des agissements douteux pour se débarrasser d’un concurrent, des attaques personnelles frontales … La scène politique s’est transformée en un ring grandeur nature, où le pugilat déloyal semble être le seul moyen pour défoncer les portes de Carthage. Un état des lieux affligeant qui ne réconciliera sûrement pas les Tunisiens indécis avec la politique. Il s’en passera des choses d’ici le 15 septembre. Au final, ce sont les électeurs qui décideront et gare au vote sanction !

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (15)

Commenter

Zizou
| 10-09-2019 15:22
Réfléchir pour un arrièré mental est épuisant et fatiguant pour ta cervelle reposes toi et cententes toi de lire ton journal genre Echourouk ton temps est dépassé.

Justinia
| 10-09-2019 13:27
Votre question est pertinente.Donc la question est la suivante:
Comment donner goût de la démocratie à la population tunisienne?.Les futurs "profs" de démocratie doivent apprendre quelques rudiments de pouvoir du peuple...Je propose qu'ils fassent leur stage en Grèce...

Samy de Prague
| 10-09-2019 08:51
Un très bon article... Conclusion : a t'on le droit de savourer de la démocratie quant on ne connais même pas son goût ?

Justinia
| 09-09-2019 16:43
"Les coups bas sont un cran plus bas"
"Climat de magouilles"
Vous ne pouviez pas mieux dire Mme Latif. La plus honteuse des magouilles,c'est l'amendement de la loi électorale téléguidée par Mr. Chahed.Ce dernier ne supporte pas que Mr. Karoui le devance dans les sondages.Est ce démocrate? Non.Que n'a-t-il pas fait pour l'éjecter du circuit.Mais il est toujours là,en prison,mais il est là.Est ce honnête?Non.

welles
| 09-09-2019 08:35
Je te l'ai déjà dit vas jouer au foot Zizou; ici on réfléchit.

Zizou
| 08-09-2019 18:19
Tu te prends pour un 3allama pour critiquer les avis des uns et des autres , si tu t'ennuies pendant ta retraite rends toi utile à la société en entreprenant un petit projet genre épicerie .

Tronçonneuse
| 07-09-2019 17:39
Des candidats minables pour un peuple qui les mérite amplement.

welles
| 07-09-2019 11:29
Trop facile de critiquer encore faut-il justifier votre mépris avec des arguments mais votre "fénéantisme" n'a d'égal que votre impolitesse envers la dame.L'article analyse clairement la médiocrité de cette campagne électorale et hiérarchise synthétiquement la dangerosité des candidats.

welles
| 07-09-2019 11:23
Mme Ikhlas latif a bien ciblé le danger, les apprentis dictateurs qui tentent des coups d'Etat sont les pires candidats parce qu'ils sont assoiffés de pouvoir. Espérons que là où croît le danger croît aussi ce qui sauve.

rayma
| 07-09-2019 10:34
il profitera d'un effet martyrs et d'une réaction anti voyou à son profit

A lire aussi

Inutile de remuer le couteau dans la plaie, soyons

16/09/2019 16:59
83

Le désintéressement - pour ne pas dire le dégoût - des Tunisiens s’explique aisément par le résultat

15/09/2019 21:30
38

Un ouragan vient de balayer la scène politique

15/09/2019 20:30
31

A quelques heures de l’annonce des premiers résultats du premier tour de l’élection présidentielle,

15/09/2019 13:00
6

Newsletter