alexametrics
dimanche 14 août 2022
Heure de Tunis : 05:29
Communiqués
La pression en faveur d'une normalisation des taux d'intérêt s'accroît en raison de la persistance des prix élevés des denrées alimentaires
03/07/2022 | 09:00
5 min
La pression en faveur d'une normalisation des taux d'intérêt s'accroît en raison de la persistance des prix élevés des denrées alimentaires

 

Le monde est confronté à une stagflation sévère, avec une inflation élevée depuis dix ans et un ralentissement de la croissance économique dans la plupart des grandes économies avancées. La flambée des prix des denrées alimentaires est un facteur important de la large  l'inflation globale dans de nombreux pays, y compris dans la plupart des grandes économies modernes (graphique 1).

 

Graphique 1 : Inflation alimentaire dans les principales économies évoluées

(en glissement annuel, variation en pourcentage)

 

 

 * variation des prix en glissement annuel au cours des 12 mois précédant mai 2022

** variation moyenne des prix en glissement annuel depuis 1990 ou la date la plus ancienne disponible

Sources : Banque mondiale et analyse QNB


L'Espagne et l'Allemagne connaissent actuellement une inflation des prix alimentaires de plus de 10 %, contre un peu moins de 4 % au Japon. La plupart des différences entre les pays sont dues à la consommation de différents types d'aliments. Par exemple, le riz occupe une place importante dans le panier alimentaire japonais, mais son prix a en fait baissé l'année dernière. Malgré les différences entre les pays, il est clair que l'inflation des prix alimentaires dans les pays est beaucoup plus élevée l'année dernière que la moyenne historique depuis 1990. C'est pourquoi, dans cet article, nous nous concentrons sur les quatre principaux facteurs à l'origine de la hausse actuelle des prix des denrées alimentaires dans les différents pays : les prix élevés du pétrole et du gaz, les effets climatiques, les pénuries de main-d'œuvre et la croissance des salaires, et plus récemment la guerre en Ukraine.

 

Tout d'abord, les prix du pétrole et du gaz alimentent les prix élevés des denrées alimentaires de plusieurs façons. La production d'engrais consomme beaucoup d'énergie, de sorte que les prix des engrais ont considérablement augmenté (graphique 2). La culture des aliments nécessite des engrais pour remplacer les nutriments utilisés dans le sol, de sorte que les prix des engrais se répercutent directement sur les prix des aliments.  Le carburant et l'énergie contribuent également à l'inflation des prix des aliments par le biais du coût de la transformation et du transport des aliments. Si les prix du pétrole et du gaz restent élevés, comme nous le prévoyons, ils continueront d'exercer une pression à la hausse sur les prix des aliments.

 

Graphique 2 : Inflation des prix des engrais et des denrées alimentaires

(en glissement annuel, variation en pourcentage)

 

 

 * variation des prix en glissement annuel au cours des 12 mois précédant mai 2022

** variation moyenne des prix en glissement annuel depuis 1990 ou la date la plus ancienne disponible

Sources : Banque mondiale et analyse QNB


Ensuite, des conditions météorologiques défavorables, notamment des sécheresses aux États-Unis et au Brésil, ont réduit les rendements et fait grimper les prix du blé et du soja. De même, les fortes pluies en Chine et la chaleur inhabituelle en Inde ont également affecté les rendements et les prix du blé. Les conditions climatiques sont difficilement prévisibles, toute fois ils est  certain que le changement climatique entraîne des conditions météorologiques défavorables plus fréquentes et plus extrêmes. Cela continuera à exercer une pression à la hausse sur les prix des denrées alimentaires en moyenne.

Par ailleurs, les flux de travailleurs migrants n'ont pas encore retrouvé leur niveau d'avant le virus. Le secteur agricole en particulier est fortement dépendant de la main-d'œuvre migrante, ce qui contribue aux pénuries de main-d'œuvre dans de nombreuses économies avancées . Cette situation a pour effet d'augmenter les coûts par le biais d'une hausse des salaires et d'une baisse de la productivité. Néanmoins, nous nous attendons à ce que les flux migratoires se rétablissent à mesure que la pandémie s'atténue et, par conséquent, à ce que la pression à la hausse exercée par les pénuries de main-d'œuvre s'atténue.

Enfin, la guerre en Ukraine a aggravé les perspectives de certains des facteurs susmentionnés, notamment en ce qui concerne la hausse des prix du pétrole et du gaz. En outre, la Russie et l'Ukraine représentent 28 % des exportations mondiales de blé et 55 % des exportations mondiales d'huile de tournesol. La guerre a entraîné une destruction massive des cultures en Ukraine, mais elle perturbe ou empêche complètement les exportations via les ports de la mer Noire. Même avec un cessez-le-feu immédiat, les perturbations actuelles auront un impact important sur la récolte de cette année et un impact négatif sur l'année prochaine. Par conséquent, la guerre entraîne une pression à la hausse importante et persistante sur les prix des denrées alimentaires.

 

Dans l'ensemble, nous pensons que la guerre en Ukraine et les prix élevés du pétrole et du gaz maintiendront les prix des denrées alimentaires à un niveau élevé, malgré une diminution de la pression exercée par les pénuries de main-d'œuvre, tandis que l'impact des mauvaises conditions météorologiques reste incertain.  

La persistance d'une inflation alimentaire élevée continuera à affaiblir le pouvoir d'achat des ménages, réduisant les dépenses facultatives et contribuant à la stagnation du PIB mondial. Par ailleurs, la persistance d'une inflation alimentaire élevée réduira et retardera la baisse de l'inflation globale.

Les banques centrales " observent " normalement les variations des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, étant donné leur volatilité notoirement qui tendent à être déterminées par des facteurs liés à l'offre. au quel , les banques centrales n'ont aucun contrôle . Cependant, les banques centrales n'ont plus l’aisance d’assurer un contrôle étant donné l'importance de l'impact actuel des prix des denrées alimentaires sur l'inflation. Par conséquent, elles resserrent leur politique en réponse à l'inflation "globale" (comprenant à la fois les denrées alimentaires et l'énergie), plutôt que de se concentrer habituellement sur l'inflation "de base".  

 

 

03/07/2022 | 09:00
5 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous