alexametrics
dimanche 20 juin 2021
Heure de Tunis : 03:57
Tribunes
De la responsabilité et de la honte !
26/04/2021 | 09:26
8 min
De la responsabilité et de la honte !

 

Par Hédi Ben Abbes


14 juillet 2016 attentat de Nice, 86 morts, mode opératoire camion bélier. Auteur, un Tunisien.

29 octobre 2020 attentat de Nice, 3 morts, mode opératoire arme blanche. Auteur, un Tunisien.

23 avril 2021 attentat de Rambouillet, 1 mort, mode opératoire, arme blanche. Auteur un Tunisien.

Trois exemples qui nous interpellent et soulèvent plus d’une question sur les origines et les responsabilités qui sous-tendent un tel fléau. Comme le dit le proverbe chinois, quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt. On a tendance à regarder les auteurs de ces crimes inqualifiables sans chercher les raisons profondes qui ont amené ces bras armés à les commettre.

Si la Tunisie se distingue par ces macabres chiffres de la criminalité terroriste internationale, y compris en comparaison avec des populations comparables telles que celle de l’Algérie et du Maroc, c’est qu’il y a des particularités intrinsèques à chacune de ses populations. Ces particularités sont d’ordre historique, culturel, et politique. Si la population tunisienne partage avec les autres pays du Maghreb plusieurs traits communs dans le cadre de la géographie humaine, l’histoire et la culture, il demeure néanmoins que la dimension politique peut expliquer l’écart en termes de criminalité terroriste entre les pays du Maghreb. Ces propos méritent certainement davantage de nuance et de précision, mais je fais le choix de focaliser sur les changements politiques comme facteurs déterminants pouvant expliquer cette disproportion entre la taille de la population et le taux de criminalité terroriste chez les Tunisiens.

Facteurs politiques

Schématiquement, les révolutions supposent le remplacement d’un système jugé obsolète par un système correspondant au souhait d’une majorité de la population. Le nouveau système est supposé avoir une assise idéologique, ou du moins un certain nombre de principes autour desquels s’articule ce système. Ces principes trouvent leurs racines dans l’histoire du pays en question et les facteurs endogènes et exogènes qui l’ont façonné. Ces mêmes principes doivent constituer la matrice d’un projet collectif qui sollicite l’adhésion sinon de tous du moins d’une majorité porteuse de ce projet.

En Tunisie, depuis le soulèvement, les principes brandis par les différentes forces politiques étaient sommairement, de consonance universaliste, droit-de-l’hommiste avec comme étendard « la démocratie » - sans jamais la définir-  y compris chez les islamistes qui s’en sont servis comme un trompe l’œil. On a donc fait miroiter au Tunisien lambda les bienfaits de la « démocratie » dans une surenchère populiste pour mieux le leurrer sous le coup de butoir de l’opportunisme politique.

Absence de projet politique

Aucun parti politique dit « démocrate » n’a réussi à créer une structure politique sur des bases démocratiques et encore moins à élaborer un projet politique digne de ce nom, et le proposer comme une alternative crédible au système autocratique moribond. Sachant que toutes les sociétés ont besoin d’être structurées et d’avoir un référentiel fiable, capable de garantir la sécurité des biens et des personnes. De ce point de vue, la dictature est très structurante dès lors qu’elle instaure des règles et des moyens répressifs pour encadrer le système dans son ensemble. L’absence d’un référentiel structurant après 2011 a produit deux réactions dans deux directions différentes. L’une va vers la nostalgie pour l’ancien système que certains veulent réactiver pour retrouver le sentiment de sécurité, au prix de leur servitude et leur soumission. Fleurissent alors les discours sur la base de « c’était mieux avant », des discours pleinement exploités par le parti dit destourien. De l’autre côté, c’est un autre référentiel qui est exploité de manière abjecte par les islamistes et qui fait appel à la religion et sa pénétration dans le tissu culturel de la population. Si l’Homme est faillible, Dieu ne peut pas l’être et avoir un tel référentiel permet à une population en déshérence de trouver un point d’ancrage rassurant à défaut d’être efficient. 

Entre nostalgie et exploitation de la religion, le peuple tunisien est pris en otage, sommé de choisir entre la peste dictatoriale et le choléra islamiste. C’est bien la défaillance des pseudo-démocrates, aveuglés par leur ego et leurs intérêts personnels qui a ouvert la voie à ces deux référentiels, faute de pouvoir proposer un projet démocratique alternatif.

Le référentiel religieux tel qu’il est exploité par les islamistes tunisiens laisse la porte grande ouverte à toutes les interprétations, d’où le spectre très large du degré d’adhésion à cette idéologie. Cela va du décorum religieux (foulard, barbes, attitudes) qui a envahi les rues, à l’exploitation criminelle (terrorisme international), en passant par la voyoucratie qui se drape de vertus religieuses, celle qui sévit depuis presque une décennie en Tunisie.

La responsabilité

Le délabrement de l’Etat et de ses institutions, dès lors qu’il n’y a pas de projet politique structurant. Opportunisme et mercantilisme politique dominant. Exploitation outrancière du référentiel religieux. Tous ces phénomènes ont produit chez certains un sentiment d’impunité qui sévit partout et à tous les niveaux. Chez les populations les plus fragiles et sensibles au référentiel religieux erroné que le parti islamiste leur fait miroiter, le sentiment d’impunité peut se traduire par des actes extrémistes croyant ainsi servir le référentiel religieux auquel ils adhèrent. Cela va d’un député se revendiquant du référentiel religieux qui insulte un juge et veut lui « casser la gueule !» sans être poursuivi, ni condamné, à un autre qui insulte le président de la République et l’accuse de tous les maux se croyant lui aussi « couvert » par ses pairs islamistes et par une partie de la population, aux actes terroristes perpétrés partout dans le monde y compris le dernier attentat de Rambouillet.

La responsabilité incombe, bien sûr, aux auteurs de ces crimes mais surtout à ceux qui ont donné à ces terroristes incultes le mobile faussement religieux justifiant leurs crimes odieux. Les propos tenus au sein même du parlement, dans les médias, les mosquées et les réunions publiques aussi bien par les islamistes que par leurs acolytes sont d’une violence telle que ce qui s’est passé à Nice et ailleurs semble être la traduction et le prolongement de ces propos dans la réalité. Ce référentiel faussement religieux ne connait pas de frontières et peut sévir partout et émane de personnes dont le basculement dans la violence peut intervenir à n’importe quel moment s’appuyant sur le moindre prétexte qui va favoriser le passage à l’acte. Pour le tueur de Rambouillet, ami de certains parlementaires tunisiens, il a trouvé le prétexte dans les propos d’Eric Zemmour, par exemple. Quand bien même on peut être scandalisé par de tels propos, rien ne peut justifier la violence, que dis-je la barbarie qui touche des personnes innocentes.

La France, comme d’autres pays, ne pourront être à l’abri d’actes aussi violents que si elle prend les décisions qui s’imposent à commencer par le classement de l’organisation des Frères musulmans comme organisation terroriste. Il faut comprendre que ce que certains appellent « islamisme modéré » est une contradiction dans les termes. La violence est consubstantielle à l’islamisme. Il faut assécher les sources du mal, et cette organisation en est le principal pourvoyeur. Elle s’est servie de la « démocratie » et des libertés qu’elle garantit pour empoisonner les esprits faibles et fabriquer des monstres dont le passage à l’acte peut intervenir à n’importe quel moment, et partout dans le monde. Les mosquées en France sont devenues les succursales de cette organisation criminelle sous couvert d’activités culturelles et liberté de croyance. Ces mêmes principes démocratiques en Tunisie ont été détournés par le parti islamiste pour provoquer le délitement de l’Etat, et attiser une corruption morale et matérielle devenue endémique.  

La honte

Honte d’être représenté par des criminels dont certains sont au parlement tunisien. Honte de voir mon pays sali et sa réputation ternie pour les décennies à venir. Honte de voir le pays qui fut celui d’Hannibal, Dihya (Al Kehina), Kheireddine et Moncef Bey, dirigé aujourd’hui par des incultes, des obscurantistes faussement religieux et des opportunistes. La honte sur vous et sur vos adeptes. Nous n’allons pas vous laisser faire. Nous n’allons pas sacrifier cette belle Tunisie devenue laide sous votre règne abject. Nous allons résister à votre dictature religieuse et les opportunistes qui la soutiennent.

Si certains Tunisiens peuvent éprouver ce sentiment de honte vis-à-vis de pays tiers, la responsabilité incombe en partie aussi, à ces mêmes pays. Les intérêts conjoncturels, la Realpolitik, les considérations géostratégiques, ne peuvent en aucun cas permettre que l’on sacrifie des vies humaines en leur nom. La naïveté, le relativisme culturel et l’Etat de droit ne peuvent pas justifier un laxisme dont les conséquences vont aller crescendo en intensité et en ampleur. L’islamisme (islam politique) est un fléau qui ne connait pas de limites et peut revêtir des formes nouvelles en fonction des circonstances. Ses variants sont sans cesse en mutation dès lors que le référentiel dont ils se servent est considéré comme immuable, applicable en tout temps et tout lieu.

Pour que la honte change de camp, il faudrait appliquer dans un premier temps une politique de cantonnement (containment), protéger la République par une législation plus rigoureuse et une politique pénale à la hauteur du défi, adapter les politiques d’éducation et d’enseignement aux exigences républicaines et pratiquer la tolérance zéro en matière d’islamisme politique à commencer par le classement de la secte des Frères Musulmans au rang d’organisation terroriste.

Hier c’était un Tchéchène qui a tué, aujourd’hui c’est un Tunisien et demain ça sera une autre nationalité, tous nourris au même biberon islamiste, la même idéologie macabre dont les idéologues sévissent au grand jour ici et ailleurs et parfois reçus avec tous les égards. Les criminels ont leurs pairs. A bon entendeur….

 

26/04/2021 | 09:26
8 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Dridi
Mon avis
a posté le 07-05-2021 à 09:28
Une profonde analyse d une situation socio-politique et économique d un pays , jadis compté
parmi les pays les plus prometteurs,sinon celui où il faisait bon vivre .
bml
La girouette
a posté le 04-05-2021 à 18:39
Cet ex C.P.R lieutenant du traitre Marzouki qui a vendu son ame aux Qataris et aux islamistes pour devenir président provisoire avec une poignée de voix , cet énergumène qui a crée la ligue de protection de la révolution (sic....) avec tous les voyous et qui ont causé la mort de Naguedh entre autres ,se la joue donneur de leçons ! Honte à toi espéce d'opportuniste de premiére , tu es l'un des principaux instigateurs de la haine et de la violence . Un peu de décence , surtout que tu as profité de cette pseudo révolution pour t'enrichir .
le fugitiftunisien
à colombo citoyen_h
a posté le 01-05-2021 à 17:00
A citoyen_h
j'avoue indubitablement que vous avez un style de critique sarcastique fabuleux malgré l'excés des fois trop belliqueux franchement je suis un admirateur sans limites par voie de conséquence je brûle d'envie de vous connaître sous votre authentique nom comme le fait toujours si ben abbés au lieu de se cacher derrière un pseudonyme comme une pute alors avec tout le respect que j'ai pour vous si vous avez un cheveu de rjoulia et ne pas faire comme bourhen bsaiss se déguiser avec un sifsari de se montrer pour qu'on sache à qui nous avons l'honneur faute de quoi notre déception sera inestimable et désolé de vous dire vous méritez indéniablement les affasses les
khiaris et j'en passe
Citoyen_H
A benabbés
a posté le à 17:16
Za3ma, je suis plus*** que toi, ou moins.

mehdi Abbes
L'extremisme
a posté le 29-04-2021 à 21:43
Le problème remonte déjà à des années, les assassins du commandant Massoud le 9 septembre 2001 dans un attentat suicide est déjà commis par 2 tunisiens, de nombreux tunisiens ont été arrêtés et jugés depuis plus de 20 ans dans le cadre de la lutte contre le terrorisme à travers le monde, ils occupent aussi très souvent des rôles clés dans nombres d'organisation terroristes, le numéro 2 de l'état islamique et responsable de la trésorerie était tunisien... il y a malheureusement déjà une culture ancienne de l'extrémisme djihadiste bien implanté dans notre société tunisienne que la révolution a fait sortir au grand jour... il y a un travail éducatif immense à faire pour se débarrasser de cette culture de la violence extrême et de la négation de l'autre...
Citoyen_H
LES RAKKASSA d'ettayar, EX-CPR
a posté le 26-04-2021 à 19:07
ont senti depuis un petit moment que le vent commençait à tourner.
Aussi vifs que l'éclair, ces faux-culs, ces traitres, dont les, abbou², ajbouni, chaouchi le mari de la bonne de khriji ... etc, ont discrètement endossé leur costume sous sa troisième face. Le leur, en a des centaines.

Ces arrivistes, ces parvenus, ces opportunistes, ténors de l'hypocrisie et du double langage, dont le rédacteur de cet article (benabbés qui est en fait le joueur de darbourka attitré du parti des bicyclettes) sont directement impliqués dans la situation chaotique du pays.

Nous n'avons pas oublié et nous n'oublierons jamais, que vous aviez activement participé à la rédaction de la constitution, faisant en sorte que celle-ci soit rédigé tel le statut d'une société dont vous êtes les uniques actionnaires (les buveurs de pisse de chameaux, les danseuses du cpr et les autres traitres d'ettakatol).

Arrêtez votre cinéma, tout l'électorat que vous aviez embobiné par vos belles paroles, a fini par reprendre ses esprits. Ses membres ont découvert qui vous étiez réellement. Vos agissements lors du mandat de fakhfakh fut celui ou toutes vos cartes d'affamés furent dévoilés.

Si vous avez, ce dont je doute fortement, un millionième de gramme d'orgueil ou de fierté, laissez tomber la politique et retournez à vos anciennes occupations de ploucs.
Vous croyez que n'importe quel pingouin est capable de faire de la politique.
Une fois de plus, je vous rappelle que vous avez contribué à la faillite du pays et que vous vous êtes mis plein les fouilles. Ca, on ne l'oubliera jamais.
Inutile de parler du goumi marzougui, le traitre au service des khratari.
On pourrait écrire toute une encyclopédie
A un moment ou autre, vous paierez très cher votre trahison.
Tout vient à point à qui sait attendre !!!
Famma Rabbi, yaaaaaaa jouwé3a.





Azad
La clarté vient d'une lumière
a posté le 26-04-2021 à 16:50
J'apprécie trés bien votre analyse et je vous félicite pour votre clairvoyance ,vous avez mis le couteau sur la plaie;puisque on n'a pas de troisième réaction et à choisir entre"c'était mieux avant" et celui d'aujourd'hui "de pire en pis" je préférerai le premier au moins celui-là ne pousse pas ses adhérents vers le crîme et l'obscurantisme et comme vous l'avez dit nous ne laisserons jamais notre pays aux mains de cette secte et ses acolytes opportuniste tel que Q.Tounès ou arriéré tel que Karama ,nous nous battrons jusqu'au bout et reprendre notre civilité quelqu'en soit les moyens et remettre ces inquisiteurs à leur place Merci pour ce schéma politique et la façon dont vous l'avez traîté.
A4
Les générations futures vous remercient ... pour votre nuisance !!!
a posté le 26-04-2021 à 14:35
NUISANCE
Ecrit par A4 - Tunis, le 23 Janvier 2019

Moi je plains tous ces enfants
Je plains ces pauvres marmots
Qui sautillent insouciants
Les pieds nus dans les flaques d'eau

Je plains ces petits gamins
Qui rigolent tous en ch'?ur
Qui barbouillent des dessins
Y mettant plein de couleurs

Moi je plains ces petits qui
Par malchance ont des parents
Qui s'inventent des acquis
Archaïques et aberrants

Des parents qui veulent tout
Mais qui n'ont rien dans la tête
Mis à part des désirs fous
Ne laissant que plein de dettes

Je les plains car moi je sais
Que quand finit la récré
Pas de tirelire à casser
Aucun trait n'est à tirer

Moi je sais que c'est à eux
De vider toutes leurs poches
Pour payer les goûts ruineux
De papa, maman et proches

Ils seront bien sûr contraints
De travailler comme des fous
Pour rembourser les emprunts
Des fainéants et des voyous

Ils ne seront qu'obligés
De se griller les méninges
Pour trouver comment payer
Avec cette monnaie de singe

Je suis sûr qu'ils auront honte
De cette lignée de ratés
Qui n'a laissé dans ses comptes
Que des trous à colmater

Je les plains ces pauvres mômes
Qui se font bien arnaquer
Par des ignares, des sous-hommes
Voraces et mal éduqués

Je plains ce maudit pays
Sans ressort et sans déclic
Où chacun nous envahit
Avec ses plans diaboliques

Puis avec délectation
Et en toute insolence
Il met en application
Son pouvoir de nuisance
A4
Trop tard !
a posté le 26-04-2021 à 14:24
Votre réveil est tardif. Le pays est déjà "FOUTU" !!!
"FOUTU" parce que 10 ans en arrière, la secte des assassins a trouvé des vendus, des opportunistes et des idiots qui on "kollaboré" activement avec elle pour lui permettre de tout gangréner.
A la tête de ces " kollabos" il y a mostfa, moncef et leurs troupeaux d'idiots utiles. Utiles au désastre !
Vos "leçons" d'aujourd'hui ne peuvent pas nous faire oublier vos "conneries" d'hier !!!
A bon entendeur ...
J.trad
La véritable honte ,c'est d'oublier les crimes des puissances
a posté le 26-04-2021 à 14:06
Le sang des innocents victime de l'agression des pays d'Europe et d'Amerique ,les millions de victimes bombardées par l'aviation américaine ,et les millions de syriens ,pour ne citer que ceux-là,sans oublier le soutient que portent les américains et les européens qui soutiennent et financent le terrorisme sioniste ,les arabes ,pas seulement les Tunisiens ont soufferts et souffrent encore ,je retiens mon clavier pour ne pas verser de l'huile sur le feu ,je sais que ceux qui ont commis les horribles génocides ,sont maintenant retraités tranquilles dans leurs horribles trous ,quand on veut parler de honte ,il faut cracher de sa mémoire ,les hontes qui ont causé les minuscules ripostes , ce ne sont que des ripostes timides ,contre les véritables crimes des puissances ,qui ont souillé l'intelligence humaine ,un jours viendra où je divilguerai le secret et la date de la menace Divine ,je mettrai à nue les paroles du virus Corona , le virus a parlé sur la bouche d'une quelconque personne , un peu plus de vingt ans avant que la pandémie n'éclate , il est prévu que le virus parlera directement comme il est annoncé dans sourat Annahl et sourat annaml les fourmies verset82 et83
MFH
Un revirement suspect.
a posté le 26-04-2021 à 12:46
En effet, il vaut mieux tard que jamais. Mr ben Abbés a mis 10 ans pour comprendre et écrire un texte aussi tranchant contre le danger islamiste. Aucun mot, par ailleurs, sur les combats menés par Bourguiba ( qu'il n'a pas voulu citer comme homme historique) et Zaba contre cet islamisme politique.
Frankofob
la France sème la haine et récolte le mépris ....
a posté le 26-04-2021 à 11:49
c'est un déluge dans les médias franco sionistes: tunisien, islam, musulman, islamisme, islamiste , tunisien ... sans arrèt depuis qq jours .
bref, selon ces médias belliqueux arabophobes, islamophobes: TOUS les tunisiens et TOUS les musulmans sont terroristes.

en revanche ces mèmes médias ne disent jamais: le juif Madoff a fait ceci, ou le juif $arkozy a massacré des libyens ...

cherchez l'erreur .
zozo Zohra
La Tunisie de Bourguiba
a posté le 26-04-2021 à 11:34
"d'Hannibal, Dihya (Al Kehina), Kheireddine et Moncef Bey"
Vous avez omis sciemment Ezaim
SURTOUT La Tunisie de Bourguiba qui est détruite de l'intérieur et l'extérieur.
Tout ce qui avait été construit par Bourguiba est détruit ou envoie de destruction même notre honneur.
A commencer par l'unité du peuple jusqu'à la haine
pygmalion
l Islam politique ronge comme un cancer les fondements de la republique
a posté le 26-04-2021 à 11:00
Le 19 decembre 2016 encore un tunisien Anis Amri,assassine le chauffeur d un semi-remorque ,se met au volent et fonce dans un marche de Noel a Berlin et assassine 11 citoyens allemands et blessant grievement 65 autres.. ..
Himar
Papa hédi a la mémoire courte
a posté le 26-04-2021 à 10:05
Il a vite oublié le jour ou son patron accueillait en grande pompe les extrémiste de tous genre sous son regard bienveillant sans moufter mot
Ben Rejeb
Opportunisme politique
a posté le à 13:52
Ces sympathisants passés d'Ennahdha, anciens du CPR, adeptes eux-mêmes de " L'islam modéré" qui se réveillent brusquement pour constater les horreurs de l'Islam politique , ne sont pas crédibles : sentant le vent tourner contre ce mouvement , ils changent de positionnement politique pour assurer l'avenir