alexametrics
Chroniques

Comme toujours, on racle les poches des pauvres pour préserver le standing des riches

Temps de lecture : 3 min
Comme toujours, on racle les poches des pauvres pour préserver le standing des riches

Par Sofiene Ben Hamida

 

Comme beaucoup de Tunisiens, je ne connais pas grand-chose à l’économie. Je la subis. Ce que je sais par contre, par expérience, c’est que les économistes sont des pessimistes par nature, qu’ils utilisent beaucoup de mots savants pour enrober une idée simple qui consiste à dire que la situation économique est toujours difficile, sinon catastrophique et que pour sauver l’économie, il faut trouver les moyens de racler les poches des franges populaires pour préserver le standing des franges aisées. Le projet de loi de finances 2021 ne fait malheureusement que renforcer cette idée qui hante mon esprit depuis des années déjà.

 

Qu’ils s’appellent Mechichi, Fakhfakh, Chahed, Essid, Jomaâ, Laârayedh ou Jebali, les chefs de gouvernement successifs ont toujours usé des mêmes recettes immuables pour confectionner leurs budgets : prendre plus aux fonctionnaires, aux bons citoyens et à ceux qui n’ont presque rien, ménager ceux qui en ont et faire des discours grandiloquents sur l’égalité des chances, le bien-être pour tous et les lendemains meilleurs. Depuis dix ans, la recette n’a pas changé alors que les résultats sont édifiants : un gouffre budgétaire et une fracture sociale qui s’élargissent d’année en année.

 

En fait, il n’y a là aucune surprise, parce qu’ils appartiennent tous à un même système. Pire, ils adhèrent tous à un système hérité du temps du régime de Ben Ali et dans lequel ils ont trouvé leur compte. Un système qui a fait qu’il existe une Tunisie à l’est, le long des côtes, et une autre Tunisie oubliée. Un système qui fait qu’il existe des Tunisiens qui ont tous les moyens alors que la majorité des Tunisiens peine à assurer les moyens de sa subsistance. Un système qui fait qu’une poignée de familles, de groupes ou de lobbys contrôle l’économie tunisienne, décide de la politique du pays et impose ses choix à tous. Les tiraillements et les querelles actuels entres technocrates, islamistes, destouriens et révolutionnaires autoproclamés concernent uniquement le pouvoir politique. Sur le plan économique et social, il n’y a pas de quoi se chamailler.

 

Pour revenir au projet de loi de finances 2021, moi qui m’y connais peu en économie, je sais que pour payer mes impôts je vais à un bureau de recette des finances. Je sais aussi que pour payer la vignette de ma voiture, je m’adresse au  même bureau de recette des finances. Je ne m’explique donc pas pourquoi je dois présenter mon quitus du fisc pour payer la vignette de ma voiture alors qu’il suffit pour l’agent des finances de cliquer sur son clavier pour vérifier ma situation réelle avec l’impôt. A moins que le gouvernement Mechichi, comme les gouvernements précédents, considère toujours que le citoyen est toujours suspect et qu’il lui revient de présenter sans cesse les preuves de son innocence. A moins aussi que le gouvernement veuille faire semblant de prendre des décisions d’envergure par une mesure inefficace, qui n’a aucune envergure.

 

Les augmentations de certaines taxes et la baisse d’autres dans le projet de loi de finances 2021 sont surprenants de leur côté. On se demande pourquoi augmenter la taxe sur le carburant, augmentation qui rend caduque la décision de suivre le cours du pétrole pour déterminer son prix au public. On s’interroge aussi pourquoi toucher au prix du sucre, produit de base pour une large frange de Tunisiens, surtout parmi les plus démunis. On ne s’explique pas aussi l’augmentation des prix des boissons alcoolisées pour la troisième fois depuis deux ans comme si on voulait priver des centaines de milliers de Tunisiens de leurs bières ou de leurs bouteilles de vin, compagnons nécessaires pour surmonter la laideur de leur quotidien.

 

On aurait compris que la situation des finances publiques est tellement catastrophique qu’il a fallu racler les fonds des poches des Tunisiens. Mais dans ce cas, pourquoi baiser les taxes surs les quads, les yachts et les bateaux de plaisance ? L’argument avancé, en rapport avec l’encouragement du tourisme est peu convaincant. En effet, il aurait fallu dans ce cas ne pas augmenter les prix des boissons alcoolisées car les touristes durant leur séjour, consomment nos vins et apprécient notre bière nationale. En fait, cette baisse sur les taxes des yachts, des quads et autres moyens de divertissement est destinée aux Tunisiens nantis. Une sorte de cadeau annuel présenté par l’Etat à une poignée influente, capable d’imposer son diktat à l’Etat.    

        

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Nephentes
| 19-10-2020 02:54
L'oligarchie mafieuse qui s'est structurée a partir des années 70 a véritablement massacré notre potentiel de développement et miné les revenus de la classe moyenne

Sachez que le tiers de la population active de ce pays vit sous le seuil de la pauvreté en 2020 soit moins de 15 dinars par jour

Ajoutez 2 millions d'enfants a charge

C'est un cataclysme dont l'ampleur est sous estimée par tous les clowns qui nous font office de responsables

L'un des principaux facteurs de paupérisation de la population tunisienne est la prégnance de cette oligarchie sur tous les secteurs vitaux de l'économie

2 exemples

L'accès au crédit pour les PMEs est vampirise par 30 a 40 clans familiaux qui agissent comme de véritables criminels en bloquant les possibilités d'innovation technologique qui sont généralement le fruit de l'activité des PMEs par exemple dans le domaine de l'agriculture biologique la biotechnologie la mécatronique l'intelligence artificielle etc..

Tant que ces PMEs ne bénéficient pas de crédit impossible d'innover

Or le pays a besoin d'innovation technologique pour créer de la valeur ajoutée et générer un saut technologique condition indispensable a notre croissance durable

Pourtant me direz vous nos banques sont largement bénéficiaires

Oui mais elles préfèrent s'accoquiner avec les oligarques en leur accordant des crédits faramineux pour la spéculation immobilière tout en sachant parfaitement qu'elle recycle au passage de l'argent douteux

2 d exemple :les subventions étatiques

Des sommes là aussi faramineuses issues de l'aide internationale sont détournées par ces clans oligarques pour réduire leurs coûts d'exploitation ou pour investir dans des secteurs non productifs comme la grande distribution
Des subventions pour l'achat d'équipements industriels auxquels ces parasites en costard cravate n'ont pas droit

Des subventions pour le réaménagement bidon d'unités hôtelières qui accueillent moins de 300 touristes pouilleux par an et ce depuis 2005

Des circuits illégaux d'approvisionnement en denrées subventionnées telles que sucre farine lait etc pour l'industrie agroalimentaire

Etc etc etc

Cette caste oligarque est une véritable sangsue un blocage absolu de notre capacité de développement

Mohamed Obey
| 18-10-2020 21:13
L'opinion de l'auteur de l'article ci-dessus est écrit de la plume d'un journaliste qui se respecte et respecte la noble mission du journalisme. Si Sofène dont la franchise et l'honnêteté n'ont pas besoin d'être prouvées. Il a toujours été du côté de la vérité; et sa voix qui est généralement calme, et peu précipitée pour se faire comprendre avec exactitude en perçant l'épaisse écorce de la bêtise ambiante défie les contrevérités diffusées par les médias mainstream qui sont les blanchisseurs du régime politique exerçant le pouvoir par l'escroquerie régulièrement pratiquée sur les citoyens... Ne lâchez pas votre plume, notre cher Sofiène national !

takilas
| 18-10-2020 20:12
De ceux qui veulent combattre le mal causé à la Tunisie depuis dix ans et dont vous êtes vous-mêmes atteint par mal.
Donc c'est un patriotisme.

DHEJ
| 18-10-2020 19:51
Les conneries de ceux qui ont concocté ce projet de loi de finances !


Ils sont diabétique, hypertendus et dépressifs !

Et rien que pour toi cher S.B.H, il faut savoir que la déclaration unique des revenus est calculée FORFAITAIREMENT pour un ministère qui veut abolir le FORFAITAIREMENT !

Abattement Fiscal posé par le POUVOIR d'une façon FORFAITAIRE!

aldo
| 18-10-2020 17:41
c'est plutôt du ponçage .---- MESKINE BOU LAAILA .

A lire aussi

l’état des comptes publics est

22/10/2020 22:32
5

Faire la carpette et se rendre complice d’une tentative de meurtre de l’audiovisuel tunisien ne

21/10/2020 15:59
19

Paix à ton âme Samuel Paty.

19/10/2020 15:59
53

Une sorte de cadeau annuel présenté par l’Etat à une poignée influente, capable d’imposer son dictat

18/10/2020 15:59
5