alexametrics
samedi 22 janvier 2022
Heure de Tunis : 17:48
Chroniques
La loi 38-2020 : La première décision non populiste de Kaïs Saïed
Par Sofiene Ben Hamida
21/11/2021 | 15:59
3 min
La loi 38-2020 : La première décision non populiste de Kaïs Saïed


Par Sofiene Ben Hamida

 

Douze membres de la coordination des chômeurs de longue date à Kasserine ont entamé une grève de faim sauvage. Ils avaient investi, il y a deux jours, avec un groupe de chômeurs de la ville, le siège du gouvernerat. Il faut signaler que ce qui se passe à Kasserine n’est pas une exception. Dans différentes régions, beaucoup de chômeurs de longue date ont manifesté contre la position annoncée du chef de l’Etat concernant l’inapplicabilité de la loi 38-2020.

Entre la crise de la déchèterie d’Agareb qui s’enlise et la énième crise du Kamour qui pointe de nouveau à l’horizon, la crise de la loi 38-2020 risque de ne pas arriver à point nommé pour le président de la République même si c’est lui qui semble sciemment choisir le moment pour remettre ce dossier à l’ordre du jour.

 

En recevant, vendredi, le ministre de l’Emploi, le chef de l’Etat a clairement annoncé qu’il renonçait à l’application de la loi 38-2020 car la fonction publique ne peut plus se permettre de recruter davantage de fonctionnaires et aussi parce que cette loi a été adoptée dans un contexte de calculs politiciens dont l’objectif était de vendre des chimères aux sans-travail. Pourtant, il n’a fallu que trois jours pour que le président de la République accepte de signer cette loi et de la publier dans le journal officiel. Mais en ces journées d’août de l’été 2020, le président de la République avait tout intérêt, lui aussi, à lancer une patate chaude supplémentaire entre les mains du gouvernement Mechichi. Aujourd’hui, la situation est différente. Le chef de l'Etat s’est impliqué directement dans la gestion des affaires. Les contraintes de la finance publique et les engagements extérieurs de l’Etat tunisien lui imposent plus de rationalité, plus de rigueur et c’est tant mieux.

 

En réalité, Kaïs Saïed n’a rien ajouté ou dit ce qui n’a pas été dit lors de la discussion de cette loi polémique et contestée dès le début par la majorité de l’opinion publique tunisienne. Les raisons de cette contestation résident dans le fait que cette loi fait de ceux qui n’ont pas réussi à trouver un emploi durant dix ans ou plus, des citoyens avantagés par rapport aux autres citoyens puisque c’est l’Etat qui se charge de leur accorder un emploi stable dans la fonction publique sans même avoir à passer des concours et justifier leur compétence.

Elles résident aussi dans le fait que cette loi est anticonstitutionnelle puisqu’elle ignore totalement les dispositions de l’article 63 de la Constitution de 2014 qui stipule que les propositions de loi présentées par les députés ne peuvent être retenues si elles mettent en péril les équilibres des finances publiques. Durant des années, les Tunisiens ont contesté le fait que les enfants des cheminots, des banquiers, des mineurs ou des fonctionnaires de la Steg et de la Sonede remplacent leurs parents à leurs postes à leur départ à la retraite. On estimait que cette pratique rendait les jeunes inégaux dans leur quête de l’emploi. La loi 38-2020 est elle aussi inégalitaire puisqu’elle sape les mécanismes de la concurrence loyale entre les demandeurs d’emploi.

 

Pourtant, rares sont les députés qui ont voté contre cette loi. Aucun député n’a songé à contester la constitutionnalité de cette loi. Le président de la République lui-même n’a pas songé à renvoyer la loi au Parlement pour une seconde lecture. C’est dire qu’il y avait quelque chose de pourri au siège de l’ARP et dans la sphère politique tunisienne en général.

En opposant son niet à l’application de la loi 38-2020, Kaïs Saïed a montré qu’il pouvait être lucide, clairvoyant, rationnel et déterminé. Du moins on l’espère à un moment où le pays a besoin d’un véritable chef pour l’Etat, non d’un candidat populiste en perpétuelle campagne électorale.

 

Par Sofiene Ben Hamida
21/11/2021 | 15:59
3 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
EL OUAFI
Kais.Saied le lucide !
a posté le 22-11-2021 à 23:06
Ceux qui croyaient que Kais Saied est un fou, ont pour leur compte, une désillusion, l'homme est lucide et droit dans ses bottes certes, la marche du fleuve tranquille est en action, beaucoup de choses à réparer, la machine a été malmenée et pour une période, réparer ce qui a été démantelé, ça demande du courage et l'abnégation, oui cet homme est déterminé à remettre les la locomotive sur la bonne voie !
Nos souhaits de réussite au staff et tout l'ensemble des acteurs qui militent pour sauver ce pays d'un naufrage quasi certain.
Bon vent à vous tous les nouveaux talents.
Gg
En effet
a posté le 22-11-2021 à 12:29
Il lui faut du courage, au Président, pour prendre cette décision.
Soit le peuple comprend, soit c'est la fin des haricots, comme on dit chez moi.

PS: Cette expression remonte au moyen âge, lorsque l'inquisition et les armées du pape assiégeaient les châteaux cathares. Les assiégés tenaient le coup, vivant de l'eau de pluie et du stock de haricots. Lorsque c'était la fin des haricots, il ne restait qu'à se rendre ou mourir de faim.
Fares
Les promesses
a posté le 21-11-2021 à 20:09
Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Lorsque cette loi fut promulguée des personnes dans mon entourage étaient extatiques. Je leur ai dit que cette loi ne sera jamais appliquée parce qu'elle fait plus partie du fantasme et du foutage de gueules, la fonction publique est déjà saturée. Baraketek ya Mchichi et ses promesses en l'air.

Saïed est entrain de faire la même chose. Je ne pense pas que Saïed est devenu plus rationnel. Il continue dans son délire de comités populaires et cette nouvelle arnaque de sociétés locales avec un plan d'exécution naïf et fantasmatique.

Des fois je me dit c'est bien pour les tunisiens pour avoir élu les islamistes avant de le remplacer par quelqu'un comme Saïed, quelqu'un qui "mi chim minha ka3ba". Le réveil sera brutal.
Be zen
Sofiene Ben Hamida
a posté le 21-11-2021 à 19:01
Vous dites cher chroniqueur, " Aucun député n'a songé à contester la constitutionnalité de cette loi. Le président de la République lui-même n'a pas songé à renvoyer la loi au Parlement pour une seconde lecture. C'est dire qu'il y avait quelque chose de pourri au siège de l'ARP et dans la sphère politique tunisienne en général."

Je ne peux qu'être d'accord avec vous !

En espérant que "Kaïs Saïed montre qu'il peut être lucide, clairvoyant, rationnel et déterminé."

Wait and see !
zozo Zohra
Sofiene Ben Hamida
a posté le 21-11-2021 à 18:12
Très bel article, est-ce qu'on commence à accepter la réalité de KS. Et vous lui rendez hommage pour ces décisions courageuses et honnêtes. C'est honnête de votre part.

La vraie réforme n'a pas encore commencé. Et la grogne contre les décisions ne sont qu'à leurs débuts, c'est tout à fait normal ça fait partie intégrante de la politique.
A4
Lucide et clairvoyant !
a posté le 21-11-2021 à 16:37
C'est certainement un excès d'optimisme de la par de Mr SBH.
Warrior
la soupape de l'immigration .... c'est fini ...............................
a posté le 21-11-2021 à 16:27
ces problèmes existaient depuis 56, pas 2011, 2014.
la différence: la soupape de l'immigration.
avant on lui donne un passeport et un coup de pied. il part et rapporte des devises. devises qui servent à importer l'inutile: whisky, bananes, ... aliments pour chiens !!
1 pierre , 2 coups.
fini, l'immigration, sauf à risquer sa vie en mer, pour faire plaisir aux riches qui ne paient pas d'impots, et qui sont incapables d'exporter pour obtenir les devises.

moi, je n'envoie plus mes devises, et demande de faire comme moi.
il faut cesser d'exporter des hommes, des diplomés.
faites comme la Chine, Turquie: exporter des produits, moins cher.
et ce n'est pas avec vos super diplomés, polytechniciens que vous y arrivez.