alexametrics
lundi 19 avril 2021
Heure de Tunis : 13:29
Chroniques
Des têtes de mule
Par Nizar Bahloul
08/03/2021 | 15:59
5 min
Des têtes de mule

 

Nous sommes le 8 mars, c’est la fête de la femme. Joyeuse fête à mes journalistes sans qui ce journal n’existerait pas comme vous le voyez. Aux Nadya, Sarra, Abir, Yosra, Imen, Fatma, Houda, Myriam, Rabeb, Yasmine… je vous aime !

Joyeuse fête à mes rédactrices en chef Synda et Ikhlas sans qui ce journal n’aurait pas cette qualité et cette réactivité.

Joyeuse fête à nos lectrices sans qui ce journal aurait peu de raisons d’exister.

Joyeuse fête à nos commentatrices grâce à qui le journal s’améliore.

Joyeuse fête à nos clientes-partenaires grâce à qui le journal perdure.

Joyeuse fête à toutes les Tunisiennes libres et indépendantes.

Pour nous les hommes normalement constitués et sans complexes, la femme représente la raison. C’est grâce à elle que nous grimpons les échelons. Et c’est à cause d’elle que nous les dégringolons. Malheur à celui qui la méprise et pense, un instant, qu’elles nous sont inférieures.

 

Sur le plan national, la situation ne s’améliore pas. Le 27 janvier, l’Aassemblée des représentants du peuple a voté la confiance du nouveau gouvernement. Cinq semaines plus tard, les ministres n’ont toujours pas prêté serment.  

La faute au chef du gouvernement, dira le président de la République qui refuse d’organiser une cérémonie de prestation de serment à des ministres suspectés de corruption.

La faute au président de la République, dira le chef du gouvernement pour qui seule la justice a le droit de dire qu’untel est corrompu ou pas.

Peu importe à qui incombe la faute, le fait est là, la Tunisie est dans l’impasse. La raison et le bon sens exigent que le chef du gouvernement démissionne. Il ne peut pas gouverner avec l’efficacité requise en ayant à dos le président de la République et près de la moitié de l’assemblée. Son seul soutien provient de députés plus que controversés. Il a, de son côté, les islamistes d’Ennahdha, les députés de Qalb Tounes dont le président est en prison pour suspicion de blanchiment d’argent et les députés d’Al Karama coupables de violences diverses à plusieurs reprises.

Dans un pays qui se doit de moraliser la vie publique, on ne peut pas soutenir Hichem Mechichi coupable de ne pas respecter la morale. Il a tourné le dos à celui qui l’a nommé, il limoge sans raison valable des ministres trois mois après leur nomination, ses soutiens sont des gens pas du tout recommandables et certains de ses ministres sont suspects. Ça en fait trop pour un seul homme fraîchement nommé. Ce n’est pas possible. Il ne peut pas s’inscrire dans la durée avec des ministres par intérim, des médias hostiles, une coalition parlementaire intéressée et malfaisante et un président qui ne cherche qu’à en découdre.

 

La solution à cette crise ? En dépit de tout ce qui précède, Hichem Mechichi aurait pu trouver une solution en mettant de l’eau dans son vin. Ce que demande le président n’est pas impossible. Il se devait juste de s’expliquer avec lui droit dans les yeux. Les réserves du président de la République sont connues et il en a fait part plus d’une fois. Le président de la République est prêt à fermer les yeux sur la trahison de Mechichi qui a limogé les ministres choisis par le président de la République, mais il refuse net la nomination de ministres suspectés de corruption et de conflit d’intérêt.

Ce qu’aurait dû faire Hichem Mechichi, et ce qu’il peut encore faire car il n’est pas encore trop tard, c’est de sacrifier les ministres suspects. Cet entêtement à garder, contre vents et marées, des ministres suspects n’a pas de sens. Ce n’est pas raisonnable. A un moment ou un autre, il faut savoir abdiquer. Au nom de l’intérêt commun, au nom de l’intérêt supérieur de l’Etat, il faut savoir mettre de l’eau dans son vin et reculer pour mieux sauter ensuite.

Sauf que voilà, Hichem Mechichi est têtu et n’est pas du tout dans cet esprit. L’entêtement des quadras qui pensent détenir la science infuse et avoir raison contre tous.

 

Ce qu’il faut, et c’est une question de bon sens, c’est une accalmie. Il faut obliger les deux protagonistes à s’asseoir autour d’une table pour discuter. Ce rôle devrait être joué par le président du Parlement Rached Ghannouchi. Plutôt que de jouer son rôle, le chef des islamistes s’amuse à jeter de l’huile sur le feu. Ce rôle pourrait être joué par le président de la centrale patronale ou le secrétaire général de la centrale syndicale. Majoul et Taboubi ont essayé et le président de la République a fait connaitre ses doléances : qu’il se débarrasse des ministres suspects et tout rentrera dans l'ordre.

En clair, et pour synthétiser la situation, on a un président de la République qui est prêt à mettre de l’eau dans son vin en acceptant « l’acceptable » (un remaniement absurde après trois mois), mais en refusant l’inacceptable (la nomination de ministres suspects). En face, on a un chef du gouvernement qui refuse de mettre une seule goutte d’eau dans son vin. Il veut faire ce qu’il veut sans que personne ne s’oppose à lui. Il se prend pour un Bruce tout puissant.

Il se trouve que Mechichi n’a rien d’un Bruce tout puissant. Il ressemble plutôt à celui qui a le cul dénudé avec une bague au doigt (proverbe tunisien).

Plutôt que de choisir l’accalmie (une question de bon sens), il a choisi l’escalade. Samedi dernier, il a rejeté net la possibilité de sa démission. Pire, il a déclaré qu’il ne sait pas répondre aux moulins à vent. Le monsieur ne se prend plus pour Bruce, mais pour Don Quichotte. Fait-il référence à Cervantès pour autant ? Le doute est permis, car dans l’imaginaire tunisien, les moulins sont dirigés par des meuniers et le mot meunier dans le dialectal tunisien renvoie à une grossièreté. Les deux lectures sont permises et Hichem Mechichi ne s’est pas méfié de la multiplicité des interprétations.

Le fait est là, qu’il fasse référence à Cervantès ou à l’imaginaire tunisien, Hichem Mechichi n’a pas choisi l’accalmie avec le président de la République, il a choisi l’escalade.

 

Où pense-t-il pouvoir aller avec son escalade ? Nulle part. Mais vraiment nulle part. La seule certitude que nous avons, c’est que l’on est dans l’impasse et que l’on fait, depuis des semaines, du surplace. Tout le monde le sait, le FMI nous a averti du danger de la situation actuelle, Moody’s nous a sanctionné, les médias ne cessent de crier au scandale, mais Hichem Mechichi semble vivre sur une autre planète. Jusqu’à quand ? On a déjà dépassé toutes les limites acceptables ! Trop, c’est trop !

Par Nizar Bahloul
08/03/2021 | 15:59
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Pr Anouar Jarraya psychiatre
litige entre présidences
a posté le 09-03-2021 à 14:47
Le vrai problème réside dans une guerre d'usure mais basée sur un calcul à court terme, une forme de "poker -menteur" en quelque sorte-
Mechichi veut profiter de la situation acquise, c'est humain et table sur l'appui de " sa ceinture" bien que selon plusieurs observateurs,il manquerait de réalisme-
Le mouvement "Ennahdha " trouve de bonne guerre dans sa lutte pour le pouvoir avec la Présidence de la République, de l'instrumentaliser comme salaire de son appui parlementaire, c'est dans sa stratégie claire et nette-
La Président de la République tient à très bon droit à ses prérogatives, et ua respect du droit constitutionnel-Il voit d'un très mauvais oeil le chef d'Ennahdha,par ailleurs Président de l' ARP,
tenté de lui ravir son rôle diplomatique, au nom d'une prétendue "diplomatie parlementaire"
visant à empiéter sur les prérogatives de la Présidence de la République, surtout avec les gouvernements "frèristes" Erdoghan en tête : il est vrai que dans l'idéologie "frériste" le chef se considère comme seul légitime, tenant son rôle d'une sorte de légitimité transcendant le pouvoir humain (on va gouverner selon ce que Dieu a descendu sur terre ('?'?'? '?' '?'? '?'?'?)
faute de conseil Constitutionnel élu, c'est le Président de la République qui a compétence pour interpréter les points litigieux nés de l'application du texte constitutionnel ce qui fait de lui un juge en même temps qu'une partie du litige-Cherchez qui a largement participé au texte de la Constitution, et à qui incombe la responsabilité de l'absence du Conseil constitutionnel: vous trouverez un autre acteur, qui sera lui-même juge et partie -
C'est le problème bien connu des constitutions à régime parlementaire et laissant vacant (même de facto) le problème du litige entre tenants des pouvoirs- En cas d'obstacles la voie est ouverte soit à la rue, soit à l'armée (coup d'état) nos amis et collègues constitutionnalistes le connaissent bien et certains d'entre eux se sont exprimés avec beaucoup de pertinence- Reste le pouvoir décisionnel qui appartiendra à ses tenants, chacun dans les limites de ses attributions, modulées par le contexte géostratégiques: c'est ce que semblent avoir compris certains représentants de la coalition qui gouverne chez nous ainsi que nos voisins Libyens- A bon entendeur salut-
Gg
Oui, M. Bahloul
a posté le 09-03-2021 à 14:40
Mais oui! Voilà qui est clair, et c'est la simple vérité.
Merci M. Bahloul.
Be zen
naif
a posté le 09-03-2021 à 13:49
Je rajoute que ce n'est certainement pas dans les journaux islamistes que mes commentaires seront acceptés et publies.
Alors de grâce, exprimez-vous comme vous l'entendez, BN vous ouvre son espace de liberté mais ne venez pas cracher dans la soupe !
Be zen
naif
a posté le 09-03-2021 à 13:32
Merci pour votre retour.
Ne croyez pas nous impressionner avec vos 100.000 "vrais tunisiens". Je ne vais pas chipoter sur le chiffre, je voudrais juste vous préciser que ces manifestants ont été carottés et "chocotomés" à coup de voyage gratuit, de sandwichs et de quelques billets. Vous avez une objection ?
Sachez qu'au moins 80 pour cent des tunisiens détestent le parti islamiste et ses dirigeants corrompus. Et ces tunisiens dont je fais partie sont réellement les vrais patriotes qui ne supportent pas la mainmise de notre pays par des pays tiers comme la Turquie ou la Qatar. Vous semblez vous en accommoder.
Par ailleurs vous devez savoir qu'il existe une presse d'opinion. Eh bien figurez-vous que BN en fait partie. La rédaction n'est pas militante mais elle a fait son choix. Et son choix c'est de défendre la démocratie, les valeurs de la République, la laïcité, la pluralité, les minorités . . .
Elle s'oppose par contre au totalitarisme, à la corruption, aux calculs malsains, à l'injustice et à la bêtise.
Si vous vous êtes senti lésé, c'est que vous avez un parti-pris. Commencez par vous remettre en question, sortez de votre bulle et réfléchissez un peu.
TAIEB
Chaire à Canon
a posté le 09-03-2021 à 11:04
Merci beaucoup pour cet excellent article qui résume bien la situation de notre pays. Il est regrettable que Michichi tourne le dos à celui qui l'a choisi pour le poste de Premier Ministre. C'est une trahison et ne peut-être qu'une taupe aux services des prédateurs nahdhaouis qui sont entrain de l'utiliser comme chaire à Canon. A mon avis il n'ira pas loin et sera jeté comme un bout de papier dans la poubelle de l'histoire.
Zend
Amateurisme
a posté le 09-03-2021 à 07:55
Je ne sais pas qui est tête de mule ?
Mechichi est aussi légitime que KS.
Son gouvernement a été approuvé par les représentants du peuple . Apres tout , KS n'a pas eu plus que 30% des voix au premier tour.
On peut suggérer aussi a KS de démissionner ?
Par cette tactique, KS veut phagociter la constitution. Il veut s'approprier un pouvoir que la constition ne lui donne pas. Il veut être un 2 em Ben Ali.
Comment accepter que la situation est bloqué, que la personne qui représente l'état Tunisen n'a pas le courage d'aller devant la caméra et dire dire, je bloque a cause de X, Y Z.
En , fait, il n'a rien dans ses mains. Il a peur que le peuple le descredite.
Si les noms sont annoncés et la justice regarde . En moins de 48 h , on aura le dénouement. Ceux qui sont mis en examen seront écartés automatiquement.
Ainsi, KS pourra dire fièrement: je protège la nation des corrompus.
Ceux qui ne sont pas mis en examen prennent leurs fonctions.
Au fait, qui a proposé le nom de Mechichi . C'est bien KS.
Le premier responsable de cette crise est : l'incompétence de la justice Tunisienne ? La malhonnêté intellectuelle de KS et nous tous Tunisien ...
Lectrice
Merci pour vos voeux!
a posté le 09-03-2021 à 06:02
Quel plaisir de lire cet hommage aux femmes de Business News! Bonne fete a toutes les femmes!
GZ
Femmes
a posté le 09-03-2021 à 01:41
Bonjour M. Bahloul.
Permettez à un modeste lecteur de joindre sa voix à la vôtre et saluer toutes vos collaboratrices à tous les niveaux en ce jour de fête , en commençant par les techniciennes de surface et sans oublier personne . Je constate en vous lisant que la gent féminine est chez vous bien présente et représentée et j'en suis , comme beaucoup ici , fort aise . Ceci explique probablement la singularité de votre journal et l'attachement que l'on éprouve pour vous .
S'il nous ( m') arrive de vous taquiner , ce n'est autrement qu'amicalement et sans nulle malveillance .
Comme disait Brassens , il m'est arrivé d'observer un homme - dans un miroir - , comme dans la vie , il n'y a pas de quoi s'extasier . Il n'y a pas grand chose à attendre de ce côté . Observez notre scène politique essentiellement "hominidée"
Plus que jamais " La femme est l'avenir de l'homme " et
" La beauté sauvera le monde " .
Quelqu'un qui , fut un temps , dans une autre vie , usa quelques fonds de culottes sur les bancs de l'IPSI , Montfleuri à qui vos collaboratrices rappellent quelques visages de condisciples amies depuis longtemps perdues de vue .
Bien à vous toutes et tous .
Lecteur
Rien à faire
a posté le 08-03-2021 à 22:38
L' article est un peu décevant. Il doit être plus mordant et doit attaquer la source du problème. Qu'est ce qu'on attend de traîter le mal à sa source? Il n' y a rien à espérer de ce monde qui nous gouverne, nous appauvrit, nous humilie, qui vide le pays de ses forces vives, et qui a transformé la Tunisie en un pays mendiant. On attend quoi Ils s'entendent ou pas, le résultat est le même. Est-ce possible de résoudre les problèmes actuels du pays en gardant la même constitution, la même loi électorale, et surtout la même classe politique qui a été (elle est encore plus ou moins la même) la source principale de ces problèmes. Ceux qui croient encore à une solution miracle ont une logique spéciale ou carrément défectueuse.
La solution : référendum pour tout balayer. Elle peut être douleurse à court terme (2 ans max) mais glorieuse pour la Tunisie et ses jeunes.
La solution alternative : la rue, Robespierre et les Jacobins
'?vitons cette dernière, on a encore un peu de temps. Hâtons-nous.
N.B.A
Mettre de l'eau dans son vin!
a posté le 08-03-2021 à 22:16
Mettre de l'eau dans son vin. Cette expression a été utilisée 5 fois dans cette chronique. Pour le reste, texte plat, répétitif et décousu. L'auteur de la chronique semble être à la peine et a réellement besoin de vacances!
Welles
La piquette
a posté le à 08:46
C'est vrai que boire de la piquette n'est pas bon pour la santé.
naif
@Be zen
a posté le 08-03-2021 à 21:44
Nahdhaoui et fier de l'être, comme les 100.000 vrais Tunisiens qui ont manifesté samedi à l'avenue Mohammed V.
J'ai le droit d'être militant dans mes commentaires, et les forums sont là pour ça. NB est aux dernières nouvelles le Directeur d'un journal. Il se doit d'être équilibré dans ses analyses. Il ne peut pas se permettre des articles militants. S'il montre la voie à ses rédacteurs (et rédactrices puisque c'est la journée des femmes), BN se transformera en « la Pravda », « el AMAL » ou encore « l'Action ». Plus aucune différence entre les articles et les commentaires. Je ne suis pas certain qu'il gagnera en lecteurs.
Welles
Obscurantiste
a posté le à 08:52
Il ne gagnera certainement pas en lecteurs de ton genre, ceux qui soutiennent la secte de malheur qui a mis le pays au pied du gouffre.
Par ailleurs, depuis quand les frérots célèbrent la journée de la femme !!!
Bravo BN
Le Média éclaireur.
a posté le à 23:26
Naïf de perdu dix de retrouvés !
Lambda
Respect !
a posté le 08-03-2021 à 20:43
J'ignorais qu'il y avait autant de Femmes à BN ! Respect, l'égalité est bien respectée. Hommage à toutes ces dames de l'ombre qui nous cuisinent un excellent journal. Bravo mesdames et chapeau à NB et à BN pour ce formidable casting
Hera
Entièrement d'accord
a posté le à 21:53
Apparemment l'égalité est bien plus que respectée à BN. D'ailleurs, c'est ce qui fait que ce journal soit le meilleur de la place en étant en phase avec les valeurs républicaines qu'il prône. Et ça reste toujours un plaisir de lire les analyses pertinentes de NB :)
mansour
Hichem Mechichi un nullard au pouvoir
a posté le 08-03-2021 à 20:42
pour déstabiliser la bonne marche du pays en devenant un élément au service de l'intérêt des ses protecteurs islamistes freres musulmans salafistes Rached Ghannouchi-Al Karama et Qalb Tounes
Bogo
Kif Kif
a posté le 08-03-2021 à 19:17
Cette situation de blocage ne bloque ou débloque rien en réalité. Que ce soit Mechichi ou un autre, des ministres supposés corrompus ou pas, depuis 10 ans la pente est toujours dans le mauvais sens. Ne rein attendre de cette classe "politique"
Fatma
Saied soigne la Tunisie de sa gangrène !
a posté le 08-03-2021 à 19:11
Il a commencé par écouter le peuple.
Il est arrivé à la présidence sans magouiller.
Ils ont voulu l'acheter et/ou l'intimider.
Il leur a fait face dans les règles du Droit.
Il a barré la route au clans corrompus en les démasquant.
Ils sont en train de perdre leurs privilèges alors ils commencent à s'agiter dans tous les sens pour des tractations avec l'ennemi.
Mais la colère de la jeunesse est enfin dans la rue "virons les islamistes et les corrompus !".
Conclusion :
Il nous aide à réfléchir et à agir par nous-mêmes pour "nettoyer le système" qui nous gouverne. Il nous redonne le goût du combat pour une vie digne. Les grandes démocraties observent et le laissent faire car il est en train de rendre sa crédibilité et sa fierté à la Tunisie en "écrasant" la mainmise des islamistes et des corrompus sur nos ressources, sur l'emploi et sur nos jeunes...
Une gouvernance "propre" aboutira à une économie forte doublée d'une justice sociale. C'est la bonne base pour avoir un pays stable.
Voilà ! C'est ça la feuille de route du projet politique de Saied pour la nouvelle Tunisie.

Mais le grand gourou et son sbire n'ont que faire de la misère du peuple tant que leurs sièges leur rapportent des milliards à se partager entre associés corrompus islamoaffairistes !
Guide de tourisme
Evitez...
a posté le 08-03-2021 à 19:06
...d'insulter nos amis quadrupèdes!
jilani
Et qui va accepter d'être jugé comme suspect
a posté le 08-03-2021 à 18:02
Son problème est qu'il est allé trop en avant sans avoir de filet de secours. Au lieu de consulter KS avant de chercher l'accord du parlement, il est allé tout droit et il s'est mis tout le monde contre lui . S'il va déclarer que tel ministre nommé est suspect, il risque d'avoir des pb avec la justice. Aucun ministre ne va accepter cette suspicion surtout que ces ministres nommés sont de gros mafieux et très proches des lobbys charfeddine ...
The Mirror
A des problèmes radicaux, une solution radicale : REFERANDUM
a posté le 08-03-2021 à 17:59
Je pense que la crise actuelle n'est pas si actuelle que ça, car, depuis 2011, Rached Ghannouchi tire les ficelles de la Tunisie dans tous les sens, et personne n'a su mesurer la dangerosité de cet individu.
Pour faire court, je dirais ceci :

Le problème ne consiste pas seulement en 3 ou 4 ministres corrompus, sur les 11 validés par le Parlement (de la Corruption). La solution ne consiste surement pas à mettre les trois présidents autour d'une table, polémiquer des heures durant, pour pondre ensuite un consensus, dans lequel chacun "trouve son compte".

Le problème est beaucoup plus profond : c'est un problème de régime politique.
La Tunisie ne peut plus vivre avec un régime politique parlementaire, avec deux têtes à l'Exécutif, et un Parlement type "Souk Moncef Bey". Les jours, les mois et les années ont montré que ça ne marche pas, et ça ne marchera jamais.

La solution à mon avis :

Le Président de la République doit remettre l'affaire au peuple, à travers un referendum sur le régime politique. Plusieurs pays l'ont fait aux moments de crises aigues, le dernier en date est le Royaume Uni (UK) avec son Brexit.

Lorsque le peuple aura exprimé son insatisfaction du régime parlementaire à travers un referendum, le président de la République, fort de la volonté du peuple, pourra alors procéder à des changements profonds au niveau de la Constitution et de la loi électorale, principales sources de malheurs.
Mon.
comment
a posté le 08-03-2021 à 17:24
vous avez raison, s'il y a quelqu'un qui doit céder, c'est bien le chef du gouvernement qui a été nommé par un Président qui a été plébiscité lors de son élection, le monde est à l'envers, si k.saied est connu pour son caractère obstiné et tenace, Mechichi est têtu comme une mule!
DHEJ
Nos femmes "infantent" ...
a posté le 08-03-2021 à 16:55
Des têtes de mule !
naif
article militant
a posté le 08-03-2021 à 16:36
C'est incompréhensible cet acharnement de NB contre le CDG Hichem MECHICHI. Il cherche peut-être à mobiliser contre lui pour le pousser à la sortie et le remplacer par un docile sans envergure du genre Fadhel Abdelkefi qui n'est pas forcément la personnalité idoine pour moraliser la vie publique. Mais comme dirait un ancien CDG « yabta chouaya ».
L'art de déformer la réalité et de la malhonnêteté intellectuelle est à son apogée. Tout le monde a vu que c'et le président extra-terrestre qui s'entête et qui s'arroge en juge refusant tout compromis et refusant l'invitation du cheikh Rached pour une réunion des trois présidents afin de trouver des solutions pour le bien du pays.
Enfin, je terminerais concernant les gens pas du tout recommandables qui ne sont autres que les représentants de la majorité des Tunisiens. Si l'opposition traite la majorité de personnes non recommandables on n'est pas dans la bonne direction pour moraliser la vie publique.
Curieux
@naif
a posté le à 18:39
"l'invitation du cheikh Rached" !! Il ne manquait plus qu'un naif corrompu Daechien pour nous indiquer "la bonne direction pour moraliser la vie publique" !!
On aura tout vu !!
Be zen
naif, commentaire militant !
a posté le à 18:25
Je peux affirmer d'ores et déjà, sans risque de me tromper que vous êtes islamiste. C'est votre droit.
Cependant, il serait intéressant de vous relire et de méditer sur votre commentaire.
Etes vous objectif ?
Pourquoi reprochez vous à BN ce que vous vous autorisez ?
touitoui
Je rajouterai bien un verre de vin
a posté le 08-03-2021 à 16:18
NB, servez lui un verre de vin
Abir
Bravo B Nizar
a posté le 08-03-2021 à 16:12
Tout d'abord , joyeuse fête à toute les femmes et une joyeuse fête de ma part à la grande Femme ABIR MOUSSI et ses collègues ! Concernant , mechichi , c'est un homme qui ne possède ni conscience ni dignité encore moins une personnalité ! C'est un bouffon Tout simplement!