alexametrics
Dernières news

Isie - Résultats préliminaires du premier tour de la présidentielle 2019

Temps de lecture : 2 min
Isie - Résultats préliminaires du premier tour de la présidentielle 2019

 

 

L’Isie a annoncé les résultats préliminaires du premier tour de la présidentielle, dans une conférence de presse tenue ce mardi 17 septembre 2019.

 

Kaïs Saïd est le premier candidat à accéder au second tour avec un taux de vote de 18,4% et Nabil Karoui est en deuxième position avec un taux de 15,6%.

 

L’Isie a annoncé les chiffres suivants :

 

Nombre total d’électeurs 7.074.566

Nombre de votants 3.465.184

Nombre de voix déclarées 3.372.746

Votes annulés 68.125

Votes blancs 24.085

 

Taux de vote pour chaque candidat :

1- Kais Saïed : 18,4% (620.711 voix)

2- Nabil Karoui : 15,58% (525.517 voix)

3- Abdelfattah Mourou : 12,88% (434.530 voix)

4- Abdelkarim Zbidi :10,73% (361.864 voix)

5- Youssef Chahed : 7,38% (249.049 voix)

6- Safi Saïd : 7,11%  (239.951 voix)

7- Lotfi Mrayhi : 6,56% (221.190 voix)

8- Seif Eddine Makhlouf : 4,37% (147.351 voix)

9- Abir Moussi : 4,02% (135.461 voix)

10- Mohamed Abbou : 3,63% (122.287 voix) 

11- Moncef Marzouki : 2,97% (100.338 voix)

12- Mehdi Jomâa : 1,82% (61.371 voix)

13- Mongi Rahoui : 0,81% (27.346 voix)

14- Hamma Hammami : 0,69% (23.252 voix)

15- Hachemi Hamdi : 0,75% (25.284 voix)

16- Elyes Fakhfakh : 0,34% (11.532 voix)

17- Saïd Aïdi : 0,3% (10.198 voix)

18- Amor Mansour : 0,3% (10.160 voix)

19- Mohsen Marzouk : 0,22% (7.376 voix)

20- Hamadi Jebali : 0,22% (7.364 voix)

21- Néji Jalloul : 0,21% (7.166 voix)

22- Abid Briki : 0,17% (5.799 voix)

23- Salma Elloumi : 0,15% (5.093 voix)

24- Mohamed Sghaier Nouri : 0,14% (4.598 voix)

25- Slim Riahi : 0,13% (4.472 voix)

26- Hatem Boulabiar : 0,11% (3.704 voix)

 

L’Isie a annoncé un second tour qui opposera ainsi Kaïs Saïed à Nabil Karoui, dans la mesure où aucun candidat n’a obtenu plus de 50% des voix. Un second tour dont la date sera dévoilée après l’annonce des résultats définitifs.

Les délais de recours sont fixés aux 18 et 19 septembre.

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (24)

Commenter

RAFIK DE JENDOUBA
| 18-09-2019 15:30
Les électeurs pour la moitié d'entre eux ont boudé les urnes , une punition d'une gouvernance lamentable ? Ou un deuxième révolution légale ? Le peuple a choisi un candide de la politique au discours confus mais au style d'élocution original et un homme d'entreprises reconnu pour sa générosité toute aussi originale n'en déplaise à beaucoup d'hommes politiques et sa réussite économique tant en tunisie qu'à l'étranger
C'est cette réalité qui mérite qu'on s'y attarde pour mieux approcher autant que faire se peut la complexité de la situation et essayer de démêler cet imbroglio dans l'intérêt du pays sans parti pris.
Une vérité saute aux yeux et n'échappe à personne ; deux hommes qui ne font pas partie du sérail ont été hissé au sommet, à la barbe de tous le prétendants . Deux hommes aux pédigrées totalement opposées .
L'un est un illustre inconnu, un petit professeur ( candide de la politique) sans charisme , sans grande envergure, sans aucune expérience ni background politique dont la dimension internationale lui fait défaut.
Ayant passé le claire de sa vie dans une salle de classe ou un amphithéâtre prêchant la bonne parole du haut de sa tribune dans sa spécialité, de plus on ne connait rien ni de ses recherches, publications ou réflexions si ce n'est les commentaires à la télévision dans un style singulier lors de l'élaboration de la constitution qui du reste a montré ses limites quant au fonctionnement des institutions de l'Etat.
De plus son discours est obscure, en l'absence de programme précis on ne connait pas ses intentions ne disposant que de slogans vides (ecchaab yourid) comme pour rappeler qu'une deuxième révolution est en marche .l'économie lui échappe elle n'a pas de place dans son discours.
Le soutien des tendances conservatrices sèment le doute sur le personnage et ses intentions cachées ?
Le deuxième a été Sali par une machine judiciaire ayant obéi à des injonctions occultes , elle se trouve aujourd'hui honteuse engluée dans ce sable mouvant dont elle ne peut se défaire sans se faire HARAKIRI. Dans notre langage populaire « c'est une faucille dans la jarre » que faire ?
Homme d'affaires aguerri au sens des responsabilités qui a le sens du management et donc de la politique micro-économique, aux relations internationales avec les grands groupes de ce monde ; il est à mon sens plus à même de donner à l'économie une meilleure optique que celle de son adversaire. La pérennité de la démocratie et la stabilité politique passent nécessairement par l'économie et non par les slogans ou un discours de casting.
j'ose espérer qu'un sursaut des tunisiens au deuxième tour sachent que le plus important de la politique c'est l'économie politique et non la politique politicienne des discours dont on a été abreuvé par ENNAHDHA et ses partenaires qui en ont usé et abusé pendant plus de 8 ans , on connait le résultat.

Abel Chater
| 18-09-2019 13:34
Je ne sais pas ce que tu comprends sous le mot "moderne" ni ce que tu veux dire par ta modernité, puisqu'il n'y a pas plus moderne pour tous les temps, que d'appartenir à l'islam, seule religion qui revit sa propre renaissance d'une époque à l'autre.
Cette fois-ci, c'est la jeunesse tunisienne des plus modernes de ce monde qui choisit un professeur universitaire Kaïs Saïed, lui aussi des plus modernes de ce monde, comme moi d'ailleurs qui vis en Allemagne, marié à une Allemande et de métier qui oblige à la modernité humaine, mais jamais à une imitation des décadents, dont même les singes ne pourront les imiter.
Parle-moi de ton modernisme, je te dirais combien tu es arriérée.
Le modernisme c'est le retour à la sociabilité familiale, à l'honnêteté humaine, à la bonté et à l'amabilité humanistes, à la la conviction en l'existence d'un Créateur de tout cet univers en lui priant son aide et son soutien, même autour de la santé, sans laquelle il n'y a ni modernité, ni modernisation. Va aux toilettes le matin et assieds-toi dans toutes les directions qui bonnes te sembleraient. Tu ne saurais même pas dégager les excréments que tu portes dans tes propres intestins. Va au docteur, il va t'aider jusqu'au bout de ses études modernes. Mais demande à ton Créateur, tu défieras toutes les sciences de ce monde.
Et je finis par te demander, pourquoi les modernes souffrent à présent par des maladies incurables dont furent épargnés les arriérés de mon espèce ?

Magda
| 18-09-2019 09:53
Vraiment je me demande de quel quotient intelectuel chacun des candidats dits modernes jouit. Y avait-il le moindre espoir que Said Aidi, Mohsen Marzouk, Selma Mellouli et plusieurs autres de gagner? Quelle betise! Je suis ecoeuree de cette classe politique qui mene la Tunisie vers l'incertain. Ce sont des amateurs. Ils ne sont pas digne de confiance. Ce sont des egocentriques betes et mechants en plus. Je ne veux plus entendre parler de Nidaa, Machrou ou Tahya et aussi bien sur de la dangereuse ENAHDA. A bas tous les partis!

lechef
| 18-09-2019 09:23
@ Nephentes
Ici, d'une façon générale, malheureusement, on ne s'intéresse aux programmes pour la simple raison que les gens n'ont aucune confiance de les appliquer . D'ailleurs, est-ce que Nahdha à appliqué même quelques points de ses 365 points d'un programme électoral présenté au public en 2014 ? Non
Est-ce que Nida au pouvoir au même titre que Nahdha a réalisé son programme électoral de 2014 ? Non
Donc. le citoyen s'en moque de ces promesses qu'elles soient réalisables ou non et les gens votent et choisissent leurs candidats "" au pif - au hasard """ et ils sont nombreux à procéder ainsi à l'aide de l'information de """ bouche à oreille "" et les résultats d'aujourd'hui expliquent tout .
Pourquoi 35 % des jeunes ont voté pour Saied sachant qu'il n"'a proposé aucun programme et il s'est limité comme l'annonce lui-même à des débats pour voir les demandes et attentes des citoyens ?
Est-ce qu'il a promis surtout l'emploi à ces jeunes sachant que ceci n'entre pas dans ses prérogatives ? Non
C'est un assistant en droit à l'université- présenté comme professeur - qui maîtrisé bien l'arabe littéraire exposé avec une tonalité particulière, sans aucune compétence en gestion de personnel - même d'une petite équipe- et en économie- discipline à mon avis indispensable dans notre situation .
Il est intègre et honnête - jugé par ses amis et collègues.
Bref, l'intégrité semble l'emporter sur tout autre chose .
Est-ce que C'est suffisant. N'Y a t- Il pas parmi les 26 candidats , 2 ou 3 autres intégrés aussi mais avec des profils meilleurs que Saied ?
Enfin, nous respectons ce choix , C'est la démocratie , mais nous pouvons toujours analyser .
Quant à Karoui, aussi il présente certaines compétences et expériences de gestion et d'économie- homme de terrain et de média, il a démontré des capacités de com et d'autres intéressantes pour le poste , mais aussi jugé ou présente de soupçons de corruption .
Est-ce qu'il n'existe pas parmi les 26 candidats 2 ou 3 autres avec ces qualités mais non corrompu ?
C'est le choix des citoyens qu' on doit respecter.
Remarquons que """ l'intégrité et l'honnêteté ou bien la corruption sont jugés subjectivement et restent à prouver , infirmer ou confirmer,
Donc, il n"y a aucune règle scientifique ou logique de choix de nos candidats.
Chacun a son avis, chacun fait l'évaluation à sa façon et chacun dresse une croix là où il voudrait .
C'est le jeu !

MFH
| 18-09-2019 08:53
Tout le monde attend les législatives. On est encore dans l'incertain. Implorons l'aide de Dieu pour cela.

Catarali
| 17-09-2019 23:32
Il professore était rusé obstiné prévoyant digne d'un Nobel bonne continuation.

MA
| 17-09-2019 21:16
Les statistiques du premier tour des élections présidentielles 2014 et 2019 montrent que :
1) Le nombre de votants a augmenté de 125.518 entre 2014 (3. 339.666) et 2019 (3.465.184);
2) Le nombre de votes exprimés a augmenté de 105.177 entre 2014 (3.267.569) et 2019 (3.372.746), et
3) Le taux de participation de vote a baissé de presque 14% entre 2014 (62,91%) et 2019 (48,98%) par rapport au nombre d'inscrits en 2014 (5.308.354) et celui en 2019 (7.074.566).

Lecteur
| 17-09-2019 20:42
Regardez les messages d'une lectrice depuis 2 ans. Elle n'avait pas arrêté de vous supplier pour l'union. Allez y vous coucher vous êtes fini.

Vous êtes capables de sauver les meubles pour les législatives. Mais malheureusement vous êtes tellement aveuglés par votre haine et jalousie.HCE vous a detruit.

Par contre je suis très contente pour ce résultat au fond de moi, pour nettoyer au karcheur cette assemblée. Ras le bol de ces arrivistes.


démocrates
| 17-09-2019 18:34
le total des démocrates dépasse les 50% dommage

Khalil Ben Ayed
| 17-09-2019 18:28
La division de la famille démocratique et centriste et le grand mal de ce pays .

Choisir entre Saïd et Karoui c'est choisir entre la peste et le choléra.

Le conservateur rétrograde ou le mafieux corrompu ?

Malgré tout je pense que la corruption est la principal plait de ce pays et que le conservatisme de Saïd pourra être limité par la société civil donc le choix le moins pire sera pour moi Kais Said .

A lire aussi

2 morts et 7 blessés

15/12/2019 12:40
2

Une réunion quadrilatérale s'est tenue, ce samedi 14 décembre 2019, entre des représentants du

14/12/2019 20:49
7

Le député Al Karama, Rached Khiari, a accusé l’ambassadeur français à Tunis, Olivier Poivre d’Arvor,

14/12/2019 18:41
39

Le ministre de l'Education nationale, Hatem Ben Salem, a été nommé ce samedi 14 décembre 2019,

14/12/2019 16:12
5

Newsletter