alexametrics
Dossiers

La nouvelle fourchette des honoraires des médecins

La nouvelle fourchette des honoraires des médecins

 

Le conseil national de l’Ordre des médecins a publié, ce mardi 11 juin 2019, la nouvelle fourchette des honoraires médicaux dans le secteur libéral en hors taxes.

 

Le conseil précise que la nouvelle fourchette entre en vigueur à partir du 1er juin 2019 et qu’elle ne sera révisée qu’au mois de juin 2022.

 

Consultation au cabinet médical :

Médecin généraliste : 35,000 DT à 45,000 DT

Médecin spécialiste : 50,000 DT à 70,000 DT

Psychiatre : 50,000 DT à 75,000 DT

Neurologue : 50,000 DT à 75,000 DT

 

Visite à domicile :

Médecin généraliste : 52,500 DT à 67,500 DT

Médecin spécialiste : 75,000 DT à 105,000 DT

Psychiatre : 75,000 DT à 112,000 DT

Neurologue : 75,000 DT à 112,500 DT

 

Visite à domicile de nuit (21h à 7h) VN :

Médecin généraliste : 70,000 DT à 90,000 DT

Médecin spécialiste : 100,000 DT à 140,000 DT

Psychiatre : 100,000 DT à 150,000 DT

Neurologue : 100,000 DT à 150,000 DT

 

 

 

 

S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (37)

Commenter

Walid
| 13-06-2019 06:33
il est tout à fait normal que la médecine privée soit à des prix élevées. Elle reste encore peu cher dans notre pays. Cela est le cas dans tous les pays du Monde. Elle est normalement réservée à une catégorie de patients privilégiés ou détenteurs d'assurance Privée ( l'entreprise peut offrir à ces salariés ce genre d'assurance).
Pourquoi le médecin privée n'aurait pas le droit de très bien gagné sa vie. De plus, étant profession libéral le jour où il tombe malade il n'a pas de revenu, pareil le jour où il part en vacances etc... de plus, Il n'est pas responsable de l'etat De délabrement des hôpitaux publiques.
A force de s'acharner contre les médecins du privée et du public, ils sont tous entrain de partir ce qui au final causera des déserts médicaux les prochaines années.
Le tunisien s'acharne contre le médecin mais tolère de payer à son enfant des cours particuliers dépassant parfois les tarifs d'une consultation chez le médecin ou de payer un plombier pour fuite jusqu à 150 dt etc..
le vrai problème n'est pas le CNOM ou l'avidite Des médecins: il est plutôt à regarder du côté des autorités publiques qui manquent de moyens pour améliorer les hôpitaux publiques, des entreprises qui ne proposent pas à leur salarié des assurances maladies groupe et des citoyens eux même qui n'ont pas la culture de s'assurer pour éviter les grosses depenses.
A bon entendeur je ne suis pas médecin

Mansour Lahyani
| 12-06-2019 19:05
Désolé, l'argument qui consiste à dire 'j'ai fait des études longues donc j'ai droit à un haut salaire', n'est ni absurde ni immoral : c'est l'exploitation sauvage et obscène qu'on en fait qui l'est, au-delà de toute contestation ou discussion ! Lorsque vous engrangez deux ou même mille dinars par jour, vous pouvez vous considérer comme totalement pourvu, et n'êtes pas forcément à la recherche d'une amélioration de votre pécule, ya rabbi lik elhamd, comme je le répète à mes enfants ! Cette décision du CNOM, que j'ai combattue et qui ne me convainc guère a un goût obscène et... tout-à-fait inopportun ! Nous passons forcément pour des vampires qui ont les yeux beaucoup plus gros que le ventre, même s'ils ne leur sont d'aucune utilité !

je dis la vérité
| 12-06-2019 18:28
C'est aux médecins de libre pratique de soutenir les caisses de la santé publique.
La CNAM ne peut plus supporter les charges de soins. J'ai une solution pour cette Caisse.
Les médecins doivent, obligatoirement, verser le 1/10 de leurs honoraires à la Caisse. Ce serait une cotisation obligatoire, faisant l'objet de loi.
En retour, ils se font déjà rembourser par la Caisse.
Le généraliste cotiserait pour une visite médicale, 3 dinars 500 millimes.
Un spécialiste, 5 dinars.
Mettre au pas le Conseil de l'Ordre, et l'empêcher d'imposer sa dictature.Dissoudre, s'il fallait ce lobby.
Donner un coup dans la fourmilière.
Fermeture des Facultés de médecine. Amener des médecins étrangers de Russie, d'Europe de l'Est, de Chine.
Remplir les hôpitaux de personnel compétent.
L'Etat verrait ses charges de formation baisser, pour améliorer la santé des citoyens autrement.
A quoi sert que l'Etat dépenser de l'argent pour former des racketteurs?

Mansour Lahyani
| 12-06-2019 18:22
Le CNOM vient de remporter une belle victoire : la consultation de spécialiste à 70 dinars, fallait quand même oser !
Mais c'est une victoire à la Pyrrhus, qui annonce la fin prochaine de cette catégorie : d'abord, par essoufflement naturel de la ressource - consulter un toubib deviendra bientôt un acte inconsidéré, réservé à une frange de nababs qui ne courent pas les rues autrement qu'en limousines réfrigérées ; ensuite, par engorgement de la filière universitaire - tous les étudiants auront à coeur de "faire médecine" pour gagner en un jour ce qu'un ingénieur ou un juriste mettrait un mois à réunir... Mon fils, qui se décidera malgré moi à faire comme papa, serait le dernier des couillons s'il ne devait pas profiter de cette belle - et indécente - opportunité...

je dis la vérité
| 12-06-2019 17:21
Le Conseil de l'Ordre, est dans ce pays, non seulement un organisme professionnel, mais un quatrième pouvoir. C'est un véritable lobby, destiné à " dammer" les pauvres citoyens et à les "aplatir", comme le fait un rouleau compresseur.
Ce que décide le "pouvoir" des blouses blanches, en Tunisie, est synonyme de racket et d'abus.
Et ce, pour plusieurs raisons :
*L'Etat abandonne volontairement la bonne gestion des hôpitaux. Manque flagrant de médecins de la santé publique. Manque criant de personnel paramédical. Pénurie de médicaments. Matériel vétuste ou en panne. Saleté des endroits de soins. Laisser-aller. Indiscipline.
*Le citoyen fuit les hôpitaux, du fait qu'il y risque sa vie, ou la vie des ses proches.
*Le patient est contraint de se diriger vers les cliniques et se saigner, pour ne pas subir un mésaventure dans les hôpitaux sales et délabrés.
*Le Conseil de l'Ordre sait que l'Etat est faible et est à sa merci, comme un lapin, surpris par son chasseur.

Le Conseil de l'Ordre, défend bec et ongles, ses membres, pour qu'ils ne n'acquittent pas comme tout autre contribuable, de leurs impôts. Les impôts constituent une recette appréciable pour le budget de l'Etat.
C'est le cercle vicieux continue.
Au Canada, par exemple, si un médecin de libre pratique, est "coincé" par le fisc, on lui fera regretter toute sa carrière.
Aux Etats-Unis, n'en parlons pas....On vous placarde le "jugement" sur la porte de votre cabinet.
En France, avez-vous lu quelque chose, sur l'affaire du Docteur Jérôme Cahuzac?

La preuve : Nos médecins qui émigrent aujourd'hui, et c'est leur droit, travaillent tous dans les hôpitaux.

Microbio
| 12-06-2019 17:14
Et qu'en est-il du ce grand monde d´ "intellectuels", d économistes, d´ honorables médecins et, bien sûr, ces 208 partis politiques envers cette massacre de nos concitoyens ? Pour l'instant on n´entend presque rien!

La nouvelle fourchette des honoraires des médecins est tout simplement scandaleuse et équivaut une exploitation ehontée des pauvres tunisiens!

Deux Tunisiens se rencontrent dans la rue. "Il faisait un froid glacial ce matin."

"Il faisait froid comment?"

"Je ne suis pas sûr, mais j'ai vu un médecin avec ses mains dans ses poches."

Mansour Lahyani
| 12-06-2019 17:09
"On n'a pas à juger" ? Ou bien vous êtes un médecin directement intéressé par cette augmentation phénoménale, ou bien vous n'êtes encore qu'un carabin qui attend impatiemment de pouvoir passer à la caisse pour bientôt palper ces beaux billets... On n'explique pas autrement votre "on n'a pas à juger" : on a seulement à cracher au bassinet, sans doute ? Paie et ferme-la

Alya
| 12-06-2019 16:58
Mais je rappelle à mes citoyens qu' il existe une alternative à la médecine privée et qui s appelle l hôpital et qui regorge de cadres compétents! D auteur part certes ces tarifs semblent exorbitants mais nous serions tous contents de voir en tunisie un plombier capable de nous définir l origine d une fuite d eau et de la réparer pour 150 dt

DHEJ
| 12-06-2019 16:49
De mentionner qu'une note dhonoraire doit etre remise au patient!

Lectrice
| 12-06-2019 16:37
On est en train d'achever les tunisiens dans tous les sens du terme.

A lire aussi

l’intégralité du

16/10/2019 18:33
2

Kaïs Saïed, candidat indépendant à la présidentielle, est né le 22 février 1958 à Tunis. Originaire

13/10/2019 19:23
19

Deuxièmes élections législatives depuis l'adoption de la Constitution en

09/10/2019 21:00
11

L’Isie a annoncé les résultats préliminaires du premier tour de la présidentielle, dans une

17/09/2019 15:38
24

Newsletter