alexametrics
A la Une

Est-il possible de réguler les réseaux sociaux?

Temps de lecture : 4 min
Est-il possible de réguler les réseaux sociaux?

 

En accentuant le recours aux réseaux sociaux, la crise sanitaire a ravivé le débat sur la question de la régulation.  Fake news, rumeurs, diffamation… les réseaux sociaux sont devenus des catalyseurs de toute sorte de frustrations.

 

La période de confinement et l’essor du télétravail ont multiplié l’accès aux réseaux sociaux.  Les applications de ces réseaux ont connu un boom sous l’effet des mesures de confinement, ce qui fait que Facebook a enregistré 186,1 millions de téléchargements mobile et Instagram a vu le nombre de téléchargements augmenter de 151,8 millions, au premier trimestre de 2020.

En Tunisie, à l’instar de nombreux pays, l’épidémie a rendu les usages numériques indispensables. Elle a changé le comportement des Tunisiens qui se sont retrouvés confinés dans leurs maisons et obligés donc de se connecter avec le monde via leurs écrans (télé-travailler, télé-éduquer, télé-consulter…). Néanmoins, cette hyper-utilisation a engendré la montée en puissance des mauvaises pratiques, telles que la diffusion de rumeurs et de fake news.

 

Désinformation, diffamation, violence, harcèlement sexuel… les utilisations ne manquent pas. Les réseaux sociaux ont alors alimenté le débat concernant les initiatives visant à mieux les réguler. Or, ce dossier ne semble pas être la priorité de pays occupés ailleurs et qui devaient, d'urgence, se pencher sur les questions sanitaires mais aussi politiques et économiques. Aussi, le contexte est différent de celui de l'avant-pandémie.

Prenons l’exemple des Etats-Unis. Sur fond de vive détérioration de ses relations avec la Chine, les priorités de Donald Trump ont été réorganisées. Pour Trump, s’en prendre aux GAFA (acronyme désignant Google, Amazon, Facebook et Apple), se trouve pour le moment en queue de peloton.

 

Dans ce contexte, la Tunisie n’a pas dit son dernier mot. Et pourtant, il est clair que les moyens d’action ont atteint leurs limites car, dit le professeur en Sciences de l’information et de la communication, Sadok Hammami,  « il n’est pas encore possible de négocier avec Facebook à propos de la question de la régulation. Pour limiter les effets négatifs des réseaux sociaux, de nouveaux dispositifs doivent être actionnés, de nouvelles pistes doivent être explorées. En accentuant l’utilisation des réseaux sociaux, la pandémie a alors rouvert le jeu de ce point de vue et souligné l’importance de baliser le champ d’action des réseaux sociaux par une forme de régulation ».

« Facebook n’est pas une zone de non-droit », a souligné Sadok Hammami dans une déclaration accordée à Business News. Il a, à cet égard, expliqué que la diffusion de fausses information, de contenus  diffamatoires, de menaces et crimes sur les réseaux sociaux sont encadrées par le décret-loi 115 réglementant le secteur de la presse. 

En effet, l’article 54 du décret-loi dispose : « est puni d’une amende de deux mille dinars à cinq mille dinars quiconque sciemment publie de fausses nouvelles qui sont de nature à porter atteinte à la quiétude de l’ordre public, soit au moyen d’affiches et d’annonces exposées à la vue publique ou par tout autre moyen d’information audiovisuelle ou électronique ».

La règle de base, comme le confirme Sadok Hammami c’est éduquer les citoyens à l’utilisation « responsable » et « consciente » des réseaux sociaux.  « Un réseau social c’est un espace public régi par des règles. Toute personne ne respectant pas ces règles devrait être bien évidemment sanctionnée. La diffamation, les discours de haine ou la diffusion de fausses informations restent des délits », a conclu l’universitaire.

 

En mars 2020, le député et ancien ministre Mabrouk Korchid a abordé la question des fake news qui se propagent sur les réseaux sociaux. Il a, dans ce sens, annoncé qu’un projet de loi est en cours de préparation contre les  ou fausses informations. « Les mécanismes judiciaires ne sont plus en adéquation avec ce qui se passe actuellement en ce qui concerne les personnes qui commettent des crimes électroniques ». Ce projet de loi n'a pas encore vu le jour.

 

Plus que tout autre type d’information, les fakes news touchent un grand nombre de publics. De surcroit, les réseaux sociaux peuvent être transformés en outils de manipulation massive de l’opinion publique et de propagande. C’est d'ailleurs ce qui montre clairement le scandale de Cambridge Analytica qui a permis de dévoiler une campagne de désinformation et d'intervention de trolls russes dans l'élection présidentielle américaine à travers le détournement de l’usage du Facebook.

De nombreuses opportunités peuvent découler de la révolution numérique. Pour en profiter, il est nécessaire de mettre en place un cadre législatif permettant de règlementer cet espace virtuel utile, mais dangereux.

 

 Imen Mehrzi

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (3)

Commenter

Albatros
| 23-09-2020 12:01
pas besoin de cadre législatif , puisque le droit de réponse est garantit, sauf dans certain pays comme la France, où la liberté d'expression a été tuée par les juifs.
ainsi en France, le juif est devenu sacré , intouchable, incritiquable. critiquez le juif ou isra-HELL, et vous ètes traité d'antisémite, mème si vous ètes sémite !!! et les associations sionistes qui pullulent feront tout pour fermer votre compte.
il y a plus grave, ces sioniste ont leurs relais en Tunisie. des traitres qui défendent les lois liberticides imposée par les juifs à la France, eg. loi Gayssot, ces lois n'ont pas cours légal en Tunisie. de sorte vous avez plus de liberté d'expression qu'en France. et tant mieux.
exemple:
qd Dieudonné se moque des noirs, arabes, chinois ... çà va.
mais qd il se moque des juifs, c'est le tsunami. les franco sionistes l'ont broyé, anéanti.
ajoutez ce franco sioniste rené Trabelsi, qui proteste contre la venue de Dieudonné en Tunisie !!
dite lui, que la Tunisie n'est pas la France.

Ghazi
| 21-09-2020 11:53
Bonjour,
Vous avez tout simplifié et tout dit. Merci pour cette mise au point nécessaire, adressée à qui de droit.
Bien à vous.

GZ
| 21-09-2020 00:36
Je présume que la charge de travail du modérateur de BN n'est pas négligeable , qu'il ne doit savoir où donner de la tête , s'il ne s'arrache pas les cheveux , mais permettez- moi de dire que certains propos tenus par certains commentateurs sont tout simplement scandaleux et pour tout dire , tout sauf publiables . En réaction à l'info relative aux manuscrits en hébreu saisis à l'Ariana , un lecteur n'a pas trouvé mieux que de traiter @ Welles , autre lecteur qui n'a au demeurant rien posté à ce sujet de
" youpin de service " .Allez savoir pour qu'elle raison .De ces exemples , il y en a à la pelle . Sans parler des injures . Insultes et autres noms d'oiseaux dont sont régulièrement affublés certains hommes et femmes politiques . Ce n'est plus à un débat serein ni un dialogue constructif , apaisé que l'on assiste parfois , mais à un échange d'anathèmes et invectives , déversoir incontrôlé d'une logorrhée fielleuse qui pose parfois sérieusement la question de savoir s'il est bien pertinent de continuer de fréquenter ces lieux . Nous sommes quelques uns à être excédés , exaspérés par ces propos inqualifiables .
Commençons par faire le ménage chez nous . Ici et maintenant . " Mouchons nos morveux " . On aura assaini un partie du paysage .
A bon modérateur salut .

A lire aussi

Pour l’instant, l’Etat se contente de « mesurettes » qui entravent le secteur plus qu’elles

25/10/2020 15:59
3

Retour sur un an d’exercice d’un président atypique.

22/10/2020 19:25
20

Peut-être il est temps de mettre à nu le mal qui ronge notre

21/10/2020 19:59
3