alexametrics
mercredi 28 juillet 2021
Heure de Tunis : 04:00
Dernières news
Covid-19 – Bilan : 2.193 nouveaux cas et 86 décès
19/06/2021 | 20:31
1 min
Covid-19 – Bilan : 2.193 nouveaux cas et 86 décès

En date du 18 juin 2021, 2.193 nouveaux cas de Coronavirus sur 7.408 tests réalisés ont été enregistrés en Tunisie, a annoncé samedi 19 juin 2021, le ministère de la Santé dans un communiqué. 

Le pourcentage de tests positifs s'établit à 29.60 %. Le nombre de cas cumulés depuis le début de la pandémie a, lui, atteint les 381.175.

Selon le ministère de la Santé, 86 décès ont été notifiés le 18 juin portant le nombre des victimes du Covid-19 en Tunisie à 13.960.

 Tous nos articles sur la pandémie Covid-19

19/06/2021 | 20:31
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Fares
Pagination des commentaires
a posté le 20-06-2021 à 12:29
Il y a des problèmes de pagination. Il suffit qu'une personne publie un lien un peu long pour briser la pagination sur les téléphones portables. '?a ne fait pas très pro. Puis n'importe qui avec de mauvaises intentions peut casser votre pagination. Par exemple, une personne qui n'aime vos "articles" sur bouchleka peut publier de tels liens dans les commentaires, puis si bouchleka paie pour ce contenu, alors il ne sera pas content.

Il devrait avoir un module Drupal pour détecter les liens et les supprimer ou les convertir en liens plus courts.
Bechir
Devoir penser pour bâtir l'avenir
a posté le 20-06-2021 à 10:52
Clairement, pour revenir sur mon commentaire précédent, on risque de bâtir n'importe quoi si nous ne pensons pas notre avenir commun, ce qui nécessairement implique l'intérêt de l'état et non uniquement mon propre intérêt personnel.

Ainsi, quel avenir voulons nous bâtir et sur quoi pouvons nous compter pour construire ce futur ?

Avant d'aller loin, il me semble comme l'a prévenu l'ancien Président de la République Dr Moncef Marzouki, il est impératif que le bateau ne coule pas, tout le monde étant à bord.

Ceci, devrait être évité aujourd'hui, demain et au futur; d'où la nécessité de préserver l'intérêt commun qui est l'intérêt de pays.

Pour penser l'avenir, une approche pourrait être d'apprendre de notre expérience d'échecs à répétition et de celles de pays qui ont relevé le défi du progrès tels que la Corée du Sud, le Singapore, la Malaysie et plus prés de chez nous des expériences du Rwanda et autres pays africains.

Il serait très important de penser aux générations futures, leur éducation, leur formation professionnelle, leur culture, leur environnement, leurs dettes accumulées...

Pour sortir de la crise et pour présager le futur avec espoir nous devons compter sur nos ressources et bien les gérer. A mon avis, le savoir , savoir faire et savoir être devrait occuper une place importante dans cette vision de développement.

Avez vous vu un pays développé sans savoir ?

Alors que les pays développés pensent la pensée et apprennent à apprendre, nous devrions
au moins chercher des solutions à l'inertie, sortir de notre individualisme, nous critiquer et oser le changement .
Mike Kim
Précisions
a posté le 20-06-2021 à 10:44
Synthèse quotidienne au 20 juin :
La moyenne mobile, sur 7 jours, des nouveaux cas testés positifs par jour est de 2018, tendance à la hausse avec un taux de reproduction de base R0 = 1.07 > 1.
La moyenne mobile, sur 7 jours, des décès par jour est de 75, tendance : à la hausse.
Le taux de létalité apparent : nombre de décès / nombre de cas testés positifs = 3.6 %. Assez élevé ! Mais pas très étonnant, vu le nombre des tests effectués.
Le taux de positivité par jour : nombre de cas testés positifs / nombre de cas testés = 30 %. Assez élevé mais pas étonnant. Les tests en Tunisie sont payants et assez chers. Les personnes qui se font tester sont plus ou moins symptomatiques'?'
Cinquième vague ? A suivre '?'
Voir les chiffres et les courbes, par exemple, sur le site :
https://www.worldometers.info/coronavirus/country/tunisia/
bechir
Grand pouvoir et responsabilité
a posté le 20-06-2021 à 09:34
La situation catastrophique du pays ne pousse t-elle pas les personnes et les parties influentes à réaliser que la cause principale de cet état est la politique des dix dernières années, dans son sens le plus large , çad le système, les lois, les institutions, les acteurs , les conflits à l'intérieur de ce système... , qui affaiblisse l'autorité de l'Etat et son pouvoir de répondre aux crises.

Etant en crise depuis un certain temps, on continue à gérer les urgences sans une vision du futur et ce malgré l'existence de plusieurs propositions.

N'excelle t-on pas à parler de divers dialogues, à débattre du débat sans solution à l'horizon.

Ne dit-on pas qu'un grand pouvoir implique une grande responsabilité.
J'ai appris cette citation ou proverbe français d'un technicien sans le bac !. D'ailleurs, je suis sérieusement impressionné par la maturité de plusieurs citoyens ordinaires.

Les situations économiques, financières et sanitaires du pays permettent-elles une telle inertie dans la gestion du pays.

La politique n'implique t-elle pas de penser l'avenir et d'apporter des solutions aux crises.

Ne sommes nous tous pas devant un défi qui s'est accentué par le Covid.

Alors, pensons pour sauver la Tunisie et les citoyens.

A suivre