alexametrics
Dernières news

Habib Jamli : le nombre des ministères sera réduit

Temps de lecture : 1 min
Habib Jamli : le nombre des ministères sera réduit

 

 

Le candidat proposé par le mouvement Ennahdha pour la présidence du gouvernement, Habib Jamli, a indiqué dans une interview accordée, ce dimanche 17 novembre 2019, au quotidien Al Maghreb, que l’orientation va vers la réduction du nombre des ministères et l’éventualité de créer des pôles ministériels pour les secteurs homogènes. Dans cette mission, Habib Jomli souligne qu’il reste ouvert à tous les partis politiques sans exclusion ainsi qu’aux organisations nationales et à la société civile.

 « Les priorités du prochain gouvernement doivent répondre aux attentes des Tunisiens. Les défis économiques et sociaux sont les principales préoccupations des Tunisiens. Il faut parvenir à des solutions pour lutter contre la pauvreté et la hausse des prix. Il ne faut tout de même pas négliger l’aspect sécuritaire qui nécessite une grande vigilance pour faire face aux dangers du terrorisme », assure-t-il.

 

Revenant sur les critères de sélection des membres du prochain gouvernement, Habib Jamli a indiqué, d’abord, qu’il a exigé du mouvement Ennahdha la liberté totale pour la formation de son équipe. « Les deux critères de base seront la compétence et l’intégrité indépendamment de l’appartenance politique. Le prochain gouvernement sera composé d’un bon nombre de technocrates, mais aussi de politiciens reconnus pour leur compétence et leur intégrité » souligne Jamli.

 

Le candidat d'Ennahdha à la primature a indiqué, également, que le programme gouvernemental élaboré par le parti islamiste est un projet non encore finalisé. Il servira, selon lui, de point de départ pour le dialogue avec tous les acteurs de la scène nationale afin de l’enrichir et aboutir à un programme global qui reflète la vision des partis.

 

S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

DHEJ
| 18-11-2019 09:31
Encore celui de structures institutionnelles avec tous les problèmes de RDM et FLUIDTE!

Le COMMANDANT- INSTRUCTEUR JOMLI dispose déjà d'un TABLEAU DE BORD!!!




Ferjani
| 17-11-2019 18:22
Alour mon frire ta passi li baqualoréa, bravou i failissitassion missiou li bremier ministe.

A cvdfsa
| 17-11-2019 18:18
A cvdfsa vous dites diminuer les salaires et donner ces salaires pour créer des entreprises.. Quel génie de votre part.. Peut-être tu n'es pas fonctionnaire.. Je suis fonctionnaire et on arrive à peine de combler nos déficits.. N'importe quoi

Abir
| 17-11-2019 18:04
Premièrement, ça ne sert à rien de chercher des compétent chez Ennahda,elle en a pas, la preuve ça fait huit ans quelle gouverne,résulta nuuuuul !

cvdfsa
| 17-11-2019 17:33
Les composantes des programmes proposés par tous les partis politiques se ressemblent et comprennent des propositions et des idées vagues, générales et surtout irréalisables dans les conditions économiques et financières actuelles de la Tunisie. La lutte contre la pauvreté et la marginalisation des zones rurales pauvres a été effectuée par le gouvernement de Ben Ali grâce au programme 26/26 et 21/21 grâce à une mobilisation générale qui a permis la contribution d'une grande partie des hommes d'affaires tunisiens au financement de ce programme. La desserte en eau potable, en électricité et en routes a touché plusieurs zones rurales de la Tunisie. Les organismes financiers étrangers ont aussi financé des projets dans les zones rurales qui ont permis d'améliorer le niveau de vie dans ces Zones. Le gouvernement de Ben Ali a assez d'argents pour investir dans des projets. Le gouvernement actuel ne dispose plus de ces conditions. Il est en train d'emprunter de l'argent pour payer les salaires des fonctionnaires et augmenter le budget des ministères de la défense nationale et de l'intérieur pour lutter contre le terrorisme et la contrebande. Pour pouvoir réaliser la relance économique, il fallait réduire de moitié le budget de fonctionnement de tous les ministères dont les salaires et mettre cet argent économisé à la disposition des personnes qui veulent créer des petites entreprises tout en les encadrant et les suivant dans la mise en oeuvre de leur projet. Les personnes qui ont été malencontreusement embauché dans ces ministères par le gouvernement de la troika auront la priorité pour créer ces petites entreprises. Ils contribueront ainsi à l'augmentation du PIB de leur pays et ne seront plus de parasites qui sont en train d'être payé par le contribuable sans aucune production. Par ailleurs, plusieurs de ces personnes qui étaient recrutés dans les institutions publiques au temps de la troika avaient leurs propres petites entreprises avant la révolution. Après leur recrutement en 2011 et 2012 ils ont gardée leurs petites entreprises gérés par leur proche tout en bénéficiant du salaire qu'ils sont en train de toucher dans la fonction publique.
Une autre condition pour améliorer l'économie du pays, c'est de juger les gens qui ont contribué au terrorisme en Tunisie pour assainir le climat politique et servir d'exemple à toute personne qui a des idées terroristes. Ceci permettra de lutter contre le radicalisme religieux et créer un climat et un environnement propice pour l'investissement étranger et national en Tunisie.
Enfin, le nouveau gouvernement devrait lutter contre la contrebande et l'économie parallèle non structuré en faisant appel à l'UGTT et l'UTICA.Ceci permettra de sauver les entreprises nationales déficitaires et fera rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat non pas pour payer des fonctionnaires mais pour créer de nouveaux investissements rentables.

Ok
| 17-11-2019 15:52
Un gouvernement réduit :ce sera 50 ministres et secrétaires d'état + autant au gouvernement+autant a la presidence ( consrillrrs avec rang de mikistre ou secretaire d'etat sans compter douzd abderrahom, levgouvrrneur de Tunis etc qui sont déjà loti du titre de secrétaire d'Etat +les organisations constitutionnelles et autres sui coûtent aux contribuables les yeux de la tete

!!!
| 17-11-2019 14:17
Wait and see
'?a sera 50 ministres

Ammar
| 17-11-2019 13:48
Le nombre réduit de ministres est un bon signe de démarrage et des réflexions dans le bon sens.
ça ne sert à rien de prévoir une armada de ministres qui de faible productivité.
Aussi, il est inutile de cumuler les subordonnées organiquement liés aux ministres tels que les secrétaires d'états - ceci n'augmente que les distorsions au sein du même groupe de travail.
-

veritas
| 17-11-2019 13:39
http://www.tunisiefocus.com/culture/session-speciale-du-baccalaureat-pour-tarek-dhiab-et-habib-jemli-218375/

A lire aussi

La compagnie aérienne nationale précise aussi que les nominations obéissent au principe de

10/12/2019 11:18
0

Lever de la séance plénière de l'ARP pour absence de

10/12/2019 11:08
1

L’indice des prix de l'immobilier s’est accru au 3ème trimestre 2019, selon les chiffres publiés

10/12/2019 10:21
0

Pour bénéficier de cette prime, les agents sur terrain sont chargés de mener les enquêtes à terme,

10/12/2019 10:16
3

Newsletter