alexametrics
lundi 18 octobre 2021
Heure de Tunis : 06:49
Sur les réseaux
Discours de Kaïs Saïed : Qu'en pensent nos politiciens ?
20/09/2021 | 23:09
3 min
Discours de Kaïs Saïed : Qu'en pensent nos politiciens ?

 

Plusieurs personnalités politiques tunisiennes ont réagi sur les réseaux suite à l’allocution du président de la République, Kaïs Saïed lors de sa visite du 20 septembre 2021 à Sidi bouzid.

 

Faisant partie du camp des personnes favorables au contenu du discours du président, le député du mouvement Echâab, Haykel Mekki, a écrit : « Le président, Kaïs Saïed, a annoncé, depuis Sidi Bouzid, le passage de l'État mafieux à l’Etat du peuple. La route est ardue et difficile, mais si le peuple le veut, alors Le destin se doit de répondre. La personne libre sait dans quel camp elle doit se positionner ».

 

 

 

Le député d'Attayar, Hichem Ajbouni, quant à lui, s’est dit confus. « Qui sont ceux qui conspirent contre l'État dans des chambres obscures ? Qui est-ce qui dépense de l'argent pour semer la discorde et le chaos ? Qui a marchandé le vote de lois contre des centaines de millions ? Qui sont ceux qui commercent sur l'octroi de la nationalité tunisienne pour des centaines de millions ? Qui a accumulé une fortune de 1500 milliards à travers la corruption politique ? Qui sont ces traîtres qui ont vendu la patrie ? », s’est-il interrogé en s’adressant au président de la République.

 

 

Le député a, également, demandé au président de la République les raisons de l’absence de poursuites en justice contre ces individus.

Son collègue et membre du même parti, Nabil Hajji, faisant allusion à la scène qui s’est déroulée le 13 janvier 2011 après le discours de l'ancien président feu Ben Ali dans la Télévision Nationale, a écrit : « C’est tout ? On passe à un chant patriotique ? ».

 

 

Rebondissant sur la question de l’ l'organisation provisoire des pouvoirs publics, le député Mabrouk Korchid s’est interrogé sur l’identité de l’institution qui l’adoptera. Il a posé la même question concernant l’adoption d’une nouvelle loi électorale.

 

 

« La vérité est que la confusion des Tunisiens est en hausse. Seigneur, nous ne demandons pas justice, mais plutôt la grâce dans votre jugement. Les femmes et hommes de la Tunisie ne la laisseront pas tomber », a-t-il poursuivi.

 

D’un autre côté, l’ancienne députée et membre de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), Bochra Belhaj Hmida a écrit : « Que y a-t-il de nouveau dans le discours du président à part traiter ses opposants de traîtres et inciter les gens contre eux ? ».

 

 

Habib Khedher, ancien député et rapporteur de la constitution, a affirmé que la révision du système électoral ne peut avoir lieu qu’à travers l’adoption d’une loi par un pouvoir législatif. Il a également, rappelé que selon l’article 70 de la Constitution tunisienne, le régime électoral est excepté du domaine des décrets-lois.

 

 

La députée du mouvement Ennahdha, Jamila Ksiksi, a considéré qu’il n’y a plus de solution humaine, il ne reste que la prière. « Que Dieu protège la Tunisie ! », a-t-elle écrit.

 

 

Enfin, le député et leader du parti Qalb Tounes Oussama Khlifi s’est contenté de publié un smiley qui rigole...

 

 

 

S.G

20/09/2021 | 23:09
3 min
Suivez-nous
Commentaires
cesarios
Pour faire réussir notre transition.................................
a posté le 22-09-2021 à 12:23
Le tout le monde a peur de tout le monde, personne n'a confiance à personne, chacun a son interprétation du destour, l'égoïsme bat son plein, en TUNISIE, jusqu'à aujourd'hui après toute une décennie, nos politiques n'ont pas voulu piger que la vraie transition démocratique ne pourra fonctionner et réussir que par la passation du pouvoir lorsqu'une équipe gouvernante a subi un échec cuisant et la majorité du peuple ne se trouve plus présent à leur appel et à le suivre.... Une gouvernance qui échoit et qui cause des calamités , des DANGEREUX FIASCOS d'une banqueroute qui s'aggrave d'une année à une autre et d' une dégradation et un dégringolade dans tous les domaines et les secteurs doit inéluctablement changée d'urgence par des moyens légaux et constitutionnels ( à les institutionnaliser) en donnant la parole aux citoyens et citoyennes et en les faisant participer et à responsabiliser à choisir leurs nouveaux dirigeants décideurs.... Notre transition démocratique ne pourra réussir que par le peuple et pour le peuple et les résultats des URNES transparentes , sérieuses, et bien contrôlées sont le seul moyen légal et garant de la stabilité et de la sécurité et nous évitent tout chambardement , toute perte du temps , tout désordre , et toute sorte d'hégémonie
BOUSS KHOUK
KAISSOUN
a posté le 22-09-2021 à 10:11
FAITES NOUS VITE EXPLOSER CETTE CONSTITUTION 2014 DE MERDE !! écrite pour CES ORDURES ET A LA CARTE , on en a marre de les entendre ABOYER de peur pour la fin du
CAVJAR .
Soussi
Tunisiens
a posté le 21-09-2021 à 22:26
Ou va le pays?
est ce qu il y a un responsable la situation va devenir insoutenable
Attendre attendre attendre
CDG
on espere qu il ne sera
pas a la fin le pere noel
A celui qui a la responsablite du pays ayez pitie et ne divisez pas les Tunisiens
AN
Remarquable !
a posté le 21-09-2021 à 19:35
Question?
Qui a vu un président à regard aussi pénétrant et agressif en s´adressant à son peuple de cette manière, ? A ma connaissance, seuls H. Bourquiba et Kaiis Saied l'ont fait !

Est-ce un Syndrome Tunisien specifique ?
LINA
On choisit son camp. Cela va de soi!
a posté le 21-09-2021 à 17:12
Pour les patriotes et les citoyennes et citoyens intègres, les discours du Président sont clairs. Ceux qui veulent des points sur le i, sont de mauvaise foi et regrettent le régime d'avant le 25 Juillet, des losers.
La majorité du peuple comprend le Président à mi-mots, dans la confiance et la patience. Pour les politicards, on se fout de leur confusion, leur pessimisme et leurs larmes de crocodile.
rz
bcp de brouhaha
a posté le 21-09-2021 à 12:15
Il faut dire que ce discours est inaudible tellement les micros sont mal branches expres ou pas, tellement de bruit dans la salle qui empeche toute concentration pour les auditeurs tout comme pour le president lui meme.
Un discours attendu malheureusement on n'a rien entendu. Seul point positif jusque la on ne voit plus les gueules cassees des khouanjia.
Tunisino
Saied est sous contrôle médicamenteux
a posté le 21-09-2021 à 11:14
Saied, est-il sous contrôle médicamenteux? C'était le cas de Bourguiba ensuite de Ben Ali, on donne au président des médicaments pour le contrôler. Les postures d'hier réclament que Saied est sous contrôle médicamenteux, qui est entrain de manipuler le président? Le président est isolé à Carthage de tout le monde, par qui? Saied est entrain de fuir vers l'avant, pour enfoncer davantage la Tunisie dans la boue, selon ses propres convictions ou selon l'agenda de son entourage? On est dans une fin, comme celle de Ben Ali, ce sont les éclats de la troisième république, une république sans les extrémistes, les anarchistes, et les suicidaires de la gauche et de la droite.
AN
ce sont les éclats de la troisième république
a posté le à 16:33
OUI @Tunisino, les RCDistes tirent les ficelles en derriere plan, ils ont bien conqueri Carthage depuis le mandat de BCE et ne le lacherons plus. Notre Kaiis Saied comme ignorant poltique et sans parti politique, représente pour eux, avec son aide, une excellente chance pour restaurer la Dictature version 3.0 : Ben Ali est mort, vive Ben Ali !

Pour les RCDistes (du Sahel) notre Président Kaiis Saied ne joue actuellement pour la prise du pouvoir qu'une étape de tromperie contunue de la masse et des journalistes. Lorsque le fruit du pouvoir est mûr, on nous sortira soudain de leur manche le nouveau dirigeant de la Tunisie.
J.trad
L'humanité issue d'une semence éjectée du Paradis
a posté le 21-09-2021 à 10:42
A donné une diversité qui cause le vertige ,mais cette diversité reste quand même uniforme ,le corps le coeur et la raison ,restent les trois facteurs communs ,pourvu qu'on arrive à leurs enseigner une seule langue universelle ,la langue qui leur transmet la parole de Dieu ./.
J.trad
Il faut sacraliser le Pouvoir Législatif
a posté le 21-09-2021 à 10:26
Nous les musulmans nous disposons d'un pouvoir législatif révélé par le créateur ,il faut un parlement qui met en valeur les lois sacrées , il faut pour que les lois soient appliquées correctement des experts ,pour mettre en valeur ,(ma9asid Echari3a),qui sont l'incarnation de la justice absolue , dans le texte sacré ,il y a une justice ,qui dépasse la volonté du peuple ,bref ,les frères musulmans sont une mouvance qui a compris l'universalité de la volonté Divine , la justice Divine est bien plus vaste que le terme Démocratie ,en question de législation , voilà pourquoi nous devons soutenir l'aspiration vers la Francophonie ,vers l'anglophonie , ces deux vecteurs peuvent relier l'humanité entière autour de la législation sacrée dont Dieu a choisit la langue pour l'exprimer ,nous les arabes il nous faut former des experts en traduction ,les deux langues vivantes peuvent êtres les liens universels qui véhiculent la loi. Divine sans risque de déformation ,comme cela a été pour les deux textes sacrés ,qui ont subit beaucoup de déformations , ( l'hébreu ,et l'araméen ) n'étaient pas bien au point pour assurer des traductions crédible ,Dieu nous informe qu'il se porte garant pour préserver de toutes modification du texte du Saint Coran(na7nous nazzalnaahou wa na7nous lahoum 7afidhoun).vive la vocation des frères musulmans ,qui s'accrochent à étendre le message Divin ,à tous les peuples , l'histoire des colonisations ,est chose destinée pour amorcer le rapprochement des peuples la péninsule indienne doit son unité grâce à la langue anglaise ,tout comme la langue arabe a unifié des peuples innombrables , les élites doivent oeuvrer pour que tous les peuples ,s'accordent à concrétiser une rotation universelle autour d'un centre sacré où la volonté Divine ,arbitre le pouvoir législatif , le pouvoir exécutif peut prendre des couleurs selons les nuances des nations , la condition des femmes est celle qui donne les plus grandes divergences ,sauf si les Sages de toutes les races saisissent ( le bon sens de la loi Divine ).
Houcine
Des députés dépités.
a posté le 21-09-2021 à 08:56
Il convient de rappeler que Kais Saied à pris l'initiative de mettre un terme à une catastrophe annoncée.
Des années durant, les députés qui ruent, qui trouvent à redire contre la personne et le style ont accepté sinon pactisé avec un système corrupteurs et corrompu ignorant des besoins d'un peuple qui avait détrôné Ben Ali.
Kais Saied se décentre en choisissant de parler aux gens du commun d'un lieu d'où partit le mouvement qu'ils ont accaparé avec les résultats que l'on sait.
Lorsqu'il date la séquence du 17 décembre l'opposant au 11 janvier, il situe le différend et les acteurs.
Je comprends que cela heurte leurs certitudes et dérange leur vision du réel et du pays.
Contre le Centre, il part de la Périphérie et considère et restitue cet espace dans une centralité qu'ils ne peuvent envisager ni accepter.
Il parle au peuple sans convier les élites habituées à occuper le premier rang, le premier cercle, et cela les rend agressifs et haineux.
Populiste, il était déjà coupable de cette hérésie.
Fou, il est défini par de doctes ignorants que ne rebute aucune ineptie.
De quoi est-il coupable ?
Si les sondages lui sont favorables, c'est parce que le peuple est bête, ignare, et ne sait pas discerner le bon grain de l'ivraie.
Il s'exprime dans une langue précise, littéraire, cela agace le beldi trop habitué au statut de son volapuk faussement précieux.
En réalité, il faudrait poser des questions aux premiers concernés.
Aller à la rencontre du pays réel pour mesurer à quel point nos députés n'en savent rien, et ne veulent rien savoir des besoins, des attentes des citoyens ordinaires.
Kais Saied à le mérite de la cohérence. Il ne louvoie pas, ne recherche pas la célébrité, ni à marquer des points contre l'autre, il a une vision construite sur la base d'une expérience, de ce qu'il a eu à connaître de la place qu'il occupe, et cela lui sert de guide.
Il ne reviendra pas sur ce qu'il a initié.
Les décisions suivent dans un rythme compatible avec les pesanteurs d'un système qui nécessite d'être repensé, refondé.
S'il va vite, il encourt le reproche d'agir dans la précipitation. Pas assez preste, il est regardé en pusillanime.
Il a décidé de son rythme.
Cela nous agrée.
pit
..."il ne reste que la prière"
a posté le 21-09-2021 à 07:46
Si vos prières marchaient, nous serions en plein 6e califat depuis longtemps !
Forza
Liblad tkab saadha
a posté le 21-09-2021 à 07:11
.
zozo Zohra
Hih saadha tkab
a posté le à 12:50
Avant mesquina elle nageait dans le bonheur : maison, voiture, 4 enfants, un ange de mari dommage il a perdu la vie, tellement il nageait dans le bonheur.

Yatik dagga matkthib
takilas
Quand ghanouchi jouait le bandit où était-elle ?
a posté le 21-09-2021 à 02:30
Ramasser l'argent du peuple et allait à l'assemblée pour appuyer sur le bouton indiqué par son patron ghanouchi.