alexametrics
BN TV

Fabio Massimo Castaldo : Le plan Marshall est avant tout une déclaration d’entente

Fabio Massimo Castaldo : Le plan Marshall est avant tout une déclaration d’entente

 

Fabio Massimo Castaldo, député italien au parlement européen, était l’invité de Wassim Ben Larbi sur Express FM ce mercredi 21 septembre 2016 pour revenir sur la mise en œuvre du plan Marshall tunisien et notamment sur le vote, au parlement européen, de la résolution sur Les relations de l'Union avec la Tunisie dans le contexte régional actuel rendue publique hier, 20 septembre 2016, et votée le mercredi 14 septembre dernier.

 

A propos de la situation économique de la Tunisie, Fabio Massimo Castaldo a déclaré : « La Tunisie est, pour nous, une priorité de premier ordre. Quand Carthage pleure, Rome a le blues. Nos destins sont liés, la crise économique que vit la Tunisie, nous la vivons aussi. Entre la Tunisie et l’Italie, c’est l’histoire de liens forts d’amitié, de culture et de fraternité. J’ajoute que la stabilité de la Tunisie aujourd’hui c’est aussi la stabilité de l’Europe ».

 

Concernant la résolution du parlement européen et ses 70 points, le député italien a indiqué que les points consacrés ne doivent pas être perçus comme des exigences et des conditions posées par l’Europe à la Tunisie mais plutôt comme des suggestions venant d’un « ami franc ». A ce sujet, il a déclaré : « On ne donne pas de leçons à la Tunisie, cette résolution il faut la considérer comme une déclaration d’entente ». Sur les points relatifs aux réformes politiques en Tunisie, à la culture, à l’éducation, aux libertés individuelles en général et d’orientation sexuelle en particulier impliquant une réforme du code pénal tunisien, le député italien a indiqué que l’intérêt porté sur ces thèmes doit être compris comme une question de volonté politique de renforcement de la démocratie en Tunisie et de son pluralisme.

 

Le député italien et rapporteur du projet a précisé que la résolution du parlement européen est disponible en arabe pour que toute la société civile tunisienne puisse la comprendre déclarant à ce sujet : « La barrière de la langue doit être dépassée. Le projet contenu dans cette résolution est un projet de système et non un petit projet de court terme ».

 

Pour aider les entrepreneurs, artistes, étudiants, et chercheurs tunisiens, le député italien a évoqué la facilitation prochaine des procédures de séjour en Europe pour les Tunisiens et l’abolition complète du visa règlementaire dans un avenir proche. Sur la dette tunisienne, il a mentionné le projet de reconversion de cette dette.

 

Enfin à propos du vote quasi unanime des parlementaires européens pour l’adoption de cette résolution qui octroie à la Tunisie une aide financière de 500 millions d’euros, à 91% des voix exprimées, M.Castaldo a déclaré : «  C’est un signal fort de l’appui de l’Union Européenne pour parachever la réussite de la transition démocratique tunisienne. L’avenir de l’Europe en dépend ».

 

K.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Letranger
| 21-09-2016 17:58
Comme toujours à déformer les écrits pour mieux les attaquer.
Je n'arrête pas de vous dire qu'il vous faut refuser un prêt (sic) que personne ne vous a proposé, il est seulement question d'une conférence et de propositions de conditions à remplir pour le cas où il serait possible d'imaginer une coopération.
D'ailleurs, tous les intervenants sont d'accord sur ce sujet, avec des motifs différents certes, mais tous sont unanimes pour dire : " ne prenez pas ce pognon (qui je le rappelle n'a pas été proposé à ce jour).
De plus, je n'ai pris l'exemple d'un mariage en Tunisie entre un "kouffar" (c'est comme ça qu'on dit?)non Musulman ou supposé tel et une indigène Musulmane (ou supposée telle).
Il est posé une condition, à Letranger de l'accepter ou pas.
Sur ce sujet, j'éprouve quand même quelques regrets... j'aurais aimé que ma femme soit Juive ou chrétienne ou Brahmane ou n'importe quoi d'autre et qu'on me force à une conversion musulmane.
Oh le gag eh...
MDR comme tu dis.

Pour conclure temporairement, tu te trouverais "mieux peignée" si tu laissais de côté tes invectives et éructations pour te consacrer à donner des avis même si je ne les partage pas souvent.

garibaldi
| 21-09-2016 16:16
Quelle plan Marshall? vous sortez d'une guerre???
les restos sont plein, les autoroutes aussi... avec des voitures de luxe aussi. parlons pas des constructions de cités et villas...
ou est le problème???

beni hilal
| 21-09-2016 15:03
Quan je vais à ma banque et que je demande un prêt, on me pose aussi des conditions que je dois accepter.
Si j'ai des biens?, quelles sont leurs Valeurs ?, si une personne peut cautionner ?, si je travaille et quel genre de métier je fais ?, combien je touche par mois ?, si je suis marié et si ma femme travaille ?, ses revenus ?. Combien d'enfants en bas âge, combien sont scolarisés ?. Si j'ai une voiture? Si je suis locataire ou propriétaire ? et finalement ce que je peux mettre en collatéral ?
Domc si la Tunisie veut avoir un prët, il est tout à fait normal qu'il y ait des conditions. Ces conditions ne plaisent pas toujours mais tous les pays du monde y passent.

nazou
| 21-09-2016 11:59
C'est UN PRET SOUS CONDITIONS !!!!

Et depuis quand un frontiste comme vous insiste pour qu'on accepte cette aide ?!!!
Et ne me l'a faites plus comme l'autre con avec des "moi quand je me suis marié en Tunisie, ou bien moi ma femme ceci ou cela" !!!

Vous savez bien avec qui vous partagez votre vie non ?!

Letranger
| 21-09-2016 11:43
"...Qu'il faudra signer !!!...
Mais t'es pas obligée, tu signes si tu veux, si tu veux pas tu signes pas, et mafish flouze, c'est simple.

"...Et nous n'avons ni le taux d'endettement ni le délai de remboursement !!!..."
Il ne s'agit pas d'une proposition de prêt, tu n'es pas au FMI, il s'agit de voir si les conditions sont compatibles avec une aide Européenne, ce n'est pas obligatoirement du flouze.

Juste à titre de comparaison, lorsque nous avons eu l'envie de nous marier en Tunisie, la première et unique condition était que je sois Musulman...
Alors j'ai dit, on m'oblige, on me force à être Musulman...
On m'a répondu : non, non, t'es pas forcé, si tu veux pas accepter, et bien tu refuses...
C'est pareil pour la Tunisie (pas pour toi puisque tu es sur les gradins en France et que tu assistes au spectacle à l'abri), si vous voulez de l'aide, de la coopération, vous devez remplir certaines conditions.
Imagine que DAESH demande une aide de l'Europe, ce qui est bien le cas de la Tunisie,(on ne vous a pas proposé, vous êtes venus avec la sébile) je suppose qu'il lui serait demandé un minimum de retenue dans ses activités terrestres.
En clair, tes "analyses" continuent à être du niveau de Chater.
De plus, tu parles de 70 points "demandés". J'ai pris le temps de lire la déclaration ce qui ne semble pas être ton cas, et j'ai lu :
encourage
souligne
invite à
estime que
préconise
recommande
Etc. Etc.
Pas une seule fois "demande"

nazou
| 21-09-2016 10:17
Qu'il faudra signer !!!

Et nous n'avons ni le taux d'endettement ni le délai de remboursement !!!
En plus des 70 points demandé !!!

A lire aussi

Le mouvement islamiste Ennahdha a tenu ce soir, dimanche 15 septembre 2019, une conférence de presse

15/09/2019 21:49
4

Une chute libre qui reflète le désintérêt des Tunisiens pour la chose

15/09/2019 21:10
2

L’épouse du candidat Nabil Karoui a donné ce soir, du dimanche 15 septembre 2019, une conférence de

15/09/2019 20:49
7

Newsletter