alexametrics
vendredi 22 octobre 2021
Heure de Tunis : 17:34
BN TV
Haykel Mekki : Nous avons confiance en Kaïs Saïed !
23/09/2021 | 10:21
4 min
Haykel Mekki : Nous avons confiance en Kaïs Saïed !

 

Le député du mouvement Echaâb, Haykel Mekki, a rappelé que son parti considérait que c’en était fini de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) depuis l’annonce des mesures exceptionnelles du 25 juillet 2021.

Lors de son passage sur les ondes de la radio Express FM, le 23 septembre 2021, Haykel Mekki a estimé que les efforts doivent se concentrer sur la mise en place d’un nouveau parlement. « Il n’y a pas de démocratie sans parlement », a-t-il dit.

Au sujet des mesures annoncées par le président de la République à la date du 22 septembre 2021, Haykel Mekki a considéré que celles-ci représentaient le début de l’instauration de l’Etat du peuple.

« Le 25 juillet est un moment historique... Ce n’est pas une simple affaire de procédures, de lois et de Constitution… Il s’agit d’un problème encore plus profond. L’Etat était en train de se disloquer. L’endettement menaçait la souveraineté nationale. Le peuple avait été affamé et humilié par la classe politique et le mouvement Ennahdha. Le peuple n’arrivait plus à voir le bout du tunnel… L’éducation et la santé s’étaient écroulées… Il n’y a pas lieu d’avoir des regrets car on était dans une démocratie de façade… Le changement aura lieu puisqu’il y a une véritable volonté de répondre aux attentes du peuple et de lutter contre la spéculation », a-t-il déclaré.

Le député a, également, expliqué que son parti soutient les mesures annoncées par le président et non-pas sa personne. Il a affirmé que Kaïs Saïed croit en l’Etat social. Il a expliqué que le soutien au président de la République résulte de l’accord sur les orientations générales.

 

 

 

Par la suite, Haykel Mekki a appelé le président de la République à concentrer les efforts sur la situation économique. Il doit, aussi, aller vers la réforme du système éducatif. « Nous avons, au sein du parti, élaboré un projet à ce sujet et nous sommes prêts à le présenter au président de la République… Kaïs Saïed compte, également, présenter un projet de réforme du système éducatif », a-t-il précisé.

Le député a souligné l’importance de la création de la richesse et des emplois. Ceci, selon la même déclaration, est tributaire du changement du mode de développement actuel basé sur l’économie de rente et la contrebande. « Il s’agit d’un véritable chantier ! », s’est-il exclamé.

Au sujet du système sanitaire, le député a affirmé que 6 millions de Tunisiens n’ont pas accès à un établissement hospitalo-universitaire. Il a considéré que ceci est synonyme de chaos et d’absence de réalisations et de résultats.

« Nous devons saisir l’occasion qui s’est présentée devant nous ! Nous devons en faire la date du début de la grande relance économique de la Tunisie… Notre position géographique à elle seul peut créer de la richesse ! L’intelligence des Tunisiens est reconnue par le monde entier ! », a-t-il déclaré.

Haykel Mekki a considéré que l’Etat continue d’exister et que le parlement a été tacitement dissous. Le pouvoir législatif a été transféré au président de la République qui l’exerce sous la forme de décrets.

« Nous appelons le président de la République à ne pas maintenir longtemps la situation exceptionnelle…  D’un point de vue technique, le président ne peut pas définir une date à ce sujet. Le changement du système électoral et du régime politique ne peut pas avoir lieu en moins de six mois… Je pense que le président va s’ouvrir sur les puissances patriotiques qui se sont démarquées après l’annonce des mesures exceptionnelles », a-t-il estimé.

 

Par ailleurs, Haykel Mekki a affirmé que le transfert du pouvoir législatif au président de la République a toujours lieu en temps de mesures exceptionnelles et que l’annonce du 22 septembre 2021 ne signifie pas le passage à un régime présidentiel.

Le député a considéré que le parti Attayar exprime ses craintes de façon excessive mais qu’il fait partie des puissances patriotiques qui se sont démarquées suite à l’annonce du 25 juillet 2021.

« Le mouvement Echaâb n’est pas concerné par les prochaines nominations. Notre soutien résulte de l’inquiétude concernant la souveraineté nationale… La Tunisie s’est presque effondrée… J’appelle le peuple et l’élite à ne pas se limiter à un débat sur les procédures… Nous sommes face à l’instauration d’un nouvel Etat et d’un nouveau modèle du citoyen tunisien », a-t-il expliqué.

Enfin, Haykel Mekki a estimé que le prochain chef du gouvernement ne doit pas obligatoirement être un économiste. La personne désignée doit avoir une vision et une approche à moyen et long terme. « Nous avons confiance en Kaïs Saïed », a-t-il affirmé.

 

 

 S.G

23/09/2021 | 10:21
4 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Ce comique a 15 sur 217 députés au parlement ARP. Il est le seul à s'aligner avec Mbarka Brahmi du parti Al Tayyar Al Chaâbi, qui ne possède aucun député au parlement, pour soutenir le putsch du président Kaïs Saïed, contre la transition démocratique de la Tunisie.
a posté le 23-09-2021 à 18:53
C'est ça et c'est cela le grand malheur de la Tunisie et des Tunisiens!!!
Ces profiteurs démunis de tout honneur et de toute pudeur, qui vendent leurs propres mamans, pour un bol de Lablabi. Ce sont eux qui font le malheur de la Tunisie et qui détruisent l'avenir de nos futures générations.
Il faut apprendre à reconnaître les vrais ennemis de la deuxième République tunisienne démocratique arabe et musulmane, de régime parlementaire.
Je dois féliciter le parti d'Ennahdha, pour ce putsch du 25 juillet dernier. Il a dénudé tous les menteurs, tous les manipulateurs et tous les intrigants.
Sobhanallah!!!
Tous ceux qui ont creusé pour que le parti d'Ennahdha tombe, sont eux-mêmes tombés avant lui.
Allahou Akbar.
Mansour Lahyani
Malgré tout ?
a posté le 23-09-2021 à 15:42
Alors, ça s'appelle de l'amour vache, et de la persistance dans la voie du Mal...
Ou, encore, "cocus, et contents" !
Tunisino
Haykel Mekki
a posté le 23-09-2021 à 14:08
Haykel Mekki aura bientôt le même sort que Samia Abbou, les politiciens sont des jetables pour l'utopique Saied.
Forza
Mr. Birmil - Qawmajiya lèches-bottes des dictateurs
a posté le 23-09-2021 à 12:19
Ils sont partout des lèches-bottes, en Egypte, Syrie ou Irak, partout la même chose.
BOUSS KHOUK
BIEN SUR , NOUS AVONS CONFIANCE A KAISSOUN
a posté le 23-09-2021 à 11:36
il leur a retiré le tapis d'en dessous les pieds LEURS FONDS DE COMMERCE ! TKHALKHIL ; ikhalkhil zrousshoum touts ces affamés depuis 2011 , du vendeur de beignets marchands ambulants de légumes DEVENUES PDG , DE PUTES , et j'en passe ------------------ à nettoyer de toute cette racaille CHACUN PREND SA VRAIE PLACE .
Nephentes
Panurge le Visionnaire
a posté le 23-09-2021 à 10:43
L'expression « mouton de Panurge » désigne un suiveur : une personne qui imite sans se poser de questions, qui suit instinctivement ce que fait le plus grand nombre

et se fond dans un mouvement collectif sans exercer son esprit critique ni seulement faire preuve de l'intelligence qu'on peut espérer d'un être humain.

Panurge est un escroc d'apparence respectable mais particulierement retors en realite

il veut acheter un troupeau de mouton embarques sur un navire ; mais il n'en a pas les moyens.

Il decide d'en acheter un et de se jeter aussitot a l'eau avec la bestiole ; tout le troupeau suit et parvient a la rive.

Toute ressemblance avec des faits averes et actuels est fruit de votre imagination
AB1
Exactement!
a posté le à 11:33
c'est un méchant extrêmement "rusé", libertin et lâche.