alexametrics
Chroniques

Ennahdha dévoile son jeu et se résigne à faire des concessions

Temps de lecture : 3 min
Ennahdha dévoile son jeu et se résigne à faire des concessions

Par Sofiene Ben Hamida

 

Le parti islamiste Ennahdha a finalement annoncé ses véritables intentions. Le conseil de la Choura d’Ennahdha a rendu public sa position concernant deux points essentiels pour les islamistes, en l’occurrence la présidence du conseil des ministres et la présidence de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Les islamistes présentent donc leur chef Rached Ghannouchi à la présidence de l’ARP et ne semblent plus hostiles à l’idée d’un chef de gouvernement en dehors de leurs structures. Des noms ont même été mentionnés durant les débats du conseil de la Choura.

 

Dans ces décisions, il n’y a aucune surprise. Ceux qui observent la scène politique tunisienne savent que dès l’instant de la présentation de la candidature de Rached Ghannouchi pour les élections législatives, le parti islamiste a décidé de s’accaparer la présidence du parlement. Bien entendu, sur le plan théorique, rien n’empêche Ennahdha de présenter son chef comme chef de gouvernement par la suite, qu’il soit député ou pas. Mais dans la pratique, cette option est écartée dés le départ pour au moins trois raisons.

La première est en rapport avec la volonté des islamistes d’éviter une surexposition de leur patron et de lui épargner les flots des critiques qui ne tarderont pas à fuser de toute part contre le prochain gouvernement.

La seconde est en rapport avec l’incompétence évidente de Rached Ghannouchi pour un tel poste. En effet le chef des islamistes tunisiens n’a jamais connu l’administration et semble ignorer tout des questions économiques qui seront au centre de l’action gouvernementale au cours des années qui suivront.

Quant à la troisième raison, elle concerne l’âge avancé de Ghannouchi et son état de santé, incompatibles avec les charges d’un chef de gouvernement dynamique dont le pays a besoin. D’ailleurs, citer le nom de l’octogénaire ancien président de la constituante, Mustapha Ben Jaâfar, comme chef de gouvernement probable par les islamistes est incongru, sauf s’ils veulent l’utiliser comme paravent pour cacher leur véritable candidat dont l’identité ne sera dévoilée qu’au dernier moment.

 

Le problème pour Ennahdha, c’est que le chemin de Ghannouchi pour la plus haute marche du parlement est semé d’embûches. Il ne dispose réellement que des voix des députés de son parti et de ceux de la coalition Al Karama, ce qui est trop peu et ne dépasse pas les 69 voix. Les quarante à cinquante voix restantes doivent être âprement négociées avec Attayar qui serait tenté par la présentation de la candidature de Samia Abbou à la présidence du parlement, ce qui lui donnerait des atouts supplémentaires dans ses négociations avec les islamistes concernant le prochain gouvernement.

Ces voix manquantes seront aussi très difficiles à collecter dans le camp de Qalb tounes qui, lui aussi, cherche à améliorer les conditions de négociation avec les islamistes concernant le prochain gouvernement et a avancé le pion Ridha Charfeddine, comme candidat surprise à la présidence de l’ARP, dans une manœuvre, tout aussi incongrue, mais qui peut s’avérer efficace.

Le mouvement Echâab est tenté, pour sa part, de présenter un concurrent à Ghannouchi en la personne de Safi Saïd. Mais quoi qu’il en soit, il serait surprenant de voir les députés unionistes arabes voter pour le candidat des islamistes sans de lourdes concessions de la part d’Ennahdha, qui dépassent de loin le simple retour de Salem Labiadh à la tête du département de l’éducation.

Quant à Tahya Tounes, son chef est depuis longtemps en parfaite harmonie avec les islamistes. Mais cela est presque insignifiant pour les islamistes du fait que les députés du groupe parlementaire Tahya Tounes ne sont pas nombreux et que nul ne peut garantir la discipline au sein de ce groupe.

 

Pour la première fois donc, le parti islamiste qui a toujours décidé de la cadence de ses manœuvres et avait gagné ses adversaires à l’usure, se trouve traqué par le temps et acculé à faire des concessions à ses partenaires. 

      

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (3)

Commenter

mansour
| 10-11-2019 20:55
pour donner la cadence et le rythme de la vie politique désormais seul Kais Said,Youssef Chahed et Mustapha Ben Jaafer qui acceptent le pas cadencé de L'islamiste frere musulman salafiste Rached Ghannouchi d'Ennahdha

SCONCE
| 10-11-2019 18:12
venant de vous c'est toujours un scoop une information juste et fiable , une question simple aucun parti n'a la majorité pour gouverner ce pays l'émiettement des voies on fait que et des partis indépendants chacun se croit mieux que l'autre a l'arrive c'est toujours et encore les Islamistes en tête pour faire quoi la meme chose vendre ruiner hypothéquer le pays , un appel solennel le retour au urnes !

G D ID
| 10-11-2019 17:28
Vous écrivez le contraire de ce que vous avez écrit le 27/10.

A lire aussi

Rached Ghannouchi a enfin obtenu le poste tant convoité de chef du

10/12/2019 15:59
6

Pour bien tuer le temps, Ennahdha et Habib Jamli nous occupent comme ils

09/12/2019 15:59
24

Pour ces trois dames, il existe trois profils différents qui les guideront vers deux destinées

08/12/2019 15:56
14

C’est ainsi, tout finit par finir. Presque

07/12/2019 13:59
6

Newsletter