alexametrics
lundi 30 janvier 2023
Heure de Tunis : 02:03
Dernières news
Kaïs Saïed dopé pour les élections
09/12/2022 | 12:45
10 min
Kaïs Saïed dopé pour les élections

 

Législatives molles, législatives douteuses, législatives dénoncées, législatives boycottées. Pour faire face à une campagne des plus atones, voire la plus atone depuis l’indépendance, le président de la République est descendu lui-même sur le terrain.

 

Conflit de prérogatives entre l’Instance supérieure indépendante pour les élections et la Haute autorité indépendante pour la communication audiovisuelle, appels au boycott de la part de la majorité des partis politiques, nombre de candidats très inférieur à celui des précédentes législatives, candidats tournés en dérision sur les réseaux sociaux, mise en doute de l’intégrité de l’Isie, télévision et radios publiques qui appellent à la grève le jour des élections, plusieurs médias (dont Business News) qui ont décidé de boycotter la campagne électorale, il n’y a pas l’ombre d’un doute, les législatives du 17 décembre 2022 ne ressemblent à aucune autre campagne électorale depuis l’indépendance.

Autre évidence, le Tunisie est à des années-lumière de ces législatives. Ses priorités sont de trouver du lait, du sucre, des médicaments et le mode d’emploi pour boucler des fins de mois de plus en plus difficiles.

Sentant venir un taux de participation très bas et la colère monter, le président de la République a multiplié cette semaine les visites de terrain et les déclarations approximatives dans une vaine tentative de séduction.

 

Lundi 5 décembre, et comme chaque année, le président de la République est allé à la Kasbah réciter la fatiha en mémoire du martyr Farhat Hached. Il n’y a rien de particulier là-dedans, sauf que le président de la République a changé le programme de la visite cette année. Juste après la fatiha, il a traversé en longueur toute la médina de Tunis pour s’offrir un bain de foule à l’avenue Habib Bourguiba.

D’après les vidéos diffusées par la présidence, ce bain de foule ne ressemble pas aux précédents. À aucun moment, on ne voit un Kaïs Saïed acclamé par la population, comme lors de ses sorties un an plus tôt.  Il a fini sa balade par une énième visite au ministère de l’Intérieur.

Le bilan de ce changement de programme est un embouteillage monstre à Tunis aussi bien du côté du centre-ville que de la Kasbah, Bab Sâadoun, Gorjani, Bab Jedid…

La journée n’est pas finie, Kaïs Saïed s’est ensuite dirigé à l’usine du géant laitier Délice pour visiter les locaux et trouver une explication à la pénurie de lait que subissent les Tunisiens depuis plusieurs semaines.

En réalité, il n’en avait que cure des explications de Hamdi Meddeb, PDG de Délice, Kaïs Saïed a sa propre explication sur la pénurie et il tenait à la donner devant les caméras de son équipe vidéo (l’unique présente à toutes ses visites). Le chef de l'Etat a affirmé que la production de lait couvrait l'intégralité des besoins de la population, en s’interrogeant sur la disponibilité du beurre et du yaourt et non pas du lait compensé en briques. Les spéculateurs transforment, selon lui, le lait standard en lait 0% afin d'avoir plus de revenus et de pousser vers l'augmentation des prix. Le chef de l'Etat a, encore une fois, qualifié les circuits de distribution de « circuits d'affamement du peuple ».

« Y-a-t-il des vaches qui donnent du lait et d'autres qui donnent des yaourts ? Le lait, c'est du lait ! Pourquoi le fromage et le beurre sont disponibles ? Y-a-t-il des vaches qui donnent du lait écrémé et d'autres qui donnent du lait demi-écrémé ? », s'est-il interrogé devant les caméras.

Le message est passé. Les explications des experts, des industriels et des agriculteurs sont toutes balayées d’un trait au profit de l’argumentaire présidentiel.

Peu importe si cet argumentaire populiste est contraire à la réalité, il fait désormais foi auprès de la population crédule, en cette période électorale.

 

Ce même lundi 5 décembre, le président de la République rend visite au ministère des Domaines de l'État et des Affaires foncières. En l’absence de journalistes, et en nous limitant uniquement à la propagande présidentielle, on ne saurait dire si cette visite a eu lieu avant ou après la visite de Délice. Ce qui est sûr, c’est qu’elle s’est faite en l’absence du ministre Mohamed Rekik, donnant ainsi l’impression qu’elle était inopinée.

Ici aussi, le discours est populiste. Tellement populiste que le président ne se rend même pas compte d’une grosse bévue, étrangement relayée par ses services de communication le lendemain mardi 6 décembre.

Au ministère des Domaines de l’État, Kaïs Saïed mène un véritable discours de campagne dont la teneur n’a rien à voir avec le lieu.

Dans la vidéo, le président affirme que le pôle judiciaire et financier a été créé pour dissimuler les crimes. La phrase discrédite, salit et humilie les magistrats ? Peu importe, en période électorale, il faut une sacrée dose de populisme.

Il enchaîne en parlant de la pénurie de lait, causée par les spéculateurs, du drame de Zarzis, de conciliation pénale, etc. Quel rapport avec les Domaines de l’État ? Peu importe, il faut que la population saisisse le message, c’est que Kaïs Saïed veille sur le pays, mais que des forces obscures l’empêchent de bien faire.

La grosse bévue annoncée plus haut ? Dans cette sortie au ministère des Domaines de l’État, et toujours devant les caméras, Kaïs Saïed s'est interrogé sur les raisons derrière l'absence des membres de la Commission nationale de conciliation pénale. « Ces derniers n'ont toujours pas pris leurs fonctions malgré la publication d'un décret présidentiel à la date 11 novembre 2022 ! », a-t-il dit. Entendez par là que les « méchants » fonctionnaires refusent de travailler et de répondre aux directives et décrets du président de la République.

En réalité, les membres de la commission en question ne pouvaient pas prendre leurs fonctions, car le décret présidentiel qui les a nommés leur exige de prêter serment devant le président de la République et que ce président de la République ne les a toujours pas invités à cette cérémonie. Elle sera organisée deux jours plus tard.

Mais peu importe la vérité, le seul message reçu par le citoyen lambda est que les fonctionnaires ne sont pas à leurs bureaux lors de la visite inopinée du président.

 

La journée charnière du lundi 5 décembre n’est pas achevée pour autant. Le lendemain mardi, la présidence publie une vidéo montrant Kaïs Saïed, torse bombé, visiter les locaux de la présidence du gouvernement à la Kasbah et au lycée Sadiki. De la pure propagande électoraliste ? Ça y ressemble comme deux gouttes d’eau.

 

Mardi 6 décembre, Kaïs Saïed rajoute une couche et elle est bien grossière cette fois. Il s’est rappelé de l’existence de Sidi Bouzid, ville chérie de tous les populistes et autoproclamés révolutionnaires. C’est par là que la révolution de 2011 s’est déclenchée et c’est là que Kaïs Saïed a prononcé tous ses discours enflammés avant et après son élection.

Cela fait un bail qu’il n’a pas rendu visite à Sidi Bouzid et il y est allé ce mardi 6 décembre. S’en rappeler en pleine période électorale ne porte qu’un sens : le président est en campagne.

Habitué des effets d’annonce, le président inaugure le lancement des travaux de l’autoroute Sidi Bouzid-Jelma (dont on entend parler pour la première fois) et parle de désenclavement des régions intérieures et d’une nouvelle Histoire de la Tunisie. « Nous avons les capacités et la détermination de construire la Tunisie telle que nous la voyons ». En l’absence de journalistes, il n’y avait personne pour l’interroger sur ce qu’il a fait de concret durant les trois années de sa présidence dont seize mois de pouvoir total. Il a préféré se faire entourer de gouverneurs laudateurs (Bizerte et Ben Arous notamment).

 

Comme la journée du lundi 5 décembre, la journée du mardi était remplie d’activités extérieures du président. Chose très rarement vue (voire jamais vue) depuis son élection en octobre 2019.

Après (ou avant, on ne sait pas), il est allé à une usine de fabrication de produits pharmaceutiques. Le communiqué de Carthage ne précise pas le nom de cette usine, ni où elle se trouve.

La visite coïncide avec la grève des pharmaciens grossistes remontés contre le ministère des Finances qui a décidé, en 2022, de leur imposer une retenue à la source dont l’effet serait dévastateur sur leurs activités. On parle carrément de la probable faillite des quelque 70 pharmaciens grossistes et il y avait une réelle panique parmi les médecins, les pharmaciens et les citoyens.

Kaïs Saïed balaie d’un trait la polémique et résume la situation en une phrase : « la Tunisie ne manque de rien pour subvenir à ses besoins en médicaments ». Le sempiternel sous-entendu, il y aurait des forces occultes qui affament les Tunisiens et les menacent maintenant dans leur santé.

Depuis l’usine, il annonce que la crise actuelle allait être résolue. Et c’était le cas. Le ministère des Finances a cédé, ce qui a permis au ministère de la Santé d’annoncer le lendemain que la grève est levée et que la crise est résolue grâce aux « directives du président de la République ». Eh oui, le ministère de la Santé se met aussi à l’heure de la propagande et de la langue de bois en pleine campagne électorale.

Après la visite de l’usine et de Sidi Bouzid, le président s’est déplacé à Kairouan. Le communiqué annonçant cette visite n’a été diffusé que le lendemain. Dans une vidéo de propagande, on l’entend parler d’un projet (a priori l’hôpital de Kairouan) en souffrance. « « Y en a marre ! Ce projet aurait dû commencer à traiter des patients. Nous sommes toujours au stade des études... », a déclaré le président. La faute au coronavirus, affirme le gouverneur. Le président le corrige : « D'autres éléments ont conduit à des négligences. Plusieurs projets ont été négligés en raison de la corruption de certaines parties que je ne nommerais pas ».

 

Mercredi 7 décembre, la journée est moins remplie que les précédentes, mais elle n’a pas manqué de populisme pour autant.

Depuis la caserne d’El Aouina, à Tunis, le président s’est réuni avec un nombre de dirigeants les appelant à accélérer les enquêtes en cours dans l’affaire du naufrage de l’embarcation de Zarzis.

Lors de cette rencontre, le président de la République a noté que plusieurs indices montraient de multiples défaillances ainsi que plusieurs détails inhabituels dans les opérations de migration clandestine.

Cela est quand même étrange que le président ne se rappelle qu’en cette période électorale du drame de Zarzis, alors que celui-ci traîne depuis des mois et a fait la une des médias pendant des semaines.

La colère des habitants a été accueillie, rappelons-le, par le dédain du gouverneur de la région et la répression policière.

 

La semaine aurait pu se poursuivre avec d’autres visites de terrain du président, mais il a dû se déplacer à Riyadh pour participer au sommet sino-arabe. Parions qu’il se rattrapera à son retour.

Ces visites feront-elles remonter pour autant le taux de participation aux législatives ? Vu l’interdiction stricte de publier un quelconque sondage en cette période, il n’y a aucun indice permettant de savoir si la campagne présidentielle a eu de l’effet ou pas sur les électeurs.

Ce qu’on peut dire, d’ores et déjà, c’est que ces législatives ne figurent quasiment pas sur les unes des médias, à l’exception des médias publics, entre les mains du régime.

09/12/2022 | 12:45
10 min
Suivez-nous
Commentaires
Frezz
Kais le looser
a posté le 13-12-2022 à 04:18
Même tout seul comme candidat il a peur de perdre les élections.
takilas
Cette inculte nahdha prend les gens pour des idiots.
a posté le 12-12-2022 à 15:15
La secte de nahdha et leurs léches-bottes pensent que les finances l'état sont devenues leurs proprites privées
Et qu'ils peuvent les saisir et les prendre en leur compte personnel en étant au pouvoir, comme si d'être au pouvoir est une récompense pour se permettre, gratuitement, de devenir des nababs et avoir tout et cea pareil à des mercenaires (dans un temps pourtant révolu) qui ont intercepté soit des convois ou des navires et subtiliser tout ce qu'ils possèdent.
C'est comme cela que pense la secte de nahdha, composée d'incultes et d'incompétents, et ce en venant, en intrus, de Londres au cours de l'année 2011 croyant que la Tunisie est devenue leur propriété privée et qu'ils peuvent agir à leur guise et s'en servir des gens, influençables, pour la cause des législatives destinées à ghanouchi en vue d'accomplir leur plan diabolique préconisé lors de leur sinécure à Londres entre 2006 et 2011.
Comment voulez-vous qu'ils apprécient les réactions spontanées du peuple tunisien? Et ne pas exprimer leur mécontentement, (après tout ce quil ont obtenu comme privilèges et faveurs), vers le sauveur leur bourreau qui leur a ôté le sang pourri, comme on dit dans le jargon tunisien.
Djodjo
@taquilas
a posté le à 14:19
Nahda n'a plus les moyens de prendre les gens pour des idiots depuis longtemps et toi, ça fait longtemps que t'es idiots, du coup c'est kais qui prend le relais.

C'est parce qu'il y'a des cons profond dans ton genre que des fourbes-médiocres comme kais par ex peuvent prétendre au pouvoir dans ce pays.
takilas
Que les lechesbottes de nahdha comprennent
a posté le 11-12-2022 à 21:45
Que nahdha composée de régionalistes, de prifiteurs et de chauvins n'a plu raison d'être en Tunisie , etbque'e doit être dissoute pour la bonne cause de la Tunisie d'autant plus son essai de gouverner pendant dix ans, à été incroyablement catastrophique pour le peuple tunisiens.
Yezzi intaha bâa ourawah. Tiirkhiwna bil ârbi.
Frezz
@taquilas
a posté le à 01:24
Quel est le rapport entre l'article et nahda ?
FALLAG
Le coup le plus complexe du monde est le nôtre ?
a posté le 11-12-2022 à 19:59
Le coup le plus complexe du monde est le nôtre !

Tentative de putsch en Turquie :
8000 soldats actifs
35 avions de chasse
37 hélicoptères
74 réservoirs
247 véhicules blindés
Soutien médiatique des '?tats-Unis
Soutien gouvernemental présumé des '?tats-Unis et de l'Allemagne

Tentative de putsch en Tunisie :
50 personnes réparties dans quelques gouvernorats, beaucoup d'entre eux à la retraite et certains malades mentaux

1 Assistent en droits constitutionnels
3 généraux d´El3askar (des momies )
4 Soldats lourdement armés devant l´ARP
2 Tanks
et beaucoup d'argent pour les flics et el3askar
srâce au soutien des médias USA et soutien de l'Eat francais et des USA.

Mais celle de la Turquie a été contrecarrée et le notre a abouti!
Sob7ènè Rabbi !


Ai-je oublié quelque chose ?

Moha
c'était plutôt un coup libérateur d'une classe politique nulle et corrompue.
a posté le 10-12-2022 à 06:10
Ce n'était pas un coup d'état, c'était plutôt un coup libérateur d'une classe politique nulle et corrompue.

Je vais voter aussi, et nous serons des millions à aller voter,

Djodjo
@moha, va voter et pleure pas s'il n'y a pas de lait pour tes enfants.
a posté le à 12:39
Libérateur, loooooool, il nous a libéré de rien du tout, quand je vous dit qu'ils sont cons les fans de la dictatour.

Nahda était déjà fini quand le dictatour en a profité pour prendre TOUT les pouvoirs.

Nahda nous a volé notre révolution, kais nous a volé notre démocratie.

takilas
Celui que tu accuses dictateur n'est autre vautre qu'un patriote que la Tunisie n'a pas connu de pareil durant des siècles
a posté le à 20:25
Kais Saied a sauvé la Tunisie des griffes d'un clan colonisateur et imposteur appelé nahdha qui été formé par un sadique et un traître nommé kherriji
(conu sous le nom de ghanouchi par référence à son village de ghannouch) pourtant inculte et n'ayant jamais été à l'école ou qu'il a été un politologue ou quoique que soit; soit un cas psychiatrique et un dérangé mental dangereux.
Cependant et malgré les diverses remises à l'ordre de ce récidiviste suite à ses crimes et ses délits de criminel, pour être en fin de compte chargé (puisque criminel) par un bande de contrebandiers étrangers qui aspiraient à la conquête du pétrole libyen et d'utiliser ce traître une fois au pouvoir (par la corruption et l'argent) en Tunisie, et ainsi sera chargé de baliser et faciliter le chemin vers la Libye.
Djodjo
@tasuilas, il a 1 seul neurone et ce neurone est saturé de nahda
a posté le à 01:39
Nahda était déjà foutu lors du putch de kais et c'était la volonté du peuple. Il ne nous a sauvé de rien du tout, il a juste profité de la situation et il a sauvé nahda d'un lynchage.

Mon ami, ton cas relève de la psychiatrie, tu es se que l'on appel un individu mono-obsessionnel, du coup tu ne vois pas que t'es enfants n'ont pas de lait à table et plus grave, tu ne vois même pas qui est à l'origine de cette difficulté.

Nahda est mort, ça fait 18 mois qu'il n'existe plus, la question c'est demain, est-ce que l'on continue avec un homme fourbe, traître, malhonnête, incompétent, inculte, ridicule, égoïste, bête, hypocrite et mégalomane au risque de couler tous le monde? Ou l'on passe à autre chose ?
Djodjo
Aux ploucs, idiots utiles de la dictatour
a posté le 10-12-2022 à 00:35
Honte à tous les supporters de la dictature, les houcinou poète raté et intellect sans envergure, a taquilas l'homme au QI négatif et l'autre gardons un minimum « d'honnêteté », c'est à cause de debile profond dans votre genre que ce pays est à la traine, tous ça parce ces messieurs ont peur que le passé refasse surface, honte à vous de sacrifier l'avenir d'un pays juste pour panser vos peurs, vous êtes des laches.

Pour info, le Maroc s'en sort très bien depuis la chute du pjd, faut dire qu'il non pas eu de kais eux et les islamistes ne reviendront jamais, ici pas sur.

Ce sont surtout des ploucs qui compose une partie du peuple qu'il faudrait solutionner (une meilleurs éducations peut-être ?, moins de cette religion qui nous prédispose à la soumission peut-être aussi, je ne sais pas mais c'est eux le problème et il faut faire qq choses, on en sortira jamais sinon).

LE CURIEUX
HYPOCRISIE...
a posté le 09-12-2022 à 21:07
Depuis le coup d'état de juillet 2021, Saied a confisqué tous les pouvoirs.
Il a les mains Libres...
Il n'a qu'à lancer une campagne de recrutement boire offre d'emplois sur dossier et ainsi choisir à volonté ses députés.
Mais qui l'empêche d'initier cette démarche, il lui suffit de signer un vulgaire décret à la sauvette, de préférence vers minuit !!!
Cette démarche est plus claire, la plus honnête et la moins coûteuse en dépenses.
Cette option a aussi le mérite d'en finir avec un karakouz interminable.
Le pays débordé par les problème et ruiné, le pouvoir doit assumer ses responsabilités car le climat socioéconomique est au bord de l'explosion.
Au lieu de retarder l'échéance, celle de son échec, Saied doit rendre les comptes au plus vite car toute chose a sa fin.
'Gardons un minimum d'honnêteté!
Je vais voter et je suis très fier de le faire!
a posté le 09-12-2022 à 16:45
Je vais voter et je suis très fier de le faire!

c'est un problème d'optimisation socio-politique/-économique et nous n'avons pas de meilleure alternative que d'aller voter...
-->
Je ne veux plus revoir les mêmes politiciens de la dernière décennie de nouveau au pouvoir. Ils ont ruiné la Tunisie socio-économique et ils ne relâchent pas/plus.

Respectez mon choix, comme je respecte le votre....


Djodjo
@gardons un minimum de dignité
a posté le à 00:00
Voilà, c'est cause d'imbecile de ce genre que l'on est à la traine. Un vrai plouc sans dignité.

Avec des cons pareils, tu m'étonnes que le peuple de Tunisie passe sont temps à se faire manipuler.
Anti-lahassas
Bonne chance
a posté le à 20:40
Personne ne vous empêche de participer à la mascarade. Je suis surpris qu'un arriviste de votre espèce ne s'est pas porté candidat.

Les registres électoraux permettront le temps venu d'identifier les traîtres de la nation. Alors, si vous cautionnez le putch, de grâce allez mascarader le 17, en vous remerciant.
Yacine
Respect?
a posté le à 19:51
En allant voter, vous validez le coup d'etat. Comment demander qu'on respecte votre choix alors que vous n'avez pas respecté le nôtre?

Il y avait un parlement élu démocratiquement. C'est le seul parlement qui me représente et qui mérite le respect. Le cirque de KS ne m'intéresse pas.

Allez voter. C'est votre choix, mais ne parlez pas de respect de choix. Le respect, vous ne le méritez pas, car vous n'avez pas respecté nos choix.
takilas
Les propos d'un nationaliste qui pense à la relance du développement économique de La Tunisie
a posté le à 19:18
Et ce après les dix catastrophiques de nahdha qui a massacre la Tunisie, et le plus probablement volontairement sous les ordres de tierces personnes qui les ont pris en charge à Londres entre 2006 et 2011, pour subir un lavage de cerveau et en vue de s'en servir d'eux, une fois au pouvoir en Tunisie ( lors du caricatural printemps arabe avéré favorable seulement à cette secte nahdha pour devenir des milliardaires), et puis de faciliter et baliser le passage vers le pétrole libyen que ces présumés tierces personnes ont planifié sa saisie.
BORHAN
BOULARD OU...!
a posté le 09-12-2022 à 15:06
Entre le boulard et le dictateur, je choisis le Messie.
Malheureusement, le Messie n'a pas encore débarqué.
Apparemment, l'attente serait longue et la populace ne sait plus à quel Saint se fier.
C'est mon intuition...
takilas
Et nahdha dopé pour la destruction
a posté le 09-12-2022 à 14:37
Entre quelqu'un qui travaille et qui pense à l'intérêt du pays, et d'autres qui détruisent, la différence est nette et sans bavure,
Cette nahdha devient non seulement une secte d'antinationalistes , mais de traitres connus par tout le monde.
Majmouât kharab wa moukharribine.
Qui veulent arnaquer et escroquer davantage le peuple tunisien.
Kamcha kallaba wa moujrmine ma chabôuche.
TRE
Questions de ma grand mére ..
a posté le 09-12-2022 à 14:33
Pauvres vendeurs, ils ne vendront pas grand chose aujourd'hui ! Que font les flics et les putschistes au Bled El3arbi ?

Cherchez-ils un nouveau gros trou menant jusqu´à l´Ambassade de France?
Be zen
En préambule . . .
a posté le 09-12-2022 à 13:40
Je n'ai pas encore lu la chronique.
J'observe néanmoins avec stupéfaction et effroi que l'article n'est pas signé.
Ce terrible constat me fait penser aux années Ben Ali. Les journalistes n'étaient pas libres, la parole était bâillonnée et le chuchotement de rigueur.
Depuis 2011, nous n'avons RIEN gagné à cette foutue "révolution", SAUF peut-être un semblant de liberté de parole et de mouvement.
Et voilà que même ce petit acquis est désormais perdu et abandonné.
Même les islamistes n'ont pas osé s'attaquer à ce précieux acquis !
A pleurer . . .
GZ
@Be zen
a posté le à 20:21
Bonjour Be zen.
Je crains bien que ce ne soit pas le premier article non signé. Je constate aussi, sauf erreur, que R.B.H. s'est mis au vert. Je peux me tromper et je le préférerais nettement.
Le ciel est bas.
Certains textes de loi ratissent bien large.
Bien à vous.
Be zen
GZ
a posté le à 13:25
"Je constate aussi, sauf erreur, que R.B.H. s'est mis au vert.", dites-vous.
C'est peut-être lui, l'auteur de la chronique.
En arriver là, c'est VRAIMENT TRISTE et LAMENTABLE.
Tout le monde doit se dresser pour défendre le droit à la parole libre et soutenir mordicus les journalistes, les artistes et les créateurs.
Amicalement.
Guide de tourisme
@Be zen
a posté le à 15:35
Bien vu !
Houcine
Je voterai.
a posté le 09-12-2022 à 13:34
D'abord, parce qu'il s'agit d'un devoir civique de citoyen.
Secundo, la politique de la chaise vide, du boycott sont procédés de peu d'intérêt.
Dès lors, se fendre d'un texte longuet, répétitif et au bout du compte complaisant pour la cause que l'on défend participe de cette habileté attendue que tout lecteur assidu et attentif attendait.
Alors, nous vous remercions de nous abandonner à notre "sort" de gens peu intelligents.
Parce qu'informer devient un exercice de censure ou de parti-pris, ceux qui le pratiquent se rendent responsables malgré eux de choix faits par d'autres.
Bonne suite.
Vive l'information responsable !
Djodjo
Tiens revoilà houcinou
a posté le à 00:09
Tu m'étonnes que tu vas aller voter et sûrement pour la dictatour, pitié épargne nous tes poèmes long comme la misère, remplie de bla-bla-bla pour te donner un semblant d'intellect, texte dont le seul intérêt est d'être soporifique, amis insomniaques, vous pouvez lire houcinou, les autres épargnez vous cette corvée, vous risquez d'avoir mal aux yeux.

En attendant, c'est à cause de lèches babouches de ton espèces que l'on coule.

La plaie de la Tunisie, ce sont les intellos à deux balles dans ton genres.
Un vrai patriote
@Housni
a posté le à 15:41
Le seul avantage de la mascarade électorale est qu'elle nous permettra d'avoir des statistiques précises sur le nombre des la7assa et t... en Tunisie.