alexametrics
Dernières news

Ghannouchi : Chahed aurait dû attendre avant de renoncer à sa nationalité française

 

Réagissant à la décision du chef du gouvernement, Youssef Chahed, de se défaire de sa nationalité française, le président du mouvement islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, a estimé que Chahed aurait dû surseoir avant d’entreprendre cette démarche.

 

« Il aurait dû attendre jusqu’à ce qu’il remporte la prochaine élection présidentielle pour qu’il puisse ensuite renoncer à sa seconde nationalité », a-t-il indiqué dans une déclaration accordée à l’agence Tap ce mercredi 21 août 2019.

M. Ghannouchi a également indiqué que la loi en Tunisie n'exige pas du chef du gouvernement (ou tout candidat) de se défaire de sa seconde nationalité lorsqu’il se présente à la présidentielle.

 

Rappelons qu'on apprenait hier, à la surprise générale, que le chef du gouvernement détenait la nationalité française et qu'il venait d'y renoncer. Une information qui a été tue, depuis 3 ans, même auprès de ses plus proches collaborateurs.

 

E.B.A.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

aghadenalqaak@gmail.com
| 22-08-2019 16:51
En plus de la nationalité britannique, française, et autres, tous les nahdhaouis islamo-fascistes, avec en premier Rached Ghannouchi Khriji, ont la nationalité turque, gracieuseté de leur ami le dictateur Erdogan.

Citoyen_H
| 22-08-2019 13:33
largué par Y.Chahed dérange.
Il a généré un nuage toxique au dessus de tous les "pantins" bi, tri-nationaux ayant un poids sur la conscience.
Le fait que le chacal rached ali baba ait instantanément réagi à cette futilité, prouve clairement que l'acte spontané de Chahed a perturbé certains imposteurs traitres, bien que ces derniers soit dotés d'une fosse sceptique en guise de conscience.
Ainsi, les experts en récupération se sont retrouvés pleinement piégés dans leur propre piège.



Citoyen_H
| 22-08-2019 12:55
largué par Y.Chahed dérange.
Il a généré un nuage toxique au dessus de tous les "pantins" bi, tri-nationaux ayant un poids sur la conscience.
Le fait que le chacal rached ali baba ait instantanément réagi à cette futilité, prouve clairement que l'acte spontané de Chahed a perturbé certains imposteurs traitres, bien que ces derniers soit dotés d'une fosse sceptique en guise de conscience.
Ainsi, les experts en récupération se sont retrouvés pleinement piégés dans leur propre piège.



Portobello
| 22-08-2019 12:23
Dans mon commentaire précédent, je vous avais proposé de corriger votre texte initial en remplaçant l'expression: "La loi en Tunisie n'interdi pas... " par le terme "La loi en Tunisie n'oblige pas..".

Vous avez maintenant fait la correction en utilisant le verbe "n'éxige pas...". Ce qui est encore meilleur que le verbe obliger.
Cordialement

Aksel
| 22-08-2019 11:56
La loi c'est un torchon avec lequel.on s'essuye le cul.
Des hommes politiques ,tunisiens de circonstance .
Si on ne remporte pas les élections ici on tente sa chance.ailleurs.

lechef
| 22-08-2019 11:38
Ghannouchi compare l'action de se défaire de la double nationalité comme une personne qui démissionne de son emploi avant de trouver un autre plus intéressant .
C'est grave comme raisonnement d'un supposé grand chef d'un parti politique puisqu'on ressent qu'il se réfère à des calculs de gains et de pertes et d'avantages et d'inconvénients .
Non , Monsieur , à très haut niveau et surtout pour les hauts postes dans le gouvernement où les résultats affectent toute une population par l'activité de cette personne , il ne faudrait pas faire ces petits calculs et réfléchir à l'avenir des citoyens .
En fait, un chef de gouvernement pour 3 années consécutives maintient tous les chiffres du pays et à des tableaux de bord bien clairs devant lui, le fait de maintenir et garder sa nationalité française serait un signe inquiétant pour la population.
Pourquoi?
En réalité , la nationalité française qu'on le veuille ou non.est très bénéfique pour son détenteur et présenté d'autres avantages non négligeables , donc le fait de le garder pour un chef de gouvernement - en connaissance exacte de la situation de son pays d'origine - prouve que cette dernière est médiocre et il devrait partir en France.
Sinon, après cette carrière relativement intéressante et importante en Tunisie pour un chef de gouvernement - qui sera à la retraite dans 15 ans maximum - A quoi ça peut servir cette double rationalité ?
Absolument rien car son avenir et celui de sa famille est déjà garanti !!!!
On remarque donc, que Ghannouchi qui connaît par coeur les avantages de la double nationalité et qui a vécu dans des bonnes conditions à L'etranger n'est pas encore confiant de la situation tunisienne , C'est pourquoi qu'il voit que Chahed s'est précipité .
Non, si Ghannouchi vous vous trompez de direction .Nous sommes en Tunisie et tôt ou tard nous le mettrons sur les bons rails !!!!
C'est triste ces politiques surtout ceux qui ont afflué après la révolution en Tunisie !!!!
Jusqu'à aujourd'hui , ils ne cessent pas de comparer , d'énumérer les avantages et de calculer pour leurs comptes !

Citoyen de Tunisie
| 22-08-2019 11:22
Tous ces politicards avec des doubles nationalités pour qu'au cas où, ils se retrouvent loin des frontières.
Pauvre Tunisie qui a troqué un régime présidentielle dictatorial contre un régime sans responsables et plus dictatorial.

khadija
| 22-08-2019 10:46
et j'en passe eux tous ne sont pas prêts à céder leur 2ème nationalité. YC leur inculque une belle leçon

zamharir
| 22-08-2019 10:25
Avant d'être un problème juridique (enfreint-on ou pas la loi) , la possession d'une double nationalité est d'abord un problème patriotique, qui se double d'un problème éthique et d'un problème de responsabilité. Hormis des républiques bananières, ou depuis quelque mois la Georgie, qui a élu présidente une ancienne fonctionnaire du Quai d'Orsay, peu d'Etats qui se respectent nomment des binationaux aux fonctions régaliennes. Le président des Etats-Unis doit être chrétien, né sur le sol américain, et exhiber de la nationalité américaine de son géniteur. On voit mal les présidents de la République française ou italienne afficher une nationalité d'emprunt, quelle qu'elle soit. Les élus de la Nation doivent être exclusivement tunisiens, y compris ceux qui sont censés représenter la communauté tunisienne à l'étranger. Difficile de représenter deux Nations à la fois, sans tomber dans le marécage des conflits d'intérêt. Pour couper court à toute ambiguïté, une loi doit interdire la candidature des binationaux à toutes les fonctions régalienne ou de représentation politique tant aux niveaux national que régional ou local. Or, une enquête sommaire nous indique que quelque 80% des membres de la classe politique élargie de la Tunisienne portent une deuxième nationalité, y compris parmi les "observateurs" patentés de la vie institutionnelle tunisienne, qui outre leur passeport étranger, vivent sur les subsides de leurs sponsors, étrangers eux aussi. Le tissus politique tunisien est un véritable gruyère, qu'il fait vite combler si l'on veut tenir nous mêmes les manettes de l'Etat. Ghannouchi, citoyen britannique, qui aspire à la présidence de l'Assemblée des représentants du peuple, doit, avant les élections législatives, abjurer sa seconde nationalité. Si aucune loi ne l'y oblige en effet, il y va de son honneur et de sa crédibilité. Une nationalité étrangère au perchoir du Bardo, serait aussi voyante que la zbiba qu'il arbore sur son front.

raspoutine
| 22-08-2019 06:50
chahed il nenfreint aucune loi. c'est même un acte d'honneur. jebpense que c'est les lois qu'ils faut changer.

A lire aussi

L’examen des recours concernant les résultats du 1er tour du scrutin présidentiel a été achevé, ce

21/09/2019 21:29
0

L’ancien président de la République, Zine El Abidine Ben Ali, décédé le 19 septembre 2019, a été

21/09/2019 18:10
3

Un problème qui a engendré une sanction par les urnes du système au pouvoir soulignant que Youssef

21/09/2019 16:38
27

Un appel qui a été, visiblement, réfuté catégoriquement par Kaïs Saïed qui a réitéré son engagement

21/09/2019 15:43
30

Newsletter