alexametrics
B.N.CHECK

Kaïs Saïed ne dit pas la vérité quand il parle de la grâce de l'assassin de Rahma

Temps de lecture : 1 min
Kaïs Saïed ne dit pas la vérité quand il parle de la grâce de l'assassin de Rahma

 

Le discours du président de la République, Kaïs Saïed prononcé en marge de la réunion du conseil de sécurité hier lundi 28 septembre 2020 a suscité une vive polémique lorsqu’il s’est prononcé en faveur de la peine de mort.

Ce débat a été relancé à la suite du viol et de l’assassinat de la jeune fille Rahma. A ce propos, le chef de l’Etat s’est montré ferme assurant croire que le tueur serait un récidiviste, ayant, déjà été gracié pour un autre crime.

 

Vérification faite par BN Check, ce mardi 29 septembre 2020, les propos du président de la République manquent de précisions pour ne pas dire qu’ils sont erronés.

Une source judiciaire autorisée a assuré, dans une déclaration à BN Check que le meurtrier était impliqué dans un crime auparavant, mais qu’il avait bénéficié d’un non-lieu pour l’absence de responsabilité pénale. Il n’a donc pas été gracié.

 

Le président de la République n’est pas à sa première imprécision. Il avait indiqué lors de son audience avec, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi que les conseillers qu’il comptait désigner étaient poursuivis en justice, ce qui n’était pas réellement le cas. D’ailleurs, lors de la même réunion du conseil de sécurité, Kaïs Saïed a avoué, brièvement, ses imprécisions, en affirmant que la société n’attendra pas le verdict de la justice pour ceux qui ont été condamnés par l’Histoire.

 

S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

adel
| 30-09-2020 15:25
El Kasi Said ne dit pas la vérité point final.

Narjess Larnaout
| 30-09-2020 12:46
Le president Kais Saied honorera ses engagements face a ses electeurs,n en deplaise aux lobbies des speculateurs ,des fraudeurs fiscaux,des corrompus et des corrupteurs,des parrains et des barons de l economie parallele,des marionnettes des nombreuses ONG qui ne sont que des paravents de services secrets étrangers et disposant d'un agenda politique et comme cette idéologie des Droits de l'homme, servant comme faire-valoir pour légitimer l'hégémonie occidentale sur le monde... Plusieurs peuples ont fait le choix de vivre libres et independants et comme disait Bourguiba :La karama avant le pain ..La dignite avant le pain.....Kais Saied subit une campagne de desinformations et des attaques pour avoir oser denoncer le chaos des institutions,denoncer la corrution,denoncer les actes graves contre la securite du pays et contre l infiltration d importantes institutions de l Etat par des extremistes faschistes ....rendus facile par l absence voulue de la cour constitutionnelle.....Il est temps de mettre de l ordre et la demarche sera extremement difficile mais realisable...le president Kais Saied s y est engage...coutera ce qu il lui coutera...L Histoire le jugera....

takilas
| 29-09-2020 19:18
Ceci ne nous fera pas oublier les assassinats de Belaid, Brahmi, Naguedh, Ben Mrad, les militaires de Chambi et de Kasserine et puis et les derniers les assassinats des gardes présidentiels.
Comment voulez-vous respire ce problème lorsqu'il y a un camouflage et une impunité.

A4
| 29-09-2020 18:58
ROBOCOP (2)
Ecrit par A4 - Tunis, le 29 Septembre 2020

Une année après et Robocop radote
Entre infâmes obsessions et idées idiotes

Un an après et Robocop se déchaîne
Les yeux exorbités, nous crachant sa haine

Douze mois après et son programme a buggé
Son soft s'est planté, mécanique déglinguée

Boulons desserrés et visserie rouillée
Contacts mauvais et carte-mère bidouillée

Il s'énerve, s'obstine, s'entremêle les nerfs
Et laisse s'étaler son instinct sanguinaire

Il parle un langage bizarre et malhabile
Mêlant vieux discours et croyances débiles

On l'a pris pour la peste ou le choléra
Il s'avère les deux en plus du corona !!!

abou
| 29-09-2020 16:54
Le Président n'avait pas à commenter une affaire avant qu'elle n'ait été jugée par le tribunal. c'est une immixtion intolérable dans le cours de la justice..

Kays
| 29-09-2020 13:45
Donc ce criminel est un récidiviste ?

J'espère que notre Justice ne prendra pas le chemin des tribunaux droit de l'hommiste qui libèrent des bêtes humaines répandant terreur et crime dans la société. Lorsque la Justice ne fait plus son '?uvre il y a risque de retour à la vendetta. La plus grande légitimité de l'Etat réside dans la Justice puisque le citoyen abandonne son droit à la vengeance au profit de l'Etat. Une justice laxiste delégitime l'autorité étatique (certains pays européens semblent ne plus le comprendre).

Personnellement je suis contre la peine de mort, car tuer ne ressuscite pas les victimes.

Châtiments corporels douloureux encadré (gros tabou de nos sociétés "evoluées" qui ont oublier le pouvoir dissuasif que peut avoir la douleur physique sur l'humain, frapper étant devenu barbare dans un Droit qui se souci plus du bourreau que de la victime, Droit pervers ) et enfermement à vie.


TAHYA TOUNES

veritas
| 29-09-2020 13:42
il a accepté d'être malmener par une (...)inqualifiable tôt ou tard il paiera le prix ainsi que tout le pays .

Tunisien
| 29-09-2020 13:21
Tant que la Tunisie compte des journaleux, il ne nous étonne pas de lire des propos déformés comme ceux repris dans le présent article;
Est-ce pour semer la zizanie ou sont-il rémunérés par des mal-intentionnés pour des motifs louches...

petit x
| 29-09-2020 13:07
Ce président ne s'est jamais frotté à la moindre affaire de l'Etat durant toute sa carrière professionnelle où il a végété, 35 ans durant, au bas de l'échelle des postes universitaires en tant qu'assistant puis maître assistant (qu'il a eu par ancienneté).
Ceci est un signe révélateur quant au degré de compétence de quelqu'un d'universitaire !!!

Donc, déconnecté de la réalité du pays pendant tout ce temps là, comment voulez-vous qu'il rentre dans le moule de la fonction de président de la république; désarmé comme il est des outils de base d'ordre politique, diplomatique, sécuritaire, socio-économique...?

Le problème c'est que les électeurs se sont lourdement trompés, populisme aidant, sur ses capacités réelles pour diriger le pays et pire encore la majorité qui l'ont élu continuent à croire en lui.

A quand le réveil ? That's the question !

Des années lumières séparent Le Président BOURGUIBA (Allah yar7mou) du président K.Saied bien que la conduite du pays par BOURGUIBA avait beaucoup des zones d'ombre. Je dirais même que ZABA, diabolisé comme il est, lui ferait bien de l'ombre dans pas mal de domaines.

Sherlock Homss
| 29-09-2020 12:30
On verra le jour où on lui soumettra un recours en grâce d'un condamné à la peine capitale, pour l'instant, il "surfe" sur la vague, sommes toutes comprensible et légitime, de la majorité des tunisiens réclamant l'exécution de la peine de mort pour toute condamnation de ce degré pour des actes particulièrement odieux.
Que les juges fassent (bien) leur boulot et que la procédure d'application de la peine capitale quand elle est prononcée, suive son cours et Kais Said tranchera en dernier recours.

A lire aussi

Qalb Tounes prétend le contraire.

26/10/2020 10:28
1

La radio n'est pas disponible en transmission hertzienne.

23/10/2020 08:38
2

Sur le projet de l'amendement du décret 116

20/10/2020 17:33
3