alexametrics
lundi 27 juin 2022
Heure de Tunis : 21:50
Dernières news
Finances : la France au secours de la Tunisie
03/02/2022 | 11:59
7 min
Finances : la France au secours de la Tunisie

 

Rumeurs, contrevérités, bobards… La ministre des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia est bien remontée par rapport à tout ce qui se raconte, dans les médias et les réseaux sociaux, à propos des finances publiques.

 

A l’origine de la dernière polémique, le retard dans le versement des salaires des fonctionnaires du mois de janvier. D’habitude, les virements ont lieu vers le 19-20 de chaque mois. Pour janvier, il a fallu attendre le 31 janvier pour que les enseignants obtiennent leur salaire.

Pourquoi le retard ? D’après le président de la République, certaines parties occultes œuvrent au blocage pour empoisonner l’existence des Tunisiens. Cette théorie du complot a de quoi alimenter davantage la polémique et diviser les Tunisiens entre ceux qui prennent les propos du président pour de l’argent comptant et ceux qui réfutent ce genre d’allégations simplistes et usées.

 

Où est la vérité ? La ministre ne dit jamais tout et se trouve obligée, à chaque fois, d’être dans la réaction plutôt que dans l’action. Pour les salaires, elle annonce lundi que le retard est lié au week-end. Un retard de dix jours justifié par un week-end de deux jours ? L’excuse prête à rire et Mme Nemsia s’est rendue compte qu’elle ne pouvait pas convaincre. Elle se rattrape mercredi matin chez Myriam Belkadhi, sur Shems FM, en prétextant la situation difficile expliquant que, depuis 2021, le versement des salaires se fait sur une semaine à partir du 22. Dans la soirée, à la télé publique, elle répète de nouveau l’excuse du week-end. Qui croire finalement ? Mme Nemsia du matin ou celle du soir ? Et pourquoi ne pas croire le président et ces parties occultes qui veulent du mal aux Tunisiens ?

 

On ne s’est pas encore remis de la polémique des salaires qu’en voilà une autre. Celle-ci vient du bulletin d’information Africa Intelligence. Un bulletin réputé proche des services de renseignement français. Mercredi matin, celui-ci annonce que Paris envoie son patron du Trésor, Emmanuel Moulin, en mission spéciale à Tunis.

L’information est surréaliste et difficile à croire, tant elle est grave. Qui est M. Moulin et pourquoi le ministère des Finances n’a rien dit à ce sujet ? Emmanuel Moulin est ancien conseiller économique du président français Nicolas Sarkozy (2009-2012) et ancien directeur de cabinet (2017-2020) de Bruno Le Maire, ancien ministre de l’Économie et des Finances sous le gouvernement d’Édouard Philippe. Il porte actuellement une double casquette, celle du directeur général du Trésor français et celle de président du Club de Paris.

Qu’est-ce que le Club de Paris ? Le Club de Paris est un groupe informel de créanciers publics dont le rôle est de trouver des solutions coordonnées et durables aux difficultés de paiement de pays endettés. Les créanciers du Club de Paris leur accordent un allègement de dette pour les aider à rétablir leur situation financière.

La situation tunisienne serait-elle si difficile que la Tunisie est obligée de faire appel au Club de Paris pour restructurer sa dette ? Peut-elle encore payer ses échéances de crédit dont la prochaine est prévue pour fin mars ?

 

Comme d’habitude, Sihem Nemsia est dans la réaction. Il a fallu qu’Africa Intelligence diffuse l’information, que plusieurs médias tunisiens la reprennent et que les réseaux sociaux s’emballent pour qu’elle réponde. Et sa réponse ne convainc point. Pire, elle accentue les inquiétudes.

 

Au journal de 20-heures de la télé publique (face à un journaliste qui ne maitrise pas son sujet et qui n’essaie même pas de la contredire), Mme Nemsia déclare qu’Emmanuel Moulin était en Tunisie avec sa casquette de directeur général du Trésor et non en tant que président du club de Paris. « Il s’agit d’un accompagnement technique du ministère des Finances afin de nous appuyer durant les négociations avec le Fonds monétaire international… Il y a des négociations techniques entre les équipes et nous avons reçu une proposition de création d’une agence du Trésor et d’une agence relative aux entreprises publiques», a-t-elle ajouté.

Nous sommes donc priés de croire sur parole Mme Nemsia quand elle nous dit que le directeur général du Trésor français est là uniquement pour des raisons techniques liées au dossier du FMI !

Force est de rappeler que ce n’est pas la première fois que la Tunisie fait appel au FMI. La Tunisie a suffisamment d’expérience et de compétences pour boucler toute seule son dossier. Plutôt que de faire appel aux Français pour nous assister techniquement, Mme Nemsia aurait pu faire appel aux membres de l’équipe de Youssef Chahed ou de Mehdi Jomâa ou encore son prédécesseur Ali Koôli, qui ont déjà fait ce travail. 

Quand bien même on aurait besoin des Français pour boucler techniquement un dossier de crédit au FMI, il est très difficile de croire que l’on a besoin que le directeur du Trésor français se déplace en personne en Tunisie pour ce faire. Un travail technique est réalisé par des techniciens et non par le directeur général. Il peut être réalisé à distance, il n’a pas besoin d’un déplacement physique, en plein covid, du numéro un du département.

 

La vérité est que Sihem Nemsia est dans l’embarras et se trouve entre le marteau et l’enclume. Elle a d’un côté un président de la République, adepte de la théorie du complot et de l’autre une opinion publique qui réclame son droit de connaitre la vérité. Elle a d’un côté un président qui s’est accaparé tous les pouvoirs et refuse tout dialogue avec les organisations et les partis et de l’autre un FMI qui exige un consensus global de tous les acteurs tunisiens.

Qu’en est-il réellement ? Du côté de la direction générale du Trésor, on assure que M. Moulin s’était rendu à Tunis sur invitation du gouvernement et qu’il était accompagné de la cheffe du service des affaires bilatérales et de l'internationalisation des entreprises du Trésor, Magali Cesana. Les discussions, d’après un communiqué publié le 3 février 2022, s’étaient exclusivement focalisées sur le soutien de la France aux réformes envisagées par la Tunisie dans le cadre de ses négociations avec le FMI.

 

Or, des sources haut placées au ministère français des Affaires étrangères ont indiqué à Business News qu’Emmanuel Moulin est venu en Tunisie avec sa double casquette et qu’il a eu des rencontres avec Mme Nemsia et la cheffe du gouvernement Najla Bouden.

La Tunisie demande une double aide aux Français. Celle de l’assister techniquement dans le dossier, comme l’a affirmé Mme Nemsia, mais aussi l’appui français pour que ce dossier soit validé. Il s’agit, en somme, d’une demande de lobbying. Mais pas seulement, car le plan B de Najla Bouden (et de Sihem Nemsia) est de faire appel au club de Paris au cas où le dossier ne serait pas validé. Les deux dames savent parfaitement que la Tunisie n’a pas d’assemblée et qu’il leur est fort difficile d’obtenir l’appui des organisations tunisiennes, elles se doivent donc de penser, dès maintenant, à une alternative.

Que va faire la France après cet appel au secours ? Au Quai d’Orsay, il y a une sorte de scepticisme. Il ne faut pas lâcher la Tunisie, bien sûr, mais on n’accepte pas encore qu’il n’y ait pas d’institutions (sous-entendu d’assemblée).

Le dossier Tunisie est maintenant entre les mains d’Emmanuel Moulin, mais la décision d’aider (ou pas) le pays ne lui revient pas à lui tout seul. C’est au président français Emmanuel Macron de trancher et ce en pleine campagne électorale. Ce dernier, au cours d’un entretien téléphonique avec Kaïs Saïed le 22 janvier, a réitéré la prédisposition de son pays à soutenir économiquement la Tunisie, soulignant sa compréhension des difficultés et enjeux auxquels doit répondre le pays.

Aidera-t-il pour autant un président qui commande tout seul, qui lui ment ouvertement et qui refuse tout dialogue avec les composantes de la société ? Acceptera-t-il d’endosser la lourde responsabilité d’être celui qui a poussé la Tunisie à entreprendre des mesures douloureuses et une politique d’austérité ? Rien n’est moins sûr.

 

Raouf Ben Hédi

03/02/2022 | 11:59
7 min
Suivez-nous
Commentaires
URMAX
... a propos de finances, @ B.N. voici un sujet loupé par votre / vos économiste(s)
a posté le 04-02-2022 à 19:47
https://www.webdo.tn/2022/02/02/tunisie-une-partie-de-largent-spolie-recuperee/#.Yf1zs1PjI0E
...
Juste pour info
Warrior
despote mal éclairé ...............................
a posté le 04-02-2022 à 12:46
il confond milion et miliard
il confond destour et constitution du Connecticut
pour lui, le parlement inutile
il cite un passage coranique qui n'existe pas
la constitution ? mangée par un bourrique ( akalahu al himar, sic ).

qui est ce bourrique mangeur de constitution ?
NO WAY !!
Nephentes
Le dossier Tunisie est maintenant entre les mains d'Emmanuel Moulin
a posté le 03-02-2022 à 21:46
L'utilisation de la dette comme instrument de domination et d'aliénation de la souveraineté d'un '?tat est bien illustrée par le sort réservé à la Tunisie par la France dans la deuxième moitié du 19e siècle.

Jusque 1863, la Tunisie n'empruntait pas à l'étranger, Jusqu'au règne du Bey Mustapha en 1837, il n'existait aucune dette publique.

Quand, début 1863, le Bey annonce qu'il souhaite emprunter 25 millions de francs à l'étranger, plusieurs banquiers et courtiers de Londres et de Paris proposent leur service, parmi lesquels le baron James de Rothschild, d'autres sociétés londoniennes, ainsi qu'à Paris le Crédit mobilier et '?mile Erlanger, un banquier de Francfort basé dans la capitale française.

Le banquier Erlanger, associé à d'autres, obtint l'autorisation du gouvernement français de vendre à la bourse de Paris des titres tunisiens. Selon un rapport établi en 1872-1873 par Victor Villet, un inspecteur français des finances, cet emprunt est une véritable escroquerie.

D'après le banquier Erlanger, 78 692 obligations tunisiennes ont été émises. Chacune avait une valeur nominale de 500 francs. Elles ont été vendues à 480 francs et chacune donnait droit à un coupon annuel de 35 francs pendant une durée de 15 ans. Cela représente un taux d'intérêt théorique de 7 % mais, vu que les obligations ont été vendues à 480 francs, l'intérêt réel est de 7,3 %. Pour l'acheteur, cela veut dire qu'en déboursant 480 francs, il pouvait obtenir 525 francs (15 ans x 35 Fr.) sous forme d'intérêts plus les 500 Fr. que vaut une obligation.

Pour l'emprunteur, le gouvernement tunisien, alors qu'il doit recevoir 415 Fr. (c'est-à-dire 480 Fr. moins 65 Fr qui correspondent à la commission d'émission et d'autres frais pour rémunérer le banquier), il doit rembourser 1025 Fr.

Une autre manière de calculer, plus globale celle-là : l'emprunteur (la Tunisie) devrait recevoir environ 37,7 millions de francs (78 692 obligations vendues à 480 Fr., soit 37,77 millions) et en échange il s'engage à rembourser 65,1 millions.

Selon les recherches réalisées par l'inspecteur français des finances, Victor Villet, le banquier Erlanger a prélevé un peu plus de 5 millions de commission (soit environ 13 % de la somme récoltée). Il faut aussi défalquer de la somme qui aurait dû être reçue, 2,7 millions Fr. qui ont été détournés, certainement par le premier ministre et le banquier E. Erlanger.

Donc, pour environ 30 millions de francs à recevoir, le gouvernement tunisien s'engageait à rembourser 65,1 millions de francs.

https://www.cadtm.org/La-dette-l-arme-qui-a-permis-a-la


Houcine
Encore censuré.
a posté le 03-02-2022 à 19:58
Pourquoi ?
Sans doute, parce que je ne partage pas cette opposition systémique à toute initiative présidentielle ?
Mettre au débit du Président la banqueroute est contraire à la vérité des faits.
Ce pays a été maltraité, pris en otage par des gens incapables et uniquement préoccupés à s'enrichir.
Si ce que j'avance ne convient pas au censeur, j'aimerais qu'il en rapporte les preuves.
J'ai tenté de dire que K. Saied n'avait aucun pouvoir, et une assemblée qui détenait toute la puissance d'initiative et le pouvoir de décider en était responsable.

Léon
les responsables sont les tunisiens
a posté le à 08:03
Un jour vous comprendrez tous que le pays a été détruit par vos injustices et votre haine envers Ben Ali. Haine suscitée par votre régionalisme et vos jalousie.
Ce n'est que de la sorte que la "cabale" sionislamiste a eu raison de vous.
Vous avez tous travaillé pour eux à votre propre insu (sauf les traitres révélés qui ont travaillé en connaissance de cause pour Otpor, Freedom House et autres obédiences atlantistes).
Vous n'avez que vos yeux pour pleurer, et surtout entretuez-vous bien entre révolutionnaires.

VIVE BEN ALI.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant contre les imbéciles locaux et leurs manipulateurs.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.
Damergi habib
Il n'y a que la vérité qui blèsse
a posté le à 05:54
La fable de la cigalle et la fourmis,certains tunisiens voire la majorité ont chanter et fait la tète pendant 10 ans comme la cigalle et maintenant que les cieux leur tombe sur la tête et que l'horizon est sombre ils sont prêt à vendre leur âmes au diable pour avoir de quoi boucler les fins de mois.moi je dit que c'est vient fait pour tous ceux qui ont crier dégage un certain janvier 2011.maintenant BEN ALI tout siroter du petit lait en vous voyant les pieds nus et le ventre vide.
VR
@polo: vous dites "n'importe quoi !!" , Rabbi yahdik !
a posté le 03-02-2022 à 17:33
Notre Bey (Roi) en 1881 l'a également pas bien réalisé ou pensez-vous que les BeniHilèl sont beaucoup plus intelligents aujourd'hui qu'ils ne l'étaient alors ? Veuillez lire l'histoire de la Tunisie !
Léon
@elfribo
a posté le 03-02-2022 à 17:26
Trop tard pour faire ce constat ya elfribo. Ton serviteur l'avait écrit et répété dans les lignes de ce même journal depuis 2011 lorsque les intervenants le traitaient de tous les noms. Certains ont le culot de continuer à écrire sans même changer de pseudo.
J'avais même envoyé une fois une dizaines de posts consécutifs donnant comme exemple historique celui de l'Argentine.
Il a fallu que le mal fut fait pourvoir les premiers ânes réagir. Mes posts et ceux de John Wayne devraient êtres enseignés dans le meilleurs université de Sciences Politiques, en tant que posts de projections justes et logiques sur l'avenir. Sans oublier un post de Mezri Haddad sur ce même journal en réponse à l'un des destructeurs de la Tunisie post souveraine, à savoir le fameux Yadh Ben Achour.
Comme je vous l'avais dit et répété mille fois; tunisiens, vous n'avez plus que vos yeux pour pleurer le pays qui vous a fait et que vous avez détruit, je vous rappelle, par haine, par jalousie et par régionalisme de footeux à diplômes.
Le pays ne peut être sauvé que par les "anciens"; ceux que vous avez traité de Azlems.
Vivent les mémoires de Bourguiba et de Ben Ali.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

Et enfin, le verset par lequel je signe depuis 2011, lorsque vous disiez que la Tunisie allait devenir la Suède:

VERSET 112 de la SOURAET des ABEILLES.
elfribo
1881 ?
a posté le 03-02-2022 à 16:06
J'espere de tout coeur que le soutient finira comme en 1881.
VR
Ca passera probablement par ..
a posté le à 17:14
La vente des Aéroports et Ports maritimes !
Curieux
De pire en pire
a posté le 03-02-2022 à 15:46
C'est un peu l'arnaque du siècle quoi, la Tunisie n'as pas le choix de tout accepté parce qu'ils se sont très bien occupé des finances du pays, et la France qui n'as jamais rien donné sans retour va nous faire un cinéma du genre elle hésite comme ca on insiste, puis ils vont s'amuser a touché et donner leur avis sur nos institutions (et comme par hasard les politiciens qui s'en plaignaient avant trouverons ca normal) et plus que probablement insister pour remettre au gout du jour l'idée farfelue du président d'acheter des TGVs qu'aucun autre pays ne veut (tu sais les TGV cha3beya qui ont un défaut de fabrication)
Bref de pire en pire, on a passé la ligne rouge, à présent c'est mendiant un jour, mendiant toujours.
Rationnel
Il est prudent de preparer des alternatives, la France ne pourra pas aider la Tunisie
a posté le 03-02-2022 à 15:03
Les demandes de la Tunisie sont importantes, la Tunisie a besoin d'emprunter 19 983 millions de dinars de dinars pour un budget de 57 291 millions de dinars, soit 35%, 21 573 MD est destine aux salaires soit 38%.
Le Président Macron n'a pu annoncer qu'un plan d'investissement de 30 milliards d'euro pour inaugurer sa campagne présidentielle. Son taux de populaire est bas, il compte sur Eric Zemmour pour obtenir un deuxième mandat donc le facteur anti-Afrique du Nord est crucial pour sa réussite. Annoncer une aide pour la Tunisie ne sera pas bien reçu par les électeurs Français surtout que Macron n'a pas pu réaliser aucune de ses promesses.
Le Club de Paris ne peut pas aider la Tunisie puisque la dette de la Tunisie auprès des pays membres de ce club ne représente que 16% du total.
Youssef Chahed et les gouvernements depuis 2011 se sont moque du FMI, ces gouvernements ont promis des reformes pour améliorer le climat économique et n'ont rien accomplis dans les dix dernières années. Le FMI a donne plusieurs chances au pays et maintenant l'organisme n'a plus de confiance. La Tunisie n'est pas un pays prioritaire, au moins 100 pays demandent l'aide du FMI et l'institution ne peut pas aider tout le monde, ses ressources sont limitées.
Le gouvernement doit preparer ses fonctionnaires a l'éventualité que les salaires ne seront pas payes au moins un tiers de l'année. Un accord avec le FMI n'est pas garanti. Le budget n'est finance qu'aux deux tiers. Puisque les fonctionnaires sont payes presque huit fois le SMIG (salaire moyen brut de 2608 dinar/mois d'après Marsad Raqaba) ils pourront s'adapter a vivre comme la majorité du peuple.
Warrior
don't cry for me Argentina. ..........................
a posté le à 16:21
emprunter -- et rembourser -- en dollars, pour payer des salaires en DT de fonctionnaires bons à rien, comme ces "ingéneiur principal" inutiles, voir néfastes ( vous mettent des batons dans les roues) ...
je connais un pays qui faisait çà. elle est depuis en difficultés.

don't cry for me Argentina.
GOT IT ?
Un lecteur
Qui a mis ce pays dans la mer'?' ?
a posté le 03-02-2022 à 14:15
Poser la question c'est déjà y répondre ce que cet article omet déjà de rappeler '?'
SI
OUI @nazou: "Votre dernière chance, à été le gouvernement Mechichi !!!"
a posté le 03-02-2022 à 14:12
Soyons serieux, nous n'avons dépuis 1956, à part Dr. M. Marzougui, que des meuniers (***)!

Qui a vraiment aidé le gouvernement de Mechichi dans son travail ? Toute la nation entière et jusqu´à ce jour ne sait (Kèn Lè3sa Fil 3ajlè )? La population ignorante (ignorance des règles d´hygiene), la classe politique même d´Ennadha , Sakharouna (Be3a M9attè3è), les syndicats (rien que des bouchers) , le monde des affaires (ils importent n´importe quoi et surtout tout ce qui toxiques pour nos enfants), les ingénieurs en grève, les médecins en grève, la fonction publique (Je m'épargnerai ici le commentaire ), les médias (à la solde de l´étranger ou RCD), tout ce monde n'avait qu´un seul but dans la tête : le crash du gouvernement Mechichi et l´ecrasment de la Tunise, n'est-ce pas ?

Et maintenant le pauvre patriote Mechichi (installé par un litteraire appelé KS!) est blâmé et isolé pour tous les désastres en Tunisie ? !

Elkathib Allah Lè yar7èm Ouèldih Ouèlè trèb7ou !
eshmoun
"qu'en termes élégants ces choses sont dites"
a posté le à 18:54
"meuniers" j'ai apprécié !mieux encore :j'ai adoré !
VR
Traité de protectorat: Pourquoi la visite d'Emmanuel Moulin en Tunisie ?!
a posté le 03-02-2022 à 13:51
Probablement pour reparler des modalités de ce qui a déjà été pré-discuté et convenu en France il y a quelques jours entre Emmanuel Macron et Kaiss S3aed, à savoir concernant une nouvelle présence française et l'instauration d'un second protectorat en Tunisie: une nouvelle ère dans les relations entre les deux pays (rebelote !) ? ?
polo
VR
a posté le à 15:50
n'importe quoi !!
Gg
Certainement pas!
a posté le 03-02-2022 à 12:49
"Acceptera-t-il [Macron] d'endosser la lourde responsabilité d'être celui qui a poussé la Tunisie à entreprendre des mesures douloureuses et une politique d'austérité ? Rien n'est moins sûr"

Certainement pas, ce n'est pas à lui de le faire
Warrior
Frankreich ist unser Unglueck .............................
a posté le 03-02-2022 à 12:39
la France et ses cadeaux empoisonnés ... pour vous maintenir sous développés ...
en 1881, ils ont placardé partout à Tunis:
" 1. nous venons vous libérer des Turcs.
2. nous toucherons pas à votre religion" .
quels turcs ? le Bey , sa famille , bajbouj ... sont Twensa . ils ne parlent pas turc.
le second point a été partiellement respecté, sauf pour la justice.
bourguiba va faire ce que les colons n'ont pas osé faire: empècher une musulmane de pratiquer sa religion et l'occidentaliser de force. il a échoué comme ses prédécesseurs Ataturk, Staline , le Shah ...

la vraie raison de ce "protectorat" : s'emparer des ressources minières ... et protéger les élus de dieu ... qui vont pas tarder à demander la nationalité française et l'obtenir .
que serait la France sans les élus de dieu, à commencer par Zammmourrrrr ...
veritas
La France pour *** de plus belle la Tunisie
a posté le 03-02-2022 à 12:23
La France est alliée des Mc do il ne faut rien s'attendre ni de l'Allemagne ni de la France ni des Mc do ni de l'Europe '?'il faut se tourner pour consolider les relations avec la Russie de Poutine avec la Chine (avec des pincettes) et avec tout les pays scandinaves'?'.
La France est à fuire éternellement et à oublier définitivement'?'la tunisie doit rompre toutes ses relations diplomatiques économique et autres avec la France '?'la France est commandée par le Qatar elle ne commande plus rien Sarkozy a vendu la France aux Qatar quand il été président'?'la France n'ouvre plus son becs devant le Qatar c'est le Qatar qui dicte sa lois sur les choix de la France '?'le Qatar sponsor des criminels islamistes et du terrorisme a fuire aussi '?'la France agit pour le compte du Qatar en Tunisie pour tout détruire et ne jamais construire à l'image de ses mercenaires intronisés en Tunisie depuis 2011 date de tout les malheurs et ça continue jusqu'à ce jour .
nazou de la chameliere
C'est bien fait !!!
a posté le 03-02-2022 à 12:15
La Tunisie aurait dû signé des contrats avec le Qatar !!!
Mais par idéologie débile, la Tunisie des fachos se prostitue pour RIEN !!!
Y'a rien à faire, avec des dégénérés, incapables d'anticiper la flamber du prix du pétrole et du GAZ !!!

Votre dernière chance, à été le gouvernement Mechichi !!!

Mais les fachos nationalistes, ne sont-ils pas souverains ?!

DHEJ
La convention de la Marsa de 1883 est d'actualité
a posté le 03-02-2022 à 12:05
Article premier


Afin de faciliter au Gouvernement français l'accomplissement de son Protectorat, Son Altesse le Bey de Tunis s'engage à procéder aux REFORMES ADMINISTRATIVES, JUDICIAIRE ET FINANCIERES QUE LE GOUVERNEMENT FRANCAIS JUGERA UTILES.
pifpaf
Rumeurs, contrevérités, bobards'?'
a posté le 03-02-2022 à 11:57
trop souvent reprises et colportées par une presse Tunisienne de bas niveau...
RASPOUTINE
@RBH
a posté le 03-02-2022 à 11:54
vous avez oublié un détail de taille : parmi les pays membres du club de paris il y a ISRAEIL , l'ennemi jurée du KAISER hhhhhhhhhhhhhhhhh.
le KAISER ne traite jamais avec l'état hébreux ni avec les traitres hhhhhhhhhhhhhh; mais dans les chambres noires de Carthage il est prêt a traiter avec le diable en personne hhhhhhhhhh.


Oscar
Ouaf ouaf
a posté le à 19:25
Avant de nommer Israël ,rince toi le museau .