alexametrics
lundi 18 octobre 2021
Heure de Tunis : 06:50
Dernières news
Ben Ouda : L'Etat prévoit une réduction de 40 MD au niveau du budget consacré à l’investissement !
20/09/2021 | 09:33
6 min
Ben Ouda : L'Etat prévoit une réduction de 40 MD au niveau du budget consacré à l’investissement !

 

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Olfa Ben Ouda, a expliqué que son département a rencontré plusieurs difficultés lors de l’orientation universitaire. « Le nombre de nouveaux étudiants est passé de 53.000 à 78.000 entre 2020 et 2021… Ceci a provoqué une certaine frustration chez les parents », a-t-elle rappelé.

 

Invitée le 20 septembre 2021 par la radio Express FM, la ministre a, également, évoqué la question des foyers universitaires. La capacité des foyers ne peut être soumise à une grande élasticité. « On ne peut pas l'augmenter de 25.000 places en un mois », a-t-elle poursuivi. Olfa Ben Ouda a souligné les efforts du ministère à ce sujet ayant permis de trouver certaines solutions. « Le contexte pose des difficultés… A titre d’exemple, nous avons essayé de renforcer la capacité des foyers universitaires dans le nord… Nous avons accéléré la finalisation des travaux dans le foyer du Kef qui peut accueillir 500 étudiants. Or, nous n’avons pas les ressources humaines nécessaires… Il s’agit d’une question de recrutement qui doit être incluse dans la Loi de finances », a-t-elle expliqué.

La ministre a expliqué que la hausse du nombre d’étudiants admis dans les foyers universitaires conduit à une hausse des frais des restaurants universitaires. « Nous voulons maintenir une certaine qualité des repas… Malheureusement, face à la hausse du nombre d’étudiants admis dans les foyers universitaires, le budget a baissé. Selon nos informations, la Loi de finances complémentaire de 2021 va opérer une réduction de 40 millions de dinars au niveau du budget consacré à l’investissement », a-t-elle déploré.

La ministre a, également, exprimé son inquiétude quant à la situation concernant le foyer de l’Ecole Nationale d'Ingénieurs de Bizerte (ENIB). « Nous rencontrerons le même problème après l’achèvement des travaux… On ne peut pas affecter seulement trois ouvriers sur une surface de 10.000 m². Nous avons essayé de renforcer les ressources humaines à travers les mutations, mais cela n’est pas suffisant », a poursuivi Olfa Ben Ouda.

Elle a, aussi, précisé que près de 270.000 étudiants seront admis dans les foyers universitaires. De plus, les frais de locations privées sont assez chers dans quelques régions. « Nous voulons accueillir le plus d'étudiants possible. Ainsi, l’étudiant pourra participer à des activités associatives au lieu de se retrouver dans un garage et mal entouré », a-t-elle ajouté.

Olfa Ben Ouda a, par la suite, insisté sur le rôle de la vaccination contre le Coronavirus. Ceci permettra de mieux gérer les foyers universitaires puisqu’elle conduit à l’assouplissement des mesures de distanciation.

 

 

 

Pour ce qui est de l’employabilité, Olfa Ben Ouda a précisé que le ministère a augmenté la capacité des établissements consacrés à l’informatique de 5%. Elle a expliqué que ce chiffre reflète les ressources logistiques des universités.

« Nous avons remarqué une efficacité des projets de co-construction. C’est-à-dire les programmes créés à travers un partenariat entre une structure économique et un établissement universitaire. Il y a également les projets de coopération internationale. Au niveau des ISET, il y a les deux types de programmes afin de répondre aux besoins du marché », a-t-elle insisté.

 

Olfa Ben Ouda a estimé que la création de nouveaux établissements universitaires, tel que ce qui a été constaté lors de l’inauguration du campus universitaire de Jendouba, conduit à la création d’une dynamique économique et culturelle dans la région.

« Nous comptons créer deux nouveaux établissements d’ici 2022. Il s’agit d’une école d’ingénieurs à La Manouba, adoptant l’anglais, et une école d’ingénieurs dans la région du Kef », a-t-elle ajouté.

 

Par ailleurs, la ministre a précisé que l’utilisation de l’anglais s’inscrit dans le cadre d’une vision à long terme. « Afin de faire de la Tunisie une destination universitaire, nous devons opérer des choix stratégiques de ce genre… Il y a des établissements qui seront à 100% anglophones. Le même programme est enseigné dans les deux langues à la faculté de médecine de Sousse. Ceci facilitera la mobilité des étudiants », a déclaré la ministre.

Concernant la lutte contre le Coronavirus, Olfa Ben Ouda a rappelé que le ministère a opéré une campagne de vaccination aux profits des étudiants et du personnel universitaire, en juin 2021.

« Nous avons créé une plateforme d’inscription spécialisée…. Un centre de médecine universitaire a été mis en place à El Manar… Nous comptons créer d’autres centres du même genre en plus de déployer des équipes mobiles… La vaccination représente la seule solution… Le passe sanitaire sera adopté en Tunisie après avoir vacciné un certain nombre de personnes. Son utilisation dans les espaces publics signifie qu’il sera exigé dans les universités », a-t-elle souligné.

Par ailleurs, Olfa Ben Ouda a évoqué la possibilité de mettre en place un programme de rattrapage afin de rattraper le retard et l’inachèvement des programmes universitaires dus à la suspension des cours ou à l’enseignement à distance.

Au sujet de la demande de limogeage de la ministre par l’Union des Universitaires Chercheurs Tunisiens (Ijaba), Olfa Ben Ouda a estimé que le sujet ne mérite pas d’être abordé.

Ijaba avait tenu la ministre pour responsable de la mort de chaque membre de la famille universitaire et de la mise en danger de la santé des autres. Face à ces accusations, Olfa Ben Ouda affirmé que l’ensemble des décisions relatives au Coronavirus émanent du comité scientifique. « Nous avons suivi les instructions à la lettre » a-t-elle déclaré.

 

Quant aux facultés privées, la ministre a expliqué que la plupart des établissements se conforment aux exigences du ministère. « Néanmoins, il existe des établissements qui n’appliquent pas les instructions… Nous ne sommes pas en capacité de suivre l’ensemble des facultés privées… En l’espace de dix ans, leur nombre est passé de 10 à 76. Or, l’équipe de suivi n’a pas été élargie… Nous avons choisi de fournir les informations nécessaires aux parents afin qu’ils soient conscients de la situation de ces établissements », a-t-elle précisé.

« Pour ce qui est des cursus paramédicaux au sein des facultés privées, la décision est prise après consultation du ministère de la Santé… Une commission sectorielle avait tranché concernant les diplômes de baccalauréat habilités pour ce cursus depuis deux ans… Il ne s’agit pas d’une question de diplôme mais de l’organisation du secteur… Une réunion est prévue avec le ministre de la Santé à ce sujet », a-t-elle ajouté.

Enfin, la ministre a nié les allégations de conflit d'intérêt évoquées par Ijaba et certains médias. Elle a expliqué qu’elle avait occupé le poste d’administratrice indépendante au sein de la Société Tunisienne de Banque (STB). Par la suite, elle a occupé le même poste au sein de la Qatar National Bank (QNB). « Lors de ma nomination au poste de ministre, j’ai démissionné et effectué une déclaration auprès de l’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption (INLUCC). Il n'y a donc pas lieu de parler de conflit d'intérêts », a-t-elle affirmé.

 

S.G

20/09/2021 | 09:33
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Lol
Vous êtes l'état mme
a posté le 20-09-2021 à 12:43
C'est votre rôle si vous ne faites pas de prévisions ? Et le diagnostic est fait, où sont les actions ?

Ce ne sont les parents qui vont le faire à votre place!