alexametrics
samedi 27 février 2021
Heure de Tunis : 19:49
Dernières news
Hôtel du Lac, et si on inversait aussi la tendance à la destruction ?
18/01/2021 | 18:44
5 min
Hôtel du Lac, et si on inversait aussi la tendance à la destruction ?

 

Il trône fièrement au centre de la capitale, cet édifice à l’allure atypique est l’un des monuments les plus célèbres de Tunis. L’hôtel du Lac a été construit entre 1970 et 1973 par l’architecte italien Raffaele Contigiani, dans un style brutaliste pile dans l’air de l’époque. Le bâtiment, en forme de pyramide inversée, est venu apporter un souffle de modernité dans un paysage architectural alors très marqué par l’histoire.

 

Fermé depuis plus de vingt ans, cet hôtel qui figurait même sur les cartes postales tunisiennes, est aujourd’hui en ruines et menacé de démolition. De nombreux appels ont été lancés pour que ce monument qui fait désormais partie de la mémoire collective soit épargné. Des appels qui trouvent écho grâce au travail d’artistes et d’associations déterminés à contribuer à la prise de conscience autour de la richesse architecturale de Tunis et du centre-ville en particulier.

 

C’est donc autour de ce thème que se tient depuis le 18 décembre dernier l’exposition « Tunis Centre-Ville x Patrimoini » qui réunit plus d’une vingtaine d’artistes engagés à défendre le patrimoine urbain de la capitale.

 

 

L’exposition, attendue depuis plusieurs mois, est le fruit d’une collaboration entre Central Tunis, le Goethe Institut Tunis et l’association «Edifices & Mémoires».

 

 

Il s’agit aussi de la deuxième édition de « Patrimoini », initiative d’ «Edifices & Mémoires » qui consiste à créer des événements culturels et des séminaires scientifiques autour de certains bâtiments en péril. L’initiative de Central Tunis, s’inscrivant dans la même ligne de l’association a été une occasion de conduire conjointement ce projet.

 

Béchir Riahi, architecte et membre cofondateur d’Edifices & Mémoires, nous a expliqué qu’à travers de tels évènements, l’association œuvre à sauver des bâtiments, qui ont une valeur aussi bien architecturale mais aussi sentimentale pour les Tunisiens et qui portent la mémoire du pays.

« Nous travaillons, en collaborant notamment avec le ministère de la Culture et l’institut national du patrimoine, à protéger ces bâtiments mais aussi à obtenir leur classification qui est une protection définitive de ce patrimoine national. Cet événement a aussi pour but de convaincre les nouveaux propriétaires de l’hôtel du Lac de sa symbolique et de son importance afin qu’il soit préservé ou, mieux encore, restauré. Nous pourrons même envisager de faire de l’hôtel du Lac un cas d’école servant de jurisprudence pour les bâtiments privés menacés. La capitale étant menacée par un désastre urbanistique, le but est de pousser l’Etat à appliquer les lois en vigueur et à en émettre d’autres pour préserver le patrimoine tunisois » nous a-t-il confié.

 

La question de la préservation du patrimoine urbain de la capitale fera d’ailleurs l’objet de nombreux autres évènements connexes, l’association compte notamment organiser un débat ouvert au grand public à travers un « parlement urbain » installé, pour l’occasion, à la place d’Afrique.

 

« Cet événement animé par des urbanistes, des architectes et des chercheurs est destiné à débattre de certaines questions visant à mettre en lumière les objectifs à atteindre par l’association et les prioriser. Nous organiserons aussi un débat autour de l’iconographie urbaine qui va déterminer le paysage urbain de la ville et ses composantes. Nous visons une prise de conscience de l’importance des édifices contemporains de la ville étayée de visites guidées du centre-ville de Tunis en vue de lire et de déchiffrer la ville sur le plan architectural pour en saisir l’évolution et les mutations. Cet événement vise aussi le développement des activités touristiques de la ville de Tunis jusque-là confinées à la médina » a souligné Béchir Riahi, rappelant que ces actions tentent d’attirer l’attention des acteurs privés et publics concernés et du grand public pour comprendre le caractère de la ville et son architecture mais surtout pour en saisir tous les sens.

 

 

« Tunis Centre-Ville x Patrimoini » est donc une immersion au cœur de la capitale à travers de nombreuses œuvres dont celles du photographe-urbexer, Mourad Ben Cheikh Ahmed alias « Lost in Tunis », qui capture au gré de ses explorations les endroits les plus improbables et, grâce à son objectif, les plus beaux de la ville, pour la plupart complètement méconnus du grand public. C’est aussi ce même artiste qui expose pour l’évènement des photos inédites de l’intérieur de l’hôtel du Lac qui sauront contenter la curiosité d’un public qui, au fond, ne sait pas grand-chose du monument.

 

 

Le caricaturiste « Z » s’est aussi livré à l’exercice dans une série de tableaux où l’artiste a laissé libre cours à son trait de crayon caustique pour livrer quelques projets de « réhabilitation » de l’hôtel du Lac. Neuf tableaux au total où le flamand rose ne manque pas de placer la cause dans son contexte avec l’humour au vitriol qu’on lui connaît.

 



Myriam Ben Zineb

18/01/2021 | 18:44
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Borhéne
L'Etat n'a pas d'$
a posté le 26-01-2021 à 13:04
Rached El Ghanouchi peut l'acheter mais l'l'?tat n'a pas d'argent. Vous pouvez crier sur tous les toits pour sauver ceci ou cela, mais le faite est que l'l'?tat n'a pas d'argent.
abouali
Un reflet dans le miroir !
a posté le 19-01-2021 à 11:55
C'est à l'image de ce qui se passe chez nous : on détruit, on ne construit plus !
Pseudo
Lieu ?
a posté le 19-01-2021 à 10:44
Article intéressant, mais qui ne précise pas où se trouve l'exposition ni jusqu'à quand ...
@DHEJ
@DHEJ
a posté le 19-01-2021 à 00:03
Malheureusement, en ce moment, avec le covid, les hôtels perdent de l'argent.
Les mosquées semblent donc être plus rentable.
DHEJ
La Tunisie entre les hôtels et les mosquées !
a posté le 18-01-2021 à 20:37
Lequel des deux investissements est le plus rentable ?