alexametrics
dimanche 20 juin 2021
Heure de Tunis : 08:37
Dernières news
Khaled Chelly : Tunisair a du potentiel malgré sa situation critique
11/05/2021 | 13:43
4 min
Khaled Chelly : Tunisair a du potentiel malgré sa situation critique

La situation de la compagnie nationale Tunisiair a été au centre de l'interview accordée ce mardi par le président directeur général de Tunisair, Khaled Chelly au micro de Afif Frigui dans son émission Sahat El Omla.

 

« La situation financière de Tunisair est critique », a avoué M. Chelly. Et de préciser que son endettement avait dépassé les 2,2 milliards de dinars, en plus de pertes de plus d'un milliard de dinars jusqu'à 2020.

Parmi les problématiques évoquées par le PDG, la baisse de la qualité des service, l’âge moyen de la flotte de 17,5 ans, le nombre très élevé des agents par rapport à la moyenne au niveau mondial et une image de marque entachée.

 

 

M. Chelly a ainsi indiqué que la masse salariale est souvent pointé en tant que problème majeur de la compagnie étant « hors norme et hors standard » et des comparaisons sont souvent faites avec Royal Air Maroc, ce qui n’est souvent pas opportun, notant que la compagnie aérienne marocaine a externalisé un bon nombre d’activités notamment son personnel navigant commercial (PNC), en soutraitance.

Il a admis qu’en 2012 et 2013, le nombre d’agents était en inadéquation avec 8.400 agents, soit 240 agents par avion contre 170 agents par avion pour la norme mondiale. Aujourd’hui, le nombre d’agents est à 3.200 employés.

Ceci dit, la société a besoin d’un programme d’assainissement et de sauvetage, pour remettre à flot la compagnie qui a été lourdement impactée par la pandémie.

 

S’agissant de la masse salariale, le dirigeant a spécifié que Tunisair n’avait pas que le personnel au sol et les employés mais compte également 1.300 pilotes et PNC, sachant que nos pilotes touchent le quart et parfois moins que ce qu’offrent d’autres compagnies aériennes. Idem pour le PNC dont le salaire est très maigre par rapport à ce qui est pratiqué à l’étranger. La compagnie a également en charge plus de 400 agents à l’étranger, des locaux qui travaillent pour le compte de la compagnie.

Un directeur central ou n’importe quel cadre est payé beaucoup moins qu’un cadre dans l’étatique, a assuré le PDG, en soulignant que la société souffre d’une fuite de ses compétences.

« Nos directeurs touchent les plus bas salaires dans le secteur du transport, selon une étude réalisée au niveau du ministère du Transport », a-t-il affirmé. Et de soutenir que la masse salariale sur le total des charges est de 15% (et peut atteindre 23% selon les saisons), ce qui est bien en dessous de la moyenne mondiale.

 

 

Pour sa part, l’expert économique Moez Soussi a estimé que la compagnie aérienne était sur la bonne pente en 2019, avec des recettes record de l’ordre 1,8 milliard de dinars. En 2020, ses revenus ont chuté de 70% à cause de la crise du Covid-19, soit un manque de liquidité de 1,2 milliard de dinars. Et de préciser que le carburant représente une grande partie des dépenses pouvant atteindre jusqu’à 34% des charges, lorsque le prix du baril augmente, contre 12% lorsque son prix baisse. En outre, le glissement du dinar a coûté, de 2015 à 2018, des dépenses supplémentaires de l'ordre de 150 millions de dinars.

 

Khaled Chelly a estimé en se référant à l’année de 2019 que Tunisair avait du potentiel. Mais, les crises qu’elle a traversées ont contribué à sa déchéance. Pour lui, tout le monde a participé à l’état actuel de Tunisair et en particulier l’instabilité des gouvernements et des directions générales qui se sont succédé, faisant que toutes les stratégies et les plans de sauvetage sont mort-nés.

 

S’agissant du plan de sauvetage, le PDG a expliqué que la compagnie aérienne devra faire face aux problèmes d’endettement et de trésorerie. S’agissant des fonds nécessaires pour remettre sur pied la société, il pense qu’il faudra attendre la fin de 2021 pour évaluer l’impact du Covid-19. Pour lui, il faudra recapitaliser la société, réévaluer ses biens et injecter au moins un milliard de dinars pour rétablir les équilibres de la société.

Il est également question de faire pression sur la dépense, notamment en adaptant le système de management et l’effectif par rapport au nombre d’avion, sachant que 2021-2023, seulement 17 à 18 avions seront opérationnels.

En outre, il faudra revoir le modèle de Tunisair ainsi que les représentations à l’étranger, en baissant le nombre de détachés, ainsi que les loyers.

Autre chose importante, la compagnie devra choisir des dessertes plus rentables.

Le plan social sera aussi revu et les 50 millions de dinars mobilisés par l’Etat depuis 2014 à cet effet seront utilisés.

Tunisair devra aussi travailler sur la productivité, l’open sky étant imminent.

 

S’agissant de la reprise des dessertes vers la Libye, M. Chelly a indiqué que la première desserte était prévue pour le début du mois de ramadan. Mais, ayant découvert que le timing n’était pas opportun, elle a été décalé au 16 mai courant.

Et d’expliquer que le prix de l’assurance empêchait la reprise des vols vers cette desserte.

65 dessertes étaient opérées vers la Libye jusqu’à 2014.

 

I.N

11/05/2021 | 13:43
4 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
mennani
Salaires chez Tunisair
a posté le 13-05-2021 à 21:14
A entendre le PDG, on déplore le pauvre personnel de Tunisair.
il ne nous dit pas que le salaire mensuel moyen est de 5500 D.
il dit juste qu'il est parmi les plus bas du monde. il nous compare peut-être aux Européens.

D'urgence, il doit d'abord céder les représentations à l'étranger et arrêter les frais payés en devise et ça apportera pas mal d'argent. C'est mieux que de quémander au gouvernement déjà acculé par les dettes.
adel
Effectivement
a posté le 11-05-2021 à 21:28
Tunisair a un grand potentiel que Khaled Chelly ne manquera pas de détruire comme il l'a fait pour le potentiel de l'OACA qu'il a livré en pâture à l'UGTT.
Hatem jemaa
PDG REVEUR
a posté le 11-05-2021 à 17:57
La recapitalisation de Tunisair a pour triple objectif de diminuer les charges financières, de payer les dettes et de renouveler la flotte. La facture se situe autour de 5 milliards de dinars. Ce n'est certainement pas l'état dont on connaît ses capacités financières qui pourrait pourvoir à cet immense besoin de financement de la restructuration de la compagnie. Par ailleurs quelles sont les perspectives de rentabilité de Tunisair même assainie ?
Linoucha
ça me fait rire
a posté le 11-05-2021 à 17:26
La compagnie a également en charge plus de 400 agents à l'étranger, des locaux qui travaillent pour le compte de la compagnie. Mais savez vous qui sont et que font ces agents payés en euro alors que nos avions sont toujours en retard et en piètre état mais au fond ce sont des postes de récompenses aux proches et aux serviteurs
Abidi
Potentiel
a posté le 11-05-2021 à 17:22
Exactement comme vous
Stop
Dégagez les surplus
a posté le 11-05-2021 à 16:38
Yazzi y'a hayyeb. La RAM est largement au dessus du lot et en comparaison avec l'historique de Tunisair, c'est inadmissible.
DHEJ
Salaire, salaire...
a posté le 11-05-2021 à 15:26
Ce mec fait rire, il a un goût de ***
AA
Voyage?
a posté le 11-05-2021 à 15:17
Pourquoi les Tunisiens vivants à l´étranger ont-ils cessé de résoudre des mots croisés depuis longtemps ? Parce qu'ils ont peur de gagner un voyage en Tunisie ?
Letranger
Pas tout à fait vrai...
a posté le à 19:24
Ils acceptent volontiers et même demandent le retour (gratuit, mais il y a bien quelqu'un qui paye) de leur dépouille mortelle vers leur seule et unique Patrie : LA TUNISIE.
Par Tunisair pour ce qui est aérien.
Pour le reste, ce n'est pas le sujet...