alexametrics
A la Une

La formation d’un gouvernement, ce casse-tête chinois

Temps de lecture : 6 min
La formation d’un gouvernement, ce casse-tête chinois

 

Fin de la récréation ! Les dés sont jetés et les Tunisiens ont élu leurs députés et leur président. Place aux choses sérieuses, à savoir la formation d’un nouveau gouvernement. La tâche est loin d'être aisée, tenant compte du nouveau patchwork parlementaire où aucune entité ne possède une majorité lui permettant de former une nouvelle équipe gouvernementale. 


A la suite des élections de 2011, le mouvement Ennahdha a décroché 89 sièges, et il a formé le premier gouvernement, dirigé par Hammadi Jebali, ensuite le deuxième gouvernement mené par Ali Laârayedh. Après l’échec des deux gouvernements, la prolifération du terrorisme et le dépassement du délai d’un an fixé pour l’achèvement de la Constitution par l’ANC, un troisième gouvernement d’union nationale issu du dialogue national a vu le jour. Ce gouvernement de technocrates chargé de la gestion des affaires courantes avait pour mission d’organiser les nouvelles élections.

En 2014, les premières élections ont eu lieu, et le parti Ennahdha n’a obtenu que 69 sièges, contre 86 pour Nidaa Tounes, parti fondé par l’ancien président Béji Caïd Essebsi. Des résultats qui traduisaient l’échec d’Ennahdha dans la direction du pays. C’est dire que les 3 ans au pouvoir l’ont usé, et le peuple a accordé sa confiance au "courant progressiste", qui serait selon lui, capable de sortir le pays du gouffre de l’ère de la Troïka.

 

En gros, comme le code électoral et le mode du scrutin ne permettent à aucun parti d’avoir une majorité absolue, Nidaa Tounes et Ennahdha ont été contraints à s’allier afin de pouvoir gouverner. Durant tout le quinquennat, la scène politique a connu plusieurs changements ayant abouti à la dissolution de Nidaa Tounes qui fût déchiqueté en plusieurs partis satellites. Le mouvement Ennahdha a, également, perdu de ses bases à cause de son alliance avec Nidaa Tounes, mais aussi à cause du bilan chaotique du gouvernement sur les plans économique et social.

Tous les facteurs réunis se sont répercutés directement sur les résultats des élections de 2019 : Un parlement en patchwork hétérogène, avec en tête le mouvement Ennahdha avec 52 sièges, suivi par Qalb Tounes, parti fondé en trois mois par Nabil Karoui, avec 38 sièges, le parti Attayar de Mohamed Abbou avec 22 sièges, la Coalition Al Karama de Seifeddine Makhlouf avec  21 sièges, le PDL de Abir Moussi avec 17 sièges, le Mouvement Echaâb avec 16 sièges et Tahya Tounes, parti du chef du gouvernement Youssef Chahed avec 14 sièges, pour ne citer que les plus importants. Une configuration inédite certes, mais qui doit être en mesure de former le nouveau gouvernement.

 

Conformément aux dispositions de la Constitution, aujourd’hui le mouvement Ennahdha doit former le nouveau gouvernement. Une mission qui est loin d’être simple. Avec ses 52 députés, le mouvement islamiste doit forcément parvenir à établir des alliances.

Or les partis représentés au nouveau parlement, ne se disent pas tous prêts à coopérer ensemble. Outre la Coalition Al Karama, aucune autre partie n’a fait part de sa disposition à collaborer sans conditions avec le mouvement Ennahdha. Al Karama a d'ailleurs assuré qu’elle n’était pas prête à collaborer avec certaines entités comme le PDL ou Qalb Tounes.

Le parti Attayar, s’est exprimé à travers la déclaration ironique de Mohamed Abbou qui avait indiqué qu’il était prêt à faire partie du gouvernement si on lui accorde les ministères régaliens, une condition impossible à satisfaire. La proposition du mouvement Echaâb va encore plus loin, en proposant Safi Saïd comme chef de gouvernement ainsi que l’application de son programme.

Quant à Abir Moussi, elle reste fidèle à son positionnement et refuse tout alliance avec le mouvement islamiste. Une position partagée par Qalb Tounes qui a assuré qu’il restera dans l’opposition, sans pour autant bloquer les projets qui respectent son programme, notamment, tous les points touchant à la lutte contre la pauvreté. Même le parti Tahya Tounes de Youssef Chahed a affirmé qu’il sera dans l’opposition et se conformera à la volonté du peuple qui ne lui a accordé que la 7ème place.

 

Ainsi, et malgré la complexité de la situation, Ennahdha doit quand même choisir un chef de gouvernement capable de former une équipe et d’obtenir une majorité parlementaire. D’ailleurs, pas plus tard qu’aujourd’hui, le chef du mouvement, Rached Ghannouchi a indiqué que les concertations sont en cours, précisant que la réunion du conseil de la Choura se fera probablement ce weekend.

Dans ce contexte, le président du Conseil de la Choura d’Ennahdha, Abdelkarim Harouni, a déclaré que le président du mouvement, Rached Ghannouchi, fraîchement élu député au parlement, est le candidat naturel du parti pour la présidence du gouvernement. « Selon notre règlement intérieur, Rached Ghannouchi est le candidat naturel d’Ennahdha à la présidence du gouvernement comme ce fut le cas lorsque la question de sa candidature à la présidence de la République avait été posée ou aussi celle à la présidence de l’Assemblée. Cette question sera donc débattue d’ici la fin de la semaine lors du conseil de la Choura. Et le président du mouvement doit exprimer sa position sur cette question ou proposer un candidat ».

 

Une hypothèse qui a créé la surprise d’un bon nombre d’observateurs, puisque deux jours avant l’élection présidentielle, Rached Ghannouchi avait indiqué: « le chef du gouvernement sera d’Ennahdha, mais nous pouvons choisir une personnalité indépendante. Former ce gouvernement ne sera pas facile et tant de complications resurgiront car il s’agit d’une formation constituée de plusieurs partis et d’indépendants. C’est une question cruciale, difficile et pénible ».

 

Bien évidemment, les tractations s’avèrent difficiles, mais la victoire de Kaïs Saïed à la présidence de la République peut avoir un impact sur le choix du prochain chef du gouvernement, dans la mesure où le nouveau chef de l’Etat a réussi à réunir plus de 72% des électeurs derrière lui, un résultat qui lui confère une grande légitimité. D’autant plus qu’il aura à désigner lui-même, un chef du gouvernement, si le candidat du parti vainqueur des législatives échoue dans l’obtention de la confiance du parlement.

 

Le dilemme est grand et les enjeux le sont encore plus. Toujours est-il, la formation d’un gouvernement d’union nationale présidé par un indépendant peut s’avérer une solution plausible au casse-tête chinois qui s’offre au mouvement Ennahdha. Outre le fait qu’il puisse jouir d’une majorité parlementaire, il permettra à Rached Ghannouchi d’éviter de se confronter à la responsabilité de gouverner, tenant de l’échec qu’il a essuyé durant les trois années de la Troïka. En tout état de cause, les prochains jours seront certainement riches en rebondissements, et les Tunisiens se sont toujours montrés capables de parvenir à des solutions, même aux situations les plus ambiguës. La question qui se pose désormais est de savoir à quel prix ?

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

cesarios
| 20-10-2019 14:22
ENNAHDHA a installé son destour, ses lois des élections, son baffoun, ses pions dans toutes les administrations nationales, régionales et locales, elle a recruté 120000 partisans et sympathisants comme fonctionnaires et les a placés dans toutes les différents ministéres sauf au ministére de la défense et à savoir , peut étre, il ya des infiltrés, l'ARP est presque sous son joug, les juges se conforment à ses décisions, nos partis dits d'opposition sont disloqués, se querellent jour et nuit et le dimanche, se magouillent dans les coulisses et dans les chambres noires, nos progressistes et démocrates ne se sont jamais réunis dans leur histoire , chacun a ses calculs selon ses intéréts et ses propres prérogatives, hamma est contre mongi rahoui, tahya tounés est contre nida tounes, nabil karoui perd ses députés d'un jour à 'lautre, le mouvement du peuple est connu pour son dénigrement au sahel et il prone le régionalisme, abir moussi n'a aucun soutien d'aucun autre parti et a choisi de prendre son chemin en solitaire, voilà la réalité de la politique qui se déroule dans notre chére TUNISIE, les tunisiens et les tunisiennes en ont marre et se sentent perdus dans cette vague et incompréhensible ambiance politique, neuf ans passés et sept gouvernements n'ont apporté que des échecs cuisants , des centaines d'hommes et de femmes politiques sont passés et ont participé aux décisions du commment gouverner notre TUNISIE, notre mére nourriciére, malheureusement , jusqu'à ce jour, il n'ont pas ni su ,ni pu trouver les justes ficelles à tirer pour sortir le peuple du gouffre qui s'enfonce chaque jour. La question qui se pose , que faire aprés ces innombrables échecs répétitifs? actuellement, mon humble solution c'est le retour au régime présidentiel élu par le peuple et lui confier l'autorité et les prérogatives d'un arbitre de faire appliquer les lois de la constitution qui est à revoir et à ajuster, de désigner le chef du gouvernement , et c'est à ce dernier qui lui incombe la liberté de la formation de son gouvernement de n'importe quelle tendance, l'ARP aura comme mission de controler le travail du gouvernement, et d'avoir la possibilité de demander le changement du chef du gouvernement et de tout ministre à tout moment selon des justifications et des preuves et explications à l'appui, de son incapacité, ou de son incompétence ou de ses résultats dérisoires de la réalisation de son programme et d'un agenda cautionnés par la majorité des membres de cet ARP, quant au pouvoir législatif, il ne sera qu'indépendant et ne pas appartenir au gouvernement mais à à une instance purement composée de juges et d'avocats financée par l'état et controlée par l'ARP.......Aprés toutes les éxpériences de gouvernance tentées durant ces neuf années, une évaluation du bilan est à imposer , et ce sont nos éminents experts du droit constitutionnel qui peuvent proposer les retouches et les ajustements nécessaires pour une amélioration de la gouvernance de notre chére TUNISIE et garantir la réussite de sa stabilité, sa sécurité et son développement

DIEHK : Mage à ses heures perdues!!
| 18-10-2019 14:38
Adopte 1 celtia et tu aideras le Gt à diminuer le déficit!!
Sinon, tu ouvres 1 cabinet d'art divinatoire avec le doux nom :
Hamdi Roi Soleil : je vois que votre avenir est derrière vous
la misère devant vous!!!
Bon courage "Roitelet de la voyance foireuse"

Mimimoi
| 17-10-2019 06:14
Les khwanjias ont gagné les élections. '?l leur incombe de former leur gouvernement et de prouver a leurs électeurs de qoui sont-ils capables de réaliser.
Et je suis parfaitement conscient que l'état du pays, actuellement, nécessite une pressente prise en mains des affaires.

TATA
| 16-10-2019 20:39
Nous n'avons pas trop d'alternatives avec la répartition actuelle des sièges au parlement...

==>
A mon avis l'offre de Qalb Tounes est très raisonnable: un gouvernement qui serait soutenu par la majorité de tous les partis politiques sans une mainmise du clan RG et avec des indépendants reconnus par leur savoir-faire et par leur objectivité...

La Tunisie risque la famine, si on n'arrive pas à mettre nos conflits de coté...

Jamel
| 16-10-2019 15:16
Je suis sûr et certain que le gouvernement est prêt ,tous ceux qui ont dit ne pas s'allier avec les islamistes sont des menteurs ;les traîtres ne vont devenir des saints en un clin d'?il .Président opaque et sans programme gouvernement au service des obscurantistes bonjour les dégâts .

TABARKA
| 16-10-2019 14:31
Le casse tète provient de ceux qui ont rédigé la constitution de 2014 en faveur d'un parti politique( ennahdha) elle a été taillée sur mesure en faveur d'une idéologie dominante . L'impasse politique sans précédent qu'on vit aujourd'hui est prévisible . DVISER POUR REGNER. Le régime parlementaire tel qu'il est écrit ne convient pas. Ce système Anglos/saxon impropre et indigeste au pays nous donne aujourd'hui un spectacle qu'on ne peut mesurer aujourd'hui les conséquences. .

DHEJ
| 16-10-2019 11:40
A voir le déficit commercial de la Tunisie avec la Chine d'ailleurs ah si seulement si c'était du CHINOIS la Tunisie aurait conquit le marché chinois jadis à notre portée!

Hamdi
| 16-10-2019 10:55
C'est cette alliance qu'on va voir.
Une fois chef du gouvernement mis en place, voici ce qui va se passer:
- Vous vous souvenez les importations Turcs ces 6 dernières années qui ont ruinés l'economie et mis en faillte une grande partie de nos usines tunisiennes? et engendrés des dettes abyssales avec en prime une augmenttion des prix de produits de bases dont tout le monde s'est plaint ces 6 dernières années?

Eh ben le cout de maitre du nouveau gouvernement d'ennahdha sera ceci: ils vont arrêter ces importations, car elles étaient justement sous leur tutelle, et du coup tous les résultats économiques seront aux verts en un rien de temps et le gouvernement d'ennahdha sortirait comme un des meilleurs gouvernements de ces 8 dernières années.

Voici malheureusement le plan, et pourquoi ils sont confiants..ainsi ils seront réélu pour les prochains 10 ans avec tout l'islamisation de la société qui va avec,l'autocratie qui s'installera une bonne fois pour toute, et personne pour les arrêter..

Vous comprenez maintenant pourquoi ils sont optimiste ? en sur confiance?

TATA
| 16-10-2019 09:23
Les Questions qui se posent:
a) Le clan RG va-t-il maintenir Yousssef Chehed au poste de premier ministre, en reconnaissance à sa fidélité? ça serait une faute très grave'?'
b) dans le cas où le clan RG maintiendrait Yousssef Chehed au poste de premier ministre, y'a-t-il un risque que les députés de Tahya-Tounes désertent ce parti politique pour aller à Qalb Tounes. Ce qui affaiblirait le nouveau gouvernement et conduirait à sa dissolution...


A mon avis l'offre de Qalb Tounes est très raisonnable: un gouvernement qui serait soutenu par la majorité de tous les partis politiques sans une mainmise du clan RG et avec des indépendants reconnus par leur savoir-faire et par leur objectivité... Nous n'avons pas d'autres alternatives avec la répartition actuelle des sièges au parlement...

Léon
| 16-10-2019 07:32
Il y a quand même un petit problème cette fois-ci. Nous n'avez pas l'air de comprendre ce qui se passe!
Cette fois-ci il faut un vrai chef de Gvnt et non une marionnette atlantiste. En effet, depuis l'avènement Saïed, les atlantistes ne peuvent plus gérer le pays par traitres interposés.
Il faudra donc, et pour une fois, un vrai chef de Gvnt. Donc un VRAI programme (personne n'en a), et une personne qui puisse, non seulement vivre sans emprunts, mais mieux encore, rembourser le fric qu'ont emprunté ses prédécesseurs (ne serait-ce que les intérêts).
Qui est le fou qui est prêt à assumer une telle mission impossible, sinon un écervelé inconscient? En fait, soyez sûrs de quelque chose, c'est que la personne qui est prête à accepter ce poste est de facto incompétente.
Même les anciens ministres hyper-compétents de Ben Ali (de l'envergure de Friaa, Hadhri, N. Jouini) n'arriveront pas à colmater les conséquences du caca nerveux du peuple de gâtés en 2011.
Tunisiens, j'ai une solution pour vous: Considérez vous en état de guerre, et mettez un sablier de cinq années en attendant que tout le sable s'écoule; puis ne vous trompez pas: Votez RCD (c-à-d PDL).

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

A lire aussi

Moncef Marzouki, Sihem Ben Sedrine, Ali Laârayedh, Hamadi Jebali et quelques dizaines d’autres sont

13/12/2019 19:59
60

La Loi de finances 2020 vient d’être adoptée. Bien que le pays soit en train de vivre un marasme

12/12/2019 19:59
3

"Savez-vous faire du lobbying? Diplomatie économique et stratégie

11/12/2019 19:59
2

Malgré les efforts du mouvement Ennahdha et de la Coalition Al Karama qui ont même proposé le

10/12/2019 20:03
9

Newsletter