alexametrics
vendredi 09 décembre 2022
Heure de Tunis : 21:38
Dernières news
Chedly Ayari : Je ne vais pas poursuivre mon mandat à la tête de la BCT quel que soit le vote de l’ARP
14/02/2018 | 15:54
2 min
Chedly Ayari : Je ne vais pas poursuivre mon mandat à la tête de la BCT quel que soit le vote de l’ARP

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Chedly Ayari a annoncé que quel que soit le vote de l’Assemblée, jeudi 15 février 2018, à propos de son limogeage, il allait mettre fin à son mandat.

 

«Mon mandat prendra fin en juillet, qu’il prenne fin avant, je n’ai pas de problème. L’ARP sera mon seul juge. Mais, même si vous renouvelez votre confiance en moi, je ne vais pas poursuivre mon mandat. J’ai été humilié, alors que j’ai travaillé pendant 5 ans et demi sans prendre de vacances. Nous ressentons et tous ceux qui ont travaillé sur ce dossier, une amertume», a déclaré M. Ayari lors de son audition par la commission parlementaire des finances, de la planification et du développement, ce mercredi 14 février 2018, sur les circonstances qui ont entouré l’inscription de la Tunisie sur la liste noire de l'Union européenne des pays les plus exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme.

Il estime en évoquant les rumeurs ayant circulé après l’arrestation des cadres de la BCT suspectés de corruption que «toute cette histoire est préméditée et montée de toute pièce». «C’est mesquin, petit, ça n’a pas de sens, et surtout ce n’est pas digne de la Tunisie», a-t-il martelé.

 

Ceci dit, Chedly Ayari a affirmé assumer son entière responsabilité en tant que président la Commission tunisienne des analyses financières (CTAF), en notant que tout le monde fait des erreurs.

Revenant sur les faits, il a indiqué que l’UE s’est basée, dans sa classification de la Tunisie, au rapport du Groupe d'action financière (GAFI), un organisme intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, dont l’intitulé était faux et qui a été corrigé. «Je suis allé à Beyrouth où j’ai rencontré le président du GAFI qui s’est excusé pour la faute commise», a-t-il noté.

Et d’ajouter «L’UE n’a pas le droit d’établir cette liste. Il y a un étonnement sur l’intervention musclée et arbitraire. Les parlementaires n’ont aucune idée sur les risques en Tunisie. Il n’y a aucun doute qu’il existe des raisons politiques derrière cette décision».

 

S’agissant des répercussions de cette classification, M. Ayari précise qu’elles seront ressenties surtout lors de la sortie de la Tunisie sur le marché international, où le coût de la dette va augmenter.

«Il y a une dramatisation de cette affaire. Il faut mettre l’affaire dans son cadre, certes c’est une évolution négative de la situation, mais j’affirme que les engagements et dispositions prises permettraient la sortie du pays de cette liste», a-t-il affirmé.

 

I.N

 

14/02/2018 | 15:54
2 min
Suivez-nous

Commentaires (14)

Commenter

kameleon78
| 15-02-2018 12:38
Chedly Ayari veut se défausser, il veut faire en sorte qu'il n'est pour rien dans la classification de la Tunisie par le GAFI. Il veut se dégager de ses responsabilités, cela fait 6 ans qu'il est en tête de la BCT, il n'a rien vu? Il n'a rien entendu? Il ne savait pas ce qui se passait autour de lui? Moi je n'y crois pas un mot. Chedly Ayari est complice de toutes ces malversations encouragé par la Nahda qui avait besoin de blanchir les milliards en cash qui entraient en Tunisie. Cela explique pourquoi les nahdaouis sont tous devenus milliardaires, avec de l'argent cash venant de l'étranger, Chedly Ayari n'a jamais posé la question d'où venait ce cash en devises, il a fermé les yeux, donc maintenant il faut payer;

Mansoura
| 15-02-2018 10:22
Y a-t-il moyen dans ce pays qui s'emploie à se remettre sur pied, laborieusement, d'obliger un haut fonctionnaire négligeant de reverser les salaires indûment perçus durant son mandat ? Durant 4 ans et plus beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Au lieu de servir, il a laissé faire et ce faisant, il a nui, il a contribué à la dégradation. Il s'est mis au service d'un projet délétère. Il n'en n'est pas le seul responsable, évidemment. Durant les années 70 à 80, les gouvernement ont pris le soin de mettre au pas la BCT. Sinon comment expliquer l'agression subie par les passant dans plusieurs quartiers des grandes villes, agressions commises par des énergumènes qui viennent vous chuchoter à l'oreille:"sarf,sarf..." Passons sur l'inflation qui n'a cessé de grimper depuis l'avènement des gentils frérots au pouvoir, fruit d'un mariage forcé. Le pauvre petit budget de la Tunisie s'est vu confronté à de nouvelles charges induite par des recrutements abusifs par l'achat de "cartouches". On n'a jamais connu cela, on en était loin. Par conséquent, lui reconduire sa retraite de ministre contre le reversement de son salaire mirobolant ne serait-il oeuvre de justice ?

LE TUNISIEN
| 15-02-2018 09:39
Bien dit, point à la ligne.

Abir
| 15-02-2018 08:59
Ils sont incurables,ils auront le revers de la médaille !!!

tozz hekma
| 15-02-2018 06:36
A nos journalistes, est il temps de poser la vrai question? qui a finance qui a profite du financemement du terrorisme et comment c a fonctionner? qui est ce qui plus important? le classemement fait par une organisation integre honnete et irreprochable ou l'affaire du financement du terrorisme elle meme! reveillez vous et soyez sur la bonne piste.

Abdel
| 15-02-2018 05:23
Il faut auditer serieusement le travail et les circuits de la BCT. ! En cas de FAUTES GRAVES IL FAUT JUGER SEVEREMENT LES FAUTIFS CAR ILS SE CROIENT INTOUCHABLES . La demission ne suffit pas ya si Ayari . Des Partis et des Associations semblent passer des Milliards sans CONTROLE AUCUN de la part de la BCT . C'est inconcevable . Connivence ou pas IL S'AGIT DE FAUTE TRES GRAVE CONTRE LE PAYS . A PASSER EN JUSTICE . En outre il doit y avoir des ramifications coupables . Ayari apparamment BARATINEUR ET M .........r . D'autre part si Md Ennaceur est fautif egalement en cachant une lettre explosive . Chercher pourquoi ?

TNN
| 14-02-2018 20:04
Mais il a quintuplé son salaire et celui de son adjoint, comme s'ils vivaient dans la misère auparavant. Voilà ce qu'on appelle un gros sacrifice.

HAtemC
| 14-02-2018 18:56
Les Tunisiens sont décidément bouchées à l'émeri, on leur expose leurs erreurs ... l'economie parallèle est néfaste pour un pays yé Ayari ... il faut établir des règles de transparence pour attirer ne serai ce les investisseurs ... l'opacité les fait fuir ... réguler les plateformes financières en offshore par où transite toutes les opérations frauduleuses ... des cadres de la BCT en détention et leur patron Ayari n'a rien vu ???????????? ... on vole l'Etat sous ses yeux ???????   .... bin non c'est les autres qui ont tord ... c'est une mentalité, on refuse toute critique ... on devient subitement même hystérique ... récemment un député s'est bagarré dans le rue comme un chiffonnier, cela dénote d'un état d'esprit ... l'auto critique est un vain mot chez les zarabes ....   Nous avons beaucoup à apprendre ... Un ministre britannique présente sa démission pour une minute de retard au Parlement, des ministres scandinaves qui refusent tout privilège et chez nous un vague chef de parti demande une escorte ... Tout est rythmé ainsi dans ce pays de tararani ... Le président a présenté ses excuses ... et comme on dit les absents ont tj tord ... Pourquoi donc ne pas retirer la Tunisie si ce président s'est plié en excuse Mr Ayari ???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????? en nage en plein délire .... STP yé CHAHED décore le pour avoir plongé le dinar Tunisien au plus bas .... et n'a pas tiré la sonnette d'alerte sur les réserves en devises en proposant des axes de progression .... Brabbi yé ayari va écrire ta biographie et lache nous ... il faut un jeune dynamique qui s'est prendre des décisions et non un amorphe sans poigne ... J'aimerai qu'n média de la place nous relate le bilan de ce Mr et s'il est positif on demande au président BCE de le décorer .... HC

Natasha
| 14-02-2018 18:38
L'histoire de la corruption à la BCT est montée de toutes pièces ? Un gouverneur de banque centrale qui défie toutes les instances judiciaires sans apporter d éléments tangibles me semble trop grave.La suite de cette affaire nous le dira.rabbi yostor

le berbère
| 14-02-2018 18:32
si Ayari comme ses frères nakbaoui joue la carte de victimisation ,le pauvre a travaillé durant 5 longues années sans relâche .il faut aller dire çà au diable pour te croire pauvre menteur .pour toute oeuvre utile ,celui qui a travaillé en continue pendant qques mois seulement a quitté ce monde en participant au marathon de Nabeul en courant qques mètres .pauvre ministre de la santé .Maintenant tu as tout le soutien des nakbaouis pour brûler tous les dossiers louches : REVEILLEZ VOUS YA TOUANSA ,BLEDKOM KHERBET BI SKATKOM